AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081421690
Éditeur : Flammarion (28/02/2018)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 99 notes)
Résumé :
La loi de Murphy n'est rien comparée à la loi d'Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu'on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l'évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s'emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu'elle a depuis l'enfance qu'il lui a toujours manqué quelqu'un ? Il y a de quoi se poser des questions quand le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
jujuramp
  08 juin 2018
Depuis la naissance Enaid claudique, brinqueballée de-ci de-là comme un objet un peu encombrant.
Depuis la naissance, Enaid n'a pas vraiment de chance, elle attire mêmes les petites fatalités.
Diane Ducret nous livre un récit doux amer qui m'a picoté, m'a émoustillé et m'a même fait vaciller.
Moi qui pensait être plutôt droit dans mes bottes en débutant la lecture de cet ouvrage, je me suis retrouvé à finir ma lecture à cloche pied.
Bilan : j'ai adoré.
L'Amérique d'Enaid m'a fait sourire de bon coeur. Sa vision de sa vie cabossée et de sa petite personne m'ont souvent ému. Lorsque l'existence ne vous a pas offert les meilleures cartes et qu'il faut avancer malgré tout …
Un magnifique portrait de femme.
Bouleversant. Détonnant. Etonnant.
Je n'avais jamais lu Diane Ducret. Erreur fatale.

Je vais me faire un plaisir de découvrir d'autres romans de cette auteure qui mêle avec brio second degré et ironie, en croquant un personnage plus vrai que nature.
Je ne regarderais plus les flamands roses de la même façon et je leur porte dorénavant une tendresse toute particulière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          662
Annette55
  15 juin 2018
Je connaissais Diane-Ducret comme essayiste, et j'avais lu avec plaisir et passion," Femmes-de-dictateurs " chez Perrin en 2011. Lorsque j'ai aperçu cette belle jeune femme contestée lors d'une émission par un écrivain dont je tairai le nom, j'ai décidé d'acheter son livre...
Que dire de cet ouvrage?
Honnêtement , tout au début, on pense lire un ouvrage facile. En réalité Sous l'anagramme de Enaid, la romancière donne à voir son autobiographie romancée !
Elle nous livre son histoire sans misérabilisme même si des éléments burlesques la parsèment .
Elle grandit seule, loin de sa mére, adoptée par ses grands- parents :Yvette et André, son pére se tient trés loin, d'une indifférence quasi totale ....
Les chapitres sont courts, aérés, faciles à lire, les lieux et les villes différents, l'humour décapant ,
la sensation pour Enaid d'être constamment là où il ne faudrait pas, à contre temps.
Les fées qui se sont penchées sur son berceau étaient bien mal intentionnées et se sont nécessairement trompées !
L'auteur est persuadée de ne pas avoir été aimée , elle éprouve un manque constant : "J'ai comme un trou dans la tête ."
Sur un ton humoristique , presque détaché, alternant gravité et émotion ,elle fera face petit à petit à tous les défis , se construisant par sa seule force, décidée à apprendre à se relever ....
Elle évoque les péripéties de sa vie avec sincérité et naturel, les obstacles, l'évolution de sa jeune existence, le handicap, la maladie, l'abandon et le manque, les addictions, les violences conjugales , les relations mère - fille, le pardon.....
C'est un récit surprenant au parcours chaotique , peu à peu les secrets se lèvent et l'auteur se met à nu.
La fin est trés belle, abordée d'une maniére digne, douce, profonde et sereine , une sorte de résilience ....Vous saurez pourquoi en le lisant ....
Je ne vais pas en dire plus......
Une belle façon de montrer que l'on peut avoir le courage de rester soi, une réflexion aussi sur la notion de couple.
Comment peut- on réussir à aimer et à être aimé ?
Le lecteur reçoit une claque en pleine figure contrairement au roman léger que l'on pensait lire , l'écriture est nerveuse, pétrie de comparaisons métaphoriques étonnantes et attachantes ..
Je ne sais pas si je dois remercier cet écrivain insolent qui m'a incitée à acheter ce livre qui procure de fortes émotions .
Il peut ne pas plaire à tout le monde !!
Pas facile d'écrire une critique sans en dire trop .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          448
scarlett12
  09 juillet 2018

Diane Ducret convertie en son anagramme Enaid nous conte ici son autobiographie.
Sous des dehors caustiques et avec un humour à peine voilé, elle nous livre les tragédies de sa vie et le courage qu'il lui a fallu pour les surmonter.
Enfant retirée de la garde de sa mère (danseuse de cabaret), elle est confiée à une famille d'accueil dont elle apprendra quelques années plus tard qu'elle constitue en fait ses grands-parents. le père est rarement visible et Enaid, malgré la sollicitude de ses grands-parents ne se sent pas aimée et ne s'aime pas. Elle cumule les déboires aussi bien physiques (fracture de la cheville mal opérée) que psychiques : elle se fait larguer par un coup de fil par son ami alors qu'elle se trouve en Pologne pour son boulot ; femme battue en Italie, elle verse dans la drogue, se trouve sujette à une attaque de l'ETA, tombe enceinte à 16 ans, subit un avortement, bref elle attire immanquablement la poisse et ce depuis sa naissance où comme elle le dit si bien "les fées se sont penchées sur son berceau mais elles devaient être bourrées" !
Elle est ou ne se sent pas comme les autres, il lui manque toujours quelqu'un ou quelque chose et même si elle prétend ne pas aimer sa mère (qu'elle n'a plus vue depuis près de trente ans), les retrouvailles finiront par avoir lieu dans des conditions très spéciales où Enaid découvrira bien des choses qu'elle ignorait jusque là.
Un livre qui nous entreprend d'une réflexion bien plus puissante que celle à laquelle on songe au début au fil de chaque embûche. Enaid se pose de plus en plus de questions mais finit par triompher et se renforcer, un livre où m'est venue spontanément à l'esprit la célèbre phrase de Nietzsche "tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" et c'est ma foi bien vrai !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
pyrouette
  16 mai 2018
Bluffée par le titre et la couverture de ce livre, ne connaissant pas l'auteure, je pensais à un de ces romans à la mode ces derniers temps, qui font du bien, certes, mais sans ces émotions que je peux ressentir dans d'autres ouvrages. Je me trompais.
Enaid a besoin de prendre de l'élan et du courage pour nous raconter son histoire.
Elle commence par le présent, se trouve en Pologne pour des raisons professionnelles, dans un taxi, et son compagnon l'appelle pour rompre. Malgré sa stupeur et son futur chagrin, Enaid, le double de l'ombre ou la moitié de Diane, comme vous voudrez, nous fait rire, noie le poisson avec des scènes cocasses.
Enaid nous laisse le temps de prendre notre respiration pour le reste de son récit car vous ne reprendrez votre souffle qu'à la fin. La descente est rude, nous plongeons dans son enfance.
Élevée par ses grands-parents paternels, cette petite fille grandit avec ses peurs, ses failles, ses questions auxquelles personne ne peut répondre. Elle ne doit pas devenir comme sa mère, André et Yvette y veillent. Enaid grandit dans l'amour mais incomplet et le sentiment d'insécurité de ses grands-parents devient le sien. de mauvais choix des adultes en mauvais ressenti de cette fillette font que l'adolescence est violente et destructrice au possible.
Cette révoltée retrouve la raison, malgré son esprit de contradiction (en même temps personne ne lui a donné les clés pour son chemin de vie) s'inscrit dans un lycée de prestige à Paris et ne trouve rien de mieux que de tomber amoureuse d'un bipolaire pervers narcissique. Enaid toujours en avance sur son temps le dit bien : avant on disait maniaco-dépressif et connard égoïste. Elle s'en sortira avec des terreurs insurmontables.
Enaid a eu un accident d'équitation, pendant son enfance, et mal opérée, sa jambe l'a fait à nouveau souffrir et je crois volontiers que ce handicap va lui sauver la vie.
À peine vingt ans, un handicap qu'elle ne veut pas reconnaître, l'impression de porter le poids du monde sur ses épaules, en manque d'amour, elle continue vaille que vaille son chemin, destin qu'elle malmène malgré elle, lancée à toute allure et se débattant contre tout.
La maladie et la mort de son grand-père sonnent comme un avertissement. Les retrouvailles avec sa mère dans un centre de soins palliatifs lui font comprendre qu'elle ne peut continuer à se battre contre l'impossible. Enaid doit s'approprier sa propre vie, pas celles de ses proches, pas celles des autres.
C'est un récit émouvant, une histoire d'amour et de force et peut-être la force de l'amour.
Et que vient faire le flamant rose dans cette histoire ? Diane vous le dira.
Un grand merci à masse critique de Babelio et aux Éditions Flammarion pour cette émouvante découverte
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          446
Dixie39
  16 mai 2018
Attention, si vous ouvrez ce livre, vous allez rire, pleurer, aimer, détester… l'avoir déjà fini ! Voilà ! Vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenu. Moi, je ne l'étais pas. Je me suis fiée aux couleurs pastel de la couverture, à ce flamant rose-bonbon, si sûr de lui, juché sur une seule pâte. Je ne m'attendais pas à cela : un récit fort, drôle, bouleversant et de surcroît : véridique…
Enaid-Diane Ducret nous livre son histoire, celle d'une enfant qui grandira loin de sa mère, sera élevée par ses grands-parents, dans l'indifférence totale d'un père et qui devra apprendre à vivre et se construire avec cette réalité affective-là ! Ce n'est pas la première, vous me direz, et sûrement pas la dernière et cela n'empêche pas toujours de grandir ! Pas toujours. Mais parfois si… Pour peu que la loi de Murphy s'en mêle et que l'on se retrouve prise au piège d'un engrenage infernal : violence, descente aux enfers, blessures physiques et morales indélébiles, …
"Je ne sais pas comment ils vivent, ceux qui n'ont pas songé à mourir au moins une fois, ceux qui n'ont pas pleuré jusqu'à leur bile, ceux qui sont tout de suite heureux."
Je voyais Diane Ducret comme une belle femme à qui tout réussit, me demandant quelle bonne fée s'était penchée sur son berceau, jusqu'à ce que je découvre Enaid… À lire, on peut se dire que cela fait beaucoup pour une seule femme, mais je me suis surtout dit « quel talent ! » Elle a su mettre de la distance entre son personnage et elle : on en oublie Diane face à Enaid. Il n'y a aucune lourdeur, aucun artifice et on reste bluffer devant cette progression qui va crescendo et vous fait passer du rire aux larmes en moins de temps qu'il vous faut pour tourner la page, jusqu'à cette fin si belle…
Cela va paraître contradictoire, mais ce livre qui m'a pris aux tripes et fait rouler les larmes sur les joues, m'a donné une formidable envie de vivre, d'être heureuse et de prendre les gens que j'aime dans mes bras. Sans attendre que ce soit la dernière fois…
"Ce que tu as vu là… ce n'est pas la vraie vie. C'est une partie de la vie seulement. Les paillettes, Ça ne brille pas… ça ne fait que refléter la lumière produite par d'autres."
Et elle sera belle la lumière d'Enaid ! Même s'il en faudra du temps et des embûches, pour que Diane la laisse enfin s'échapper, la plume glissant sur le papier…
"J'écris pour me raconter les histoires que tu ne m'as jamais dites, c'est la seule manière que j'ai trouvée de ne pas être seule. Je raconte les aventures de filles de mauvaise vie, en espérant guérir en moi le vide que tu as laissé".
Encore une belle découverte que je dois aux éditions Flammarion et aux masses critiques de Babelio.
Lien : https://page39web.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          406

critiques presse (2)
Culturebox   03 mai 2018
Au-delà du comique, le roman pose la question de savoir comment s’aimer, comment être aimé et comment aimer en retour, c'est une réflexion sur le couple et sur la confiance en soi.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeJournaldeQuebec   26 mars 2018
La formidable romancière et essayiste Diane Ducret propose une superbe réflexion sur la féminité, la résilience qui tarde à venir et la force de se tenir en équilibre dans son nouveau livre, La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
argenticfairiesentreleslignesargenticfairiesentreleslignes   15 août 2018
Ce n’est pas encore la mode des bipolaires et des pervers narcissiques, en 2000 on appelle bêtement cela un maniaco-dépressif et un connard égoïste. Mais j’ai toujours été en avance sur les tendances. Alors dès que j’en ai vu un, j’ai sauté sur l’occasion. Comment les reconnaît-on Une fois qu’il est trop tard, comme cela, on a bien le loisir de s’en vouloir et de culpabiliser. À ce niveau-là, ce n’st plus du gros sel de Guérande, c’est carrément du poivre de Cayenne. On ne s’ennuie pas. Les montagnes russes sans bouger de chez soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
argenticfairiesentreleslignesargenticfairiesentreleslignes   15 août 2018
Moi, fille de personne, je n’arrive pas à m’imaginer devenir un jour mère de quelqu’un.
Commenter  J’apprécie          30
argenticfairiesentreleslignesargenticfairiesentreleslignes   15 août 2018
On peut se laisser choir lorsque l’on tombe ou faire le saut de l’ange. Être boiteux ou devenir un flamant rose.
Commenter  J’apprécie          00
Dixie39Dixie39   13 mai 2018
Je mange jusqu'à avoir la nausée. Mon intérieur, plein jusqu'à le gueule, n'a plus envie de crier, alors je peux somnoler. Mais au bout de quelques heures, il faut recommencer, c'est un puits sans fond. Après la satiété vient le dégoût, de soi surtout. Que m'arrive-t-il, enfin ? Pourquoi est-ce que je perds ainsi le contrôle de moi-même ? Je ne peux m'empêcher d'agir ainsi. Cela m'amuse-t-il de me faire du mal ? Je ne le veux pas, mais c'est plus fort que moi, un mécanisme est en marche, et je ne trouve pas le bouton d'arrêt. Ce que je m'inflige chaque jour est plus difficile encore à supporter que ce que lui m'a fait. J'ai refusée d'être une victime, pourquoi à présent être mon propre bourreau ? Et à qui en parler ; j'ai bien trop honte, personne ne m'oblige à manger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
pyrouettepyrouette   16 mai 2018
Moi je n’ai fait que tenir, depuis ma tranchée, ma ligne de front en attendant la relève. Personne n’est venu. Et puis un jour j’y ai mieux regardé. J’ai vu d’autre silhouettes qui étaient là elles aussi. Une innombrable armée de jeunes et de voûtés, qui tiennent debout partout autour de moi, repoussant chaque jour l’ennemi en attendant le cessez-le-feu. Nous n’avons pas tous la même guerre, mais une fois que mes yeux se sont habitués à la poussière, j’ai commencé à reconnaître comme les miens ceux qui sont également en lutte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Diane Ducret (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Diane Ducret
Le journaliste David Medioni recevait sur la scène des déblogueurs les auteurs Diane Ducret et Marc Lévy à l'occasion de la dixième édition du salon international du livre de poche Saint-Maur En Poche.
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose de Diane Ducret aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/107730-divers-litterature-la-meilleure-facon-de-marcher-est-celle-du-flamant-rose.html
Les indésirables de Diane Ducret aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/100303-divers-litterature-les-indesirables.html
Une fille comme elle de Marc Levy aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/115732-divers-litterature-une-fille-comme-elle.html
La Dernière des Stanfield de Marc Levy aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/115394-divers-litterature-la-derniere-des-stanfield.html
Et si c'était vrai... de Marc Levy aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/21431-poche-et-si-c-etait-vrai.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. Gerard collard? Jean-Edgar Casel
#soutenezpartagezcommentezlgn #librairie #livres #livre #lecture #culture #passiondulivre #lirepourleplaisir #lirerendheureux #bookstagram #livrestagram #instaculture #instalecture #instalire #romans #roman
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
593 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .