AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505004633
Éditeur : Dargaud (21/11/2008)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Enfin la suite de la série Djinn ! Trois quêtes simultanées mênent Kim, Jade et Charles Augery au cœur de l’Afrique… À la poursuite de la perle noire ! Cette perle qui donne le pouvoir et l’argent. Cette perle qui transforme les individus : Jade, Djinn devenue la déesse Anatku ; lady Nelson, bête sacrificielle ; lord Nelson, Pipitku ; Kim, aventurière dans la jungle africaine… Cette perle donne la fièvre à tous les personnages, une fièvre qui réveille la passion des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Davalian
  07 mars 2016
Tant d'événements violents sont intervenus dans Pipiktu. C'est avec crainte que l'on retrouve Kim Nelson, Jade et leurs compagnons dans Fièvres. Cet album se place dans la même perspective que son prédécesseur, même s'il faut bien reconnaître qu'il est légèrement moins sanglant, du moins pour notre galerie de personnages.
Car des morts violentes et sanglantes, il va y en avoir, par dizaines, par centaines, des femmes, des hommes, des enfants, des personnages secondaires détestables et d'autres plus attachants. de nombreuses scènes sont assez difficiles à supporter et réserveront cet album (et même cette série) à un public adulte.
Les dessins mêlent toujours précision et impressionnisme. Les teintes verdoyantes, champêtres, les ambiances aquatiques - pas toujours sans danger - il faut bien le reconnaître - servent de contraste à des scènes dominés par le feu, le sang, le rouge et le noir.
Si l'histoire est haletante, nous avons droit à une révélation et à une avancée importante. Dommage toutefois qu'un rebondissement soit annoncé dès la préface... Voilà déjà deux fois que nous y avons droit !
Vous l'aurez compris, voici un très bon cru (à condition de lire la préface à la fin). A réserver aux adeptes (avertis) de ce cycle qui touche doucement à son dénouement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LVI
  17 mars 2012
Le sang et la chair !

Ana Mirallès est une illustratrice et dessinatrice de BD espagnole née en 59, qui travaille régulièrement avec son compatriote et compagnon Emilio Ruiz. Ensemble ils ont signé l'album érotico-pornographique ‘Corps à corps' (1991), après quoi elle a fait paraître durant ces mêmes années 90, la trilogie ‘Eva Medusa' avec la collaboration d'Antonio Segura, puis à nouveau avec son compagnon Emilio Ruiz, le triptyque ‘A la recherche de la licorne'. Mais ce n'est qu'en 2001 que celle qui sait si bien éveiller et entretenir nos fantasmes, et pour une fois les femmes devraient y trouver leur compte, a vraiment cartonné grâce à la formidable série ‘Djinn' scénarisée par le Français Jean Dufaux. Et tout en continuant de travailler sur ‘Djinn', elle a lancé en 2011 une toute nouvelle série, avec Emilio Ruiz, ‘Murraqqa'', dont l'action se déroule à la cour de l'empereur moghol Jahangir au XVII° siècle.

Djinn' est une saga qui comprend, à l'heure actuelle, 3 cycles :

- le cycle ottoman de 4 volumes + 1 artbook

- le cycle africain de 5 volumes + 1 artbook

- le cycle indien qui comprend pour le moment 1 volume

Djinn 8 : fièvres' (2008) - 46 pages en couleur directe (ce qui nous vaut de belles aquarelles) :

Dans le premier volet de ce nouveau cycle nous avions retrouvé Lord et Lady Nelson et Jade et leur enfant après guerre. Riches du trésor du Sultan noir, ils avaient entamé un tour du monde qui les a conduits, dans un premier temps, en Afrique noire. Jade y fut très vite remarquée : elle portait à l'oreille une perle noire qui était en fait celle d'Anaktu, la déesse des fièvres, volée autrefois par les hommes du Sultan. Ce que Jade ignorait, c'est que les Orushi, les anciens disciples d'Anaktu, avaient pris le sentier de la guerre, avec pour objectif de chasser définitivement les blancs qu'ils massacrèrent allégrement. Persuadés que Jade était la réincarnation de leur déesse, les Orushi l'avaient enlevée…

Dans le second volet, nous avons retrouvé, à notre époque, Kim, la petite-fille de la djinn Jade, toujours encore sur la trace du trésor de ses grands-parents et donc maintenant, à son tour, en Afrique noire. Un Maharadjah (le troisième cycle reviendra sur la partie indienne de toute cette histoire) lui ayant avancée l'argent grâce auquel elle va tenter de retrouver la fameuse perle noire : celle-ci contient un élixir qui seul permettra à une aïeule du Maharadjah, qui a cessé de grandir à partir de l'âge de 12 ans et qui vit encore, de poursuivre normalement sa croissance et sa vie…

Dans le troisième volet, nous fumes de retour dans le passé : Lady Nelson, qui elle n'avait pas été enlevée par les Orushis, a monté une expédition pour retrouver son mari, enlevé en même temps que Jade, et surtout celle-ci, qui obsédait littéralement Miranda…

Dans ce quatrième volet, nous naviguons à nouveau entre les deux époques (comme dans chaque album du premier cycle, procédé qui avait été abandonné jusque là dans ce deuxième cycle) : dans le passé, Jade commence enfin de réussir à se défaire de l'emprise d'Anaktu, sans abandonner pour autant sa mainmise sur les Orushis ; au présent, Kim se rapproche de son but, mais à quel prix…

Djinn - le deuxième cycle' est une fresque sur la fin d'une autre époque, celle des colonies. Et c'est bien sûr aussi une nouvelle réflexion sur les jeux de pouvoir : qui, du colonisateur ou du colonisé, le détient, d'autant plus que c'est le corps de la Femme qui restera toujours le pouvoir suprême devant lequel l'Homme ne pourra s'empêcher de plier. ‘Djinn' est une porte ouverte sur les fantasmes, un caillou dans les eaux dormantes de nos libidos. Et si vous preniez un peu de ce puissant aphrodisiaque ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cormorobin
  18 janvier 2015
Nous voici donc au 8ème tome de la saga, le 4ème du cycle africain.
En général, avant de rédiger mes critiques, je lis celles existant déjà sur notre babelio. J'avoue être assez surpris par les critiques très négatives sur Djinn. En fait, j'avais envie en fin 2014, de me trouver des séries de BD plutôt sympathiques et dépaysantes. J'ai donc regardé sur le site de la fn.. avec les meilleures ventes, et je me suis offert sous le sapin le premier tome de quelques séries, dont Djinn. Et j'avoue ne pas être du tout déçu, bien au contraire. Je vais finir le cycle africain, pas trop vite pour savourer, et chercher le cycle indien, antérieur dans la chronologie et postérieur dans la publication.
Tout ceci pour dire, j'en viens au fait, que ce tome 8 est dans la ligne de la série, intéressant au niveau du scénario, remarquable dans le graphisme. Les personnages, malgré leurs troubles, restent attachants.
La série a réussi à leur donner vie, avec ce mélange de réalisme et de fantastique que je recherche dans la BD.
Donc ce tome, comme les précédents, est une réussite, le scénario se déroule, s'enrichit, nous avançons dans l'histoire, tout prêts du dénouement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Under_the_Moon
  28 mars 2013
Je n'ai vraiment pas aimé ce tome.
Ici, c'est l'histoire de Kim qui est privilégiée, mais on tourne en rond, rien de nouveau pour faire réellement avancer l'action.
Heureusement j'arrive au bout de la saga.
Commenter  J’apprécie          90
dlcb26
  21 mars 2019
le tome mêle de nouveau les histoires de Jade et de Kim, ce que je trouve plus approprié. Jade reprend sa vie en main, Kim poursuit sa quête toujours très déterminée. la fin est une révélation qui crée un suspens... en même temps, le lecteur sait que le trésor n'est pas au bout du tome suivant car un nouveau cycle va commencer, mais bon, je lirai le tome suivant, parce que je veux savoir comment ça va finir... peu habituée aux BD, je trouve que l'histoire est "saucissonnée" et avance vraiment par à coups, ce qui met ma patience à rude épreuve; cependant j'apprécie globalement le graphisme, quoique certains personnages sont parfois peu aisés à distinguer, tout comme les ruptures temporelles moins marquées que dans les premiers tomes...
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DavalianDavalian   06 mars 2016
Nos premières valises, ce sont des livres qui, par la magie des mots, des images, nous ouvrent en éclaireurs, en aventuriers, des royaumes imaginaires seulement en apparence.
Il peut arriver que vous changiez de guide. Ainsi de Jules Verne vous passerez à Joseph Conrad (ah ! la magie de Nostromo !) avant d'aborder Lévi-Strauss.
En passant vous aurez croisé le Gorille Blanc de H. Vernes, d'autres, bien d'autres encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Under_the_MoonUnder_the_Moon   28 mars 2013
Je n'ai pas été à la hauteur. Je n'ai pu lui épargner ni les compromis, ni les conventions.

Et cette belle nature rebelle s'est transformée peu à peu en l'épouse résignée d'un diplomate pour qui les voyages sont avant tout des protocoles...
Commenter  J’apprécie          160
CormorobinCormorobin   18 janvier 2015
- Tu t'inquiètes pour un blanc à présent !!?

- Il n'est pas comme les autres. Il nous respecte, et ce respect peut lui coûter la vie.
Commenter  J’apprécie          50
indelebilevagabondeindelebilevagabonde   24 février 2017
Je suis désolé.Je ne sais pas ce qui m'a pris.

Ce n'est pas de votre faute...C'est la corne du djinn qui frappe au coeur...p.39
Commenter  J’apprécie          30
val1307val1307   22 avril 2012

"fièvres du désir avoué, sans intedits... des peaux qui se frottent, qui ouvrent de paradis nouveaux... paradis noirs et blancs, fièvres des tendresses violentes"
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Jean Dufaux (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Dufaux
Pour la rentrée 2019, Futuro prolonge le voyage ! Dans le temps avec Nez-de-Cuir, sublime adaptation graphique du roman de Jean de la Varende par Jean Dufaux et Jacques Terpant. Vers une inquiétante Argentine dans l'album signé Andreas et Isa Cochet. Ou vers le Japon, dans le Premier Rêve en japonais de Camille Royer. Bonne rentrée !
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Murena, Premier Cycle : Le Cycle de la Mère

Les auteurs, Jean Dufaux et Philippe Delaby, sont...

Belges
Français
Suisses
Italiens

12 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Murena, Premier Cycle : Le Cycle de la Mère de Jean DufauxCréer un quiz sur ce livre