AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253152026
224 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Pierre Dumayet est un enfant quand ilécouteLa Bande mouchetéede Conan Doyle. Cette première écoute d'une oeuvre littéraire est peut-être une révélation, l'instant qui fait basculer une vie en destin. Pierre Dumayet, né en 1923, est un homme de télévision, on le sait, c'est aussi un homme de lettres, de livres, séduit par les mots, par le verbe. De la lecture, il a fait son métier, médiatique, aux côtés de Pierre Sabbagh, Pierre Lazareff, Pierre Desgraupes... "Lectur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ivredelivres
  08 janvier 2012
C'était le temps de la Piste aux étoiles, des médicales d'Etienne Lalou et Igor Barrère, le temps de Cinq Colonnes à la une et de Lecture pour tous.
Encore enfant je n'ai retenu que Roger Lanzac en Monsieur Loyal et c'est plus tard que je conversai avec Pierre Dumayet à travers toute une série d'émissions faisant la part belle aux livres et aux lecteurs.
Plus riche et plus varié que de simples échanges autour des livres on trouve dans cette autobiographie : les débuts de la télévision avec ses grands noms : Pierre Lazareff, Pierre Desgraupes, la période noire où ils furent tous évincés après Mai 68 « Pour avoir joué avec le ballon, je fus puni : privé d'antenne pendant un an. Interdit d'antenne, plus exactement. » dont il garde malgré tout un bon souvenir. Mais la plus grande place est occupée par les livres et les émissions littéraires.
Lecteur compulsif, acharné il va se passionner pour les textes et les donner à lire à des personnes de toutes conditions, de toutes provenances, des lecteurs à qui l'on ne donne jamais la parole et qui ont pourtant tant de choses à dire. Pour lui il n'y a pas de bon lecteur, il n'y a pas de bonne ou mauvaise façon de lire, les oeuvres se suffisent à elles-mêmes.
Il se méfie des lectures un peu trop doctes, un peu trop savantes, il est plus proche des sauts et gambades de Montaigne que de l'érudition des universitaires. le livre est pour tous, pour l'ouvrier qui lit Germinal, pour l'agricultrice qui se plonge dans Madame Bovary, pour les clients d'un troquet de Belleville qui vont lire ou se faire lire l'Assomoir.
Il sait vous donner envie de relire, je vous défis d'ouvrir Dumayet et de ne pas aller retrouver Madame Bovary, je n'ai pas pu...Il a une façon bien à lui d'éclairer une oeuvre, il peut être sévère mais toujours il invite à découvrir les grandes figures littéraires et les grandes oeuvres : Flaubert toujours, Colette, Raymond Queneau, ou François Mauriac. qui appelait Dumayet « le Diable »
Des émissions littéraires ? Lire c'est vivre, Lire et écrire , cela aurait pu servir de titre à ce livre.
Il s'interroge sans relâche : pourquoi Van Gogh lisait-il Tartarin de Tarascon, il vous invite chez Michaux mais également chez la Comtesse de Ségur, sans a priori, pour faire des comparaisons, pour décoder les secrets du style d'un auteur « la peau du texte ».
Ce goût et cet éclectisme vont nous valoir des grands moments de télévision, d'intelligence, de malice parfois. Il a même réussi à consacré une émission entière à une seule phrase du Talmud, je regrette de ne l'avoir jamais vu !!
C'est vivant, excitant, la mémoire joue à plein et il y a quelques passages très réjouissants comme celui où il explique ses démêlés avec Epicure, ou sa lecture des Trois Mousquetaires. Il a une conviction forte :
« Tous les textes peuvent se lire comme si nous étions leurs contemporains »

Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
moravia
  20 mars 2013
Le grand confesseur des écrivains est pour une fois seul devant la page blanche.Il nous fait partager son amour des livres et de la lectures.
Un livre plein de passion.Comme c'est agréable !
Commenter  J’apprécie          140
Tross371
  11 mars 2018
Petit livre gentillet et somme toute assez banal sauf en ce qui concerne son auteur qui a laissé un nom dans l'histoire audiovisuelle française.
La liste présentée ici est sommaire avec des lectures très classiques voire surannées :elle pourrait être celle d'un lecteur moyen de province il y a 60 ans .
Pas de découverte ni d'apparition notable dans les choix littéraires de Pierre Dumayet qui évolue pourtant dans l'ère des nouveaux médias (tv , radio ) et qui aurait pu présenter un éventail plus moderne et original de lectures.
Kafka et Camus sont cités brièvement .Proust est évoqué .
Thomas Hardy, André Schwarz-Bart, Amos Tutuola, Alphonse Daudet et Thiers Jean-Baptiste retiennent son attention, mais c'est Mme Bovary et Flaubert qui prend la plus grande place dans cet ouvrage. Une place surdimensionnée où Dumayet étire sansn fin sa discussion .
Dans cet ouvrage assez fourre-tout, on évoque surtout les balbutiements de la télévision, nouveau média qui se cherche et de la radiodiffusion qui elle est en pleine essor, avec Pierre Lazareff, Pierre Sabbagh et Pierre Desgraupes, autres éléments moteurs de cette petite fenêtre qui apparait dans les foyers des français.,
Quelques anecdotes de reportages et d'émissions animent le récit mais sans fulgurance.
Des paragraphes sur Giacometti et Dubuffet apportent de la fraicheur même si leur présence n'est pas forcément légitime dans un essai sur la vie d'un lecteur .
Un récit de vie ennuyeux, souvent pénible à lire et heureusement court , mais surtout décevant par les choix de lectures de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CeCedille
  08 octobre 2012
Ne pas s'attendre à un catalogue de lectures : Fidèle à lui-même, Pierre Dumayet reste énigmatique, allusif, secret. On l'apprécie, à l'écrit comme à la télévision, derrière ses silences et dans un nuage de fumée. Il égrène des souvenirs, évoque des bribes d'auteurs fétiches, avec des circonlocutions dignes de l'officiant d'un culte un peu magique, et l'esquisse d'un sourire. Il donne au lecteur l'illusion de frôler un instant le cercle des grand initiés du Livre, dont il reste à jamais le gardien mystérieux.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
TrissotinTrissotin   18 avril 2012
Quelques années après "La Source", en ouvrant au hasard les œuvres de Rimbaud, je suis tombé sur "Les Déserts de l’amour". Je me suis dit, alors émerveillé, que c’était ce texte-là que j’aurais dû lire au moment de mes premières mouvements. Rappelez-vous :
"Cette fois, c’est la Femme que j’ai vue dans la Ville et à qui j’ai parlé et qui me parla."
Quel merveilleux commencement !
"On vint me dire qu’elle était chez moi : et je la vis dans mon lit, toute à moi, sans lumière !"
On aura remarqué le rôle de la ponctuation dans cette aventure : les deux points, chez Rimbaud, sont les ouvriers du miracle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TrissotinTrissotin   18 novembre 2011
Supposons que je lise un livre. J’ai décidé de le lire parce que X m’en a parlé. X trouve ce bouquin épatant. Ma lecture ne saurait être tout à fait pure puisque je ne sais pas trop ce que je cherche en lisant un livre recommandé par X. Qu’est-ce qui a pu lui plaire là-dedans ? A-t-il voulu me faire comprendre quelque chose ? Trouve-t-il que je ressemble à ce connard de héros ? Bref, c’est l’enfer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Tross371Tross371   11 mars 2018
J'ai oublié de parler des catalogues de jouets. C'étaient des vrais volumes , édités par les grands magasins. Leur lecture était enivrante...
Un bon catalogue de jouets se laissait lire une vingtaine de fois .
Commenter  J’apprécie          40
ivredelivresivredelivres   08 janvier 2012
Tous les textes peuvent se lire comme si nous étions leurs contemporains
Commenter  J’apprécie          80
ivredelivresivredelivres   08 janvier 2012
e n'avais pas compris que lire servait à apprendre. Je croyais que lire servait à lire exclusivement. Je crois n'avoir pas changé.
Commenter  J’apprécie          40

>Généralités>Bibliothéconomie et sciences de l'information>Lecture et utilisation des autres média d'information (41)
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre