AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330066406
160 pages
Éditeur : Actes Sud Junior (24/08/2016)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 19 notes)
Résumé :
La famille est un jeu. On joue des jeux de rôles, des jeux de société, avec des pièges, des faux-semblants et des secrets inavoués. Le timide Marceau grandit entouré de deux sœurs, d'une mère fantasque, et d'un père très exigeant, souvent distant. Les années passent, et tandis que sa mère s’absente, en proie à des esprits qu’elle seule peut voir, Marceau s'isole, joueur vaincu, grand perdant du jeu. Alors le garçon décide de partir, loin, pour mener sa propre partie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
victoryhelene
  25 février 2020
Une fiction qui peut paraître difficile d'accès pour un jeune lectorat, parfois obscure tant dans le fond que dans la forme. le roman se construit selon les règles d'un jeu (la partie, la revanche, la belle) et il y est question de l'adolescence et de ses affres, de la complexité à construire son identité, d'assumer sa singularité.
Mais c'est un livre qui a le mérite de traiter de manière originale le passage souvent chaotique de l'enfance à l'âge adulte d'un adolescent malmené par la vie.
Marceau est un jeune sensible et bousculé par les autres qui finit par considérer la vie comme un jeu, mais également sa famille. Cette dernière n'est pas un refuge. Sa jeune mère est perdue et dépressive. Son père plus âgé est rigide et castrateur. L'école est aussi une jungle brutale. Dominent alors l'incompréhension et la stigmatisation, le harcèlement et la souffrance psychologique.
Pour se fondre dans ce monde hostile, il faut sans cesse incarner un personnage, tenir un rôle pour rentrer dans le cadre familial et sociétal, pour survivre tout simplement et taire ses différences.
Marceau, malgré sa fragilité, va pourtant trouver le courage et la force de refuser ces règles injustes.
C'est donc un parcours initiatique qui nous est raconté, un voyage où se côtoient pudeur et violence.
Partir pour mieux se (re)trouver. Se détacher de tout (école, famille), sortir du jeu pour être soi. Voici les nouvelles règles que Marceau suivra pour enfin exister.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
trust_me
  27 septembre 2016
Il s'appelle Marceau et il grandit dans une famille en apparence classique : « Trois enfants, mère au foyer, père à carrure, une corbeille de fruits sans pépins. Une famille de ces maisons de briques, enveloppées de lierre, en retrait derrière une grille. Une famille sans histoire, cherchant l'adjectif ».

Sauf que. Marceau est trop sensible. Son père voudrait un fils solide, un vrai mec. le temps passe, la mère sombre dans la dépression, le fiston traverse les années collège en souffrant, réservé et indécis quant à sa sexualité. Il est trop gentil Marceau, il veut toujours faire plaisir sans jamais penser à ce qui lui ferait plaisir. On l'appelle Marcelle, on se moque de lui en sport. Il s'isole, ne s'impose jamais aux autres. Il voudrait plaire au père mais celui-ci reste distant, froid, sans pitié. Les années défilent et un jour ce père implacable lui prépare sa valise et l'envoie chez un oncle, en Bretagne. le garçon fugue, direction le sud-ouest, puis l'Espagne. Une vie d'errance, d'abord. Un port d'attache, ensuite. Une nouvelle vie, enfin. Partir, c'est mourir un peu. Mais pour Marceau, rester, c'était mourir beaucoup...

Un étrange roman d'apprentissage, tant sur la forme que sur le fond. Chaque chapitre s'ouvre sur une règle du jeu et les trois grandes parties ont pour titres « La partie », « La revanche », « La belle ». La vie est un jeu, on gagne (rarement), on perd (souvent), on triche (tout le temps). Un texte bizarre, dont je ne sais que penser. Peut-être trop singulier pour plaire à des ados. J'ai eu du mal à y trouver mes marques tant tout semble aller trop vite. Mais dans la seconde moitié, j'ai aimé accompagner Marceau vers l'émancipation, le voir atteindre son « stade méduse » : « Dans les mers, quand les cellules grandissent, on appelle ça le stade méduse. Les cellules quittent leurs racines. Elles se développent. Elles gagnent en liberté. »

L'écriture est superbe, la construction ambitieuse. Un roman jeunesse atypique qui interpelle et surprend. C'est déjà beaucoup.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Arthore
  29 avril 2019
Ayant véritablement adoré Boom, il me tardait de lire autre chose du même auteur. Voilà donc qui est fait avec Mauvais joueurs.
Une nouvelle fois nous sommes face à un livre d'une grande pudeur, fragilité, mettant au prise un ado, Marceau, avec toutes ses difficultés à passer à l'âge adulte. Timide, avec une mère “partie” dans un autre monde, et un père ne sachant pas trop comment se situer, Marceau va tenter de se trouver au travers des autres puis en fuguant en Espagne.
Grâce à un style percutant, des phrases courtes, des mots ciselés, le rythme de ce livre est vif, les sentiments nous bousculent.
Un autre roman classé dans la littérature Ado qui aurait toute sa place dans la littérature tout court!
Commenter  J’apprécie          60
zazimuth
  10 octobre 2017
J'ai emprunté ce roman à la médiathèque mais je crois que je ne l'ai pas vraiment compris. J'en ai saisi l'ambiance, le mal-être du héros, ce garçon qui grandit sans trouver sa place, ni en famille ni à l'école, ne comprenant pas ce que les autres (son père, ses camarades) attendent de lui. Ne comprenant pas pourquoi ils s'acharnent et qu'est-ce qui cloche dans son image...
Et comme ce n'est pas plus explicité que ça, je suis un peu perplexe moi aussi.
Le fil rouge de la métaphore du jeu qui parcourt les chapitres m'est également resté obscur.
Tout ce que j'en retiens c'est une mère fragile à la psychologie instable, attirée par le spirite, les mondes invisibles et cet adolescent qui aimerait plaire à son père mais qui est sans cesse rejeté.
Commenter  J’apprécie          52
clo73
  11 avril 2019

Après avoir lu Boom, le nouveau roman jeunesse de cet auteur que j'ai énormément aimé, j'ai eu envie de découvrir Mauvais joueurs.
------
Rien n'est simple pour Marceau, 15 ans, vivant dans une famille peu équilibrée.
Une mère dépressive et absente, un père tyrannique...
Seule sa petite soeur lui apporte un peu de soleil et de réconfort.

Au collège, c'est difficile...Les moqueries ne font que renforcer son envie de partir loin de sa famille, loin de ces adolescents indélicats.
Marceau est un garçon gentil, trop sensible sans doute et rêve d'un monde ailleurs !

"Théo m'attrapera par-derrière. Julien me remontera brutalement le slip et me frappera de coups de genou en criant, Béquille ! Il y aura des moments durs, des échappées en solitaire dans les toilettes, des regards en classe d'anglais, des messes basses, des moqueries publiques, des élections de délégués, des sorties à la piscine, des réprimandes en slip de bain, des virées en bus, des professeurs qui ne voient rien, qui se contentent de chut pour couper les mauvaises langues, des regards encore, plus perçants, des fous rires de types populaires, des insultes au visage, et face à tout ça, mon manque d'oxygène. Cela va durer 4 ans. La famille parlera d'âge ingrat et d'apprentissage. Personne ici ne verra."

"Pourtant, je n'embête personne, je me pousse à leurs passages. Je les laisse jouer, entre eux. Mais la grâce du garçon gentil, on ne l'empêche pas, on ne la contre jamais. Les coups de sifflets et le ballon n'y peuvent rien. Comme la grâce, il n'y a rien à faire. "

Marceau est différent..On l'isole, on le rejette..
Fuir est sa seule solution afin d'échapper à cet univers toxique,
Pour ne pas mourir...
Une nouvelle vie commence alors pour lui, dans un autre pays où tout est à réapprendre, à construire, à découvrir.
Marceau arrive-il à être heureux...?!
---------
L'écriture de Julien Dufresne-Lamy me touche beaucoup. Il y a une sensibilité, une délicatesse dans ses histoires, dans ses personnages qui m'interpellent à chaque fois.
Ce récit est prenant, d'une grande justesse et évidemment émouvant.
Un roman qui m'aura beaucoup plu et qui me donne envie de découvrir au plus vite son autre livre Les indifférents qui m'attend sur ma table de nuit. 😍
Son prochain roman sort en août, il me tarde déjà de le lire.
Lien : https://leslecturesdeclaudia..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
zazimuthzazimuth   10 octobre 2017
Pendant le collège, les garçons ricaneront sèchement. Ils s'acharneront. Ils me tourneront autour pendant les pauses et la cantine. Théo m'attrapera par derrière, Julien me remontera brutalement le slip et me frappera de coups de genou en criant, « Béquille ! » Il y aura des moments durs, des échappés en solitaire dans les toilettes, des regards en classe d'anglais, des messes basses, des moqueries publiques, des élections de délégués, des sorties à la piscine, des réprimandes en slip de bain, des virées en bus, des professeurs qui ne voient rien, qui se contentent de « chut » pour couper les mauvaises langues, des regards encore, plus perçants, des fous rires de types populaires, des insultes au vidage, et face à tout ça, mon manque d'oxygène.
Cela va durer quatre ans. La famille parlera d'âge ingrat et d'apprentissage. Personne ici ne verra. (p.158-159)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zazimuthzazimuth   10 octobre 2017
Au collège, on m'appelle Marcelle. Les garçons surtout, mon voisin. Un grand garçon maigre, un peu niais. (…) Il m'attend le matin. Il me refile des surnoms et des coups derrière la tête. Dans la cour, ses copains et lui disent « ça va Marcelle, pourquoi tu fais la tête ma belle ? T'as oublié ton rouge à lèvres ? » On ajoute que je serais « jolie avec des couettes ». (…)
Je voudrais comprendre cet acharnement.  (p.75)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
VIRGINIE34VIRGINIE34   28 août 2016
Sur ma carte d'identité, il est écrit: prénom Marceau, nom de famille Janvier. Mes yeux sont vert-marron. Je suis né le 17 juin. Je suis M pour le sexe. Je mesure un mètre quatre-vingt depuis peu. Je dépasse le père de quelques bons centimètres. J'ai quinze ans. J'ai aussi l'âge de la fugue. Le désir de disparaître sous les réverbères.
Commenter  J’apprécie          40
ArthoreArthore   29 avril 2019
Je vieillis, j’ai vingt ans. Les années défilent, personne ne m'écrit. Je n'écris à personne. À Pilar, je dis que l’abandon, c’est regarder sa montre et lire une heure qui n'existe pas. Un no man’s time. La vieille dame me rassure gentiment, elle m’explique qu’a Madrid, de toute façon, personne n’est d’ici.
Commenter  J’apprécie          40
CDIMathiasCDIMathias   14 février 2019
Je m’appelle Marceau Janvier. Marceau. Comme le mime. Comme le prénom inscrit sur mon extrait de naissance. Maman le range prudemment dans le tiroir du buffet avec les autres documents importants. Maman y tient. Marceau, c’est la preuve que j’existe. On dit peu de choses sur moi. Dans la famille, on ne parle pas des uns et des autres. Dans la famille, on préfère jouer. Des jeux de rôles, des jeux de société, des jeux d’enquête, avec des pièges et de vraies surprises. Moi je m’en méfie. Mais on me force à participer. Alors, je joue avec eux. Parfois, je me contrains à rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Julien Dufresne-Lamy (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Dufresne-Lamy
A l'occasion du salon "Le livre sur la place" à Nancy, rencontre avec Julien Dufresne Lamy autour de son ouvrage "Jolis jolis monstres" aux éditions Belfond. Rentrée littéraire Septembre 2019.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2343814/julien-dufresne-lamy-jolis-jolis-monstres
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..