AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Martine Rémon (Traducteur)
EAN : 9782915018387
183 pages
Éditeur : Quidam (01/10/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Leipzig, fin des années 1970. Militant pour la liberté d'expression, Robert, jeune diplômé en sciences, est cantonné dans un emploi de laveur de carreaux. Maria, avec qui il veut faire sa vie, est une jeune femme engagée, également fichée par la Stasi. Ils décident de quitter la RDA mais Maria disparaît.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
CFONS
  31 juillet 2011
J'avais très envie de lire ce livre suite à mon séjour à Berlin où j'avais séjourné à Berlin Est.J'ai trouvé ce livre un peu confus et ça m'a gênée, alors que la matière y était.Je m'attendais à une intrique aussi riche que celle du film (dont j'ai oublié le nom) sur la stasi et l'espionnage systématique de la vie quotidienne des allemands de l'EST.Dommage, peut-être à relire dans un 2ième temps
Commenter  J’apprécie          00
Racines
  08 avril 2013
(...)
Ce qui intéresse Karsten Dümmel, c'est de dévoiler l'intimité de ses personnages et de quelle manière le système s'y prend pour s'infiltrer au plus profond des êtres et les briser, non seulement par des méthodes classiques de répression (privation de liberté, travail forcé) mais surtout par la manipulation des sentiments. Amitié, amours, liens de parenté sont des armes redoutables, il n'y a aucun moyen de s'en prémunir, il n'y a qu'à subir.
Et au bout de la route, l'auteur nous montre qu'il n'y a qu'une seule issue, la mort de l'individu. Une seule issue mais plusieurs voies pour y arriver : la folie, la mort physique et surtout la renonciation. le constat est terrible, vrai et terrible, et le détachement, le dépouillement stylistique de Karsten Dümmel, font du Dossier Robert un réquisitoire puissant, poignant et habité. Un très beau premier roman.
Lire la critique complète sur mon site :
Lien : http://chroniques.annev-blog..
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  12 février 2017
La chronique en bribes d'une destruction physique et psychique dans la RDA des années 1950-1990.
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2017/02/12/note-de-lecture-le-dossier-robert-karsten-dummel/
Commenter  J’apprécie          00
Etsisite
  03 mai 2017
Après avoir lu "Le dossier Robert" :
Elle referme le livre, ardu ce livre. Ne se sent pas très bien. Heureusement, la liste des personnages au début. N'est pas sûre d'avoir compris ou plutôt, espère ne pas avoir compris mais est presque certaine que si. Ne se sent pas très bien. Ces sociétés de délation, de contrôle et de surveillance l'étouffent, l'horrifient ! L'humain dans toute sa splendeur ? Ne se sent pas très bien. C'est aussi que l'auteur a su y faire pour la plonger dans cette ambiance oppressive et oppressante.
Lien : https://emplumeor.wordpress...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   12 février 2017
En octobre de l’année 1949, dans la prison des femmes de Hoheneck / Stollberg, Martha F., condamnée à deux fois vingt-cinq ans de réclusion pour incitation au boycott, mit au monde un garçon qu’elle prénomma Hinrich, sans avoir demandé l’avis de son mari. Quelques jours plus tard, l’aumônier de la prison baptisa le petit de l’accouchée sous ce nom, obtenant ainsi pour l’événement une heure de récréation pour les codétenues des cellules du couloir II, bâtiment A. Quand le père de Hinrich, un maître boulanger d’Anklam qui purgeait dans le même temps sa peine à Brandebourg, eut l’occasion de voir son fils pour la première fois, celui-ci était déjà âgé de quatre ans, un mois et trois semaines. C’était en décembre 1953, dans l’une des dernières semaines de cette amnistie mémorable, dont la réalité ne fut que partielle.
À leur libération de prison et après la réouverture de leur ancienne boulangerie, les parents croyaient désormais pouvoir vivre tranquilles avec Hinrich et couler des jours paisibles dans leur chef-lieu retiré du Mecklembourg, même si les autorités municipales leur interdisaient d’embaucher un compagnon ou un apprenti au motif qu’ils étaient employeurs privés. Tout le monde avait besoin de pain et de petits pains, on se passait de grands discours. Les prix étaient fixés et inscrits sur des pancartes accrochées dans la boulangerie.
Dès l’âge de douze ans, et bien qu’il fût encore très fluet, Hinrich allait chercher la farine avec son père après l’école. Même en hiver, par froid glacial, ils poussaient la charrette à bras dans la neige, avec les trois sacs que le père consommait journellement dans son fournil. Trois quintaux – par jour – six fois trois quintaux par semaine – sept kilomètres, du moulin au fournil. Été comme hiver. Six fois trois quintaux, sept kilomètres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   12 février 2017
Finalement, il s’en revint vers la banlieue. Il bifurqua dans l’une des multiples rues transversales. Il y faisait sombre. La rue avait été aménagée à la fin du dix-neuvième siècle, comme tout le quartier. Essor industriel, la ville à son apogée. Aujourd’hui, des toits éventrés, des cheminées effondrées, du stuc effrité. Les maisons avaient l’air miteux, délabré.
« Type de construction non solide, logements dépourvus de salle de bains et de WC, bons pour la démolition » avait déclaré le représentant de la municipalité au comité de la ville, il y a des années.
Celui-ci connaissait le quartier par ouï-dire.
Lui par contre aimait l’endroit parce que Maria l’avait aimé. Partout, elle avait vu une magie subtile, avait su trouver du charme à chaque maison, elle s’était engagée dans la conservation du moindre pignon insignifiant, du moindre balcon ou encorbellement, aussi miteux fut-il. À voix haute et à découvert.
Elle avait donné libre cours à sa colère dans des lettres. Appelé à la raison au moyen de pétitions. Avec des amis ou toute seule. Peu lui importait.
Dans ces rues, les magasins avaient disparu depuis des lustres. Plus de commerces, plus de boutiques. Rien que des immeubles de rapport et des entrées de service ; des arrière-cours avec des hangars et des ateliers, des garages ou des bâtiments isolés, à l’écart, remontant au temps de la fondation du Reich.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   12 février 2017
Et puis, un jour, quelques semaines plus tard, la rue vit arriver un homme, gentil, émacié et tout pâle, il contrastait avec les autres types en maillots, ne cadrait pas avec la fabrique de réfrigérateurs & machines à glace Mettich ni avec les poteaux pour battre les tapis qui, de fait, incarnaient les buts des futurs championnats du monde de foot. Dans ses yeux, pas la moindre trace de divertissement. Dans ses yeux, on lisait la peur. Qui avait rampé le long de son visage, jusque sous sa chevelure, et siégeait dans chaque pore. Avait gelé en lui, voilà des années. Mais Johanna, la fillette, avait remarqué sa peur, comme elle l’avait remarqué au milieu de tous les autres. Issue du coin de l’œil, craintive. Elle connaissait ce regard chez sa mère. Et Johanna n’avait pas envie d’en savoir plus que ce qui crevait les yeux : un homme jeune d’à peine vingt-cinq ans. Qui se préoccupait de textes et de livres, qui se prénommait Robert et qui vivait avec Maria, elle l’apprit le soir même. Une soirée d’été tiède, semblable aux autres. Sans lune et légèrement fraîchie. Johanna n’arrivait pas à déterminer avec exactitude ce à quoi il occupait ses journées, de quoi il vivait. Dans l’immédiat, cela ne l’intéressa pas.
Et les trois étés qui suivirent furent vides et chauds. Seuls les hivers ficelèrent les années entre elles et gardèrent printemps et automne liés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EtsisiteEtsisite   03 mai 2017
Tôt le matin déjà, la tristesse s’emparait de lui, au lever et quand il partait travailler, il était triste au travail et triste en rentrant chez lui. Triste chez lui, car il savait très bien que Maria le savait triste. Et le soir sa tristesse se prolongeait car il savait que le lendemain serait pareil à la veille. Dépourvu de lumière et – sans horizon.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : stasiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Karsten Dümmel (1) Voir plus