AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266239233
352 pages
Éditeur : Pocket (07/05/2014)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Le XXe siècle – marqué par l'émergence des totalitarismes – a secrété sur tous les continents une série de dictateurs dont les dérives de la personnalité ont engendré des règnes sanguinaires et marqué par une concentration du pouvoir sans précédent. Si on connaît les noms les plus célèbres (Mussolini, Hitler, Staline, Mao, Franco, Ceausescu, Saddam Hussein, Kadhafi), certains sont déjà en passe d'être oubliés en dépit des exactions de leurs règles (Trujillo, Diem, P... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
dedanso
  06 juillet 2017
Dictateur : nom masculin désignant une personne qui, à la tête d'un État, détient tous les pouvoirs, les exerçant sans contrôle et de façon autoritaire.
J'ai ressenti le besoin de vérifier la définition de ce mot car dans mon esprit, une dictature est forcément synonyme de sang versé voir parfois (souvent) de meurtres de masse. Or, ce n'est pas toujours le cas, comme on peut le voir dans quelques portraits brossés ici. C'est étrange de voir comment certaines dictatures prennent parfois des reflets démocratiques (je pense notamment au portrait du dernier Shah d'Iran, Reza II, qui a oeuvré dans son pays pour l'émancipation des femmes et l'instruction par exemple).
Mais d'autres points m'ont étonnée.
Comme la présence quasi constante, dans les dictatures non européennes (la quasi totalité de celles qui sont présentées ici), des Etats-Unis (mais aussi de l'Europe) qui mettent leur nez partout, qui font et défont L Histoire. Et ceci en fonction d'intérêts strictement politico-économiques, et non humains. Ça m'a beaucoup choquée (oui je sais, je suis une idéaliste ou, pour dire plus clairement, une grande naïve).
Étonnant aussi de voir comme le communisme est source d'autant de conflits alors même qu'au départ, il s'agit d'une vision idéaliste d'une égalité sans faille entre chaque individu. Comme quoi chaque extrême est dangereux, même quand l'idéal de départ paraît bon.
Enfin, j'ai été fort étonnée de constater à quel point un grand nombre de ces hommes ont été pleurés par le peuple à leur mort. Certaines nations, qui n'ont toujours connu que cette figure patriarcale, ne prennent conscience de l'horreur que bien des années après.
Je félicite en tout cas pour leur travail les différentes voix qui ont donné vie aux dictatures présentées dans ce recueil à travers la mort de leurs dictateurs. Mort donnée pour certains, mort naturelle pour d'autres, mort violente souvent, à l'image de ce qu'ils ont été. Ces portraits, qui donnent à voir des êtres humains dans toute leur complexité et leurs névroses, m'ont permis de découvrir des dictateurs inconnus, oubliés (comment peuvent-ils l'être ?).
Un ouvrage fort intéressant qui apporte un éclairage sur la vie politique internationale et qui confirme, s'il en était besoin, cette expression de la femme en rouge * : on ne nous dit pas tout !
Challenge Multi défis 2017
* Anne Roumanoff
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Deleatur
  07 janvier 2019
Ce devait être une lecture de vacances, l'été dernier. Mais lorsqu'on m'a fait remarquer que même en bermuda à fleurs je demeurais un indécrottable prof d'histoire, je me suis vu sous les traits du héros des excellentes BD de Fabrice Erre. Un peu vexé, j'ai donc laissé le livre de côté, jusqu'à ce début d'année.
Pour être honnête, j'avais déjà un a priori plutôt circonspect, lié à l'objet lui-même. C'est sans doute très bête mais je reste attaché à la présentation d'un livre, sa mise en page, la police, etc. Or il faut bien admettre que la maquette de l'édition grand format ne ressemble pas à grand chose. Pour tout dire, plutôt qu'un « vrai » livre, la chose évoque davantage un mémoire de master reprographié vite fait chez Copytop. Je ne me plains pas : j'ai pu au moins échapper à la couverture hideuse de la version poche, celle qui est reproduite ici.
Je continue de penser qu'un tel ouvrage pouvait être une bonne idée : la fin d'un dictateur interprétée comme le révélateur d'un régime et le « paroxysme de sa légende » ainsi que l'écrit Christian Makarian dans la préface. C'était un pari osé et difficile à tenir, mais qui pouvait aussi se révéler très stimulant. Les auteurs ont sans doute eu la même intuition, et la même préface évoque d'ailleurs un « ouvrage sans précédent [qui] fera date »... Ces belles intentions, malheureusement, ne dépassent pas le propos liminaire, et on cherche ensuite en vain l'analyse et les problématiques qui pouvaient faire de ce livre un sujet : le culte de la personnalité, la dramaturgie du pouvoir, la brutalité comme instrument, la vengeance collective comme catharsis, et ainsi de suite... Il n'y a rien d'autre qu'une galerie de despotes, pris les uns après les autres et sagement classés dans l'ordre chronologique de leur décès, ce qui constitue rigoureusement la seule tentative d'organisation du texte...
Il faut reconnaître que certains portraits sont fort bien troussés et que leurs auteurs ont su saisir l'essence de leur sujet en peu de pages : Papa Doc, Mao, Boumediene, Idi Amin Dada, et quelques autres encore. Ce sont incontestablement des textes intéressants et possédant un style. D'autres, cependant, sont péniblement laborieux, d'une navrante platitude, et qui plus est sans le moindre talent pour la chute, ce qui est quand même un comble avec un tel sujet.
Au bout du compte, je n'en garderai guère plus qu'un recueil de ces anecdotes morbides et/ou grotesques dont mes élèves sont toujours friands. Mais avais-je sincèrement un autre but que celui-là quand je me proposais d'emmener ce livre à la plage ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Radwan74
  13 janvier 2020
Un ouvrage qui décrit les derniers jours de dictateurs comme Staline, Hitler, Franco, Kadhafi ou encore Tito.
Ce qui ressort de la lecture de ces biographies mortuaires, c'est tout d'abord des personnalités foncièrement tyranniques, violentes, sanguinaires (vous me direz normal pour un dictateur) mais aussi terrifiés. Des dictateurs terrifiés par la mort, par les autres, par les médecins bref qui ne devaient avoir aucun plaisir à vivre. Ce qui ressort de la lecture de ces vies et également une fin absolument dramatique et misérables. Les uns sont lynchés comme Mussolini, Ceausescu, Kadhafi... d'autres sont abandonnés dans leur mort tellement l'entourage a peur de la personne. La mort de Staline est ainsi presque risible. L'acharnement médicale sur Franco et Tito sont aussi étonnantes... la fin des dictateurs est donc souvent ignoble (il y a quand même une justice en ce bas monde).
L'auteur décrit donc ces dernières heures de façon passionnante sans verser dans le spectaculaire ni la perversité... on prends juste comme satisfaction que ces dictateurs ont eu ce qu'ils méritent et que pour certains, le peuple a pu reprendre en main une suite plus heureuse..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lalibrovore
  13 février 2015

Le dernier jour des dictacteurs est un recueil d'articles écrits par plusieurs journalistes ou historiens, sur la fin tragique ou tranquille des grands tyrans du XXème siècles.
J'ai beaucoup aimé, j'en ai appris beaucoup, notamment sur des dictateurs moins connus.
Mais surtout la vrai bonne idée de ce livre, c'est qu'il soit composé d'articles émanant d'auteurs différents. ainsi chaque histoire est conté de différente manière. On aime ainsi la plume de certains plus que d'autres, certains sont plus tranchant, d'autre plus fins, certains ont une écriture fluide, pendant que d'autres possèdent un style plus complexe. Cette "pluri-écriture" permet de ne pas s'ennuyer à la lecture de ce livre.
En plus d'en découvrir plus sur ces chefs d'états, on apprend aussi a apprécier la plume de ces 22 écrivains.
Je recommande pour les passionnés d'histoire et de politique.
Commenter  J’apprécie          20
simonediniz
  27 avril 2017
Le livre n'aborde pas Pinochet, sanguinaire dictateur au Chili, dommage.
Commenter  J’apprécie          21


critiques presse (1)
Lexpress   28 janvier 2013
La fin d'un dictateur n'est pas toujours conforme à ses exactions. Et n'apporte pas forcément la liberté à ses victimes. Sous la direction de Diane Ducret et Emmanuel Hecht, Les derniers jours des dictateurs est un livre à méditer.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Radwan74Radwan74   13 janvier 2020
Car le camarade Staline était paranoïaque. Il avait peur de la mort. Même dans les couloirs du Kremlin, il ne marchait que précédé et suivi d’un essaim de gardes du corps. Lors de ses déplacements privés, trois voitures, dont deux leurres, prenaient la route. Seuls ses fidèles cuisiniers avaient accès à ses plats et les bouteilles n’arrivaient que bouchées sur sa table.
Commenter  J’apprécie          20
Radwan74Radwan74   13 janvier 2020
Or, si Staline a régné vingt-trois ans, Mao, lui, a été Dieu pendant près de trente ans. Ce n’est pas en effet de culte de la personnalité qu’il s’agit mais de déification d’un dictateur qui bat et de loi le record des victimes de sa folie mégalomaniaque. Peut-être 6 à 10 millions de morts violentes, 20 millions de morts dans les camps du « Laogai » (le goulag chinois), et 43 millions de décès par surmortalité due à la famine (notamment celle du « Grand Bond en avant » de 1959 à 1961). Même Staline n’a pas fait « aussi bien ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dedansodedanso   06 juillet 2017
Avilir le tyran honni et redouté, c'est se laver à bon compte d'une longue peur et d'une vieille honte.
Commenter  J’apprécie          50
Aurel82Aurel82   27 mars 2017
Le voile sut les crimes du "diable rouge" ne se dissipa que progressivement.
Commenter  J’apprécie          30
dedansodedanso   06 juillet 2017
La démesure est le signe de reconnaissance du tyran.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Diane Ducret (58) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Diane Ducret
Rencontre Diane Ducret - Olivia (The unamed bookshelf)
autres livres classés : khadafiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2110 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre