AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Amère Russie, tome 2 : Les colombes de Grozny (10)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
spleen
  09 novembre 2016
Ce deuxième et dernier tome d'Amère Russie est sans doute plus poignant que le premier, on sourit moins, le ton est plus grave .

Ekaterina est envoyé par Bassaiev avec Oleg, le jeune soldat russe prisonnier, à Grozni où le combat fait rage en attendant un éventuel échange entre le petit fils de Bassaiev détenu par les russes et Volodia , le fils d'Ekaterina prisonnier des tchétchènes .

A Grozni , c'est le règne des combattants en tout genre, de la débrouille entre convois humanitaires pillés et marché noir et c'est la loi des snippers sur les toits au milieu des immeubles effondrés.
Malgré cela, les civils y survivent, certaines femmes combattent comme les hommes, telle Asia qui passe ses nuits sur les toits avec son arme, d'autres essaient plus simplement , mais quelle lutte également , de trouver à manger à leurs enfants ...

Cela fait douloureusement penser au siège d'Alep encore plus meurtrier : syriens, tchéchénes ou russes:  pour la grande majorité de ces populations , les enjeux sont ailleurs que leurs simples vies , des bassins fertiles du radicalisme en particulier islamiste, on le pressent déjà dans ce conflit  .

Des femmes courageuses , en particulier des mères comme Ekaterina se battent pour la liberté de leur pays et de leurs enfants .
Elles sont de tous pays , saluons leur détermination.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Maks
  29 février 2016
Aussi bien voir même un cran au dessus du premier tome, notre "maman" un peu folle n'est pas si folle que ça, elle est meme très intelligente et très débrouillarde !
Pas mal d'émotions pendant ce tome 2, les personnages sont toujours aussi intéressant.

Le coup de crayon est toujours de qualité, rempli de détails réalistes et bien colorisé.

Un petit bémol c'est la fin qui se déroule trop rapidement, à peines sur 4 pages, comme si on avait du boucler la BD en urgence.
Commenter  J’apprécie          60
badpx
  21 juin 2018
Ce second tome vaut le premier. Je suis toujours aussi mal à l'aise avec ce pseudo humour sur des situations absolument dramatiques.
La situation qui est décrite semble sans espoir, pourtant il existe un fond d'humanité dans cet immeuble des aveugles... Un peu d'espoir principalement porté par les femmes. Ça fait une jolie anti-thèse avec le premier tome à a fin duquel il y avait un joli dossier sur les amazones de toutes origines.
Par contre, la fin semble sortie du chapeau : A aucun moment dans le récit il n'a été question de ces autres mères russes, et leur arrivée m'a un peu surprise.
Un récit très intéressant.
Commenter  J’apprécie          40
Bdziles97
  07 juin 2015
(NB971) Un rythme enlevé. Sur le plan graphique, on n'est pas très loin d'Astérix par moment (les visages, expressions, bulles, on se croirait à la poissonnerie, ça met un peu de distance...). Très agréable. Il y a beaucoup d'humanité, des messages forts, de la vie sous les bombes. Ce double album a toute sa place en sélection lycée. Plus je lis, plus la concurrence devient rude... Mais OUI en lycée !

(EM971) Double album dévoré. Tout y est : un sujet grave entre horreur de la guerre et grande humanité. Mais rien de pesant ni de larmoyant. De l'action, de l'humour, quelques touches de poésie. L'équilibre est parfait ! Un grand OUI en lycée.

(IK971) Très beau diptyque, graphiquement maîtrisé, personnages attachants et drôles, même en temps de guerre...Guerre encore, guerre toujours mais ici effectivement, c'est une guerre à visage humain...S'il faut en mettre un ou deux! C'est celui-ci! Oui pour la sélection Lycée...Et pourquoi pas collège.
Commenter  J’apprécie          20
the_bill
  02 février 2021
Dans la même lignée que le premier tome...
J'ai passé un très bon moment à suivre les déambulations de Katerina à la recherche de son fils dans une Tchétchénie à feu et à sang.
On alterne facilement entre l'humour et le drame, le vaudeville et le tragique, le rire et le sang...
Le ton est juste, les personnages sont charismatiques. On est sidéré de l'absurdité de la situation et du peu de considération des puissants envers leur peuple. La Russie est un terrain de jeu privilégié pour ce genre de récit et les événements de l'actualité les lus récents ne sont pas pour les contredire.
D'un autre côté, on pénètre dans le quotidien de cette population, les petits trafics et autres débrouillardises, les risques et la misère. La géopolitique laisse place aux petits soucis du quotidien et à la philosophie de Bomberman !
Et malgré tout, on passe un bon moment, on se surprend à rire et à frémir sur la même page...
Même la fin est maitrisée et dans la même dynamique.
Un diptyque de très belle qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
philteys
  28 avril 2017
Diptyque bouleversant où petites histoires quotidiennes côtoient la grande histoire, celle de la guerre de Tchétchénie, où moments dramatiques prennent le contrepied de situations cocasses… Que reste-t-il d'humain dans un tel décor ? Les belles figures et les vrais salauds sont-ils faits d'un seul bloc ? Ekaterina, mère-courage, accompagnée de sa petite chienne Milyi (un chien sans importance qui pourtant, est souvent central dans le récit), va les affronter avec la volonté indéfectible de retrouver son fils. le dessin d'Anlor est magnifique, parfois tout en angles et en tension (ah la g… de Bassaïev !) et arrive à faire passer la noirceur de ce récit avec une belle utilisation des couleurs.
Bref, je conseille vivement.
Commenter  J’apprécie          10
pilou62200
  17 décembre 2016
Une BD de qualité, avec un fond de réalité sociale, et une analyse assez pointue du comportement humain.
Entre les russes et les tchétchènes, on ne sait plus qui est bon qui est mauvais.
Chacun va réagir à ce que lui fait l'autre, et au milieu de tout ça, la maman est à la recherche de son fils russe parti combattre en Tchétchénie....
On croise de nombreux personnages et tous sont intéressants et posent question !

On en redemande.
Commenter  J’apprécie          10
croix59
  01 juin 2015
Excellente BD sur un sujet peu traité et pas très facile : le conflit en Tchétchénie. Un peu d'humour, surtout dans le premier tome, pour accompagner cette mère courage qui a décidé d'aller chercher son fils russe prisonnier des tchétchénes. Elle ira de désillusion en désillusion en ce qui concerne l'armée russe, les resposables tchétchénes mais rencontrera de fortes personnalités comme le petit Volodia et sa famille, une amazone de Bassaiev, Oleg, le prisonnier et toutes les mères comme elle à la recherche de leur fils. C'est magnifique. le dessin par moment caricatural sur les vieilles personnes, les couleurs, tout fait de ce livre un petit bijou.
Commenter  J’apprécie          10
Mukashimukashi
  27 août 2020
Dès sa couverture, le tome 2 d'Amère Russie, "Les Colombes de Grozny" s'annonce plus noir que le précédent. Bassaïev a des allures de tyran, il ressemble à Ivan le Terrible. Ce n'est pas son Volodia que sa mère a retrouvé, mais un autre prisonnier russe qui le "remplace". Dans la ville de Grozny détruite Ekaterina et Oleg vivent au jour le jour avec les habitants, dépendant des colis alimentaires, évitant les kontrakniki (mercenaires), rencontrant des trafiquants, retrouvant Assia, l'amazone-sniper, échappant in extremis aux Wahhabites. Ekaterina a même un soupirant, mais elle n'oublie pas son objectif : retrouver son garçon. D'autres mères ont suivi son exemple et débarquent en car dans la ville, puis tous sont obligés de s'enfuir à cause de l'attaque des Russes. Je ne dévoilerai pas la fin, mi-figue, mi-raisin...
Plus de violence, malgré un lâcher de colombes en papier plié, de désespoir. La guerre est toujours inhumaine, sale et moche.
Malgré la dureté du sujet qu'elle traite j'ai apprécié cette BD. Ce qu'elle raconte a été peu diffusé dans les media et c'est un témoignage important. Elle n'est pas manichéenne, il y a des bons et des méchants dans tous les camps. L'hymne tchétchène accompagne Assia à la fin. J'ai été touchée par l'humanité des gens ordinaires représentés et par la présence de plusieurs enfants, qui restent tels qu'ils sont dans toutes les circonstances. À la dernière page on reconnait Anna Politkovskaïa, assassinée en 2006, c'est important de ne pas l'oublier.
J'ajoute pour finir deux bémols : presque tous les Tchétchènes des illustrations de cette BD sont basanés, les cheveux et les yeux noirs et le nez busqué. En fait il y a aussi des Tchétchènes roux ou châtains au teint et aux yeux clairs, et aux nez divers, j'en connais. Enfin la translittération des noms propres dans ces albums est empruntée à la transcription anglaise et ne correspond pas aux sons du français, et je trouve ça dommage. Un exemple parmi plusieurs autres, l'amazone s'appelle Assia, pas Asia...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yvan_T
  14 janvier 2017
« Les colombes de Grozny » clôture avec brio la quête improbable d'une mère au foyer russe qui tente de retrouver son fils soldat, fait prisonnier par les hommes du chef tchétchène Bassaïev.

Cette aventure en deux tomes signée Aurélien Ducoudray (The Grocery) et Anlor se poursuit dans les décombres de la ville de Grozny, où Ekaterina Kitaev vit désormais parmi les civils tchétchènes dans un immeuble à moitié détruit. Accompagnée de sa chienne et d'un soldat russe aveugle libéré par le général tchétchène, qui tente de combler le vide laissé par son fils, Ekaterina constate une nouvelle fois toute l'absurdité et l'horreur de ce conflit tchétchène.

Les auteurs dressent tout d'abord le portrait attendrissant d'une mère-courage qui remue ciel et terre pour récupérer son fiston. Au fil des pages et d'un voyage regorgeant de dangers et de rencontres surprenantes, le lecteur s'attache inévitablement à ce petit bout de femme qui allie courage et naïveté. Armée d'une obstination maternelle à toute épreuve, cette héroïne atypique ne manque en effet pas de séduire.

Cette quête humaine jonchée d'obstacles sert néanmoins également de prétexte pour s'intéresser au conflit intestin qui oppose la mère Russie au peuple tchétchène. Si l'auteur ne manque pas de pointer du doigt l'absurdité de cette guerre civile, tout en intégrant des éléments historiques, l'ancrage historique se retrouve très vite en arrière-plan de cette incroyable aventure humaine. En s'installant parmi des civils qui survivent tant bien que mal dans une ville ravagée par les bombardements, Ekaterina découvre un quotidien au milieu de snipers, fait de trafics en tout genre et de convois d'aide humanitaire détournés des plus nécessiteux. Même les retrouvailles inespérées avec le fiston ne manque pas de démontrer tout le mal qu'un tel conflit peut générer.

L'innocence de cette maman particulièrement attachante et les cabrioles de son petit chien contribuent cependant à insuffler un brin d'humour au récit, atténuant ainsi l'horreur de cette guerre que l'auteur décrit de manière non partisane, la barbarie n'étant pas le fruit d'un seul des deux camps. le quotidien tragique des enfants est ainsi allégé par leur envie de jouer à Bomberman sur la console Nintendo pendant les quelques heures où l'électricité fonctionne.

Visuellement, le dessin semi-réaliste d'Anlor accompagne avec brio le scénario de Ducoudray. Proposant des personnages expressifs et hauts en couleurs et restituant avec grande efficacité les décors dévastés par le conflit, la dessinatrice livre un véritable sans-faute.

Un excellent récit qui mêle émotions et action sur fond historique, que vous pouvez retrouver dans mon Top de l'année !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3937 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre