AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Delaby (Illustrateur)
ISBN : 2871294577
Éditeur : Dargaud (14/09/2002)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 229 notes)
Résumé :
Rome, an 58. L'ombre des crucifiés s'étend sur l'empire tandis que tout Rome bruisse de rumeurs. Néron, le nouvel empereur aurait fait empoisonner son demi-frère, Britannicus. Agrippine, pour rentrer en faveur auprès de son fils serait prête à lui ouvrir sa couche. Néron n'aurait de pensées que pour Acté, la belle prostituée qu'il a arrachée à Pallas l'affranchi. Au palais justement, Néron charge Acté d'annoncer à Murena qu'il est pardonné et que rien ne s'oppose à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  25 janvier 2014
Ainsi s'achève, avec ce quatrième tome, le premier cycle de la série Murena. Un second cycle suivra mais je ne sais pas encore s'ils l'ont ou pas à la médiathèque dans laquelle je m'approvisionne en bandes-dessinées...Suspense, donc !
Ici, les complots ne cessent de se multiplier et je crois que les deux principaux qu'il faille avant tout retenir est celui que, d'une part, prépare Néron contre sa mère (il a compris depuis longtemps qu'Agrippine était une femme avide de pouvoir et prête à tout pour cela, jusqu'à amener son propre fils dans sa couche) et d'autre part celle que cette-même mère (Agrippine) fomente contre l'Empereur (Néron) afin de le conduire à sa perte. Vous l'aurez donc compris, il y a vraiment une haine inimaginable entre ces deux êtres et tout cela pourquoi ? Pour être à la tête de Rome tout simplement.
Acté, la maîtresse officielle de Néron, a une très bonne influence sur celui-ci car elle l'incite et réussit à la faire se réconcilier avec celui qui fut jadis l'un de ses meilleurs amis, Lucius Murena. Elle apprécie beaucoup ce dernier et pense que, même s'il n'est animé que par la vengeance de sa mère, il a néanmoins une âme pure.
Des têtes tomberont dans ce quatrième tome mais lesquelles ? Je ne voudrais pas vous en dire trop mais sachez qu'une tête peut tomber au sens propre tout comme au sens figuré, tel en est le parfait exemple lorsqu'une femme fait, selon l'expression, "perdre la tête" à un homme en le rendant fou d'amour pour elle et ainsi pouvoir le contrôler à sa guise. Ça y est, j'ai réussi à éveiller votre curiosité ? En tout cas, je l'espère car cette série vaut vraiment la peine, autant pour tous ceux et celles qui sont passionnées d'Histoire que pour les autres, que l'on s'y attarde. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
Dionysos89
  05 septembre 2012
Le Cycle de la Mère se termine avec Ceux qui vont mourir..., quatrième tome de la série Murena, titre bien choisi tant la mort et les combats de gladiateurs, auxquels cette expression renvoie, sont au coeur de l'intrigue de ce chapitre de la vie de Lucius Murena et de l'empereur Néron.
Ce dernier tome conclut donc un cycle centré autour de la place grandissante d'Agrippine dans les arcanes du pouvoir impérial à Rome. Par là-même, on nous offre un véritable péplum bourré d'action, de lieux ou paysages flamboyants et de complots hourdis en sous-main ! le point d'orgue de ce mélange détonnant est sans aucun doute le combat de gladiateurs tout à fait central et capital pour l'intrigue de ce chapitre.
Et le dessin suit parfaitement, comme toujours. Attention tout de même à quelques évolutions graphiques, notamment encore et toujours Acté (non, non je ne fais pas une fixette ! - cf. autres critiques sur la série des Murena) dont le physique évolue beaucoup trop, à mon goût, au fil des cases...
Au final, malgré tout, c'est une véritable réussite que ce premier cycle : l'Antiquité romaine impériale n'en sort que grandie ! Vivement le cycle suivant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Under_The_Moon
  03 février 2018
Les plans de chacun sont arrivés à leurs termes. Mais tous les personnages ont suffisamment anticipé les mouvements de leurs adversaires pour avancer leurs pions en envisageant la réussite même avec leur propre assassinat !!
Les drames shakespeariens font figure de petits joueurs face à cette période de l'Antiquité où la vérité et la bonté humaine semblent mourir avec les suppliciés. La vengeance appelle à toujours plus de cruauté et à la vitesse où ils disparaissent on se demande qui sera le dernier à rester debout !
Un tome qui marque la fin du 1er cycle, et l'arrivée d'un certain Pierre, qui connaissait uun certain juif de Nazareth laisse présager des rebondissements ... !
Commenter  J’apprécie          150
tchouk-tchouk-nougat
  05 avril 2018
Néron souhait faire la paix avec son ami Lucius Murena mais pour cela il devra cesser de protéger l'assassin de sa mère, il devra sacrifier Agrippine. Et cela commencera par se régler dans l'arène, par le sang des gladiateurs. A Rome les jeux du cirque ont une importance capitale!
Les intrigues jamais ne cessent, pour les mères ils est temps de se retirer et de laisser leur garçon grandit seul.
Ainsi ce clôture donc le cycle de la mère, par l'assassinat très connu d'Agrippine. Et un Néron qui règne désormais seul.
Un tome tout aussi intéressant et bien documenté. Il est vraiment passionnant de voir Rome comme nous le présente les auteurs. Surtout grâce à l'immense talent de Delaby!!
Commenter  J’apprécie          140
ClaireDoc
  11 octobre 2014
Enfin la mort d'Agrippine, c'est fou quand même qu'elle ait réussie à s'enfuir et à nager ! Increvable cette femme. Cela m'a rappelé mes études de latin, et mon prof de première qui disait "mais non, voyons, c'est pas immoral de tuer sa mère". Voulait-il s'amuser à nos dépends en nous choquant, nous réveiller parce que l'on s'endormait au lieu de traduire ?Ou bien se justifiait-il d'un crime odieux, perpétré par lui... nous nous sommes beaucoup posé la question (on est bêtes à cet âge !)
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   05 février 2012
L’œil du dieu s'ouvre sur Rome, la métropole aux 7 collines. De pourpre et d'or, ses aigles déployées dans le ciel, l'impérieuse cité domine le monde. Le dieu inscrit dans la pierre ne s'émeut guère de ce pouvoir. La grandeur de Rome, c'est le pas des soldats sur la terre poussiéreuse. Mais c'est aussi le râle des suppliciés sur la croix. Il n'y aura jamais assez de soldats, il n'y aura jamais assez de suppliciés. Rome est un gouffre qui avale tous les bruits de la terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cicou45cicou45   25 janvier 2014
"L'on reste toujours maître de nos silences, Corbilus. La parole, elle, nous enchaîne."
Commenter  J’apprécie          260
lechristophelechristophe   17 août 2015
- Agrippine (en tunique transparente) : Tu me trouves assez belle pour recevoir mon fils ?
- Draxius : Personne ne peut vous résister... Il sera comme un petit agneau entre vos bras.
- Agrippine : Personne ?... Pas même toi, Draxius ?
- Draxius : Je ne suis qu'un esclave, maîtresse... un esclave n'a pas de sentiments.
- Agrippine : Ni de désir... Mais es-tu un esclave ou un homme ?... J'aimerais savoir... Car si tu es un esclave, je peux me montrer nue devant toi. Mais si tu es un homme, tu insultes mon intimité... Enlève tes vêtements... que je vérifie...
- Draxius : Je...
- Agrippine : Déshabille-toi, Draxius !! Bien. Jusqu'à présent, tu es un esclave... Et ma bouche, Draxius... as-tu déjà pensé à la douceur que peut avoir ma bouche sur la peau d'un homme ?...
- Draxius (nu et en sueur) : Maîtresse... Je t'en prie...
- Néron (entrant dans la pièce avec trois soldats) : Eh bien, ma mère, je vous surprends dans vospetits jeux intimes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MoovanseMoovanse   31 janvier 2015
La vie n'est qu'une pièce de théâtre : ce qui compte ce n'est pas qu'elle dure longtemps mais qu'elle soit bien jouée. L'endroit où tu t'arrêtes peu importe. Arrête-toi où tu voudras pourvu que tu te ménages une bonne sortie.
Commenter  J’apprécie          70
Dionysos89Dionysos89   24 mars 2012
Ton geste m'en rappelle un autre... Un autre supplicié... bien jeune encore... un juif de Nazareth. [...] Pierre, je m'appelle Pierre...
Commenter  J’apprécie          100
Lire un extrait
Videos de Jean Dufaux (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Dufaux
Rencontrez Béatrice Tillier, la magicienne du 9ème art, dessinatrice de bande dessinée depuis une vingtaine d'années (Le Bois des Vierges, le cycle des sorcières de la Complainte des Landes perdues...). http://www.dargaud.com/bd/Complainte-des-landes-perdues/Complainte-des-landes-perdues-Cycle-3/Complainte-des-landes-perdues-Cycle-3-tome-2-Inferno2
Nouvel album - tome 2 du cycle des Sorcières (Complainte des landes perdues avec Jean Dufaux au scénario) : http://www.dargaud.com/bd/Complainte-des-landes-perdues/Complainte-des-landes-perdues-Cycle-3/Complainte-des-landes-perdues-Cycle-3-tome-2-Inferno2
+ Lire la suite
autres livres classés : gladiateursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Murena, Premier Cycle : Le Cycle de la Mère

Les auteurs, Jean Dufaux et Philippe Delaby, sont...

Belges
Français
Suisses
Italiens

12 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Murena, Premier Cycle : Le Cycle de la Mère de Jean DufauxCréer un quiz sur ce livre
.. ..