AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Janine Garrisson (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070316366
1040 pages
Éditeur : Gallimard (25/09/2008)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 277 notes)
Résumé :
Paris, une nuit de février 1578.
Dans une ruelle sombre des abords de la Bastille, Louis de Clermont d'Amboise, sire de Bussy, gentilhomme courageux et loyal, tombe dans l'embuscade que les mignons du roi Henri III lui ont tendue. Seul contre cinq, il ne doit la vie sauve qu'à l'intervention providentielle d'une belle inconnue blonde comme un ange... Ainsi commence l'histoire d'amour qui forme le coeur de La Dame de Monsoreau, histoire lumineuse qui se détach... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Arakasi
  11 juin 2014
Nous sommes à la fin du XVIe siècle et le soleil des Valois est en plein déclin. le dernier héritier de la lignée, Henri III, a bien du mal à conserver ses fesses vissées sur le flageolant trône de France, tiraillé qu'il est entre les exigences de ses « mignons » et les ambitions de son frère cadet, François d'Anjou. Assoiffé de pouvoir mais trop timoré pour s'opposer ouvertement à son ainé, le duc d'Anjou préfère s'attirer le soutien d'adversaires plus belliqueux que lui comme les redoutables ducs de Guise, dirigeants de la Ligue catholique, et s'entourer de valeureux gentilshommes prêts à défendre ses intérêts en provoquant les « mignons » royaux.
Le plus remarquable de ces vaillants jeunes hommes est le comte de Bussy, favori de dames et terreur de ces messieurs. Mais la renommée du séduisant comte lui attire bien des ennemis et, une nuit où il rentrait tranquillement de chez une de ses maitresses, il tombe dans un guet-apens tendu par quatre hommes du roi. Sauvé in extremis par l'intervention d'une jeune femme, Diane de Méridor, il en tombe aussitôt passionnément amoureux (c'est quand même épatant tous ces romans où l'on tombe raide dingue d'une fillette que l'on a aperçue pendant deux minutes à peine, mais bon, passons…) Pas de chance pour notre héros, la belle est déjà prise ! Elle vient d'épouser en justes noces le comte de Monsoreau, grand veneur du roi, proche ami du duc d'Anjou et mari atrocement jaloux. En fière tête-brûlée qu'il est, Bussy ne se laissera pas arrêter par un aussi insignifiant obstacle et fera tout pour libérer sa dulcinée, quitte à attirer sur sa tête la redoutable colère de François d'Anjou qui ne dédaignerait pas non plus de glisser la charmante dame de Monsoreau dans son lit.
Quoique ayant lu beaucoup de romans de Dumas il y a quelques années, je n'avais jamais été attirée par « La Dame de Monsoreau » et j'avais plus ou moins oublié son existence, jusqu'à que la lecture de l'excellent « Les douze muses d'Alexandre Dumas » de Dominique Fernandez le rappelle à mon souvenir. Plaisir retardé mais d'autant plus savoureux, car « La Dame de Monsoreau » est assurément un très bon Dumas ! Dialogues piquants et débordants d'esprit, anecdotes savoureuses, scènes d'action enlevées et intrigues tortueuses, tout y est pour transporter le lecteur et les presque 1000 pages de ce trépidant roman se dévorent comme un rien.
L'histoire d'amour, bien qu'agréable à suivre, est sans grande originalité, mais elle est soutenue par une intrigue historique particulièrement réussie et passionnante. La pâlichonne Diane et son chevalier servant sont aisément éclipsés par le personnage d'Henri III, roi à la personnalité fascinante vacillant sans cesse entre irrésolution et noblesse, et surtout par celui de son bouffon et fidèle conseiller Chicot. Chicot est un gascon, mais un gascon comme les aime Dumas : courageux mais pragmatique, bavard comme une pie mais rusé comme un renard, tortueux mais dévoué, jouisseur, sarcastique, fantasque… En un mot comme en cent, un gaillard formidablement sympathique que son affection sincère quoique un peu vacharde pour son trop faible souverain ne rend que plus attachant. Impossible de ne pas l'adorer ! C'est assurément pour le plaisir de le retrouver que je me procurerai dès que possible « Les Quarante-cinq », dernier tome de la trilogie des guerres de religion de Dumas (le premier étant « La reine Margot »).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Crazynath
  31 mars 2019
Alexandre Dumas était certainement un de mes auteurs préférés pendant mes années jeunesse. J'ai vibré en lisant Les trois mousquetaires (que j'ai au moins lu deux fois). J'ai tourné fébrilement les pages des trois tomes du Comte de Monte-Cristo en savourant la vengeance d'Edmond Dantes….
Plus tard, après avoir vu le feuilleton télévisé la dame de Monsoreau, ( celui avec Karin Petersen, Nicolas Silberg et l'excellent Michel Creton dans le rôle de Chicot )je me suis promis qu'un jour je lirais le livre. Cependant, la fin m'avait marquée et j'ai repoussé pendant de nombreuses années cette lecture…Les années passant et continuant à me disperser, ce n'est qu'il y a deux semaines que je me suis enfin lancée dans la lecture de pavé.
Oui, il s'agit bien d'un pavé, mais quel plaisir que ce plongeon dans cette France de la Renaissance où règne Henri III. Dumas (que ce soit lui et/ou son « negre « Auguste Maquet ) nous raconte avec beaucoup de verve une page de cette période en y mêlant beaucoup de personnages ayant réellement existé.
Même si la véritable Histoire est bien différente ( il suffit de faire des recherches sur Bussy ou sur Diane-Françoise de Méridor), c'est celle narrée par Dumas que je retiendrais …
L'auteur a su redonner vie avec beaucoup de talent à tous ces personnages sur un fond de guerres de religions. le massacre de la Saint Barthelemy est vieux de quelques années mais la tension à ce sujet est encore bien présente et la Ligue menée par les Guise est en train de fomenter de sombres complots. le frère du roi, François d'Anjou, semble mêlé à l'un de ces complots. On sent Henri III bien seul malgré le fait qu'il soit entouré de ses mignons tous dévoués à sa cause. La seule personne sur qui il va pouvoir compter est son fou, Chicot, qui est pour moi le véritable héros de cette histoire. Certes l'histoire d'amour entre Bussy d'Amboise et Diane de Meridor m'a touchée mais j'ai eu plus de plaisir à suivre le parcours de Chicot.
Depuis que j'ai appris qu'il refera son apparition dans la suite, « Les Quarante-Cinq », je pense que je ne vais pas attendre des années pour lire la suite de ses aventures.
Challenge Pavés 2019
Challenge A travers l'histoire
Challenge Solidaire Lutte contre l'illettrisme

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
PiertyM
  18 septembre 2014
Comme notre papa Dumas sait aussi bien nous le servir les plats historiques auxquels nous avons l'honneur et le plaisir de déguster la vie des rois et reines des siècles précédents, la vie ces gentilshommes célébrés par leur bravoure, c'est de cette même sauce qu'il nous sert avec la dame de Monsoreau qui fait suite à la reine margot, où nous côtoyons le règne du roi Henri III, sa vie, sa cour, ses faiblesses...
Commenter  J’apprécie          330
AugustineBarthelemy
  12 mai 2020
1578. Henri III règne depuis bientôt quatre ans. Aimé du peuple avant d'être couronné, il devient très vite impopulaire, s'attirant les foudres du peuple écrasé d'impôts qui servent à entretenir à grands frais les « mignons », favoris du roi, essentiellement décrit ici comme efféminés, opportunistes et lâches. Pire aux yeux de tous, Henri III est bien trop pusillanime vis-à-vis des hérétiques, les huguenots. Et pour compléter le tout, sa couronne est constamment remise en cause : le Parti ultra-catholique des Guise la convoite, tout comme François, duc d'Anjou, frère cadet du roi, et successeur potentiel d'Henri III qui n'a toujours pas de descendance. C'est dans cette ambiance particulièrement délétère que prend place l'histoire de la Dame de Monsoreau. Et mon dieu, quelle histoire ! Épique à souhait, romantique en diable, on y trouve le talent extraordinaire de Dumas, qui a le génie de nous faire oublier ses petits arrangements avec l'Histoire, pour nous en croquer une plus vraie que nature, si attirante que l'on voudrait qu'elle prenne la place de la réalité ! Et sa plume n'a pas son pareil pour dessiner des personnages incarnés, que l'on aime aimer et que l'on aime détester, quitte à leur donner un caractère assez peu conforme à l'Histoire, idéalisant ses héros, avilissant ses antagonistes.
L'histoire s'ouvre sur un mariage, celui de Saint-Luc, favori du roi, qui ne va pas tarder à connaître la disgrâce. En effet, Dumas va reprendre à son compte la thèse d'un Henri III homosexuel : ce dernier ne pardonne pas les épousailles par jalousie. Ce mariage est une petite poudrière : d'un côté, les mignons d'Épernon, d'O, Schomberg, Quélus et Maugiron, de l'autre, des gentilshommes qui soutiennent le parti de François, Livarot, Antraguet, Ribeirac, et, le plus brave de tous, Bussy d'Amboise. Diverses piques et menaces s'échangent, s'estimant humiliés, les mignons décident de tendre une embuscade à Bussy. Malgré l'avertissement de Saint-Luc, tenu par les règles de l'hospitalité, Bussy n'en a que faire : il affrontera les cinq s'il le faut !
Rue Saint-Antoine, le traquenard est en place. Les mignons guettent dans le noir le passage de leur ennemi. Dans l'obscurité, ils se trompent tout d'abord et attaquent deux silhouettes qui cherchent manifestement l'entrée d'une maison. C'est François, duc d'Anjou et son joueur de luth, Aurilly. Hors de question de toucher à un prince du sang, les mignons reculent et reprennent leur terrible guet. François, lui, s'en va, même s'il pressent un piège imminent en voyant une silhouette qui s'approche. Lâche, il s'enfuira. Bussy d'Amboise apparaît et les cinq compères surgissent de l'ombre. le combat s'engage, c'est du cinq contre un. Bussy s'y montre aussi brave que Bayard mais il faiblit. Il n'a que le temps de se réfugier à l'intérieur d'une maison et d'en refermer la porte sur ses assaillants avant de s'effondrer, épuisé par ses blessures.
Pris dans les brumes de la fièvre, il se rend tout de même compte qu'il est transporté dans un lit, il aperçoit un médecin aux yeux bandés qui le soigne mais surtout, le portrait d'une femme qui le frappe au coeur. Avant de se réveiller dans la rue le lendemain. Étrange aventure dont il est bien déterminé à percer le mystère. Par un hasard extraordinaire qui n'arrive que dans les romans, Bussy, en se rendant sur les lieux de l'assaut, retombe sur le médecin qui, lui aussi, veut résoudre cette histoire. C'est Rémy le Haudouin, et les voilà désormais liés d'une amitié indéfectible, car tel est le caractère généreux du comte. Ensemble, ils retrouveront la dame qui a si fortement ému Bussy d'Amboise.
La belle dame qui a capturé le coeur de notre héros au premier regard, c'est Diane de Méridor, épouse de l'infâme comte de Monsoreau, au service du duc d'Anjou. La belle éplorée conte alors au seigneur de Bussy sa triste histoire. Alors qu'elle se promenait en forêt, elle a eu la malchance de croiser Monsoreau, qui en tomba amoureux. La malheureuse le repousse mais, lors d'une fête, c'est cette fois le duc d'Anjou qui s'éprend de la belle. Et celui-ci n'hésitera pas à organiser un enlèvement pour la séduire. Diane est alors « secourue » par Monsoreau qui fera croire au duc, et au père de la jeune fille, qu'elle s'est noyée lors de son évasion. D'un naturel jaloux et suspicieux, il la mènera à Paris et parviendra à l'épouser après de nombreuses autres péripéties. Évidemment, notre belle innocente a été trompée, et tout n'était qu'un plan machiavélique du comte pour l'amener à accepter sa demande en mariage. Bussy, devant tant de vilenies, est bien décidé à faire justice à Diane de Méridor, ce qui passera tout d'abord par se rendre en Anjou, pour prévenir le père de la survie de sa fille et le mener devant le duc d'Anjou pour que ce dernier rompe ce mariage forcé. Mais le perfide François, parce que Monsoreau connaît trop de secrets qui pourraient lui coûter sa tête, trahit son fidèle Bussy, tout en espérant pouvoir enfin voler la belle Diane des mains de son mari.
En parallèle de cette histoire d'amour illégitime entre deux jeunes gens de haute qualité, Dumas dresse une intrigue politique dense et assez noire dans une cour corrompue où l'envie le dispute à la sournoiserie. le lecteur est pris dans le maelstrom des luttes de pouvoir. Henri III est entouré d'ennemis, et le premier d'entre eux est son propre frère, François. Celui-ci est dépeint perfide, lâche, vindicatif. Il se sait être le potentiel successeur de son frère, et pour le faire tomber, il n'hésitera pas à se rallier au duc de Guise, chef ultra-catholique qui fomente la chute du roi grâce à la Ligue. Les comploteurs veulent profiter d'une célébration religieuse pour forcer le roi à abdiquer. Heureusement pour Henri III, celui-ci a dans son entourage un Gascon des plus dévoués : Chicot, fou du roi, un personnage comme aime à les croquer Dumas, courageux, bavard, rusé et surtout fidèle à un roi qu'il semble être le seul à aimer sincèrement.
Je ne vais pas résumer le roman qui fait tout de même ses mille pages bien pesées. Mais sachez-le, j'ai adoré ce roman. On y retrouve une plume alerte, une verve dans des dialogues savoureux, un souffle épique qui maintient l'intérêt du lecteur – cette fin, mon dieu, qu'elle est palpitante ! Les émotions sont exacerbées, les péripéties et les rebondissements s'enchaînent à bon rythme comme tout bon roman feuilletonnant, les héros sont idéalisés (le véritable Bussy d'Amboise était tout de même un peu moins chevaleresque et assez sanguinaire dans son genre), l'histoire d'amour est certes un peu datée, très typique du roman historique du XIXe siècle, mais ça fait vraiment partie du charme incroyable qui se dégage de ce roman. D'habitude, je suis la première à relever les inexactitudes et les arrangements avec l'Histoire. Ici, il y en a bien évidemment, et je savais que j'en trouverais, comme dans tous les romans d'Alexandre Dumas. Mais la puissance du romancier fait qu'on les oublie volontiers, qu'on se laisse transporter dans l'histoire et qu'on y accepte absolument tout. Ce qui fait que Dumas reste, et restera encore longtemps, le chef incontesté du roman historique.
Lien : https://enquetelitteraire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gwen21
  28 septembre 2012
C'est du grand Dumas, c'est du beau style, c'est de l'Histoire remaniée mais tellement vivante. Que du bonheur, au fil des 980 pages de l'édition Folio. On rit, on frémit, on s'impatiente, on aime, on dévore... on vit le roman.
J'aurais été Dumas, je n'aurais pas fait à Diane de Méridor l'honneur de donner à mon roman son titre (de noblesse) mais je l'aurais plutôt dédicacé au personnage de Chicot qui est, selon moi, le véritable héros du roman.
Commenter  J’apprécie          222

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
ArakasiArakasi   30 août 2014
- Il y a d'abord le roi de Navarre.
- Oh ! il ne m'inquiète pas celui-là ; il est tout occupé de ses amours avec la Fosseuse.
- Celui-là, Monseigneur, celui-là vous disputera jusqu'aux cordons de votre bourse ; il est râpé, il est maigre, il est affamé, il ressemble à ces chats de gouttière à qui la simple odeur d'une souris fait passer des nuits tout entières sur une lucarne, tandis que le chat engraissé, fourré, emmitouflé ne peut, tant sa patte est lourde, tirer sa griffe de son fourreau de velours ; le roi de Navarre vous guette ; il est à l'affût, il ne perd de vue ni vous ni votre frère ; il a faim de votre trône. Attendez qu'il arrive un accident à celui qui est assis dessus, vous verrez si le chat maigre a des muscles élastiques, et si d'un seul bond il ne sautera pas, pour vous faire sentir sa griffe, de Pau à Paris ; vous verrez, Monseigneur, vous verrez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ArakasiArakasi   27 août 2014
En effet, le peintre avait peint à fresque pour François Ier et par les ordres de ce roi, la vie de sainte Marie l'Egyptienne : or, au nombre des sujets les plus intéressants de cette vie, l'artiste imagier, naïf et grand ami de la vérité, sinon anatomique, du moins historique, avait, dans l'endroit le plus apparent de la chapelle, placé ce moment difficile où sainte Marie n'ayant point d'argent pour payer le batelier, s'offre elle-même comme salaire de son passage.

Maintenant il est juste de dire que, malgré la vénération des fidèles pour Marie l'Egyptienne convertie, beaucoup d'honnêtes femmes du quartier trouvaient que le peintre aurait pu mettre ailleurs ce sujet, ou tout au moins le traiter d'une façon moins naïve ; et la raison qu'elles donnaient, ou plutôt qu'elles ne donnaient point, était que certains détails de la fresque détournaient trop souvent la vue des jeunes courtauds de boutique que les drapiers leurs patrons amenaient à l'église les dimanches et fêtes.

(A propose de l'église Sainte Marie l'Egyptienne)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ArakasiArakasi   03 juin 2014
- C'est la Ligue pure et simple, fit Chicot, la Ligue commencée depuis dix ans. M. de Morvilliers a découvert ce que tout bourgeois parisien sait comme son Pater.
- Monsieur..., interrompit le chancelier.
- Je dis la vérité... et je le prouverai, s'écria Chicot avec un ton d'avocat.
- Dites-moi le lieu de la réunion des ligueurs, alors ?
- Très volontiers : 1° la place publique ; 2° la place publique ; 3° les places publiques.
- Monsieur Chicot veut rire, dit en grimaçant le chancelier ; et leur signe de ralliement ?
- Ils sont habillés en Parisiens et remuent les jambes lorsqu'ils marchent, répondit gravement Chicot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
TaraxacumTaraxacum   17 février 2020
Je poussai un cri de joie ; la fenêtre n’était pas grillée.
Mais Gertrude avait déjà remarqué la cause de cette prétendue négligence de nos gardiens : un large étang baignait le pied de la muraille ; nous étions gardées par dix pieds d’eau, bien mieux que nous ne l’eussions été certainement par les grilles de nos fenêtres.
Mais, en se reportant de l’eau à ses rives, mes yeux reconnurent un paysage qui leur était familier, nous étions prisonnières au château de Beaugé, où plusieurs fois, comme je l’ai déjà dit, j’étais venue avec mon père, et où, un mois auparavant, on m’avait recueillie le jour de la mort de ma pauvre Daphné.
Le château du Beaugé appartenait à M. le duc d’Anjou.
Ce fut alors qu’éclairée comme par la lueur d’un coup de foudre je compris, tout.
Je regardai l’étang avec une sombre satisfaction ; c’était une dernière ressource contre la violence, un suprême refuge contre le déshonneur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ArakasiArakasi   02 juin 2014
- [...] où est M. le duc ?
- Il est en prison.
- Où cela ?
- Dans sa chambre. Quatre de mes bons amis l'y gardent même à vue. M. de Schomberg, qui fut teint en bleu hier soir, comme vous savez, puisque vous passiez là au moment de l'opération ; M. d'Epernon, qui est jaune de la peur qu'il a eue ; M. de Quélus, qui est rouge de colère, et M. de Maugiron, qui est blanc d'ennui ; c'est fort beau à voir, attendu que, comme le duc commence à verdir de peur, nous allons jouir d'un arc-en-ciel complet, nous autres privilégiés du Louvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Alexandre Dumas (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Dumas
Kean d’Alexandre Dumas : pièce en cinq actes (1949 / France Culture). La RTF présente un drame en cinq actes et six tableaux d'Alexandre DUMAS père. Portrait d’Alexandre Dumas par Nadar, en 1855. Réalisation : Léon Ruth. Avec Maria Casarès (Anna), Louise Conte (La comtesse de Koefeld), Marcel André (Le comte de Koefeld), Daniel Lecourtois (Le prince de Galles), Jean Temerson (Salomon), Marcelle Monthil (Amy), Lily Siou (Ketty), René Hiéronimus (Pistole), Charles Lavialle (Peterpat), Jean Clarens (Lord Mewill), Edmond Beauchamp (John), Jean Topart (Darius), Roger Bontemps (Bardoche) et Pierre Brasseur (Kean).
Présentation des Nuits de France Culture par Philippe Garbit : « L’acteur, à cette époque - la pièce est créée en 1836 -, l’acteur n’est pas grand chose. La pièce met en scène un acteur, donc, un acteur anglais mort quelques années plus tôt. L’acteur, le comédien ne laisse rien après lui, on le sait bien, il ne vit que pendant sa vie, sa mémoire s’en va avec la génération à laquelle il appartient ; il tombe du jour dans la nuit, du trône dans le néant. Edmund Kean, Kean, le grand et illustre Kean n’est pas totalement mort. En tout cas, il n’est pas tombé dans l’oubli grâce à un écrivain français, Alexandre Dumas, qui écrivit une pièce en cinq actes : “Kean ou Désordre et génie”, tout à la gloire de sa passion pour la comédie. Un comédien de génie - quelques privilégiés naissent avec le génie - mais un homme, fut-il l’ami du prince de Galles, qu’on ne saurait recevoir dans un salon digne de ce nom. Le noble, l’illustre, le sublime Kean, le roi des tragédiens passés, présents et futurs a pour nous la voix de Pierre Brasseur, grâce à la diffusion de cette version radiophonique proposée pour la première fois sur la Chaîne nationale en 1949. »
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les personnages des Trois Mousquetaires et Vingt ans après

Sous quel nom connaît-on monsieur du Vallon de Bracieux de Pierrefonds ?

Athos
Porthos
Aramis
D'Artagnan

9 questions
125 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre DumasCréer un quiz sur ce livre

.. ..