AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Pierre Furlan (Traducteur)
EAN : 9782742738182
308 pages
Actes Sud (07/05/2002)
4.24/5   65 notes
Résumé :
Portrait sans complaisance du peuple maori en l'état où la modernité l'a réduit, "L'âme des guerriers" décrit les convulsions d'une civilisation à l'agonie dans la sordide banlieue d'une métropole de Nouvelle-Zélande.
Que lire après L'âme des guerriersVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 65 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
La cité des Pins, une banlieue pauvre d'une grande ville que l'on devine être Auckland. Un quartier démuni, principalement habité par les Maoris. C'est là que vit Beth une jeune femme de trente cinq ans, usée par son quotidien, qui deploit toutes ses forces pour élèver ses six enfants. Jake, son mari violent, passe la plupart du temps dans les bars à jouer des poings pour assurer son emprise sur le quartier quand il n'use pas de violence avec sa femme. Et puis il y a Grace, treize ans leur fille, sensible et renfermée qui voit cette famille se détruire et qui en souffre. Et puis il y a Nig leur fils aîné, en errance, qui ne rêve que d'intégrer les Brown Fists, une des deux bandes violentes qui s'affrontent régulièrement. Un contexte sombre qui va encore se noircir avec un drame familial qui va faire exploser la famille.

Alan Duff offre avec l'Âme des guerriers un tableau sombre de la société dans ce quartier où se concentrent les Maoris et surtout il illustre les conséquences de leur discrimination et la volonté passée de les assimiler de force à une société occidentale, les privant de leurs cultures, de leur langue, un peuple devenu assisté économiquement et, pour une grande majorité, dependant des aides sociales. Des jeunes générations en perte de repères, se fourvoyant dans des bandes de quartiers pour retrouver l'âme du guerrier qui caractérisait leur peuple mais qui se méprenent en s'enfonçant dans la violence et la drogue, oubliant cette force de caractère qui leur permettrait de se relever. Et puis il y a cette mère de famille qui, après un drame et une cérémonie rituelle Maori, va décider de se battre et c'est elle qui va véritablement comprendre comment réinsuffler l'histoire et la force de son peuple, quand Jake va dériver lentement sans pouvoir vraiment se relever.
L'Âme des guerriers est un roman noir, sombre, âpre, dur, où les mots orduriers peuvent choquer mais c'est une peinture réaliste d'un peuple perdu qui cherche à retrouver ses valeurs détruites.
Une lecture sans complaisance sur une réalité sombre.
Commenter  J’apprécie          430
Il y a le fond , il y a la forme. Autant le fond est intéressant, autant la forme m'a horripilé.
"L' âme des guerriers" c'est l'histoire de la famille de Beth et de Jake Heke et de leurs six enfants. Une famille maorie dans la Nouvelle-Zélande des années 1990. L'auteur, Alan Duff, est lui même un métis de maori et de blanc. Donc je suppose qu'il connaît bien les problèmes qu'il aborde.
Beth et Jake vivent dans un quartier que l'on dit "sensible". Doux euphémisme cher à tous les communiquants de quelques pays qu'ils soient...
Dans la "Cité des pins" de la ville imaginaire de "Two lakes" , Beth , Jake et leurs six enfants vivotent du RMI local , de petits boulots plus ou moins légaux, les enfants trainent dans les rues parsemées de carcasses de bagnoles et de machines à laver éventrées, l'aîné veut déjà intégrer une bande , les Brown Fists, un autre est placé en foyer d'accueil et la jeune Grace, 13 ans , se fait violer un samedi soir de beuverie familiale. Car chez ces gens là Monsieur , on boit, on fume, on cogne. Rien de bien nouveau chez les déshérités de tous les pays. Les fiers guerriers maoris n'ont gardé de leur ancienne culture que la violence, qui s'exprime principalement sur leurs femmes et leurs enfants.
C'est un triste tableau que nous donne à voir Alan Duff. L'arrivée des européens au 19e siècle et une suite de guerres tribales sanglantes ont eu raison de la culture maorie. Ce qu'il en reste est une caricature où seuls la violence et les tatouages rituels, déconnectés de toute signification, perdurent.
On pourrait vite , par un raccourci assez répandu, en déduire que les méchants blancs sont responsable de tout cela ; ils ont le dos large en ces temps de repentance . Il n'est pas question de nier bien sûr tous les massacres, les génocides, auxquels se sont livré les occidentaux en envahissant les autres continents , mais les doux sauvages écologistes avant l'heure, naturellement bons, merci Jean-Jacques, sont une vue de l'esprit.
Les Maoris arrivés en Nouvelle-Zélande par vagues successives de différents archipels mélanésiens, ont sans l'aide d'aucune arme à feu , anéantis plusieurs espèces animales endémiques. Comme le disait si bien Mark Twain : " Tout ce qui m'importe est de savoir qu'un homme est un être humain -cela me suffit. Il ne peut pas être pire". Ce peuple de guerriers pratiquait allégrement l'esclavage ; les membres d'une tribu vaincue étaient donc réduit à l'esclavage, et cela de père en fils. Alan Duff montre bien dans son livre, que Jake Heke , le cogneur, le bagarreur, celui qui maudit tout à la fois la "société" , les pakéhas (les blancs),les chinois, le monde entier, celui dont le mot emblématique est "j'les emmerdent" , retourne avant tout sa violence contre lui même, le descendant de guerriers maoris , mais du mauvais côté car issu d'une lignée d'esclaves. Mais comme on le sait bien depuis Jean Ferrat, la femme est l'avenir de l'homme ! Beth, la femme de Jake, à l'image de ces entreprenantes "mères courage" qui s'activent un peu partout dans le monde pour tenter de changer le quotidien, va redonner espoir et ténacité aux gens de son quartier. Elle fonde une association, ouvre une bibliothèque, arrête de picoler, fait venir à la Cité des Pins des musiciens traditionnels, des chefs tribaux, des historiens maoris qui racontent la geste de leur peuple afin de redonner de la fierté à ces laissés pour compte. C'est un peu "cul cul la praline" mais il faut bien une happy end.
Alors oui : la forme ! Pénible la lecture. Je ne sais pas si c'est un parti pris du traducteur ou si c'est vraiment l'intention de Alan Duff, mais les chapitres sont d'une grande densité qui confine à l'opacité. Les dialogues sont insérés sans guillemets dans le cours de la narration. On se perd souvent dans les fils du récit . Qui parle ? il faut souvent arriver vingt lignes plus bas pour connaître l'identité du locuteur. Je suis peut-être trop "classique" , mais ces récits "déconstruits" fatiguent ma patience...


Commenter  J’apprécie          70
Je vous préviens tout de suite : le match est perdu d'avance dans une banlieue pourrie d'une ville pourrie de Nouvelle Zélande.
La culture maorie est une culture orale, ségrégationniste ( il y avait des maîtres et des esclaves) et une de ces valeurs essentielles est "l'art de la guerre" ( tout homme se doit d'être un guerrier).
Il nous est donc raconté un combat, avec des hommes qui doivent toujours nous prouver qu'ils ne sont pas soumis à l'autorité et qui cherchent toujours à nous démontrer leur force et leur liberté de choix.
L'auteur est issu de deux mondes, celui des maoris et celui des pakehas. Nous assistons constamment à cette confrontation. Les deux communautés vivent chacune de leurs côtés et s'ignorent complètement.
L'ambiance du livre est surprenante et plutôt "plombante" : Tout est malsain, les relations humaines, les sentiments amoureux. Les enfants sont livrés à eux mêmes, ils n'ont aucune chance de s'en sortir. L'alcool fait des ravages, la misère nous saute au visage à chaque page, les agressions sexuelles font naturellement partis du paysage, la violence est constante, pesante, elle se répand sur nos épaules tout au long des pages.
La colonisation a laissé ses marques, comment s'approprier une histoire qui n'est pas la sienne ? (Souvenir d'école : le "nos ancêtres les gaulois" enseigné aux enfants de nos colonies).
L'assistanat, remède économique à la survie, est devenu un mal très lourd à porter car pourquoi travailler quand on recevra le même salaire à ne rien faire ?
L'histoire est sordide, douloureuse et les solutions proposées, vite évoquées, me semblent digne d'un très mauvais Happy end :
Renaissance des valeurs oubliées, avec la révélation de l'histoire d'un peuple au travers de prédicateur !
Condamnation de l'alcool comme mère de tous les vices !
La Bonne volonté est une bonne solution qui permet de changer le cour des choses !
Je reste très sceptique sur ces "fausses ?" portes ouvertes sur l'avenir !
Commenter  J’apprécie          112
Quelle tristesse et quelle noirceur dans ce roman. Cela en devient même oppressant. L'auteur nous narre l'histoire de Maoris dans la cité des Pins, lieu perdu de Nouvelle-Zélande où ne règnent que la violence et l'alcool, où les hommes battent leur femme et où les enfants sont livrés à eux-mêmes. Alan Duff est sans pitié pour les personnages et pour ce peuple qui perd ses coutumes, se morfond sur lui-même et surtout n'essaie plus de se battre pour s'en sortir. Peuple presque perdu, accroché aux aides de l'état, qui ne travaille pas et passe sa journée à boire. Parce que quand on est Maori, tout est déjà perdu d'avance. C'est l'excuse qui revient sur toutes les bouches. Mais qu'est donc devenu ce peuple fier et autrefois guerrier ?
Alors non, il est possible de s'en sortir quand on est un Maori de la cité des Pins. Il faut le vouloir et tout faire pour y arriver.
L'auteur évoque aussi assez régulièrement la déchéance de ce grand peuple qui est liée à l'arrivée des colons blancs.
J'ai eu quelques difficultés à entrer dans l'histoire, cela est sûrement dû à la narration si particulière et assez exigeante. Mais le fond était très intéressant. Je souffrais pour ce peuple, pour ces gens pris dans un engrenage, pour ces enfants surtout qui grandissent dans un cruel manque d'amour et qui ont dès le départ de mauvaises bases pour commencer dans la vie.
Commenter  J’apprécie          70
La Nouvelle-Zélande n'est pas seulement le paradis des randonneurs et des amoureux des grands espaces. Comme l'Australie, cette ancienne colonie britannique est confrontée à des problèmes sociaux dus à l'échec de l'intégration des populations indigènes.

Dans ce magnifique roman, l'écrivain néo-zélandais, Alan Duff, d'origine maorie par sa mère, décrit la destruction des communautés indigènes par l'alcool à travers le destin d'une famille vivant dans un lotissement. Chômage, violence conjugale, enfants abandonnés ou négligés, bandes rivales sont les maux habituels des habitants de la cité des Pins. le glorieux passé des guerriers maoris n'est plus qu'un lointain souvenir et la dignité perdue se transforme en bastons de poivrots. Mais ce récit est bien plus qu'un regard critique sur l'autodestruction des maoris, c'est aussi un regard plein de tendresse sur une famille malmenée par la vie : Beth, la mère, mariée à 17 ans, six enfants, boit pour oublier ses rêves d'émancipation et le manque de tendresse, son mari Jake trouve dans l'alcool et la violence un exutoire à l'humiliation subie dans son enfance en tant que descendant d'esclaves, Grace, la fille aînée, adolescente sensible et rêveuse, veille sur sa famille avec discrétion et Boogy, le frère mal-aimé, dont la faiblesse en fait le bouc-émissaire d'une société où virilité rime avec brutalité. Un événement tragique vient bousculer la vie de Beth qui redécouvre les qualités ancestrales d'endurance et de courage du peuple maori et prend son avenir et celui de sa communauté à bras-le-corps.

Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
C’est pourquoi les Chinois secouaient la tête sans compassion quand ils entendaient les sirènes venues vous arrêter, vous emporter, blessé, couvert de sang et souvent agonisant jusqu'à l’hôpital. Ils riaient joyeusement entre eux de votre stupidité collective, de l’imbecillité monumentale que vous démontrez, vous, le Peuple marron, en les aidant à s’enrichir. Ils riaient encore plus au-dessus de leurs woks en comprenant que vous et vos misérables rejetons sans éducation garantissiez l’avenir de leurs enfants.
Commenter  J’apprécie          180
Et nous les Maoris, nous étions tout le temps en guerre. Les uns contre les autres. C’est vrai. C’est vrai, spectateurs, je le jure devant Dieu. On se détestait. Tribu contre tribu. Des sauvages. Nous étions des sauvages. Maïs des guerriers quand même. C’est très important de s’en souvenir. Des guerriers. Parce que, voyez-vous, c’est ça que nous avons perdu quand vous, les spectateurs blancs, vous nous avez battus. Quand vous nous avez vaincus. Quand vous nous avez pris notre terre, notre mana, et nous avez laissés avec rien.
Commenter  J’apprécie          93
...douze ans, seulement, juste un peu plus jeune que ta pauvre soeur, et je devais m'occuper de mes deux petits frères et d'une soeur encore bébé. On était quatre. Et quatre pères différents. Tu trouves pas ça incroyable, Nig ?
Quatre pères différents. Et il n'en reste pas un. Un jour, bon, elle est partie faire la foire, m'a laissée avec les gosses, rien à bouffer dans les placards à part un paquet de céréales et même pas de lait pour aller avec , tu vois ? ...
elle est pas revenue ce soir là. J'ai passé la moitié de la nuit sans dormir parce que j'avais la trouille, tu vois , des fantômes, des cambrioleurs, des sadiques. Même le noir me faisait flipper. Tout le lendemain - c'était un dimanche- on a attendu et attendu...mes petits frères et le bébé ont pleuré toute la journée, ils avaient la dalle, et cette salope qui ne rentrait pas.
Mon frère Mark a trouvé cinq dollars sous le dossier du canapé. On a cru qu'on était sauvés. Un signe du ciel ou un machin comme ça. Il devait être six heures du soir. Je me suis dit, super, on va s'acheter des beignets de poissons et des frites pour l'heure du thé. Tu vois , avec ces cinq dollars que Dieu nous avait envoyés. Dieu...Les muscles de la mâchoire de Tania se crispèrent et se relâchèrent (comme ceux de mon vieux). Bon. Elle poussa un soupir, un long soupir.
Bon je leur ai dit, attendez-moi, j'en ai pas pour longtemps. Elle inspira à travers ses dents. Je, euh.... Elle inspira à nouveau. J'étais tellement heureuse, tu vois, à cause de ces cinq dollars que Mark avait trouvés quand on avait le plus besoin...Et, euh,...Bon, je suis revenue....et la maison, elle, euh - LA SALOPERIE DE MAISON ETAIT EN FLAMME !
Commenter  J’apprécie          20
Trois marches jusqu'à la grande porte à double battant où les videurs en nœud papillon saluèrent Jake avec une déférence particulière, avec cette considération qu’ont les hommes violents pour ceux qui leur sont physiquement supérieurs ou qu’ils croient tels.
Commenter  J’apprécie          160
J’espionne mon propre peuple. Ceux qui sont là, dehors. Nous. Les non-entités qui ne vont nulle part et qui peuplent ces taudis appartenant à l’État. La moitié d’entre eux nourris par ce même État. Des Maoris. En tout cas pour la plupart.
Commenter  J’apprécie          110

Video de Alan Duff (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alan Duff
"L'Âme des guerriers" de Lee Tamahori, adapté du best-seller du même titre de l'écrivain maori Alan Duff, est sorti il y a déjà 25 ans, mais n'a pas pris une ride ni perdu de sa puissance. Il dépeint l'histoire d'un couple, Beth et Jake Heke, et du quotidien de leur famille dans un quartier défavorisé d'Auckland en Nouvelle-Zélande. C'est le film que Philippe Guedj, journaliste au Point, a choisi de parler ce mois-ci pour l'Instant Point Pop à la Fnac. Un film poignant, tragique et éreintant, brillamment réalisé.
La chronique complète sur Fnac.com : https://www.fnac.com/L-Instant-Point-Pop-a-la-Fnac-L-Ame-des-guerriers-un-hommage-vibrant-a-la-culture-maorie/cp50088/w-4
Tous les épisodes de L'instant Point Pop : https://www.youtube.com/watch?v=wom6JhTf84I&list=¤££¤7L-Instant-Point-Pop-a-la-Fnac-L-Ame-des-guerriers-un-hommage-vibrant-a-la-culture-maorie10¤££¤2A4WAk39Ae
Retrouvez-nous sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
#linstantpointpop #linstantfnac #lamedesguerriers #oncewerewarrior #LeeTamahori #AlanDuff
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvelle-zélandeVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (148) Voir plus



Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
1074 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

{* *}