AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782818945155
88 pages
Bamboo Edition (06/06/2018)
3.13/5   31 notes
Résumé :
Sur le côté droit de la ligne Paris-Toulouse, une structure en béton file sur une dizaine de kilomètres. Elle était destinée dans les années 1970 à accueillir l'aérotrain, projet avorté de train à grande vitesse. Sous un pilier de cette ruine moderne, Hervé, 17 ans, et Romuald, 12 ans, n'ont pas réussi à décoller, eux non plus. Lucie va apporter pas mal de nouveauté dans leur vie monotone. À 16 ans, avec un père conducteur de train au Japon et une mère richissime, e... >Voir plus
Que lire après Les lumières de l'AérotrainVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Bon, pour tout vous dire, j'ai relu cette bande-dessinée une seconde fois pour bien comprendre ce qui clochait et ne pas me laissé emporter par un fort sentiment de rancoeur pour le scénariste (le dessinateur n'étant en rien dans cette histoire, sachant que le dessin est sans doute le seul aspect qui ne soit pas râté en dehors d'une première de couverture complètement mensongère). Voici donc de manière organisée, le résumé des raisons pour lesquelles Les Lumières de l'Aérotrain n'est pas une bonne BD :
1) Les personnages : le scénariste ne respecte manifestement pas ses personnages. Il construit ici quatre archétypes de base avec une unique caractéristique qui sera développée tout le long : Romuald, l'intellectuel, fan d'aérotrain ; Hervé, le cancre sans avenir, qui aime la moto, les filles et les joints ; Mathilde, la fille en surpoids, qui n'a pas confiance en elle, caissière et Lucie, la blonde canon manipulatrice. Résultat des comptes, avec cette fausse construction de personnages, la plupart des dialogues sont ratés (en ceci que le scénariste les fait interagir telles des marionnettes avec des réponses attendues tel que Romuald l'intello parle d'aérotrain et les autres ne l'écoute pas, anti-intellectuels qu'ils sont ou alors Mathilde danse sur une piste en boîte de nuit et les autres parlent mal de son physique, grossophobes et sexistes qu'ils arrivent à être) et les relations entre les personnages sonnent creux (seul les unissent leur façon malsaine de se rabaisser les uns les autres pour tenter de valoriser leur propre image) ;
2) L'intrigue : A cette base narrative vachement bancale ajoutons une grosse louche d'irresponsabilité et nous obtenons cette BD. En effet, Les lumières de l'aérotrain c'est aussi une série de délits et de crimes banalisés : vols, viol (et oui vous ne rêvez pas !), meurtre (non toujours pas !) homophobie, grossophobie, sexisme, anti-intellectualisme, abus de confiance et autres délits plus mineurs comme l'acte ô combien élégant d'Hervé qui urine sur la voie publique [p.8], nous offrant une splendide entrée en la matière. Pire encore, cette liste de méfaits ne sera jamais sanctionné comme il se doit, sachant que le livre se conclura sur une peine inversée : les "méchants" s'en sortent mieux que les "gentils"... Un monde à l'envers qui aurait pu servir à quelque chose mais qui ne le fera pas à cause du dernier point ;
3) Un titre mensonger : les plus attentifs auront sans doute remarqué que je n'ai pas encore mentionné d'aérotrain dans cette histoire, exception faite de la passion dénigrée de Romuald. Et bien, figurez-vous que cette aérotrain et ces fameuses lumières constituent des objets serviles de l'histoire, je m'explique. Si dans les premières, l'on pourrait croire que la situation de banlieusards, vachement pauvres et paumés des héros principaux va exploiter les lumières de l'aérotrain (dont Romuald sait tout, dont les horaires de passage des trains actuels) comme un symbole d'espoir d'un changement de vie des personnages et bien en fait ce sera bien tout le contraire, puisque c'est au moment du climax [p.83], alors que leur situation vient d'atteindre des hauteurs de désespoir jamais égalées (ils viennent de commettre un meurtre par esprit de vengeance), que Romuald s'écriera "C'est les lumières de l'aérotrain !!!" et que Mathilde devra lui expliquer, la mort dans l'âme, qu'il ne s'agit pas de l'aérotrain mais de la police venue pour les arrêter.
En somme, si le titre est si mensonger, c'est que les fameuses lumières sont détournés comme un rebondissement défaitiste en sirènes de police ce qui continue à soutenir une sanction étrange contre l'univers et les rêves de nos personnages. Cette négation de leurs avenirs (Hervé décrit comme futur chômeur [p.43], Romuald comme conducteur de train rêveur et Mathilde comme caissière empêtrée dans les périls d'une origine socio-économique injuste) est particulièrement cruelle et ne soutient absolument aucune assertion sur le monde. Aucune proposition de mise en valeur des personnages. Aucune levée ou monstration des injustices. Seulement quatre existences maltraitées par un scénariste irresponsable.
Pour conclure, ceci est vraiment une lecture que je ne vous conseille sous aucun prétexte à tenir éloignée des enfants comme des adultes sachant - je vous rappelle qu'elle contient une scène de viol et une scène de meurtre assez traumatisante pour quiconque arrive malgré l'incompétence du scénariste à développer un minimum d'empathie pour nos personnages.
Commenter  J’apprécie          00
J'ai bien aimé cette lecture, sorte de portraits d'une jeunesse dans un petit patelin de France. Par certains côté, j'y ai trouvé un air de Je mourrai pas gibier même si le déroulé est franchement différent.

C'est un trio de personnages plutôt bon, avec cette jeune femme caissière qui a la sensation de passer à côté de sa vie, ce jeune redoublant qui rate sa scolarité et s'en fiche, cet autre jeune passionné de train et admiratif de l'aérotrain. Sous les rails de béton jamais utilisé (mais ô combien photogéniques !) leur vie est plan-plan, entre sorties dans la gravière, petits larcins, sortie en boite … Et arrive une jeune fille, pétillante de vie, qui met tout ce petit monde en émoi.
Soyons honnête, j'avais vu venir gros comme une maison les mensonges de la jeune fille, mais j'ai vraiment l'impression que l'auteur à tout fait pour ça. Par contre la deuxième partie est plus surprenante et la montée en tension est bien menée, jusqu'à la fin qui culmine à un point inattendu. J'ai trouvé que cette explosion finale avait été bien amenée, faisant de ce point de l'histoire la cristallisation de tout ce qui a eu lieu avant : les frustrations, les humiliations, la rage, la haine. C'est une vengeance, une juste vengeance, mais une vengeance aveugle. L'auteur joue habillement ses cartes pour ne pas faire une fin trop facile et fleur bleue, surtout qu'il y a une grinçante ironie dans la lettre finale (à propos du gars aux dreadlocks). Une belle manière de montrer que c'est surtout une question de situation. Un commentaire sociale pas dénuée d'intérêt, je trouve.

Ce qui m'a plu aussi, c'est l'utilisation de l'aérotrain : un projet raté, vieux et envahissant, comme la vie de ces jeunes peut sembler ratée. On a les questions de pression de genre, les pressions au travail, la misère sociale … le propos se veut assez sombre, malgré un dessin et un début qui font plus coloré et frais que le ton final. Sous des faux airs de BD sympa, le récit se veut comme une histoire tragique.
La BD mérite une petite lecture, je dirais qu'on est sur un 3.5 que je note à la hausse pour la note global !
Commenter  J’apprécie          30
Quand j'ai commencé les lumières de l'aérotrain, je ne m'attendais pas du tout à ce genre d'histoire. En effet, cela commence très gentiment dans la joie, la gaieté et la bonne humeur pour terminer dans le drame le plus absolu qu'on avait pas vu venir. On passera du rire aux larmes.

Ce qui est intéressant, c'est sans doute de voir tout le cheminement qui a concouru à cet enchaînement d'événements. Il faut dire que la trahison en amitié n'est jamais une bonne chose et que cela peut avoir de lourdes conséquences.

Oui, cette oeuvre ne laissera pas le lecteur totalement indifférent après lecture. Et quelque fois, il vaut mieux s'écarter des sentiers battus pour offrir une fin digne de ce nom. Par ailleurs, on en apprend beaucoup sur l'aérotrain qui fut le concurrent malheureux du TGV ce qu'une grande partie de la population peut ignorer. Cependant, cela ne constitue que le prétexte à ce récit qui va nous entraîner bien au-delà des lumières de l'aérotrain.
Commenter  J’apprécie          50
C'est le début des vacances d'été. Hervé et Romuald s'ennuient sous déjà dans leur planque sous un des piliers abandonné de l'aérotrain. Mais un jour, un ados de leur âge débarque dans leur lotissement et va changer leur routine quotidienne. Ils vont l'aide à régler une dette suite à un chantage, sortir ensemble en boîte, ...

Les trois quart de la BD ce lisent avec plaisir où l'on suit cette bande d'ados dans leur occupations (ou inoccupations) quotidienne mais le tournant que prend la fin de l'histoire est certes inattendue mais ne colle pas avec l'ambiance instaurée dès les premières pages. Cette fin m'a pour ainsi dire gâché cette lecture.
Commenter  J’apprécie          60
Au départ, cela ressemble à une histoire tout ce qu'il y a de plus banale : des adolescents rencontrent une nouvelle du quartier, des liens se créent d'autres s'affrontent, jusqu'à ….
Car l'intrigue prend une tournure imprévue.

J'ai apprécié certains personnages, d'autres beaucoup moins : Romuald par exemple est très touchant, il est fasciné par le monde ferroviaire et notamment sur le destin de l'aérotrain, un monorail ultra-rapide créé et testé dans les années 70 et abandonné au profit du TGV. C'est le plus jeune, un peu naïf et pourtant très intelligent.
Il suit partout Xavier, l'ado “voyou-cancre” dans toute sa splendeur, qui n'aime pas l'école. Tous les deux retrouvent Mathilde, une jeune caissière très ronde et dont j'ai détesté les stéréotypes qu'on lui a attribués, elle roule en R5 (je ne vois pas le souci, c'est super la R5).
Enfin Lucie, la nénette mince, blonde, mince, dont on a envie de mettre des baffes.

Son arrivée va tout changer.

Le scénario est subtil, le ton humoristique reste tout autant très sérieux, les dessins et l'ambiance magnifique viennent rehausser l'ensemble. Une lecture est agréable.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
Sceneario
17 juillet 2018
Aurélien Ducoudray réussit cette intégration (même superficielle) du "culturel" dans la fiction. L'aérotrain est un projet remisé, mais Les lumières de l'aérotrain est une bande dessinée terminée et qui n'attend plus que d'être lue par vous !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi
09 juillet 2018
Un album étonnant et prenant, par le réalisme de son ton et sa construction aboutie, autour d’un sujet mineur mais traité avec sérieux et distance.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest
03 juillet 2018
Nonobstant la crédibilité défaillante de certains passages, Les lumières de l'aérotrain dévoile l'histoire folle et novatrice de ce monorail à propulsion par hélice. En définitive, ce récit complet parvient à transporter son lecteur sur les bons rails.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
L'homme qui avait un train d'avance.
Commenter  J’apprécie          40
- 430 à l'heure, Hervé! Tu te rends compte ?
Record mondial! Et ça s'est passé ici!
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Aurélien Ducoudray (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélien Ducoudray
Chine de nos jours, Yuan est un routier qui vit du commerce du charbon, seule source de revenus pour sa famille. Laissé pour mort par un usurier, il doit retrouver son véhicule et laver son honneur, coûte que coûte !
D'un important fonds documentaire, les auteurs, Fred Druart et Aurélien Ducoudray, proposent un récit de fiction tendant vers le polar, afin de décrire au mieux ce mécanisme de vente frauduleux qu'est l'exploitation des mines clandestines, et l'approvisionnement des petits commerçants des bords de route.
Feuilleter la BD : tinyurl.com/amesnoires
autres livres classés : chantageVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (53) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5283 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}