AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364510481
Éditeur : abcd'r (01/09/2015)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture

Une histoire surréaliste mais tellement plausible...

Alexandre a tout pour être heureux. Pourtant, il ne se sent plus en phase avec la société qu’il juge individualiste et amorale. Un jour, alors que le monde autour de lui s’écroule, il fait preuve d’un extraordinaire instinct de survie et embarque sa famille dans une folle aventure.

Réfugiés dans le massif des Bauges, chacun va devoir trouver sa p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
nicolasduffaud
03 mai 2016
Nicolas Duffaud écrit son premier roman avec Renaissance. Quand on découvre la vie de Nicolas Duffaud, on se rend compte qu'elle est très proche de celle de son héros, Alexandre. Il est marié, ingénieur, père de deux enfants, et amoureux de la nature… et de sa famille. Sûrement !
Nicolas Duffaud a aussi beaucoup de valeurs morales fondamentales, telles que la famille, l'environnement, la justice, le respect des autres… Et surtout l'Amour. Sans en avoir l'air, il nous transmet une belle leçon de vie.
Renaissance raconte une histoire pas banale d'une famille ordinaire. Alexandre, Claire et leurs deux ados. Alexandre travaille dans une entreprise à la pointe de la technologie. Claire est vétérinaire. Et comme l'auteur, ils sont installés à Chambéry et passent leurs vacances dans le magnifique massif des Bauges où ils ont un chalet.
Un jour, Alexandre rapatrie de toute urgence toute sa famille, y compris ses parents, dans ce chalet, de façon à tous les mettre à l'abri d'un énorme tsunami. Les glaces du Groenland se sont effondrées et vont provoquer une inondation mondiale dans les heures qui suivent. Des régions entières vont disparaître, voire même des pays. Et tout cela à cause des hommes…
Toute la famille part à temps se réfugier dans leur chalet. Ils se retrouvent presque seuls. Toute la vallée a disparu sous les eaux. le monde moderne a été enseveli. Finis ordinateurs, TV, tablettes, téléphones portables auxquels ils étaient tous accro ! Ils vont devoir apprendre à vivre comme autrefois, sans objet connecté. Sans rien en fait. Trois générations sous le même toit vont faire bon ménage. Alors qu'avant la catastrophe, cela paraissait impensable ! Tous unis pour vivre et même survivre. Ils ont tous besoin des uns des autres pour arriver à s'en sortir. Il faut tout faire pour se nourrir et continuer à vivre.
Cet événement climatique n'est pas si surréaliste que ça. L'auteur s'est inspiré tout simplement de notre passé, d'il y a 10 000 ans, que nous avons tendance à oublier. En décrivant ce drame naturel, qui pourrait, hélas, à nouveau se reproduire, Nicolas Duffaud met l'accent sur ce que nous ne voulons pas voir. Notre culpabilité quant au réchauffement climatique et aux désastreuses conséquences de ce dérèglement. Il décrit aussi un monde de folie avant le tsunami. Et un monde qui redevient humain, avec de vraies valeurs, après la catastrophe.
J'ai beaucoup aimé ce livre, bien écrit, que l'on lit à toute vitesse ! Et oui, bien sûr, tout pourrait se réaliser un jour. Et c'est quand on arrive à la dernière page, qu'on comprend tout le livre ! Une idée très originale de scénario qui nous transmet des vérités fondamentales sur l'homme et sa façon de vivre aujourd'hui et hier. Beaucoup d'humanité et beaucoup d'amour tout au long de Renaissance. Un livre qu'il fait bon lire, nous qui avons des vies trépidantes et souvent absurdes, connectées en permanence avec notre téléphone ou notre ordinateur et rarement avec la nature ou nos voisins. Un livre qui va nous inciter à faire davantage attention à notre Planète et à ceux qui nous entourent ! Un livre simple mais qui sonne si juste !
Lien : http://publikart.net/renaiss..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
labilbe
15 juin 2016
Le livre est facile à lire, l'histoire est originale et peu commune. C'est une manière de se poser la question, si nous étions confrontés à changer notre façon de vivre : serions-nous prêts ?
D'autre part sommes-nous en train de saccager notre planète sans nous en apercevoir ? Ce livre a le mérite de soulever quelques questions auxquelles nous ne pensons pas forcément. J'espère que l'auteur va continuer à nous raconter des histoires car j'ai bien accroché.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
nicolasduffaudnicolasduffaud06 janvier 2016
En ce matin de mai, Alexandre descendait d'un pas rapide et décidé la rue de Boigne. Préoccupé par la réunion qu'il devait animer dans la journée devant des actionnaires, il interrogeait son téléphone portable qui lui faisait une lecture automatique de ses mails. Il travaillait dans une entreprise à la pointe de l'intelligence artificielle, installée dans le quartier d'affaire de Bissy à Chambéry.

Il dirigeait à temps plein depuis bientôt quatre ans un projet d'application de reconnaissance faciale. Le rendez-vous de l'après-midi était crucial. Il l'avait préparé pendant tout le week-end en parfaisant autant que possible sa présentation. L'enjeu était de taille. Outre la possibilité de signer de nombreux contrats, il pourrait négocier de nouveau sa promotion qui lui était promise depuis si longtemps.

Quelques minutes plus tôt, Alexandre, Claire, son épouse, et leurs deux enfants, Clément et Antoine, s'étaient quittés pour la journée. Claire, vétérinaire, rejoignait son cabinet où patientaient déjà quelques personnes âgées surinvestissant dans la santé de leur compagnon à quatre partes. Les deux garçons, de respectivement quinze et seize ans, se rendaient au lycée Vaugelas situé à quelques rues de là.

Clément et Antoine étaient inséparables. Leur complicité était remarquable à tel point qu'on les prenait souvent pour des frères jumeaux.

Cette petite famille, peu ordinaire, car très soudée et respectant des valeurs morales devenues relativement rares, vivait entre Chambéry, la semaine, dans leur petit appartement situé dans l'hyper-centre, et le massif des Bauges, le week-end, dans leur chalet qu'ils avaient fait construire sur les ruines d'une grange familiale.

Ce chalet était leur havre de paix. Ils aimaient s'y ressourcer. Perdu à plus d'une heure de route et surtout de pistes caillouteuses, sur le versant ubac du vallon de Bellevaux, il était niché en pleine nature, au coeur d'un majestueux site de plusieurs centaines d'hectares, à pratiquement mille mètres d'altitude. La seule autre habitation du vallon, la ferme des Chappaz, se trouvait à une demi-journée de marche, sur le versant opposé.

Le vallon, creusé par le Chéran, était étroit et recouvert d'immenses forêts préservées et peu fréquentées à sa base, entre huit cents et mille cinq cents mètres d'altitude. Il s'évasait plus haut, jusqu'à plus de deux mille mètres d'altitude, pour accueillir, pour quelques temps encore, un élevage traditionnel de tarines en estive.

Claire et Alexandre faisaient partie des quelques rares privilégiés à pouvoir profiter d'une habitation secondaire. Le coût de l'énergie rendait les déplacements très onéreux surtout pour une population affectée par un chômage toujours plus important.

Ils jouissaient ainsi d'un isolement salutaire, loin du brouhaha et des vicissitudes de la vie urbaine. Ils se protégeaient des contraintes de leurs métiers tout en retrouvant le cadre montagnard de leur enfance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nicolasduffaudnicolasduffaud03 mai 2016
Il avait foi en ce que lui avaient dit un jour Juliette, Antoine et Clément, alors adolescents : Il faut qu’on invente un nouveau monde à l’image de notre famille : respectueux de la nature et de l’Homme, généreux dans le travail, désintéressé et solidaire, sensible, réfléchi et instruit.
Commenter  J’apprécie          20
nicolasduffaudnicolasduffaud03 mai 2016
On avait accès à une source d’information infinie. On trouvait tout ce qu’on cherchait. On n’avait pas besoin de faire fonctionner notre mémoire. On savait qu’on pouvait tout y trouver. Du coup, on passait notre temps sur Internet. Parfois, on ne profitait même pas du beau temps pour aller jouer à l’extérieur.
Commenter  J’apprécie          10
nicolasduffaudnicolasduffaud03 mai 2016
Quand j’y repense, le système était complètement fou. L’argent pourrissait tout. Il était la cause de tant d’inégalités et de dérives.Aujourd’hui, on a tous du travail par dessus la tête. On produit des choses concrètes pour nos proches et nous-même. On se sent important. Nos vies sont simples et tellement moins soumises eu stress.
Commenter  J’apprécie          00
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre