AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1143532287
Éditeur : Nabu Press (03/02/2010)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 172 notes)
Résumé :
« Attendre et espérer », voilà toute la sagesse d'Edmond Dantès. Fier marin sur le point d'être nommé capitaine et d'épouser sa bien-aimée, Mercédès, il est arrêté. Dénoncé comme bonapartiste, il est enfermé au château d'If et attendra quatorze ans sa délivrance et sa vengeance. Elle sera terrible. Edmond Dantès est devenu riche et titré. Son vieux compagnon de cellule, l'abbé Faria, en lui révélant son secret, l'a fait comte de Monte-Cristo. Après sa spectaculaire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  28 avril 2014
Pour ce troisième tome, on peut dire que tout se joue autour d'une espèce d'ombres chinoises. On perçoit des ombres à gauche et à droite mais sans toucher le fond de la chose. Une multitude de situations se présentent, se succèdent, il y a ramification entre elles et aussi entre les personnages. Tout semble pivoter sur une balance, on ne sait pas encore vers quoi nous nous dirigeons...suspens...
On s'attend à une extrême vengeance... non, on en est pas encore là...on vit plutôt la présence du comte de Monte-Cristo comme des flashs qui s'évaporent d'un lieu à un autre comme des nuées. Il se fait parler de lui en divers personnages et dans de diverses circonstances...
Son influence s'affirme avec détermination mais d'une manière très positive parce qu'elle intervient dans sa bienfaisance...
Il sauve la vie du jeune vicomte Albert Morcerf, qui n'est autre que le fils de Mercedes et de Fernand, entre les mains du grand chef des bandits Vampa...
Il sauve la vie de Mme Villefort et son fils s'un accident...
La fortune aidant, il n'hésite pas à prendre en charge les situations financières des uns comme celles des autres...mais...
Attention à son sourire...
On sent que la main tendue va s'assombrir bientôt...l'auteur ne nous en dit pas plus...on soupçonne mais on se laisse sagement guider par l'intelligence du comte de monte-cristo!
Comme toujours ça se lit tout joyeusement!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
candlemas
  20 novembre 2016
Oeil pour oeil , dent pour dent 3
Tout au long de ces 1500 pages, le lecteur est exalté, transporté par le talent de Dumas. Si l'intrigue de base peut paraître, simple, voire simpliste, la composition du roman est loin de l'être : il se ramifie en autant de fils de toile que l'araignée Dantès, tel l'ange de la mort , tisse inexorablement autour de ses ennemis.
Certains événements sont peu réalistes et des passages trop théâtraux, mais les personnages sont néanmoins fouillés, complexes, humains et pas si manichéens... Dumas nous plonge dans son époque, nous faisant découvrir aussi bien la dure vie d'aventure des marins marseillais que les travers de cette grande bourgeoisie d'affaires qui s'en nourrit, et à qui Dantès déclare la guerre.
Ce personnage torturé par la vengeance et le ressentiment nous habite ; l'émotion étreint presque autant qu'à la lecture du plus court et versifié Cyrano.
Un excellent souvenir de lecture donc, et sans doute l'un des meilleurs romans d'aventure, équilibre -à mon sens quasi parfait- de suspense et d'exotisme, de drame théâtral et de verve à la Dumas, à mi chemin des personnages de Shakespeare et de nos héros modernes manichéens.
Un plaisir à la fois franc, raffiné et gourmand...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
aouatef79
  19 août 2015
Dans cette partie du récit, nous suivons la préparation méticuleuse et l' exécution
implacable de la vengeance du comte Monte-Cristo, après sa fuite spectaculaire
de la prison où il était enfermé durant quatorze années. Devenu richissime,
Edmond prend le titre de comte et acquiert une île, Monte-Cristo, et mène une vie
de nabab comme dans le conte " Des Mille et une Nuit" .Dantès mène une en-
-quète discrète et vérifie tous les faits qu' avait déduits l' abbé Faria dans leur
cachot. Se faisant passer auprès de Caderousse, le moins impliqué dans le com-
-plot, pour un abbé italien qui aurait aux derniers moments de Dantès, il se fait
raconter l' incroyable destiné de ses ennemis et leur fulgurante ascension socia-
-le. IL donne enfin à Caderousse le diamant prétendument légué par Edmond .
IL part pour l' Orient où il va, plusieurs années durant, étendre encore l' immense
culture que lui avait inculqué l'abbé Faria, augmenter sa fortune colossale et
mettre minutieusement au point sa vengeance. Après neuf ans de sa libéra-
-tion, le comte organise, en Italie, l' enlèvement puis la libération du fils de
Mercédès, le jeune vicomte de Morcerf, tombé dans les griffes du bandit
romain Luigi Vampa .
Entrant quelques mois plus tard dans la haute société parisienne, grâce à
cette péripétie et à un train de vie fastueux, il se rapproche de ceux qu' il veut
frapper. IL retrouve Danglars, qui s' est enrichi dans l' intendance de guerre et
devenu banquier et baron. Villefort, ancien substitut à Marseille, est procureur
du roi à Paris, et Ferdinand, qui a épousé Mercédès, est devenu le comte de
Morcerf et siège à la Chambre des Pairs. Monte-Cristo va peu à peu réussir,
par un long entrelacs de complots et de ruses, à les acculer au déshonneur,
à la ruine et à la mort, à l' exception de Danglars, qu' il épargnera.
Monte-Cristo, un roman, un chef-d'oeuvre ! cette oeuvre montre tout le talent
et la virtuosité du romancier à conter de belles histoires. Beaucoup de plaisir
à la lecture de récit.
talent
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
sylvaine
  25 janvier 2015
Dernière partie de ce roman foisonnant , à l'imaginaire délirant , la vengeance peut enfin être exécutée mais gare aux regrets ou aux remords ....
Un suicide , une banqueroute , des empoisonnements en pagaille et une fin en apothéose que je vous laisse découvrir vous qui je suis sûre aller un jour au l'autre attaquer ces 1600 pages par contre prenez garde une fois ouvert vous ne lâcherez ce livre ( avec regrets) qu'une fois la dernière page lue*
bonne lecture
Commenter  J’apprécie          150
DD78
  05 octobre 2013
Troisième et dernier tome de cet immense roman que j'ai dévoré, mais ici par engouement pour l'intrigue plutôt que par admiration.
Je dois en effet avouer que j'ai été quelque peu déçue par cette vengeance que je m'imaginais plus terrible que ça, et si j'ai pris un réel plaisir à lire cette oeuvre, je n'irai pas jusqu'à le faire plusieurs fois: une fois le contenu de l'intrigue dévoilé, il reste peu de choses...
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   02 août 2013
— Ah ! monsieur ! s'écria la comtesse, quelle terrible vengeance pour une faute que la fatalité m'a fait commettre ! Car la coupable, c'est moi, Edmond, et si vous avez à vous venger de quelqu'un, c'est de moi, qui ai manqué de force contre votre absence et mon isolement.
— Mais, s'écria Monte-Cristo pourquoi étais-je absent ? pourquoi étiez-vous isolée ?
— Parce qu'on vous a arrêté, Edmond, parce que vous étiez prisonnier.
— Et pourquoi étais-je arrêté ? pourquoi étais-je prisonnier ?
—Je l'ignore, dit Mercédès.
— Oui, vous l'ignorez, madame, je l'espère du moins. Eh bien, je vais vous le dire, moi. J'étais arrêté, j'étais prisonnier, parce que sous la tonnelle de la Réserve, la veille même du jour où je devais vous épouser, un homme, nommé Danglars, avait écrit cette lettre que le pêcheur Fernand se chargea lui-même de mettre à la poste.»

Et Monte-Cristo, allant à un secrétaire, ouvrit un tiroir où il prit un papier qui avait perdu sa couleur première, et dont l'encre était devenue couleur de rouille, qu'il mit sous les yeux de Mercédès. C'était la lettre de Danglars au procureur du roi que, le jour où il avait payé les deux cent mille francs à M. de Boville, le comte de Monte-Cristo, déguisé en mandataire de la maison Thomson et French, avait soustraite au dossier d'Edmond Dantès.
Mercédès lut avec effroi les lignes suivantes :

« Monsieur le procureur du roi est prévenu, par un ami du trône et de la religion, que le nommé Edmond Dantès, second du navire Le Pharaon, arrivé ce matin de Smyrne, après avoir touché à Naples et à Porto-Ferrajo, a été chargé par Murat d'une lettre pour l'usurpateur, et, par l'usurpateur, d'une lettre pour le comité bonapartiste de Paris.
« On aura la preuve de ce crime en l'arrêtant, car on trouvera cette lettre, ou sur lui, ou chez son père, ou dans sa cabine à bord du Pharaon.»

« Oh ! mon Dieu ! fit Mercédès en passant la main sur son front mouillé de sueur ; et cette lettre...
— Je l'ai achetée deux cent mille francs, madame, dit Monte-Cristo mais c'est bon marché encore, puisqu'elle me permet aujourd'hui de me disculper à vos yeux.
— Et le résultat de cette lettre ?
— Vous le savez, madame, a été mon arrestation ; mais ce que vous ne savez pas, madame, c'est le temps qu'elle a duré, cette arrestation. Ce que vous ne savez pas, c'est que je suis resté quatorze ans à un quart de lieue de vous, dans un cachot du château d'If. Ce que vous ne savez pas, c'est que chaque jour de ces quatorze ans j'ai renouvelé le vœu de vengeance que j'avais fait le premier jour, et cependant j'ignorais que vous aviez épousé Fernand, mon dénonciateur, et que mon père était mort, et mort de faim !
— Juste Dieu ! s'écria Mercédès chancelante.

939 - [Le Livre de poche n° 1155, p. 223-224]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fredhofredho   01 août 2015
Ô Mercedes, votre nom, je l'ai prononcé avec les soupirs de la mélancolie, avec les gémissements de la douleur, avec le râle du désespoir; je l'ai prononcé glacé par le froid, accroupi sur la paille de mon cachot; je l'ai prononcé dévoré par la chaleur, en me roulant sur les dalles de ma prison.
Commenter  J’apprécie          120
genougenou   14 septembre 2013
– Que vous êtes bonne en toutes choses,Valentine, et que vous avez en vous une chose que Mlle Danglars n’aura jamais : c’est ce charme indéfini qui est à la femme ce que le parfum est à la fleur, ce que la saveur est au fruit ; car ce n’est pas le tout pour une fleur que d’être belle, ce n’est pas le tout pour un fruit que d’être beau.

– C’est votre amour qui vous fait voir les choses ainsi, Maximilien.

– Non, Valentine, je vous jure. Tenez, je vous regardais toutes deux tout à l’heure, et, sur mon honneur, tout en rendant justice à la beauté de Mlle Danglars, je ne comprenais pas qu’un homme devînt amoureux d’elle.

– C’est que, comme vous le disiez, Maximilien,j’étais là, et que ma présence vous rendait injuste.

– Non… mais dites-moi… une question de simple curiosité, et qui émane de certaines idées que je me suis faites sur Mlle Danglars.

– Oh ! bien injustes, sans que je sache lesquelles certainement. Quand vous nous jugez, nous autres pauvres femmes, nous ne devons pas nous attendre à l’indulgence.

– Avec cela qu’entre vous vous êtes bien justes les unes envers les autres !

– Parce que, presque toujours, il y a de la passion dans nos jugements. Mais revenez à votre question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PiertyMPiertyM   28 avril 2014
Ce n’est point l’arbre qui quitte la fleur, c’est la fleur qui quitte l’arbre.
Commenter  J’apprécie          361
fredhofredho   05 août 2015
[...] c'est un des orgueils de notre pauvre humanité, que chaque homme se croie plus malheureux qu'un autre malheureux qui pleure et qui gémit à côté de lui.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Alexandre Dumas (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Dumas
"La vie d'artiste" d'Alexandre Dumas (1854) : illustrations Le trou de l'enfer + Dieu dispose +La boule de neige (1862)+ une vie d'artiste (1854) : courts romans illustrés ou nouvelles de la prodigieuse production d'Alexandre Dumas n'a pas fini de nous raconter des histoires pas toujours très belles mais au moins ça bouge..
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les personnages des Trois Mousquetaires et Vingt ans après

Sous quel nom connaît-on monsieur du Vallon de Bracieux de Pierrefonds ?

Athos
Porthos
Aramis
D'Artagnan

9 questions
92 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre DumasCréer un quiz sur ce livre