AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Under_the_Moon


Under_the_Moon
  26 avril 2014
Trois adolescents ont un devoir d'histoire à faire sur les camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. Un sujet des plus rasoirs à leur goût et dont ils se seraient bien passé. Mais puisqu'ils ont tout de même envie de briller et d'être les meilleurs, ils ont tout à coup une idée de génie : plutôt que d'aller pomper tout et n'importe quoi sur Wikipédia (comme tous leurs autres camarades), ils vont allé interrogé l'arrière-grand-père de l'un d'entre eux qui se trouve être un rescapé des camps.
Seulement cette super idée ne va pas être de tout repos, car ce vieil homme acariâtre n'a jamais parlé de son expérience dans les camps.

Lorsque les adolescents commencent à le questionner, Andreas Müller replonge dans ses souvenirs de jeune homme à Berlin… Il se revoit dans un premier temps, complètement insouciant, ne pensant qu'à ses fêtes, ses amis et ses amants. Mais le régime nazi fini par montrer ses dents et dans la série de promulgation des lois discriminatoires, le tour des homosexuels - déjà considérés comme des pestiférés par la Weimar (depuis 1794 en fait!) - arrive très vite. Et Andreas Müller est incarcéré, (brièvement) relâché puis déporté.

En dehors du sujet, assez peu traité dans la littérature concentrationnaire, ce qui m'a attiré, c'est le graphisme très précis, presque vinage de cette bande dessinée. Les pages de souvenirs sont organisées en fonctions de couleurs, pour faire écho à la couleur des triangles des déportés (rose dans le cas de ce personnage principal). C'est un lieu commun, et presque une citation de dire que le régime nazi et la Gestapo ont fait preuve de sadisme et de cruauté, mais à chaque fois, ça choque tout de même les lecteurs du 21ème siècle que nous sommes, élevés à la tolérance et aux luttes anti discriminations en tout genre. Ce que j'ai trouvé révoltant dans cette histoire, c'est le rejet et la violence envers ces personnes, avec une loi qui les désigne comme des criminels et ne les reconnaît pas comme victime après la guerre. Pire encore, j'ignorais qu'il avait fallu attendre 1982 pour que l'article qui pénalisait 'homosexualité (en France) soit abrogé ! Certes, il aura fallu 12ans de plus à l'Allemagne, mais ça n'est pas réconfortant. Et ces images qui montrent des manifestations d'anciens "triangles roses" huée par la populace qui hurle au scandale car "ces gens-là" salissent la mémoire de leurs proches qui sont morts dans dans les camps "et eux ils c'était pas des sales pédés !".

Et on pourrait rajouter à la chronologie : en 2013, la France envient la risée de l'Europe avec ses Manifs pour Tous. …

Donc, on peut se demander maintenant : quand finira-t-on enfin de se mêlé des "moeurs" des gens et de jouer les Sainte-Mère Morale contre des pratiques qui étaient acceptées sans problème dans l'Antiquité ????
Commenter  J’apprécie          238



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (21)voir plus