AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Laisser des Traces (9)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Abyssinia
  20 mai 2019
Récit dont la fluidité se fait le compagnon d'un pragmatisme assuré, Laisser des traces fait correspondre plusieurs niveaux de lecture sous une apparente simplicité. le titre, à l'obsession que l'espèce humaine ne partage avec aucun autre spécimen vivant, inquiète et conduit au fourvoiement dont les répercussions sont parfois irrévocables. Véritable quête identitaire pour son personnage et investigation rusée pour l'auteur, Arnaud Dudek offre un sixième roman audacieux qui se fait la consonance d'une actualité et énergie vigoureuses.

Roman aussi surprenant que dépaysant, Laisser des traces immerge ainsi dans la vie quotidienne et prosaïque d'un maire d'une petite ville ainsi que les âpres coulisses politiques de sa fonction. Précisions que le roman ne verse pas dans l'attraction politique pour un lectorat avide de débinage ou de spectacles de variété mais délivre bien une délicate métaphore de l'ordinaire et surmonte la barrière politique, se faisant l'intermédiaire entre gouverné·e·s et gouvernant·e·s. N'ayez crainte, nul besoin de compétence en politique pour apprécier ce récit mais il s'agira simplement de s'élever à la hauteur des recherches évidentes de l'auteur, de sa sensibilité toute singulière et de se laisser porter.

Critique complète à lire sur le blog !
Lien : https://lepointcul.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
motspourmots
  09 juillet 2019
A l'heure où le jeu politique ressemble à un chamboule-tout, où les hommes politiques ne font pas vraiment le plein côté popularité, c'est pourtant bien à un jeune politicien qu'Arnaud Dudek décide d'offrir le premier rôle dans ce roman qui n'a rien de manichéen. Pas une once de cynisme mais un regard bienveillant. Aucune naïveté mais une vraie tendresse pour ce spécimen qui doit ressembler à tant de ceux qui pensent un jour avec sincérité qu'ils peuvent oeuvrer efficacement au service du bien public. Avec un ton juste et un style aérien, Arnaud Dudek nous offre une plongée dans la complexité du quotidien d'un maire, tiraillé entre ses multiples responsabilités, ses ambitions politiques au sein d'un jeune mouvement en pleine ascension et la gestion de sa vie personnelle.

Les références et les clins d'oeil sont loin du roman à clés, simplement destinés à ancrer des éléments de contexte familiers dans l'esprit du lecteur. Maxime Ronet a débuté sa carrière par hasard au Parti, avant de suivre son mentor lorsqu'il a rejoint le Mouvement emmené par un jeune politicien devenu depuis Président de la République. Suivant l'exemple de son aîné et sa dynamique, voici Maxime Ronet, en mars 2020, élu maire de Nevilly après une campagne enthousiaste et hyperactive. Très vite, le jeune homme se frotte aux limites de sa fonction face aux sollicitations ininterrompues et tous azimuts de ses administrés ; très vite affleure une question qu'il ne s'était jamais réellement posée : celle du sens de son engagement.

Arnaud Dudek parvient à faire sentir le quotidien trépidant de Maxime sans jamais devenir pesant, ni sérieux. Ce livre n'est pas un roman politique mais un roman sur un homme qui choisit de faire de la politique, sans trop savoir pourquoi au départ. On sourit souvent de ses tribulations, et même lorsque le drame pointe - parce que dans la vie, il y a forcément des drames - aucune chape de plomb ne s'abat sur le lecteur. Au contraire, le cheminement du héros prend une ampleur intéressante, à l'encontre des idées reçues. Et c'est cet équilibre, cette justesse de ton qui font tout le plaisir pris par le lecteur à la compagnie de Maxime Ronet, l'homme qui voulait laisser des traces.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cathulu
  26 mai 2019
D'extraction modeste, Maxime Ronet a très tôt eu envie de Laisser des traces. Après avoir intégré par la petite porte les rangs du Mouvement, nouveau parti politique, présentant d'étranges ressemblances avec un parti que chacun pourra aisément identifier, il devient ensuite maire de la commune de Nevilly.
Le nouvel édile, nonobstant quelques petits accrocs dans son parfait parcours ,se laisse porter par son ambition jusqu'à ce qu'un fait divers le fasse basculer, puis reprendre pied.
Grâce à Arnaud Dudek, on a l'impression d'être une petite souris et  de visiter, comme si on y était les coulisses du pouvoir, que ce soit celles d'un parti politique ou celles d'une municipalité .
Nourries de digressions parfois malicieuses (l'érection de la statue d'Hégésippe Simon, par exemple), les pages se tournent toutes seules ou presque. On suit le parcours  de ce jeune homme, qui se perd parfois en route, mais retrouve son humanité de justesse avec autant de bienveillance que l'auteur.
Le propos sonne juste, soulignant les défauts mais aussi les espoirs que chacun peut placer en ces hommes et femmes politiques qui, à l'instar de Maxime Ronet, voudraient impliquer davantage les électeurs et voir "comment changer le système en en faisant partie." Vaste programme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Aifelle
  09 juin 2019
Nous faisons la connaissance de Maxime Ronet au moment où il occupe le fauteuil de maire de la commune de Nevilly. Dynamique et ambitieux, il ne doute pas d'arriver à changer la vie de ses administrés, en mieux. Il a intégré un nouveau mouvement politique, qui veut dépasser les clivages traditionnels, vous le reconnaîtrez sans peine ..

La vie d'un maire comme si vous y étiez. Maxime est partout à la fois, serre des mains, assiste à des réunions, papillonne, est aimable avec tout le monde, travaille beaucoup, mais s'éloigne de plus en plus de ses aspirations premières. Les désillusions arrivent, le manque de moyens, les pesanteurs, les prises de décisions qui se font ailleurs, en intercommunalité. Il y aura quelques maladresses, il faut qu'il apprenne à maîtriser la parole publique.

On ne sait trop quoi penser de ce jeune homme brillant, sympathique, ni pire ni meilleur qu'un autre, un rien trop désinvolte, qui commence à être entraîné dans un quotidien sans passion, que l'on soupçonne d'être près à glisser dans le costume interchangeable de tant de politiques creux et cyniques. Et puis arrive le grain de sable dans la belle mécanique. Où il se révèle que notre jeune homme a encore un coeur et une conscience et qu'il s'en souvient à temps.

Il va revenir peu à peu aux sources, aidé par une assistante efficace et discrètement amoureuse. Ce que j'ai aimé dans l'évolution de Maxime, c'est que s'il abandonne quelques ambitions assez superficielles, il ne baisse pas pour autant les bras et va se battre à un niveau plus modeste et plus humain.

J'ai retrouvé ici la tendresse de l'auteur pour ses personnages et une vision de l'intérieur de la vie d'un élu de base très réaliste.
Lien : http://legoutdeslivres.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
claraetlesmots
  07 juin 2019
Maxime Ronet a toujours eu l'ambition de faire de la politique avec la volonté de se rendre utile. Un parcours rondement mené l'a conduit à la tête de Nevilly, une commune de près de soixante mille habitants, avec comme objectif de faire mieux que ses prédécesseurs. Depuis son élection, il n'a pas une minute pour lui entre les réunions, les inaugurations, les diverses demandes qu'il veut honorer. Ce jeune maire dynamique et plein d'entrain membre d'un nouveau parti politique s'investit corps et âme. Il se veut droit et serviable, et espère un jour qu'on se souviendra de lui avec reconnaissance.

Souriant avec le bon petit mot qui va bien, la poignée de main cordiale, il a tout pour réussir jusqu' à ce qu'il commette un faux pas. Une erreur ou un lapsus ? On ne sait pas trop d'ailleurs. Pour redorer son blason, Maxime met les bouchées doubles jusqu'à ce qu'un dramatique accident survienne. Profondément ébranlé, ce jeune loup de la politique abandonne ses rêves auréolés de vanité et renoue avec ses idéaux sans être naïf. Dénué de ses oripeaux, il nous apparaît plus humain. Plus modeste aussi.
Sans temps mort avec des pointes d'ironie caustique et cette tendresse infusée par petite touches au détour d'une phrase, ce roman doux-amer réaliste se croque comme une petite friandise.

Lien : https://claraetlesmots.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lilylitblog
  12 juin 2019
e début de Laisser des traces m'a embarquée, avec sa part de drame et de mystère, puis le flashback m'a fait douter. Moi qui étais habituée à des personnages attachants chez cet auteur, je me retrouvais à suivre le parcours de Ronet, Maxime, un jeune loup en politique. Imbu de lui-même, charmeur sexiste, quasi clone de figures bien connues de la politique française contemporaine au sein d'un « Mouvement » dont les atours me rappelaient de plus en plus au fil des pages La République en Marche, ce « héros » avait sur le papier tous les défauts pour me déplaire. On sent que l'auteur a travaillé son sujet, car il n'élude ni les réalités d'une ville moyenne, ni les arcanes de la politique politicienne, entre complots, arrivisme et stratégies. Reste que ce milieu ne m'a jamais ni attirée ni fascinée, et que tout en reconnaissant un travail documentaire et la plume toujours fluide de l'auteur, je n'arrivais pas vraiment à éprouver d'émotions face à cette lecture, hormis de l'étonnement : pourquoi Arnaud Dudek s'était-il lancé dans cette histoire ?

Tout bascule au milieu du livre. Un énième rendez-vous reporté dans l'agenda du maire, et c'est le drame. Aussitôt, j'ai retrouvé ce que j'ai tant aimé dans les livres précédents de l'auteur : sa capacité à disséquer l'irruption de la fragilité dans les vies humaines bien huilées. Ici, apprendre le décès brutal d'une de ses administrées vaut au maire une remise en question drastique, et fait enfin émerger en lui une once d'humanité, que vient arroser le regard éthique et tendre de son assistante Alice, le personnage du récit le plus attachant. La tentative de rachat du maire s'accompagne d'une réflexion engagée sur le rôle des instances politiques de proximité. Mais en passionnée de la complexité des relations humaines, ce qui m'a le plus touchée, c'est le trouble d'un homme chez qui le doute ressurgit et la façon dont une femme elle-même peu assurée le perçoit et s'en émeut. J'aime les gens qui doutent comme le dit la chanson, et j'aime aussi qu'on présente la capacité à se remettre en cause non pas comme une faiblesse mais comme une qualité qui peut avoir son charme.

Plus sur le blog :
Lien : https://lilylit.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MichelEllis
  03 juin 2019
Il y a du Nicolas Sarkozy chez Maxime Ronet, en début de livre. Jeune, volontaire et ambitieux aux dents longues, il est en outre maire de la petite commune de Nevilly. Un peu de Macron ensuite (vous savez, faire de la politique autrement, changer les choses de l'intérieur, dépasser le jeu des partis). Pour finir plutôt du côté de l'abbé Pierre, tourné vers les autres. Oui, on sait, on grossit un peu le trait d'autant que Maxime Ronet, personnage ni attachant ni détestable, effleure les caricatures d'ambitieux et de cyniques sans s'y soustraire, préférant évoluer au gré des aléas d'un mandat dont les marges de manoeuvre sont réduites à la portion congrue. (...)
Lien : https://www.lespadon.info/20..
Commenter  J’apprécie          10
Amandine49
  10 mai 2019
Avant toutes choses, cette chronique risque d'être un peu longue mais ça en vaut la peine. 🙂

Pour celles et ceux qui ne le savent pas, je suis conseillère municipale dans ma ville. C'est donc tout naturellement que j'ai eu envie de lire ce livre d'Arnaud Dudek, auteur dont j'entends beaucoup parler en bien par d'autres.

J'avais quelques craintes avant la lecture de ce livre. J'avais peur que l'auteur ne tombe dans la caricature ou encore qu'il retranscrive mal ce qu'est la vie d'un maire dans une commune ou encore la vie d'un parti politique.

Le début du livre est assez énigmatique. On comprend qu'un événement important a perturbé la vie de ce jeune maire mais on n'en sait pas plus.

Puis ensuite l'auteur nous montre comment ce jeune homme est devenu maire de la ville de Nevilly.
C'est à partir de là que j'ai commencé à vraiment aimé ce livre.
L'auteur est à la fois très précis et surtout très réaliste. J'avoue que j'étais assez bluffé. Je me suis dit qu'il avait dû faire un immense travail de recherche mais aussi beaucoup de rencontres pour arriver à un tel niveau de précision.
Il est clair que mon avis était orienté du fait que je connaisse la fonction mais aussi la vie d'un parti politique et son fonctionnement. Je faisais sans cesse des comparaisons avec des gens ou des situations que je connaissais.
Mais ce qui est aussi très saisissant, ce sont les discours tenus par les différents personnages. Ils sont très réalistes et véhiculent les messages que j'entends ou encore même les réflexions que je me fais de part ce que je vis dans cette fonction d'élue.

« – « Que diable allait-il faire dans cette galère » …tu situes ? Les Fourberies de Scapin ? Non ? On a transféré presque toutes nos compétences à la communauté de commune. On ne décide plus car c'est l'intercommunalité qui pilote, mais c'est à nous de faire passer ses décisions… Un maire ne fera plus trente ans de mandat parce qu'il va s'emmerder royalement. La fonction perd de sa saveur, de son sens. Bon, c'est mon point de vue de petit maire… »

« Quand j'ai été élu, je me rêvais en chef d'entreprise de ma ville. Or j'ai l'impression de n'être qu'un prestataire de services… Entre les citoyens et leur maire, on est de plus en plus dans une relation individualiste, consumériste… »

Ce que l'on voit aussi très bien dans ce livre c'est la non formation des élus mais aussi leur désarroi face à la baisse des moyens. C'est une réalité que Maxime n'avait pas vu venir malgré son parcours.

« Maxime se demande s'il ne préfère pas la conquête du pouvoir à son exercice. … La veille, le maire d'Impérium, une commune légèrement plus grande que Nevilly, a convoqué la presse pour annoncer sa démission ; dans la salle des fêtes de sa ville, après trois mandats, malgré une réélection confortable, il a protesté contre l'insuffisance des politiques publiques, a souligné qu'il n'avait pas cessé de voir ses moyens baisser, a fait état du mépris du gouvernement envers les banlieues, a lâché qu'il n'y croyait plus. Cette démission, a-t-il conclu, c'est un symbole fort, sa réaction face à une technocratie qui n'a aucune vision du terrain. »

En plus de parler divinement de bien de la fonction de mairie, l'auteur nous parle des coulisses d'un parti politique que l'on identifie très vite. Ce parti qui voulait être différent des anciens partis en modernisant la manière de faire de la politique.
Là encore l'auteur fait preuve d'une grande justesse. Il colle au plus près de la réalité. J'ai pensé à la série « Baron Noir » qui là aussi décrivait à merveille les coulisses et les façons de faire qui reste encore et toujours les mêmes.

Mais ce livre n'est pas là que pour montrer ce qu'est la fonction de maire et l'ascension à travers un parti de Maxime Ronet, le personnage principal. Il y a un événement qui va venir perturber ce jeune maire et lui faire prendre conscience de ce qu'est réellement sa fonction. Au début j'ai trouvé ça assez banal et je ne voyais pas ce que cela allait changer à l'histoire mais en fait cet événement opère un très grand bouleversement. C'est là que la moral et le message de ce livre se dessine avec encore une fois une très grande justesse. Mais c'est aussi là que le personnage de Maxime prend toute son ampleur et devient encore plus intéressant.

A travers des chapitres courts et ciselés, l'auteur rend hommage à cette fonction de maire des communes moyennes qui se battent tous les jours pour aider ses concitoyens. Il montre toute la force et l'impact que peut avoir ses décisions mêmes les plus petites sur la vie quotidienne. L'auteur lui redonne toute son importance et sa gloire.

J'ai pris un immense plaisir à lire cette petite pépite. le style de l'auteur est une merveille. Il est dans l'économie de mot pour nous faire passer ses messages.

Ce roman est absolument parfait ! Je n'avais pas envie qu'il se termine tellement il était fort et juste.

Merci Arnaud Dudek pour ce roman qui montre LA réalité telle que je la vois et la vis ou l'ai vécu.
Lien : https://leslecturesdamandine..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zazy
  23 octobre 2019
« Tout changer pour ne rien changer »

Toute ressemblance avec des personnages existants…. Vous connaissez la suite. Arnaud Dudek utilise notre actualité politique un peu comme un fil rouge, sans jamais nommer le parti concerné.

Maxime Ronet veut faire de la politique, « penser en actes. » Il doit l'opportunité de se faire connaître en écoutant un ponte du mouvement gémir sur son mal de dents, même pas pour ses aptitudes, non parce qu'il a su écouter Maurice Garaud ! L'ascension se fait un peu plus rapide et la descente sera à pic suite à une vidéo sur youtube ! C'est ça la politique !
La recette de Garaud :
« Pour réussir en politique jeune homme, il faut de la chatte » Non ce n'est pas ce que vous pensez au premier degré, même si cela sert, à condition de viser la bonne personne. Non, là il s'agit de « Curiosité, Hardiesse, Acharnement, Timing, Énergie ... Il manque un T… N'oubliez pas d'être un Tueur. »
Et...
« Le 29 mars 2020 à 20 heures, à l'issue d'une belle campagne, Maxime Ronet devient le trente-cinquième maire de Nevilly, 59 629 habitants et 86 millions d'euros de dépenses annuelles de fonctionnement. »
Maire et membre du Mouvement qui veut soit-disant faire du neuf « Même si les idées présentées comme nouvelles sont de simples réorchestrations d'idées volées aux autres camps, le jeu en vaut la chandelle. »
Pour les politiciens, de quel côté penche la balance, c'est ce que certains journalistes ont dit à propos de Chirac, a conquête du pouvoir. « Maxime se demande s'il ne préfère pas la conquête du pouvoir à son exercice. Il n'est pas le seul à se poser cette question. »

Maxime Ronet reste une bête politique, malgré certain revers. Il a fallu un grain de sable, le suicide d'Emma Nizan qui n'a jamais pu obtenir un rendez-vous avec lui. « Maxime mettra un certain temps à reprendre le contrôle de son esprit, de ses sens ; il ne les retrouvera pas intacts. » Cette mort le hante « Emma Nizan m‘a dévasté, moi qui ai refusé de la voir… Il faut beaucoup de courage pour se tuer, vous ne trouvez pas ? Moi j'aurais pu… je sais pas… J'aurais pu la convaincre de vivre. Je suis né pour ça, convaincre. »
Toute son vernis politique est parti, l'animal politique est mort, l'homme renaît. « Après ce suicide, reprend-il, je me suis dit que les combats que je menais, les mots que je prononçais, les victoires que j'obtenais ne servaient à rien, ou presque. Que je jouais un rôle ; Que je m'étais laissé un peu trop porter par le vent de l'ambition -la mienne, et celle qu'ont les autres pour moi. Que j'avais tourné le dos aux raisons de mon engagement politique. »
Arnaud Dudek raconte la difficulté d'être maire actuellement avec les Comcoms qui ont pris tout le sel ne laissant que le poivre et les embêtements.
« On a transféré presque toutes nos compétences à la communauté de communes. On ne décide plus car c »est l'intercommunalité qui pilote, mais c'est à nous de faire passer les décisions… Un maire ne fera plus trente ans de mandat parce qu'il va s'emmerder royalement. La fonction perd de sa saveur, de son sens. Bon, c'est mon point de vue de petit maire. »
« Quand j'ai été élu, je me rêvais en chef d'entreprise de ma ville. Or j'ai l'impression de n'être qu'un prestataire de services… Entre les citoyens et leur maire, on est de plus en plus dans une relations individualiste, consumériste… »
« Il oscille entre pouvoir et impuissance -s'étonnant chaque jour un peu plus que l'aiguille bascule aussi vouent du côté de l'impuissance. »
Pourtant, il en faut du courage, de la bonne volonté, voire de l'abnégation, pour être édile, surtout d'une petite commune où le maire peut-être à la fois, lorsque le besoin est là, shérif, éboueur, cantonnier, chauffeur… sans rien attendre en retour. Là, la politique ne joue pas, il n'y a que l'humain qui se bagarre contre les moulins à vent de la politique politicienne. C'est une des raisons qui font que beaucoup de maires ruraux ne désirent pas se représenter.
« Les partis traditionnels ont une image désastreuse. A force d'entretenir la confusion idéologique, faute d'avoir su mettre leur discours en cohérence avec la réalité de leur pratique du pouvoir, la gauche et la droite sont en lambeaux. J'ai cru que le Mouvement livrerait un logiciel politique plus moderne. Grossière erreur : c'est une plate mouture du même libéralisme qui sévit depuis bient quarante sur la planète, et qui ne fédère déjà plus…. Il faut tout réinventer, Maxime. C'est le moment ou jamais. Sinon, ce sera comme en Italie, l'extrême droite et les antisystèmes de L'union vont se coaliser et prendre le pouvoir. »

Démonstration est faite.
Merci Arnaud Dudek pour ce très bon bouquin livrant une analyse à laquelle j'adhère.


Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox