AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221191005
Éditeur : Robert Laffont (04/05/2017)

Note moyenne : 3/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Mexique, fin du XIXe siècle. Pugnace et brillant, le très charismatique Mauro Larrea a tout conquis à la force du poignet. Lui, le mineur de fond, est devenu un riche propriétaire, très courtisé par la grande bourgeoisie de la capitale. Mais des placements trop audacieux puis la guerre de Sécession aux États-Unis le ruinent. Pour se refaire, Mauro quitte son pays pour Cuba, l'île de tous les possibles, où des fortunes se font et se défont en un jour.
À la sui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
sandrine57
  11 juin 2019
Mexico, 1860. Venu d'Espagne avec pour seuls bagages deux enfants orphelins de leur mère morte en couches, Mauro Larrea a fait fortune dans les mines d'argent au fond desquelles il a commencé par travailler comme simple mineur. Désormais riche, introduit dans la meilleure société mexicaine, il n'a plus qu'un seul souci : remettre son fils Nicolas dans le droit chemin en l'unissant avec la fille d'une des plus grosse fortune de la ville. Hélas, ses beaux projets s'envolent en même temps qu'éclate la guerre de Sécession aux Etats-Unis où ses derniers investissements sont bloqués. Ruiné, Larrea veut avant tout sauver les apparences et protéger ses enfants de la honte. Il quitte le Mexique à la hâte et embarque pour Cuba dans l'espoir d'y trouver des affaires juteuses susceptibles de le remettre rapidement à flot. Les hasards de la vie font de lui le propriétaire d'un domaine viticole en Andalousie. le voilà donc de retour au pays natal avec l'idée de tout vendre pour rentrer à Mexico les poches pleines. le temps presse et pourtant...sa rencontre avec l'envoûtante Soledad Montalvo Claydon pourrait mettre à mal toutes ses certitudes.
Evasion, exotisme, aventures, romantisme...Maria Dueñas nous convie à un voyage dans le temps et dans l'espace et nous emmène à la fin du XIXè siècle, au Mexique, à Cuba et en Espagne. C'est l'occasion pour elle d'évoquer un empire colonial espagnol qui commence à se déliter, confronté aux envies d'indépendance de ses colonies d'Outre-mer. le Mexique est déjà un pays libre qui a fait la fortune des exploitants miniers tandis que Cuba reste dans le giron de la mère patrie, pratique l'esclavage et la traite négrière. Grâce à un travail de documentation d'envergure, l'auteure décrit avec précision les moeurs, le mode de vie, les transports, les technologies propres à l'époque. En Espagne, elle nous entraîne dans le monde des vignobles de Jerez de la Frontera, chais, caves, vignes et riches familles de viticulteurs. C'est en Andalousie qu'apparaît la belle Soledad qui donne son nom au roman. Avec elle, l'histoire prend un tour plus tragique, plus romantique, plus stéréotypé. Entre commerce du vin, secrets de famille et amour impossible, la rencontre entre Mauro Larrea et Soledad Montalvo fait des étincelles mais n'est pas entièrement convaincante...
Le roman souffre de quelques longueurs, l'histoire ronronne sans jamais décoller jusqu'à sa fin prévisible. Curieusement, malgré les voyages, l'aventure, les grands sentiments, Soledad manque de souffle et n'atteint pas le niveau de L'espionne de Tanger, le premier roman de Maria Dueñas. Une lecture plutôt laborieuse et assez décevante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Marple
  03 avril 2019
C'est l'histoire d'un aventurier mexicain, devenu riche à millions puis ruiné, qui part à Cuba et en Espagne pour essayer de reconstituer sa fortune. Pas parce qu'il est ambitieux et volontaire, non, juste pour pouvoir assurer un beau mariage à ses enfants. Mouais... et qui rencontre au passage la belle et tragique Soledad... re-mouais...
Si les péripéties autour du monde hispanique sont sympathiques et folkloriques, l'intrigue et les personnages ne sont pas à la hauteur de L'espionne de Tanger, le magnifique premier livre de cette auteure espagnole. Ici, c'est un peu cousu de fil blanc, un peu lent, un peu bizarre.
Il y a quelques très beaux passages où on a envie de réserver directement un vol pour Jerez, de prendre un petit apero sur la terrasse au-dessus des vignes ou de se mettre au billard. Mais il y en a beaucoup d'autres qui nous donnent envie de tout faire, sauf de lire. Bref, ce xérès n'a pas assez décanté à mon sens... mais il ne m'empêchera pas de découvrir les prochains millésimes de Maria Duenas !
Challenge Multi-Defis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
frueka
  22 juillet 2017
Soledad de Maria Dueñas n'aura pas fait long feu dans ma pal! Amatrice de récits de voyage et de romans d'aventure, j'avais hâte de lire ce livre qui se déroule dans la 2ème moitié du XIXème siècle entre Mexico, La Havane et Jeres en Andalousie. Et je n'ai pas été déçue: ce roman m'a tenue en haleine du début jusqu'à la fin, dépaysement garanti!
Simple mineur à son arrivée à Mexico il y a 30 ans, l'espagnol Mauro Larrea s'est hissé au sommet de la bourgeoisie locale grâce à sa détermination, sa ténacité, sa vigueur et son ambition. Mais suite à des placements hasardeux et à cause de la Guerre de Sécession, son immense fortune s'effondre du jour au lendemain. Ruiné mais devant à tout prix sauvegarder les apparences, notamment pour ne pas compromettre le mariage de son écervelé de fils avec une fille de la noblesse, il décide de quitter Mexico pour La Havane avec l'espoir fou d'y rebâtir son empire. A peine arrivé pourtant, un pari insensé le mène en Andalousie où il est propulsé à la tête d'un grand domaine vinicole à Jeres, le bastion de la production du fameux Xérès/Sherry. Alors qu'il désire retourner à Mexico au plus vite pour regagner sa place dans la haute société, sa route croise celle de la mystérieuse Soledad. Et les problèmes arrivent en masse!
Alors que la 1ère partie est principalement axée sur l'histoire et le fonctionnement de l'industrie minière au Mexique au XIXème et présente le mode de vie de la bourgeoisie locale, la 2ème et surtout la 3ème partie font la part belle à l'aventure. Les péripéties, les intrigues et les escroqueries en tout genre sont nombreuses.
Si la grande majorité des personnages appartient à la haute société et que le roman se penche de fait sur les intérêts et les problèmes inhérents à cette classe sociale (ce qui aurait pu me rebuter), j'ai bcp apprécié que l'auteure n'occulte pas la question du colonialisme, présente certains faits selon l'angle de vue de l'impérialisme espagnol et évoque la douloureuse question de l'esclavage.
En bref: un roman de 500 pages bien documenté et très agréable à lire auquel j'aurais volontiers ajouté 200 pages tant je n'ai pas eu envie de quitter ni les lieux ni les personnages! Une très bonne lecture estivale!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Biancabiblio
  12 septembre 2017
1860. Ancien mineur pauvre d'Espagne devenu riche propriétaire de mines au Mexique, Maura Larrea est un homme dont on peut dire qu'il a réussi. A la tête d'une grande fortune, ce veuf a marié sa fille à un rejeton de l'une des familles les plus puissantes, consécration suprême.
Mais à trop provoquer la chance, il se retrouve sur la paille, la faute à des placements trop audacieux et à la guerre de Sécession qui empêche de précieuses livraisons.
Il quitte le Mexique avec les quelques liquidités qui lui restent afin de gagner Cuba où il espère refaire fortune. Après moult péripéties et quelques parties de billard à La Havane, il hérite d'un domaine viticole en Andalousie.
Là, il va faire la connaissance de Soledad, une femme mariée à un anglais, qui se révèle aussi manipulatrice que lui…
Je lis très rarement de la littérature espagnole, il faut dire que, Carlos Ruiz Zafon excepté, j'ai eu plus souvent mon lot de déceptions que de bonnes surprises et ce roman signé María Dueñas ne fait hélas pas exception.
Pourtant, sur le papier, Soledad avait tout pour me plaire. du Mexique à l'Andalousie, en passant par Cuba, c'est un roman qui fait voyager et j'adore ça, d'autant que cerise sur le gâteau, c'est un roman historique et vous savez combien je les affectionne.
Sa facture classique n'était pas pour me déplaire non plus mais, premier écueil, je n'ai pas accroché avec le personnage principal, Maura Larrea.
Ce mineur de fond à sang froid, fasciné par les ascensions sociales, qui a su profiter de son époque et des opportunités qui lui étaient offertes pour faire fortune, m'a totalement laissé de marbre.
La faute peut-être à sa personnalité mais aussi au style de la narration. L'autrice nous abreuve à longueur de chapitres de digressions et de détails qui ralentissent grandement l'intrigue et qui ont fini par avoir raison de moi puisque j'ai fini par l'abandonner, tant je n'en pouvais plus de faire du sur-place avec ce roman à la lecture duquel je m'ennuyais ferme.
Reste que c'est un roman bien documenté qui revient sur le colonialisme et l'impérialisme espagnols, et qu'il est beaucoup question de classes sociales, des points intéressants au demeurant mais le style de l'auteure m'a hélas empêché d'apprécier ma lecture de ce roman d'aventures.
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Puszi
  27 octobre 2017
Lecture distrayante qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. Je l'ai emprunté à la médiathèque, séduite par la couverture et parce qu'il était question du Mexique, thème choisi par mon groupe de lecture.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   01 août 2017
Il contempla encore une fois la cohue effrénée. Noirs et Blancs, Blancs et Noirs et toutes les nuances intermédiaires, déambulant au milieu des cris et des éclats de rire, vantant leurs produits, échangeant saluts et jurons. Ils sont fous, pensa-t-il. La Havane est folle, c’est une île de fous, le monde est fou.
Commenter  J’apprécie          130
Video de Maria Dueñas (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maria Dueñas
Maria Dueñas: 2012 National Book Festival
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre