Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio

Claude Schopp (Éditeur scientifique)
EAN : 9782752901392
660 pages
Phébus (16/02/2006)
3.9/5   77 notes
Résumé :
C'est de son fils que Dumas affirme tenir l'idée de deux des protagonistes de ce roman : - Oui, je vais te donner deux personnages... un gentleman anglais et un capitaine français. [...]


Mon capitaine français est un personnage mystérieux, qui veut se faire tuer à toute force et qui ne peut pas en venir à bout ; de sorte que, chaque fois qu'il veut se faire tuer, comme il accomplit une action d'éclat, il monte d'un grade.
- Mais pourq... > Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
filippo
  16 mai 2017
Dumas n'est jamais aussi bon quand il donne SA vision de l'histoire de France, certes on retrouve tous les thèmes cher à Dumas, des Hommes d'honneur, que ce soit Roland de Montrevel, aide de camp de Bonaparte pas encore Napoléon 1er, ou Charles de Saint-Hermine, chef des compagnons de Jehu sous le nom de Morgan, un amour impossible, de l'action des duels et surtout le mélange réussit entre fiction et Histoire, on voit ici la prise de pouvoir de Bonaparte devenant premier consul et aussi que le corse ne se contentera pas de cette positions.
"Les Compagnons de Jehu" est la suite des "Blancs et les Bleus" et précède "Le Chevalier de Saint-Hermine" son roman inachevé retrouvé, les éditions phébus après le "Chevalier de Sainte-Hermine" ont ressorti les deux autres volets de la trilogie en les complétant pour être plus proches du textes voulu par Dumas, je n'ai qu'un conseil à vous donner lisez les compagnons de Jehu et pour savoir la suite précipitez-vous sur le Chevalier de Sainte-Hermine, vous ne le regretterez pas.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          15 0
paulmaugendre
  17 février 2021
Le 9 octobre 1799, deux voyageurs s'arrêtent à l'Hôtel du Palais-Royal d'Avignon et demandent à se sustenter à la table d'hôtes, où déjà sont installés une douzaine de convives. Les discussions vont bon train, la ville papale étant principalement royaliste. Mais ce sont les récentes attaques de diligences qui alimentent les conversations.
En effet, une bande nommée Les Compagnons de Jéhu s'en prend aux diligences transportant des fonds destinés au gouvernement, s'emparant de l'argent récolté. Cet argent, indûment acquis, est destiné aux rebelles de Vendée afin de leur permettre de continuer leur travail de sape et de rétablir les Bourbons sur le trône de France, en l'occurrence le roi Louis, dix-huitième du nom.
S'introduit un homme masqué, répondant au nom de Morgan, qui remet à l'un des convives un sac d'argent qui se trouvait en compagnie de l'argent destinée au gouvernement. Car, il l'affirme, les Compagnons de Jéhu ne sont point des voleurs de grands chemins et ne dérobent jamais le pécule des particuliers. Puis il repart comme il est arrivé sans être inquiété.
Les deux inconnus ne sont guère diserts. L'un répond au nom de Roland, l'autre est un général d'après son ami. L'on apprendra plus tard qu'il s'agit de Bonaparte qui vient de débarquer à Toulon, ayant quitté précipitamment l'Egypte. Nous retrouverons plus tard Bonaparte, mais ce sont bien Roland de Montrevel et le fameux Morgan, qui n'est autre que le baron Charles de Sainte-Hermine, qui s'imposent comme personnages principaux de ce roman.
Le général et Roland se quittent, l'un pour monter à Paris, l'autre pour se rendre dans sa famille près de Bourg (devenue Bourg-en-Bresse). Mais auparavant, Roland doit s'acquitter d'une dette d'honneur envers l'un des convives et pour cela, il demande à un Anglais, qui était présent lors de la tension qui montait autour de la table, sir John Tanlay de lui servir de témoin. Roland sort vainqueur de son duel et peut partir dans l'Ain en compagnie du Britannique, un compagnon qu'il apprécie et les deux hommes deviendront amis.
Roland et sir John Tanlay sont accueillis à bras ouverts par Madame de Montrevel, le jeune Edouard, treize ans, et Amélie, la soeur de Roland, une fort belle jeune fille d'une vingtaine d'années. Les Compagnons de Jéhu sévissent dans la région et Roland, qui a découvert leur refuge dans un vieux couvent, est épargné. Il n'est va pas de même de Sir John, qui s'étant rendu de nuit sur les lieux où Roland a surpris une réunion des Compagnons, déguisés et masqués, est grièvement blessé. Mais ce qu'ils ignorent, c'est que Morgan et Amélie se retrouvent en cachette, étant amoureux l'un de l'autre.
Puis Roland, ayant retrouvé Bonaparte à Paris, est envoyé par celui-ci en mission afin de parlementer avec Georges Cadoudal, le chef des insurgés bretons. Les fameux Chouans, ou chats-huants, ainsi surnommés car leur cri de ralliement est le cri de la chouette.
Entre Morgan et Amélie, ce sont des amours contrariées, car ils appartiennent à des clans différents. Quant à Sir John, remis de ses blessures, il tombe amoureux de la jeune fille.

Situé entre le 9 octobre 1799 et le 14 juin 1800, ce roman fourmille de nombreuses péripéties hautes en couleurs, dont les moindres ne sont pas le coup d'état du 18 brumaire fomenté par Bonaparte, instaurant le Consulat, et la bataille de Marengo, décrite en long, en large, et en travers.
Un roman dense, qui n'oublie pas les coups d'éclats, une très grande partie se déroulant en Bresse ou encore dans le Morbihan, fief de Cadoudal. Avec des personnages qui se combattent mais en même temps, quoiqu'ils appartiennent à des régimes politiques différents, s'estiment. Les amours de Morgan et d'Amélie s'inscrivent dans la longue liste des amants qui s'aiment malgré les divisions dressées entre eux. Un peu à la façon de Roméo et Juliette. Une histoire dans l'histoire.
C'est la reconstitution de toute une époque avec en toile de fond l'ombre du général Dumas, le père de l'auteur, et du général Brune, deux proches de Bonaparte mais pas de Napoléon. Roland de Montrevel est un jeune homme atteint de mélancolie qui désire mourir, quel que soit le moyen, duels, combats contre des adversaires, mais sans aller jusqu'au suicide. Or lorsqu'il combat les Chouans, en Bresse puis en Bretagne où il est envoyé par Bonaparte, sa vie est mystérieusement préservée, se demandant pour quelle raison.
Le personnage de Bonaparte, pour une fois de la part de Dumas, n'est pas considéré comme un chef d'état plongeant la France dans les guerres. Il bénéficie d'une certaine mansuétude, contrairement à certains romans, comme Conscience l'Innocent dans lequel il est surnommé l'Ogre Corse ou encore le Petit tondu.
Si Dumas se perd parfois en digressions, il se justifie, tout comme il explique dans sa note au lecteur, narrant les différents événements dont Avignon, ville royale et papale, fut le théâtre, qu'il ne peut rédiger un roman sans se rendre personnellement sur place afin de s'imprégner de l'atmosphère des lieux et du décor qui les nimbent.
Lien : https://leslecturesdelonclep..
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          3 0
Liver
  30 août 2013
Les "digressions" caractéristiques de la plupart des romans du XIXème (se souvenir que les auteurs étaient souvent payés à la ligne!) sont vite oubliées car le lecteur est rapidement emporté par le souffle épique et héroïque de genre. Les personnages (hommes et femmes écartelés entre leurs convictions et leurs destins) sont attachants. Un plaisir dont il ne faut pas se priver: le lecture d'un texte qui nous emmène dans ses filets, pour le plaisir simple d'une lecture.
Commenter   J’apprécie          12 2
ghislainemota
  27 mai 2020
Tandis que sort en librairie "Carnet d'adresses de quelques personnages fictifs de la littérature" de Didier Blonde, je me suis penchée sur le roman de Dumas "Les compagnons de Jéhu""
Dans cet ouvrage, les descriptions autour de Bourg-en-Bresse sont légions. Habitante de l'Ain, je me devais de lire ce roman de furie où les guerres de Vendée font rage, où Bonaparte s'empare du consulat pour imposer ses lois et ses conquêtes et où deux personnages Roland et Morgan ont des opinions politiques divergentes.
C'est donc dans le décor naturel des grottes de Ceyzériat, à proximité de la cascade de la Vallière que Dumas installe les nobles royalistes , obligés de partir de la Chartreuse de Seillon traqués par les gendarmes et l'aide de camp de Bonaparte, Roland. Dans ce cadre de verdure véridique que Dumas a visité en 1857 avec l'aide de l'inspecteur des Eaux et Forêts, Philibert le Duc, l'imagination de l'auteur s'emporte même pour inventer un tunnel qui relie la grotte des voleurs à la fameuse église de Brou. Mais "Qu'importe que l'on viole L Histoire pourvu qu'on lui fasse de beaux enfants". C'est ce qui intéressait l'auteur qui n'épargne aucun détail des décors aux batailles sans compter le déroulement du 18 Brumaire qui a "consacré" Bonaparte.
J'avoue que je me suis peu attachée aux personnages mais comme l'a dit Alain Decaux, lire Dumas apprend beaucoup ( de ce fait il en est devenu historien).
Tout autant que "Les trois Mousquetaires" j'ai cavalé sur ces routes dangereuses de l'Ain mais cette fois-ci j'ai laissé ma voiture au garage .
De l'ivresse sans vitesse.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          3 0
BVIALLET
  01 avril 2012
Quand il écrit les "Compagnons de Jéhu", Dumas est à la fin de sa carrière, son étoile est retombée et il n'a même plus les moyens financiers de s'offrir l'aide d'un collaborateur.
C'est donc du pur Dumas , 100% , que ce livre magnifique plein de sentiments exaltés et chevaleresques. Il mérite d'être lu rien que pour la description d'une période historique capitale : arrivée de Bonaparte au pouvoir, coup d'état du 18 brumaire , négociations secrètes avec le futur Louis XVIII , avec Cadoudal chef de la chouannerie bretonne et même avec les anglais !
L'ambition du Corse balaiera tout sur son passage, retardant de 15 ans le retour à la monarchie et n'épargant pas le million de morts et blessés des guerres napoléonniennes !
Seul point positif : la fin des massacres dans l'ouest ( Vendée, Bretagne). Dumas montre très bien comment, en fin politique, Bonaparte sut mettre un terme au génocide.
Un livre flamboyant que cette histoire authentique de ces derniers chevaliers royalistes qui s'attaquent aux malles postes du gouvernement pour financer Cadoudal.
Du grand Dumas , à ne pas manquer !
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          7 0

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SZRAMOWO SZRAMOWO   17 février 2016
– Jéhu ! répondit l’homme d’Église du même ton vinaigré, était un roi d’Israël, sacré par Élisée, sous la condition de punir les crimes de la maison d’Achab et de Jézabel, et de mettre à mort tous les prêtres de Baal.
– Monsieur l’abbé, répliqua en riant le jeune homme, je vous remercie de l’explication : je ne doute point qu’elle ne soit exacte et surtout très savante ; seulement, je vous avoue qu’elle ne m’apprend pas grand’chose.
– Comment, citoyen, dit l’habitué de la table d’hôte, vous ne comprenez pas que Jéhu, c’est Sa Majesté Louis XVIII, sacré sous la condition de punir les crimes de la Révolution et de mettre à mort les prêtres de Baal, c’est-à-dire tous ceux qui ont pris une part quelconque à cet abominable état de choses que, depuis sept ans, on appelle la République ?
– Oui-da ! fit le jeune homme ; si fait, je comprends. Mais, parmi ceux que les compagnons de Jéhu sont chargés de combattre, comptez-vous les braves soldats qui ont repoussé l’étranger des frontières de France, et les illustres généraux qui ont commandé les armées du Tyrol, de Sambre-et-Meuse et d’Italie ?
– Mais sans doute, ceux-là les premiers et avant tout.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          7 0
PiertyM PiertyM   24 mars 2014
J’ai entendu dire un jour à mon père, qui est colonel, répliqua-t-il, que celui qui recevait un soufflet et qui ne se battait pas était un lâche. La première fois que je verrai mon père, je lui demanderai si celui qui donne le soufflet et qui fait des excuses pour ne pas se battre n’est pas plus lâche que celui qui l’a reçu.
Commenter   J’apprécie          5 0
PiertyM PiertyM   12 septembre 2014
La jeunesse, c'est le printemps avec ses fraîches aurores et ses beaux soirs.
Commenter   J’apprécie          19 0
ghislainemota ghislainemota   27 mai 2020
les esprits vulgaires, très impressionnables aux bruyantes démonstrations, c'est-à-dire aux cris et aux pleurs, ne comprennent rien aux douleurs muettes.
Il semble que pour eux le mutisme, c'est l'indifférence.
Commenter   J’apprécie          1 0

Videos de Alexandre Dumas (69) Voir plus Ajouter une vidéo
Elle est de retour ! Préparez une feuille et un stylo pour cette nouvelle dictée ! Au programme : "La Reine Margot" d'Alexandre Dumas. On attend vos résultats en commentaires
Cette semaine, Olivia Gesbert et Rachid Santaki reçoivent l'écrivain Jérôme Attal pour se prêter à l'exercice ! _____________
Envie de vous tester sur d'autres dictées ? Rendez-vous ici : https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrpRCjXny8ar6OzBqS1j7Cqu ou sur le site ici : https://www.franceculture.fr/emissions/en-francais-dans-le-texte-la-dictee
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : napoléon bonaparte Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura





Quiz Voir plus

Les personnages des Trois Mousquetaires et Vingt ans après

Sous quel nom connaît-on monsieur du Vallon de Bracieux de Pierrefonds ?

Athos
Porthos
Aramis
D'Artagnan

9 questions
138 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre Dumas Créer un quiz sur ce livre

.. ..