AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Estelle Provost (Autre)
EAN : 9782210772465
272 pages
Magnard (21/06/2022)
  Existe en édition audio
4/5   1703 notes
Résumé :
La société bourgeoise du XIXe siècle tolérait qu'un homme puisse entretenir une liaison, aussi ruineuse fût-elle, avec une courtisane, mais en aucun cas il ne devait s'éprendre d'une de ces demi-mondaines. C'est pourtant ce qui arrive à Armand Duval, qui aime dès le premier regard la plus luxueuse d'entre toutes, la séduisante et capricieuse Marguerite Gautier. Il confie à un inconnu compatissant cette passion tragique, à l'occasion de la mise en vente des biens de ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (144) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 1703 notes

latina
  30 décembre 2018
« Ne faites pas à ces filles-là l'honneur de les prendre au sérieux. Elles ne savent pas ce que c'est que l'élégance et la politesse ; c'est comme les chiens auxquels on met des parfums, ils trouvent que cela sent mauvais et vont se rouler dans le ruisseau. »
Voilà comment on traite les « femmes entretenues », comme on disait à l'époque d'Alexandre Dumas fils.
Femmes entretenues, ou cocottes, ou prostituées de luxe...Etres humains ? Sûrement pas !
Elles étaient considérées comme de simples et beaux objets à exhiber, coûteux, il est vrai. Un objet perd de son éclat si on ne l'entretient pas, tout le monde sait ça.

Alexandre Dumas nous dépeint très bien l'ambiance de ce 19e siècle, du moins l'ambiance chez les riches et même les très riches, qui adoptaient une femme comme ils adoptaient un bel animal.
Marguerite Gautier était une très jeune femme d'une vingtaine d'années, adulée, caressée, exhibée, et elle en profitait, évidemment. Difficile de se passer des richesses lorsqu'on les a connues. Mais l'amour vient frapper à sa porte en la personne d'Armand Duval, un très jeune homme...
Les conventions vont s'en mêler - le père est un personnage tout-puissant - , les amis et faux-amis, les dettes et les créances, mais aussi la jalousie qui taraude Armand ainsi que la tuberculose qui s'installe chez Marguerite. L'amour et la mort, encore une fois, se mélangent pour former un cocktail explosif, à la plus pure façon romantique.

L'analyse de l'amour entre Marguerite et Armand m'a semblé tout à fait judicieuse et détaillée, et je reconnais là un grand sens de la psychologie chez Alexandre Dumas (honte à moi, je n'avais rien lu de lui ni de son père !).
N'empêche, je me demande pourquoi les grands auteurs du 19e siècle, que ce soit Dumas, Maupassant ou Zola, s'intéressent tellement à la « femme entretenue ».
Hantait-elle leurs rêves ? Question à approfondir !

Je terminerai par cette phrase qui me fait bondir: « Se soigner, c'est bon pour les femmes du monde qui ont une famille et des amis ; mais nous, dès que nous ne pouvons plus servir à la vanité et au plaisir de nos amants, ils nous abandonnent. »
Question encore d'actualité, je suppose...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6611
elea2022
  16 juin 2022
Ce roman classique, sensible et passionné, dramatique dans sa construction enchâssée, a été pour moi un véritable coup de coeur.
Avec le récit, presque la confession – mais en quoi y aurait-il péché quand on aime ? – d'Armand Duval au narrateur, qui était présent à la mise en vente des meubles et affaires personnelles d'une certaine Marguerite Gautier, jeune femme d'une beauté étourdissante, courtisane de profession, récemment défunte. Il se trouve que le seul objet acquis à la vente par le narrateur a été un exemplaire du roman Manon Lescaut, dédicacé à Marguerite par Armand. On apprendra plus tard, et pour cause ! qu'il a été abondamment lu et relu, baptisé par les larmes de Marguerite. Quand il aura connaissance du lien qui existait entre Armand et Marguerite, le narrateur restituera l'ouvrage au jeune homme, anéanti par la mort de celle qu'il aimait.
Car, bien évidemment, avec une telle entrée en matière, on sait où l'on va tout droit : la mort de Marguerite à 23 ans, de la maladie du siècle, la tuberculose. C'est une issue terrible, et en termes d'amour condamné et en butte à tous les obstacles du destin, Armand et la jeune femme valent bien Tristan et Iseult – du reste, les lecteurs ou spectateurs de l'époque ne s'y sont pas trompés, puisque l'histoire de Marguerite Gautier, la Dame aux camélias, est devenue un mythe à travers le roman, le drame, et l'opéra La Traviatta de Verdi. Or, qui est Marguerite ? Lorsqu'Armand la rencontre, elle est un peu hautaine et surtout moqueuse (rappelant en ce trait de caractère la Carmen de Mérimée) : il se sent humilié et ne la reverra pas de deux ans. Les rencontres ultérieures se dérouleront mieux, notamment lorsque Marguerite apprend qu'Armand est venu tous les jours prendre de ses nouvelles durant les premières attaques de la maladie, ce qui l'a touchée. Bientôt, elle adopte le jeune homme comme amant de coeur, bien que durant quelques temps elle est obligée de rester entretenue financièrement par deux de ses protecteurs, parce qu'elle croule sous les dettes avec son train de vie somptueux. Elle fait si bien qu'elle parvient à partir à la campagne avec Armand, en s'isolant deux mois tous deux dans une maison tous frais payés. Mais tous les problèmes ne sont pas résolus pour autant, loin s'en faut : une conjonction de circonstances inconnues d'Armand conduira Marguerite, qui pourtant l'aime de tout son coeur, à prendre une décision bien cruelle…
Il est fascinant de constater quelle puissante aura entoure le personnage de Marguerite, qui est bel et bien le centre irradiant du roman, même si c'est le point de vue d'Armand qui est adopté. Elle est d'une beauté presque surréelle, faisant tourner les têtes, au sens propre, lorsque même l'acteur sur la scène du théâtre où elle fait son entrée s'arrête un instant pour voir celle qui détourne toute l'attention des spectateurs. Elle est partie de rien, jeune paysanne normande inculte, pour devenir reine de la vie parisienne. Elle dépense cent mille livres par an, des hommes se ruinent pour elle, elle mène une vie trépidante, toute de sorties, de fêtes, pour s'étourdir et oublier la mort qui plane. Malgré ce passif, qui rapidement ne les sépare plus, tant Armand est épris d'elle, elle a conservé un coeur pur, une faculté d'aimer admirable. le ton est parfois un peu trop moraliste, comme si l'amour pour une prostituée ne pouvait passer que par la rédemption ; mais peut-on en vouloir à Alexandre Dumas fils, qui nous livre là une vision empathique de la vie de ces femmes, parfois vendues, toujours abusées, utilisées, pour être ensuite jetées sans ménagement ? C'est véritablement un roman unique, un joyau, sombre et palpitant, porté par une écriture toujours délicate, d'une poétique sensibilité, qui frappe juste – en plein coeur. On ne peut oublier Marguerite, la Dame aux camélias, et je regrette d'avoir attendu aussi longtemps pour lire cette merveille. Je vais lire aussi de ce pas Manon Lescaut d'ailleurs…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5910
Eve-Yeshe
  12 décembre 2016
Je ne vais pas raconter l'histoire, tout le monde la connaît, toujours est-il que j'ai beaucoup aimé lire enfin ce roman grâce au site « ebooks libres et gratuits ». Une belle histoire d'amour, dans ce monde de brutes, cela fait du bien. Je ne l'avais jamais lu, mais j'ai une passion pour Verdi et « La Traviata » fait partie de mes opéras préférés. Ahhhhhhhhhhhh « Libiamo ne' lieti calici… », Pavarotti, Callas…
L'Incipit est superbe:
« Mon avis est qu'on ne peut créer des personnages que lorsque l'on a beaucoup étudié les hommes, comme on ne peut parler une langue qu'à la condition de l'avoir sérieusement apprise. »
Marguerite était jeune et belle, arborant ses camélias; elle avait pignon sur rue, mais la tuberculose la rongeait, tel le nénuphar de Chloé de « L'écume des jours » et par amour pour Armand, elle a accepté de perdre le confort que lui apportaient ses protecteurs, fuyant les bijoux et toilettes, les sorties le soir pour abriter son amour à la campagne.
Alexandre Dumas fils aborde la différence entre les milieux sociaux, la manière dont réagissaient les gens du monde, les critiques acides, le rôle de l'argent, la difficulté d'échapper à son milieu social… Il nous présente une Marguerite qui s'affirme et veut rester libre, indépendante, quitte à vendre tout ce qui lui appartient.
J'ai aimé la façon dont le narrateur rapporte l'histoire, avec le long récit d'Armand Duval, décrivant, de belle manière, les splendeurs et les misères de celles qu'on appelait courtisanes, demi-mondaines ou autres qualificatifs. Cette manière de raconter fait penser à « Manon Lescaut» de l'Abbé Prévost : c'est précisément ce livre, acheté aux enchères par le narrateur lors de la vente des biens de Marguerite, qui déclenchera sa rencontre avec Armand…
« Manon était morte dans un désert, il est vrai, mais dans les bras de l'homme qui l'aimait avec toutes les énergies de l'âme, qui, morte, lui creusa une fosse, l'arrosa de ses larmes et y ensevelit son coeur ; tandis que Marguerite, pécheresse comme Manon, et peut-être convertie comme elle, était morte au sein d'un luxe somptueux, s'il fallait en croire ce que j'avais vu, dans le lit de son passé, mais aussi au milieu de ce désert du coeur, bien plus aride, bien plus vaste, bien plus impitoyable que celui dans lequel avait été enterrée Manon. »
le sentiment amoureux est bien exploré par l'auteur dont l'écriture est simple mais assez belle pour faire rêver le lecteur. On fait, bien-sûr, le rapprochement avec la propre histoire de l'auteur avec Marie Duplessis.
J'ajouterai au passage que le e-book nous propose une illustration pour chaque chapitre, ce qui lui confère un charme supplémentaire.
Ce roman m'a plu, mais ce n'est pas un coup de foudre. peut-être l'ai-je lu trop tard, ou alors déçue par rapport à la magie de « La Traviata »…
Note: 8/10
Challenge XIXe siècle
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6610
LiliGalipette
  05 septembre 2012
Faut-il vraiment redire l'histoire tragique de Marguerite Gautier, fameuse demi-mondaine, amoureuse sublime et courtisane au noble coeur ? Dès le début, on sait qu'elle est morte jeune et belle. Elle doit son surnom fleuri aux bouquets de camélias qu'elle ne manquait jamais d'arborer lors de ses sorties au théâtre. Mais c'est en recueillant le long récit, la presque confession, du jeune Armand Duval que le narrateur retrace la vie et les souffrances de la belle Marguerite Gautier. Il découvre les amants richissimes de la courtisane, les amitiés intéressées qu'elle traîne dans son sillage et la maladie de poitrine qui la ronge et la terrasse, comme l'incarnation physique de sa souillure morale.
La situation de Marguerite est délicate. En tant que femme entretenue, elle ne peut compter sur les largesses de ses amants pour payer ses folies et solder ses dettes. « Nous ne nous appartenons plus. Nous ne sommes plus des êtres, mais des choses. Nous sommes les premières dans leur amour-propre, les dernières dans leur largesse. » (p. 178) Et Marguerite se veut indépendante. Tout le roman peut se lire comme un premier traité du féminisme dont George Sand, proche de l'auteur, n'aurait pas eu à rougir. C'est l'amour payé de retour pour le jeune Duval qui causera la perte de la dame aux camélias. « Quand Dieu permet l'amour à une courtisane, cet amour, qui semble d'abord un pardon, devient presque toujours pour elle un châtiment. Il n'y a pas d'absolution sans pénitence. » (p. 139) Finalement, le grain de sable qui enraye la machine, c'est la fierté d'Armand. le jeune amoureux voudrait guérir sa belle de sa vie de débauche. Pour cela, il est prêt à payer pour toutes ses folies, devenant ainsi un homme comme ceux que Marguerite aimerait fuir. Mais Armand est trop fier pour profiter des générosités d'un autre. Même si sa condition sociale est supérieure à celle de Marguerite, il est insuffisamment fortuné pour l'entretenir complètement. Et c'est pour le sauver de la banqueroute et du déshonneur que Marguerite part dans les bras d'un riche amant.
Le récit du narrateur s'ouvre sur la vente des biens de la courtisane, vente qui doit régler les dettes qu'une vie de faste et de dépenses n'a cessé d'accumuler. Cette vente publique, aux yeux du sensible narrateur, c'est une curée qui dépouille pour toujours la belle de ses précieux atours, mais qui ne saurait flétrir sa grâce. Cela fut déjà dit et ce n'est presque un secret pour personne : le narrateur est une figure de l'auteur lui-même et celui-ci s'est inspiré de sa liaison avec la belle Marie Duplessis pour écrire son chef-d'oeuvre. le narrateur révèle une empathie peu commune pour la dame aux camélias et ses consoeurs. « J'ai une indulgence inépuisable pour les courtisanes, et je ne me donne même pas la peine de discuter cette indulgence. » (p. 21) Mais il tente de dissimuler cette sensibilité derrière des arguments spécieux où seule la beauté compte. « Je regrettais la mort de cette fille comme on regrette la destruction totale d'une belle oeuvre. » (p. 25) Je ne suis pas loin de penser qu'en écrivant cette oeuvre, outre ses prétentions littéraires, l'auteur a tenté de faire quelque peu amende honorable pour l'issue tragique de sa liaison avec Marie Duplessis. Dans son roman, la belle Marguerite est dotée de qualités d'âme dont ses congénères ne disposent pas. Même si le fantôme de Manon Lescaut et son lot d'intertextualité plane sur le texte, Dumas fils a fait le portrait d'une courtisane qui, même si elle a toujours voulu être libre, est une femme qui se serait repentie par amour, mais qui se perd pour l'honneur.
Alexandre Dumas fils dresse un portrait au vitriol d'une société bourgeoise très sûre de ses avantages et de sa position, et bien prompte à stigmatiser les marginaux. le style de Dumas fils n'est pas celui de Dumas père. Il est moins ample, mais pas moins romanesque. Paradoxalement, il est également très théâtral et ce n'est pas pour rien que le roman a été adapté si rapidement et si souvent sur scène et au cinéma.
Parlons maintenant du téléfilm de Desmond Davis, étrangement intitulé Camille dans le générique liminaire. Je n'ai pas été convaincue par cette adaptation. le film s'ouvre sur le journal final de Marguerite Gautier, ce qui prive l'intrigue du ressort dramatique que constitue le secret entourant la fuite de la belle. Contrairement au roman, il n'y a pas de narrateur qui aide Armand dans ses démarches et l'accompagne dans ses souvenirs. le réalisateur a choisi de présenter le passé de Marguerite avant son arrivée à Paris. Là où Dumas fils ne faisait qu'évoquer un passé de pauvre provinciale, le téléfilm montre une jeune Marguerite dans une ferme crasseuse, puis battant le pavé parisien jusqu'à trouver son premier protecteur. C'est ainsi que le duc, si discret dans le roman, devient une sorte de Pygmalion dans cette adaptation, ce qui est erroné puisque lors de leur rencontre, la jeune femme est déjà une demi-mondaine accomplie.
Pour ce qui est de l'interprétation, j'ai trouvé Greta Scacchi très mauvaise dans le rôle de la courtisane. Elle est blonde, ce qui est bien loin de la beauté brune que Dumas décrit tout au long de son roman. J'ai trouvé son jeu maladroit, voire grossier. Ben Kingsley incarne Duval père et sa prestation ne vaut même pas un commentaire. Quant à Colin Firth, quelle déception. Colin, mon chou, je t'ai trouvé bien falot dans toute cette histoire. Tu n'incarnes pas vraiment le héros follement romantique de Dumas fils. Pour cette fois, désolée de te le dire, mais tu es trop british pour le rôle. Note bien que j'adore ta distinction d'outre-Manche, mais cette fois, ça n'a pas pris. Toutefois, te voir torse nu est toujours aussi agréable, alors mettons que ce n'est rien et oublions ce rôle sans épaisseur.
Sans hésiter, lisez l'excellent roman d'Alexandre Dumas fils et cherchez une meilleure adaptation si vous ne pouvez vous passer d'écran.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
karmax211
  29 décembre 2020
Retour à un grand classique de la littérature ( et du théâtre... ce n'est qu'une nuance ), dont le cinéma n'a eu de cesse de le faire revivre, génération après génération, à travers le monde. Au passage, un sourire à Garbo qui, pour moi, est jusqu'à présent "l'Unique" ( comme disait Camus à propos de Casarès )...
Peu utile de revenir sur la relation de Dumas fils avec Marie Duplessis, la courtisane dont le nom se cache derrière celui de Marguerite Gautier, et dont la vie a inspiré l'illustre roman.
Peu nécessaire également de proposer le résumé de ce qui est devenu le mythe de la courtisane rachetée ( pas de mauvais jeu de mots ) par l'amour, le sacrifice, l'héroïsme et la mort.
Cette oeuvre, plus connue que son créateur ( je n'exagère pas ! ) a la saveur exquise des bonbons dont Marguerite était si friande, la beauté et l'ivresse du "parfum" des bouquets de camélias ; ces vingt-cinq bouquets blancs et ces cinq bouquets rouges qui ornaient mens(tr)uellement la loge de la belle créature lorsqu'elle se rendait au théâtre.
Sa force, son génie, c'est l'intemporalité et l'universalité de la passion qui est trop au-delà de la vie pour se survivre à elle-même sans se renier, s'altérer, se faner.
Sa force c'est d'instiller cette passion au coeur et dans le coeur de mortels qui ne sont pas faits pour affronter la noblesse de l'Olympe, mais pour se satisfaire de la terne médiocrité, de l'ordinaire tiède et du banal mou et rassurant.
Sa force enfin, c'est d'avoir permis la rencontre de l'absolu et de la grandeur avec le commun et le vulgum... et qu'une plume inspirée nous ait peint cette rencontre aux couleurs d'un romantisme soigné et d'un réalisme approprié et saisissant ( l'exhumation et la translation du corps décomposé de Marguerite, son agonie et sa mort en sont les exemples les plus frappants )
Je ne peux pas ne pas avoir un mot pour l'habileté de Dumas, scribe et ami d'Armand Duval, qui va se charger de la confession déchirante de ce dernier pour "prendre ses distances" dans la narration tout en nous permettant de pénétrer dans le coeur et l'âme des deux amants, et réussir le tour de force de structurer son roman de manière parfaite. Sentait-il déjà les appels du théâtre et les piétinements impatients du cinématographe ?
À lire et à relire cet immense chef-d'oeuvre !
Préparez vos mouchoirs... moi, j'en ai chaque fois besoin...
PS : j'aurais voulu, pour une fois, accorder cinq étoiles à une telle oeuvre... mais le petit côté "moralisant" de Dumas fils me retient de le faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493

Citations et extraits (187) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   08 décembre 2015
Être aimé d'une jeune fille chaste, lui révéler le premier cet étrange mystère de l'amour, certes, c'est une grande félicité, mais c'est la chose du monde la plus simple. S'emparer d'un cœur qui n'a pas l'habitude des attaques, c'est entrer dans une ville ouverte et sans garnison. L'éducation, le sentiment des devoirs et la famille sont de très fortes sentinelles ; mais il n'y a sentinelles si vigilantes que ne trompe une fille de seize ans, à qui, par la voix de l'homme qu'elle aime, la nature donne ses premiers conseils d'amour qui sont d'autant plus ardents qu'ils paraissent plus purs. Plus la jeune fille croit au bien, plus elle s'abandonne facilement, sinon à l'amant, du moins à l'amour, car étant sans défiance, elle est sans force, et se faire aimer d'elle est un triomphe que tout homme de vingt-cinq ans pourra se donner quand il voudra. Et cela est si vrai que voyez comme on entoure les jeunes filles de surveillance et de remparts ! Les couvents n'ont pas de murs assez hauts, les mères de serrures assez fortes, la religion de devoirs assez continus pour renfermer tous ces charmants oiseaux dans leur cage, sur laquelle on ne se donne même pas la peine de jeter des fleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
OlsbuOlsbu   09 octobre 2007
C’est que depuis que je vous ai vue, je ne sais comment ni pourquoi, vous avez pris une place dans ma vie, c’est que j’ai eu beau chasser votre image de ma pensée, elle y est toujours revenue, c’est qu’aujourd’hui quand je vous ai rencontrée, après être resté si longtemps sans vous voir, vous avez pris sur mon cœur et mon esprit un ascendant plus grand encore, c’est qu’enfin, maintenant que je vous connais, vous m’êtes devenu indispensable, et que je deviendrais fou, non pas seulement si vous ne m’aimez pas, mais si vous ne me laissez pas vous aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
ChocolatiineChocolatiine   26 octobre 2014
Si fort que l'on aime une femme, quelque confiance que l'on ait en elle, quelque certitude sur l'avenir que vous donne son passé, on est toujours plus ou moins jaloux. Si vous avez été amoureux, sérieusement amoureux, vous avez dû éprouver ce besoin d'isoler du monde l'être dans lequel vous vouliez vivre tout entier. Il semble que, si indifférente qu'elle soit à ce qui l'entoure, la femme aimée perde de son parfum et de son unité au contact des hommes et des choses. Moi, j'éprouvais cela bien plus que tout autre. Mon amour n'était pas un amour ordinaire ; j'étais amoureux autant qu'une créature ordinaire peut l'être, mais de Marguerite Gautier, c'est-à-dire qu'à Paris, à chaque pas, je pouvais coudoyer un homme qui avait été l'amant de cette femme ou qui le serait le lendemain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
ChocolatiineChocolatiine   26 octobre 2014
Vous savez ce que c'est que d'aimer une femme, vous savez comment s'abrègent les journées, et avec quelle amoureuse paresse on se laisse porter au lendemain. Vous n'ignorez pas cet oubli de toutes choses, qui nait d'un amour violent, confiant et partagé. Tout être qui n'est pas la femme aimée semble un être inutile dans la création. On regrette d'avoir déjà jeté des parcelles de son coeur à d'autres femmes, et l'on entrevoit pas la possibilité de presser jamais une autre main que celle que l'on tient dans les siennes. Le cerveau n'admet ni travail ni souvenir, rien enfin de ce qui pourrait le distraire de l'unique pensée qu'on lui offre sans cesse. Chaque jour on découvre dans sa maîtresse un charme nouveau, une volupté inconnue.
L'existence n'est plus que l'accomplissement réitéré d'un désir continu, l'âme n'est que la vestale chargée d'entretenir le feu sacré de l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Eve-YesheEve-Yeshe   12 décembre 2016
« Manon était morte dans un désert, il est vrai, mais dans les bras de l'homme qui l'aimait avec toutes les énergies de l'âme, qui, morte, lui creusa une fosse, l'arrosa de ses larmes et y ensevelit son cœur ; tandis que Marguerite, pécheresse comme Manon, et peut-être convertie comme elle, était morte au sein d'un luxe somptueux, s'il fallait en croire ce que j'avais vu, dans le lit de son passé, mais aussi au milieu de ce désert du cœur, bien plus aride, bien plus vaste, bien plus impitoyable que celui dans lequel avait été enterrée Manon. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

Video de Alexandre Dumas fils (1) Voir plusAjouter une vidéo

Théâtre : le demi monde à la Comédie Française
Sur les indications du metteur en scène, Maurice ESCANDE, Lise DELAMARE et Magali de VENDEUIL répétent une scène de la pièce d'Alexandre DUMAS Fils, "Le demi monde", dans laquelle elles interprètent repectivement la baronne Suzanne d'Ange et Marcelle, deux demi-mondaines. Pierre DESCAVES assiste à la répétition.
autres livres classés : courtisanesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

La Dame aux camélias

Quel est l'auteur de ce roman du XIXème siècle ?

Chateaubriand
Alexandre Dumas fils
Gérard de Nerval
Marcel Proust

12 questions
243 lecteurs ont répondu
Thème : La Dame aux camélias (roman) de Alexandre Dumas filsCréer un quiz sur ce livre