AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Amère Russie tome 2 sur 2
EAN : 9782818933602
48 pages
Bamboo Edition (27/05/2015)
3.96/5   57 notes
Résumé :
Pour retrouver son fils, un militaire russe détenu en Tchétchénie, Ekaterina a bravé tous les dangers. Jusqu'à rencontrer Bassaiev, le redoutable chef tchétchène, qui lui présente un prisonnier. qui n'est pas celui qu'elle recherche éperdument. Retranchée dans une Grozny assiégée, déçue par l'attitude des belligérants des deux camps, Ekaterina semble plus seule que jamais. Mais une porte de sortie se trouve peut-être au milieu des immeubles en ruines.
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 57 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Le deuxième tome est dans la continuité du premier tome, je ne suis pas vraiment emballé par le graphisme, les planches sont trop chargées et la colorisation est inutile, mais le trait est dynamique et efficace.

C'est l'histoire d'une mère russe dont le fils, au service militaire, a disparu dans le guerre en Tchétchénie. Elle décide alors de partir à sa recherche en zone de guerre.

Ekaterina est maintenant chez les tchétchènes. Ce personnage est encore plus caricatural que dans le premier tome, trop audacieuse, trop héroïque pour y croire, mais les personnages secondaires prennent de l'envergure, c'est plus à eux que je me suis attaché, Oleg, le prisonnier, Asia, la tireuse d'élite. La fin est assez caricaturale aussi, dans les effets et l'émotions forcés.

Bref, ce n'est pas une lecture désagréable, il y a du mouvement, des émotions, mais cela manque de naturel et de simplicité.

Commenter  J’apprécie          210

Ce deuxième et dernier tome d'Amère Russie est sans doute plus poignant que le premier, on sourit moins, le ton est plus grave .

Ekaterina est envoyé par Bassaiev avec Oleg, le jeune soldat russe prisonnier, à Grozni où le combat fait rage en attendant un éventuel échange entre le petit fils de Bassaiev détenu par les russes et Volodia , le fils d'Ekaterina prisonnier des tchétchènes .

A Grozni , c'est le règne des combattants en tout genre, de la débrouille entre convois humanitaires pillés et marché noir et c'est la loi des snippers sur les toits au milieu des immeubles effondrés.

Malgré cela, les civils y survivent, certaines femmes combattent comme les hommes, telle Asia qui passe ses nuits sur les toits avec son arme, d'autres essaient plus simplement , mais quelle lutte également , de trouver à manger à leurs enfants ...

Cela fait douloureusement penser au siège d'Alep encore plus meurtrier : syriens, tchéchénes ou russes:  pour la grande majorité de ces populations , les enjeux sont ailleurs que leurs simples vies , des bassins fertiles du radicalisme en particulier islamiste, on le pressent déjà dans ce conflit  .

Des femmes courageuses , en particulier des mères comme Ekaterina se battent pour la liberté de leur pays et de leurs enfants .

Elles sont de tous pays , saluons leur détermination.

Commenter  J’apprécie          110

Dès sa couverture, le tome 2 d'Amère Russie, "Les Colombes de Grozny" s'annonce plus noir que le précédent. Bassaïev a des allures de tyran, il ressemble à Ivan le Terrible. Ce n'est pas son Volodia que sa mère a retrouvé, mais un autre prisonnier russe qui le "remplace". Dans la ville de Grozny détruite Ekaterina et Oleg vivent au jour le jour avec les habitants, dépendant des colis alimentaires, évitant les kontrakniki (mercenaires), rencontrant des trafiquants, retrouvant Assia, l'amazone-sniper, échappant in extremis aux Wahhabites. Ekaterina a même un soupirant, mais elle n'oublie pas son objectif : retrouver son garçon. D'autres mères ont suivi son exemple et débarquent en car dans la ville, puis tous sont obligés de s'enfuir à cause de l'attaque des Russes. Je ne dévoilerai pas la fin, mi-figue, mi-raisin...

Plus de violence, malgré un lâcher de colombes en papier plié, de désespoir. La guerre est toujours inhumaine, sale et moche.

Malgré la dureté du sujet qu'elle traite j'ai apprécié cette BD. Ce qu'elle raconte a été peu diffusé dans les media et c'est un témoignage important. Elle n'est pas manichéenne, il y a des bons et des méchants dans tous les camps. L'hymne tchétchène accompagne Assia à la fin. J'ai été touchée par l'humanité des gens ordinaires représentés et par la présence de plusieurs enfants, qui restent tels qu'ils sont dans toutes les circonstances. À la dernière page on reconnait Anna Politkovskaïa, assassinée en 2006, c'est important de ne pas l'oublier.

J'ajoute pour finir deux bémols : presque tous les Tchétchènes des illustrations de cette BD sont basanés, les cheveux et les yeux noirs et le nez busqué. En fait il y a aussi des Tchétchènes roux ou châtains au teint et aux yeux clairs, et aux nez divers, j'en connais. Enfin la translittération des noms propres dans ces albums est empruntée à la transcription anglaise et ne correspond pas aux sons du français, et je trouve ça dommage. Un exemple parmi plusieurs autres, l'amazone s'appelle Assia, pas Asia...

Commenter  J’apprécie          10

Ekaterina est une petite mère russe qui croit qu'elle pourra récupérer son fils prisonnier des Tchétchène de Bassaïev si elle se présente en chair et en os. Flanquée de sa chienne, elle entreprend le périple vers Grozny et affronte le rebelle.

Il lui colle un prisonnier russe aveugle et les relègue dans un immeuble avec une faune pas possible. Les murs sont percés pour que les snipers puissent passer d'un bout à l'autre sanse faire voir. Un mileu de la place, une bombe est plantée dans le sol, n'ayant pas explosé à l'impact. Et commence le défilé des absurdités et atrocités de la guerre. Marché noir. Livraisons de l'UNICEF volées et dégradées par les francs-tireurs russes. Etc. Et quand l'assaut est donné dans une ville en ruines, c'est le sauve-qui-peut général.

Les auteurs alternent la poésie avec des colombes origami en papier, et l'horreur la plus totale avec des bombes au phosphore, le tout sur la même planche quasiment... C'est dur et terriblement réel, criant de vérité, à un point que ne renierait pas Svetlana Alexievitch. Une fin bien amère vient ponctuer un récit au goût âcre, comme un nuage de poudre. Et le dessin, âpre, dur et anguleux, est en accord parfait avec le propos.

Commenter  J’apprécie          30

Je n'ai guère attendu pour découvrir la suite des aventures de Eketarina.

L'Ukraine est toujours à feu et à sang … l'armée russe est toujours en route pour sauver les ukrainiens russophones des représentants du nazisme qui ont pris le pouvoir !

Le discours des idéologues est toujours aussi perverti, on fait dire tout et n'importe quoi pour essayer d'écraser une démocratie.

Dans la deuxième partie de l'histoire du conflit qui a éclaté il y a plus de trente ans en Tchétchénie … nous découvrons Grozny sous les bombes … aujourd'hui ce pourrait être Kiev … même scènes de désolations, mème scènes de combats … même résultats … des ruines, des villes à reconstruire et des habitants éberlués de voir le nouveau paysage qui les entoure.

Le constat d'une lutte permanente des femmes qui reste toujours à mener pour libérer les soldats prisonniers d'un régime qui les a embrigadés au nom d'une idéologie mensongère.

Globalement une BD salutaire qui nous rappelle que la démocratie n'est pas définitivement gagnante … c'est un combat de tous mes jours et de tous mes instants.

Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (3)
Bedeo
27 octobre 2015
Les colombes blanches de Grozny vous arracheront peut-être des larmes (...), mais c’est là toute la force de cette BD qui refuse le consensuel et le politiquement correct.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario
15 juillet 2015
Fiction captivante, la série est loin de prétendre être un reportage de guerre mais réussit, en plus de le distraire, à sensibiliser le lecteur à cette Histoire qui continue de s’écrire.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest
24 juin 2015
Jamais dogmatique ni sentencieux, Amère Russie est un récit de qualité sur un sujet délicat.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation

La lumière de ta cigarette fait une cible parfaite pour un sniper…

Généralement, j’attends qu’il offre du feu à un collègue… et s’il n’a pas de briquet, c’est encore plus simple…

Au moment où les cigarettes se touchent… je suis sûre d’avoir les deux avec une seule balle.

Commenter  J’apprécie          20

Faut quand même leur reconnaitre un truc, aux Ruskofs...

...quand ils construisent, c'est pour durer !

Même eux n'arrivent pas à le faire tomber !

...c'est pourtant pas faut d'essayer !

Commenter  J’apprécie          10

Mes amis tchétchènes m'ont fait parvenir la photo...Niveau info, c'est top, mais niveau photo...on sent qu'ils ont plus l'habitude d'appuyer sur une gâchette que sur un déclencheur !

Commenter  J’apprécie          10

Deux Tchétchènes dans un camp de prisonniers : t’as pris combien, toi ? 20 ans. Mais qu’est ce que tu as fais pour prendre 20 ans ? Moi ? Rien ! Menteur ! Rien, c’est 10 ans.

Commenter  J’apprécie          10

Ah ?...

Ça a l'air de se calmer...

Pause-déjeuner ! Ces salauds de russe font la guerre comme des fonctionnaires : à heure fixe !

Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Aurélien Ducoudray (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélien Ducoudray
L'impudence des chiens
autres livres classés : Tchétchénie (Russie)Voir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4724 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre