AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782724612820
216 pages
Éditeur : Les Presses de Sciences Po (07/02/2013)
3/5   2 notes
Résumé :
Roland Dumas a été l'un des principaux acteurs d'une période exceptionnelle sur le plan des relations internationales : chute du mur de Berlin, fin de la guerre froide, émergence d'un Sud contestataire, création de l'euro, avènement de la mondialisation - autant de ruptures qui ont refaçonné le monde contemporain. L'ancien ministre d'Etat, ami proche de François Mitterrand et maître d'oeuvre, si ce n'est à penser, de sa politique étrangère, analyse ici ce lent et di... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
YvesParis
  17 octobre 2013
Les Mémoires sont un style littéraire à part entière qui ne date pas d'hier. On en écrit encore beaucoup, on en publie parfois, on en lit plus rarement (il suffit de faire un tour chez les bouquinistes pour en trouver un grand nombre fraîchement soldés, portant parfois encore leur dédicace). Rarement des Mémoires viennent-ils révolutionner l'histoire de la pensée ou celle de la littérature. N'est pas De Gaulle ou Churchill – qui obtint grâce aux siens le prix Nobel de littérature – qui veut. le plus souvent, il s'agit d'un passage obligé pour une personnalité qui vient de quitter le pouvoir : Valéry Giscard d'Estaing ou Jacques Chirac, Tony Blair ou Bill Clinton ont cédé à cette mode. Les ventes de leurs mémoires dépendent moins de leur contenu que de la popularité qu'ils ont gardée.
Les diplomates aiment aussi écrire leurs Mémoires. Parce qu'ils ont eu une vie particulièrement remplie et ont été les témoins voire les acteurs de moments historiques. Henri Froment-Meurice, qui fut ambassadeur à Moscou puis à Bonn, débite ses mémoires en tranches ("Journal de Moscou", 2011, "Journal de Bonn", 2013) ; Michel Lunven, un disciple de Foccart raconte son parcours africain dans "Ambassadeur en Françafrique" (2011) ; Dominique Decherf, qui lui aussi servit en Afrique, développe une réflexion plus ambitieuse à partir d'une expérience pourtant assez proche ("Couleurs", 2012). Jean-Marc de la Sablière n'a pas résisté à la tentation de perpétuer cette tradition. Son livre, publié chez Robert Laffont, qui édite par ailleurs Jean d'Ormesson et Line Renaud, ne dévoile pas le dessous des cartes des relations internationales, comme voudrait nous le faire croire un sous-titre racoleur, probablement inspiré par l'éditeur. Il est beaucoup plus classiquement la narration chronologique de la (splendide) carrière d'un diplomate issu de l'ENA ayant passé l'essentiel de sa vie à représenter la France aux Nations Unies (dont il fut finalement à son troisième séjour le représentant permanent entre 2002 et 2007)
D'une toute autre facture est le livre d'entretiens de l'indéboulonnable ministre des affaires étrangères de François Mitterrand. En 2007, il avait publié le premier tome de ses Mémoires, couvrant la période 1983-1988. le second tome, qui aurait dû couvrir logiquement les années 1988-1993, n'a pas été écrit. Mais le nonagénaire toujours alerte n'en maintient pas moins une intense activité bibliographique. Il vient de publier "Dans l'oeil du minotaure" où il brosse le portrait des grandes personnalités qui ont croisé sa vie. Les entretiens qu'il a réalisés avec Bertrand Badie et Gaïdz Minassian sont l'occasion d'un ample tour du monde géopolitique en sept chapitres qui rompt avec la monotonie convenue de la narration chronologique. Chaque espace est analysé à travers le prisme de l'expérience du locataire du Quai d'Orsay, occasion de rappeler les grandes heures de la Mitterrandie. Cet intime parmi les intimes s'avère beaucoup moins courtisan qu'on aurait pu le redouter et n'hésite pas à écorner quelques mythes : ainsi de la célèbre photo de Verdun des présidents français et allemand main dans la main, beaucoup moins spontanée qu'on a voulu le dire ou de l'affaire Gordji.
Aussi différents soient-ils, ces témoignages ont en commun de développer une conception des relations internationales fondée sur la primauté et la centralité de l'Etat. Aucun des deux, ni le ministre né en 1922, ni l'ambassadeur né en 1946 ne semblent avoir pris la mesure des phénomènes transnationaux qui influencent les relations internationales, qu'il s'agisse des mouvements boursiers ou de l'apparition d'Internet. On pourrait s'en alarmer s'il s'agissait de jeter les bases de la diplomatie de l'avenir ; on préfèrera y voir le témoignage historique d'une façon de faire aujourd'hui dépassée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150


Videos de Roland Dumas (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roland Dumas
Roland Dumas, ancien ministre des Affaires Etrangères est l'invité de Bruno Duvic dans le 7/9 de France Inter (8h40 - 12 avril 2011).
autres livres classés : recherche scientifiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
351 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre