AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Alfaric


Alfaric
  03 mars 2018
Ce tome 6 intitulé "Sybille, jadis" commence de la même manière que le tome 9 des Tours de Bois-Maury intitulé "Khaled" : sûrement un hasard, n'est-ce pas... Les Assassins multiplient les attentats contre les croisés, qu'ils soient seigneurs ou serviteurs et le sorcier Ottar Benk qui veut récupérer son démon (alors qu'il est lui-même un démon ^^), louent leurs services pour récupérer l'humain dont il n'est plus que l'enveloppe. Il y a un partie terrorisme et contre-terrorisme mais ce n'est pas exploité, il y a une partie game of thrones mais c'est mal fagoté puisque le derviche fou Hakim le noir n'est qu'une caricature du mufti d'Alkar du 1er cycle et je n'ai pas compris pourquoi il voulait à tout prix tuer Czardann et pourquoi le Dark Vador eco+ lui donnait son accord... La partie fantastique est elle aussi mal fagoté alors qu'on aurait pu avoir une chouette partie de « qui est-ce » : les hommes d'Ottar Benk pensent que le démon s'est réfugié dans le corps de Gauthier alors qu'il s'est réfugié dans le corps de Lhianes qui cherche à s'en débarrasser sans perdre la vie (pourtant dans le tome précédent elle n'avait pas partagé ses pouvoirs donc sa malédiction avec lui ? Encore une incohérence à la con qui facilement pu être éviter). Mélisande réapparaît dans le récit pour ressusciter pour la énième fois Osarias et lui demander de tuer Lhianes donc le démon qu'il habite : ce prouve qu'elle est conne ou que le scénariste est mauvais puisque le démon n'a qu'a changer de corps pour continuer ses méfaits (un problème déjà exploré maintes fois par le genre fantastique dont Jean Dufaux semble ne connaître que les clichés)... Et ah, Ottar Benk explique qu'il a besoin du démon pour ramener à la vie son amante donc la mère de Gathier : il demande au « nomade » de collaborer avec lui, et en gage de bonne fois lui livre le Dark Vado eco+... Il avait de l'idée, sauf que Jean Dufaux oubliera tout cela dans les tomes suivants avant de se contredire totalement dans la conclusion du 2e cycle... Soupirs
Pour ne rien gâcher, on consacre 12 pages sur 56 à Sybille la soeur de Gauthier inventée pour l'occasion, une vamp fétichiste qui souhaite forniquer avec l'homme à la laideur extérieure qui pourra le mieux s'apparier à sa laideur intérieure... Cela n'amène rien à ce tome, et initiera ensuite une sous-intrigue secondaire qui n'amènera rien à ce 2e cycle, mais cela permet de placer des scènes de cul et de mettre en scène les fantasmes de l'auteur. Par contre cela amène de nouvelles incohérences : Gauthier explique qu'il est parti en croisade pour connaître le sort de ses parents, mais dans le tome 3 il connaît déjà tout du sort de ses parents... Cela serait logique s'il avait retrouvé son père qui lui aurait avoué tout des malédictions de leur famille, sauf que Gauthier avait été surpris de retrouver son tombeau dans le repaire du AA. Vous reprendriez bien une louche d'incohérences ? Dans le 1er cycle la Qua'dj était le Diable éternellement en guerre contre Dieu incarnée en Mélisande et on nous racontait leur affrontement par chrétiens et musulmans interposés, alors que dans ce 2e cycle le Qua'dj n'est plus qu'un djinn parmi tant d'autres obligé de voler des corps pour interférer avec le mondes des hommes à moins de s'incarner dans le vents décapants et destructeurs du Simou Dja. En bref on jette à la poubelle tout qui a été construit précédemment : Jean Dufaux tu es nul, et si tu relisait tes copies tu écrirait moins de conneries !!! Pauvres Philippe Xavier et Jean-Jacques Chagnaud dont les dessins de plus en plus aboutis et les scènes d'action de plus en plus réussies sauvent ce tome de la médiocrité !
Commenter  J’apprécie          191



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (18)voir plus