AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de PiertyM


PiertyM
  06 mai 2014
Dans ce cinquième tome, la surprise sort de sa léthargie, peu à peu l'esprit vengeur commence à sortir clairement ses griffes, la sauce commence à prendre, l'histoire se renouvelle comme au premier tome.

Notre jeune Edmond Dantes devenu en âge adulte le comte de Monte-Cristo, évolue toujours dans sa vengeance silencieuse et dangereuse.

Une vengeance dangereuse parce qu'elle ne touche pas seulement les trois personnages qui ont comploté l'exclusion de Dantes à la société et Mr de Villefort le magistrat qui a accomplit cette exclusion au profit de son père, le conspirateur du pouvoir de Louis XVIII, mais cette vengeance s'étend sur tous les membres de ces quatre familles...

Franchement, l'heure n'est plus à jouer au bon samaritain, sinon le masque d'une haine longtemps contenue peu à peu fait surface, on déterre le mal depuis ses racines, ça fait bouger dans toutes les familles, des secrets enfouis depuis des lustres surgissent et frappent chacune de ces famille: les Morcerf, les Danglars, les Villefort et Caderousse...

Le vrai visage du Comte de Monte-Cristo ou son vrai sourire se révèle, en tout cas ce n'est plus un saint tombé du ciel avec une grosse fortune, ça le vicomte Albert Moncerf le découvre quand le vrai nom de son père, et avec les crimes qui l'accompagnent, court la presse comme une traînée de poudre,, et que la source de ce déshonneur le ramène vers le comte de Monte-Cristo, il n'hésitera pas à lui demander un duel...

De même que le jeune Maximilien Morrel, qui vient voir le comte afin de secourir sa bien aimée Valentine frappée par l'empoisonnent, est surpris de voir le visage haineux du comte et qui lui proclame tout haut la malédiction qui doit frapper dans cette maison comme un châtiment de la providence alors qu'il y a déjà eu trois morts...

Mais dans toutes ces tournures des sentiments, on découvre que seule Mercedes parmi tous connaissait la vrai identité du comte de Monte-Cristo, l'homme qu'elle avait toujours aimé sous le nom d'Edmond, aussi quand elle le lui révèle, c'est avec passion qu'on lit leur dialogue...

Comme toujours ça se lit avec grand plaisir!
Commenter  J’apprécie          230



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (21)voir plus