AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782361398248
356 pages
Le Mot et le reste (19/08/2021)
3.72/5   65 notes
Résumé :
Quelque chose attend, juste là, sous la surface ; un souvenir, un monstre sous le lit de Camille, qui ne dort plus depuis des semaines. Sauf qu’il faut dormir, pour vivre, et pour avoir de nouveau le droit de voir Jeanne, sa nièce chérie, qui a tant besoin d’elle pour apprendre à se défendre.

Alors Camille accepte : elle ira demander l’aide de Gabriel, s’abandonnera à son étrange machine qui fouille les zones cachées de l’esprit. Mais une peur la tena... >Voir plus
Que lire après L'intrusiveVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,72

sur 65 notes
5
4 avis
4
10 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis
Étant un très grand dormeur qui fait ses nuits sans problème, je dois vous avouer qu'une nuit de sommeil qui compte moins de huit heures est pour moi le bord de l'enfer, ce sont les coups de Vulcain depuis ses forges jusqu'à mes tempes pour la journée entière. Par contre au-delà de huit heures, c'est le nirvana, les p'tits oiseaux au bord de l'eau...
Ce roman était donc fait pour m'intriguer ou bien m'agacer.
Si vous ne vous endormez pas sur ma chronique, vous aurez la chance de découvrir mon ressenti d'ici deux à trois minutes. Patience...
L'intrusive est une magnifique immersion dans une vie intérieure tumultueuse, celle d'une certaine Camille.
Je vous invite donc à venir dans ce voyage intérieur, mais qui est loin de ressembler à un long fleuve tranquille. C'est une plongée en eaux troubles, les eaux troubles qui sommeillent dans le cerveau d'une jeune femme qui justement ne trouve plus le sommeil.
Camille a un signe particulier, elle ne dort plus. Parfois on dit comme cela à la volée, oh je ne dors plus, en fait on finit toujours par s'endormir, même ceux qui sont insomniaques le vivent et le disent comme cela. Mais Camille, elle, vraiment elle ne dort plus, ne peut plus dormir et elle en souffre forcément dans sa vie de tous les jours, dans sa relation sociale, dans son être intime aussi... Ne plus dormir est une souffrance, une tragédie, une menace vitale...
Dès les premières pages, j'ai été totalement absorbé dans ce texte déroutant.
Camille ne dort plus depuis des semaines, elle flotte comme cela entre le jour et la nuit...
Camille ne dort plus et sa famille s'en inquiète. Elle vit seule, est très proche de son frère Laurent et de sa nièce Jeanne, qui est d'ailleurs sa filleule. Mais que s'est-il passé pour que Laurent et son épouse interdisent désormais à la jeune femme d'approcher leur fille Jeanne, l'obligent à expliquer son geste ? À se soigner ? Que s'est-il passé ? Quel est ce geste choquant ?
Camille ne dort plus et vacille, comme au bord d'un vide sidéral.
Un psychologue qui la suit n'apporte aucune solution. Alors c'est la mise en relation avec Gabriel, beau-frère de Laurent et sa manière d'aborder le problème par d'autres chemins. Elle est prête à se plier à son étrange protocole, par les rêves, par ses propres rêves. Gabriel dispose d'une machine capable d'enregistrer les rêves et de les décrypter, les fouiller, chercher dans ce marigot les traces d'une réponse possible à ses troubles.
Camille ne dort plus et quand elle ne dort pas, elle pense à sa mère et elle vomit. Elle se souvient qu'elle vomissait déjà lorsqu'elle était enfant, lorsque sa mère était encore vivante...
Nous entrons ainsi dans son inconscient.
Une relation étrange va se construire entre Camille et Gabriel, le fil qui relie Camille à son enfance est un écheveau qu'il faut démêler.
Voici un texte qui prend rapidement l'allure d'un thriller psychologique...
C'est un huis-clos qui m'a happé dès les premières pages, dans un récit totalement déroutant. Les thèmes sont riches : l'enfance, les secrets de famille, l'éducation, la sexualité... Sans compter une once de fantastique qui ne fut pas sans me déplaire...
Le personnage de Camille est magnifiquement cerné et dépeint dans l'angoisse qui l'étreint, dans sa quête de lumière, dans son chemin à rebours...
Et puis voilà, je ne sais pas ce qui s'est passé, j'ai dû m'endormir en cours de route, très vite je me suis fatigué dans les labyrinthes de ce récit, j'attendais que la conclusion de l'intrigue vienne, c'était long surtout vers la fin.
Je pense que le récit aurait eu une meilleure consistance avec au moins cent cinquante pages de moins...
L 'Intrusive de Claudine Dumont, romancière québécoise que je découvre ici, entre deux nuits, m'a captivé par ce récit étonnant mais que j'ai trouvé beaucoup trop long dans les méandres de son intrigue. Dommage ! Parfois il faut aller à l'essentiel, sinon on finit par s'endormir.
Camille, l'héroïne de ce récit, aurait peut-être dû commencer par lire ce roman...

Lu dans le cadre du prix du roman Cezam 2022.
Commenter  J’apprécie          5424
L 'Intrusive de Claudine Dumont , romancière québécoise étonnante, est une des premières très bonnes surprises de la rentrée littéraire venue d'un peu nulle part, enfin du Québec quand même d'ou écrit Claudine Dumont.

Son texte déroutant et véritablement envoutant explore de nombreuses thématiques essentielles et passionnantes comme l'insomnie, l'inconscient, l'éducation la sexualité...

Claudine Dumont réussit à nous plonger dans un état second, entre rêve et réalité, pour un thriller psychologique qui nous plonge dans l'inconscient d'une femme qui vascille, souffrant d'insomnies sévères et d' épuisement social majeur .

Une anti héroine qui devrait tisser le fil de son enfance enfouie, aidée en cela par un mystérieux personnage, Gabriel, pour chasser le monstre qui sommeille en elle.

Etre réalité et hallucination, ce huis clos angoissant nous happe dès les premières pages pour ne plus lâcher son lecteur.

Une prouesse vraiment impressionnante!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          320
Insomniaque ou gros dormeur ?

J'ai la chance de faire partie de la team des marmottes ! J'aime dormir et je dors bien.

Ce n'est pas du tout le cas de Camille, personnage principal du premier roman de Claudine Dumont, qui souffre de très sévères insomnies. En effet, elle ne dort plus du tout depuis plusieurs semaines et est au bout du rouleau, moralement et physiquement. son absence prolongée de sommeil la coupe du monde et l'empêche de travailler.

Sa belle-soeur Mathilde lui interdit de voir sa nièce, Jeanne, avec qui elle a pourtant une relation privilégiée. On devine qu'elle a mis en danger la petite fille.

Malgré tout, son frère, Laurent, qu'elle adore et sa belle-soeur lui proposent d'aller voir Gabriel, spécialiste du sommeil aux méthodes non traditionnelles mais efficaces. Camille accepte car c'est sa seule solution pour revoir sa nièce, dormir et aller mieux.

Le roman nous donne à lire les pensées de cette insomniaque à bout de nerfs, dans une narration à la première personne, tendue et intense. On alterne les chapitres, passant de ses visites chez le très antipathique et mystérieux Gabriel à son passé difficile auprès de sa mère maniaque, abusive et folle.

C'est un roman psychologique énigmatique et l'on a hâte de comprendre. le thème du sommeil et de l'analyse des rêves sont traités avec intelligence et la relation entre Camille et Gabriel d'une part, et Camille et sa mère d'autre part, sont finement développés. Et c'est aussi une belle histoire de complicité entre une soeur et son frère. Les dialogues sont réussis, plutôt réalistes et apportent du rythme et une respiration à ce texte que j'ai trouvé oppressant.

En revanche, je n'ai pas réussi à m'attacher à Camille, qui m'a paru insupportable ! Malgré le récit glaçant de son enfance et ses difficultés présentes, zéro empathie pour ma part. C'est un peu dommage.

Mais ça reste un excellent premier roman québécois. Claudine Dumont parvient à nous faire entrer sans difficulté dans la psyché et les rêves de Camille.

Un page-turner onirique, à lire jusqu'au petit matin !

Sélection prix du roman Cezam 2022.


Commenter  J’apprécie          211
C'est un roman étonnant, entre réalité, rêves et hallucinations, qui explore les territoires de l'inconscient de Camille, jeune femme au bord du gouffre. Elle souffre depuis des semaines d'insomnie sans qu'aucune thérapie n'en arrive à bout. Sa belle-soeur pense que c'est pour cela qu'elle a mis en danger Jeanne, nièce de Camille, et lui a interdit de la revoir tant que le problème n'est pas réglé. Ce roman est difficilement classable, pour ma part il ne répond nullement à la définition d'un thriller. Mais est-ce si important, c'est d'abord un roman envoûtant qu'on ne lâche plus une fois qu'on l'a commencé. Avec Camille et Gabriel, frère de sa belle-soeur et ancien thérapeute spécialiste du sommeil nous voilà plongé dans un univers déroutant, à la recherche de ce que fuit Camille en fuyant le sommeil. Claudine Dumont s'est remarquablement documentée sur les troubles du sommeil car si la machine inventée par Gabriel relève de la science-fiction, tout le reste est bien réel : les micro-sommeils, les hallucinations hypnagogiques, … La narration est bien menée, alternant dans un récit toujours au présent des moments du présent réel, des rêves-cauchemars-hallucinations et des flash-backs de l'enfance de Camille. On ressent les sensations et perceptions de Camille quasi en même temps qu'elle, ce qui crée une atmosphère vraiment particulièrement réussie. Les thématiques explorées dans ce texte sont nombreuses : le rapport fille-mère, l'influence de l'éducation, les traumatismes de l'enfance et leurs conséquences, l'inconscient. C'est un roman riche et marquant.
Commenter  J’apprécie          160
N°1632 - Mars 2022

l'intrusiveClaudine Dumont – le mot et le reste.

Camille ne dort plus au point de devoir abandonner son travail et ni les médicaments ni les psychiatres ne peuvent rien pour elle. Elle est en permanence dans un état second au point d'en perdre l'appétit et d'être sujette à des hallucinations ce qui fait d'elle une inadaptée sociale au bord du gouffre. Elle est seule dans la vie et son uniques plaisir est de voir sa jeune filleule, Jeanne, mais son frère s'y oppose à cause d'une attitude jugée dangereuse qu'elle a eue à l'égard de la fillette. Elle fait ce qu'elle peut pour s'en sortir, mais en vain, malgré l'aide de son frère et sa belle-soeur l'oriente vers Gabriel qui peut, selon elle la libérer. Elle accepte avec hésitation mais elle se trouve en présence d'un être étrange, un ex-praticien radié et qui vit coupé du monde. Il prétend, grâce à une machine de son invention, visualiser les rêves de Camille et ainsi pouvoir peut-être comprendre ce qui la bloque au point de la priver de sommeil. Selon lui, le rêve ouvre les portes de l'inconscient et si elle parvient à dormir et donc à rêver, Camille, avec l'aide de Gabriel, pourra se libérer et ainsi reprendre une vie normale.
Ainsi commence cet étrange roman psychologique où la jeune femme, qui n'a cependant pas perdu la mémoire, va revisiter son enfance traumatisée par une mère dominatrice dont la nocivité lui a interdit d'exprimer ses sentiments, ses émotions et sa douleur et par un père transparent et sous influence de son épouse. Ces moments sont brièvement évoqués lors de flash-back où Camille revit douloureusement sa jeunesse avec sa mère. Pire peut-être, puisque la vie d'adulte dépend tellement de l'enfance , elle prend conscience que cette femme a pu faire d'elle un monstre semblable à elle suivant la règle non écrite qu'on reproduit l'exemple qu'on veut précisément éviter. Elle devint donc la copie conforme de cette femme honnie, au point de répéter, et ce malgré elle, avec sa filleule les sévices qu'elle avait subies avec sa mère. Cette éducation toxique l'a complètement détruite et ce n'est pas la mort de cette mère qui l'a libérée de ses obsessions et de son mal-être. Seule l'espoir de pouvoir revoir Jeanne la motive mais elle doit pour cela impérativement retrouver une vie normale et se défaire de ses obsessions.
L'intrigue est bien menée et le travail sur les rêves intéressant même s'il y a quelques longueurs. Que le sommeil soit un élément essentiel de la vie ne fait aucun doute mais le protocole de soins paraît assez étrange non seulement au niveau de la technique, mais aussi dans les relations entre patient et praticien qui prennent une dimension quasi-intime. C'est une démarche introspective basée sur la mémoire mais aussi sur la parole et sa dimension psychiatrique a pour but la reconstruction de Camille pour lui permettre de recouvrer une vie normale. Elle semble au départ assez réticente à ce traitement mais petit à petit elle l'accepte au point de se mettre sous la dépendance de Gabriel, un peu comme elle l'était jadis sous celle de sa mère. Gabriel est un mystère, il est médecin mais nous savons qu'il a été radié sans doute à la suite d'une erreur et vit d'une activité d'ébénisterie. Pourtant il accepte de s'occuper de Camille et au fil des séances, il prend son rôle très au sérieux et cela débouche pour elle sur une connaissance de soi plus approfondie et une remise en cause des idées qu'elle avait elle-même conçues à son égard et qui la libérera du monstre violent tapi en elle, une dépendance bénéfique qui annule celle maléfique de sa mère.
J'avoue que j'ai eu du mal à suivre cette histoire un peu oppressante mais pourtant bien réaliste.


Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (2)
Actualitte
06 juillet 2021
Avec L’intrusive, l’actrice québécoise plonge ses lecteurs dans les eaux troubles de l’esprit de Camille, personnage insomniaque qui devra affronter ses monstres intérieurs, dans l’espoir de découvrir qui elle est réellement.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaPresse
08 février 2021
Avec L'intrusive, Claudine Dumont nous plonge dans les eaux troubles du cerveau de Camille, un personnage grugé par l'insomnie qui devra affronter ses monstres intérieurs pour découvrir qui elle est réellement. Attention : cauchemars en vue.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Je vois qu’il y a une femme et un homme, mais je n’arrive pas à comprendre s’ils sont dans une étreinte amoureuse ou en conflit. Les mouvements ne sont pas harmonieux, il ne s’agit pas de caresses. Il y a quelque chose d’agressif dans ce qui se déroule en apesanteur, mais il est impossible de dire avec précision ce qui est violent. Plus le couple bouge et plus les membres se fondent les uns dans les autres, se forment et se reforment dans une danse qui n’a rien à voir avec l’anatomie d’un corps normal. Il est maintenant impossible de savoir où l’un finit et où l’autre commence. Ce n’est pas de la complétude. C’est presque une forme étrange de cannibalisme. C’est étouffant. C’est un désir oppressant, parce que pour une raison que je ne peux préciser, je suis maintenant convaincue que j’assiste à un échange sexuel. Même s’il n’y a rien d’habituel dans ce qui se déroule sur l’écran, dans ce qui pénètre et ce qui est pénétré, il n’y a aucun doute. C’est érotique.
Commenter  J’apprécie          20
Depuis bientôt deux mois, je ne dors presque plus. Des journées entières sans une seconde de sommeil et quelque chose en moi est sur le point de se briser. Je regarde le psychiatre devant moi. Regarder me fait mal. Je dois insister pour que le focus se fasse, sinon tout est un peu embrouillé. J’ai mal aux yeux. J’ai mal en dessous des yeux. J’ai mal partout. Lui, il ne regarde pas ma souffrance. Derrière le bouclier de son bureau, ses yeux passent du cadre avec les trois vases de verre vert à ma gauche aux rideaux beiges à rayures beiges à ma droite. C’est de la lâcheté. Il n’est pas capable d’admettre qu’il échoue. Il n’a pas le courage d’affronter mon visage ravagé par les preuves de son incompétence.
Commenter  J’apprécie          10
Ce n'est pas la domination physique qui fait que Lucie est plus forte que toi, c'est parce qu'elle se nourrit de ta peur. Si tu ne lui donnes pas ça, elle n'est pas plus grande, pas plus forte que toi.
Commenter  J’apprécie          30
Mes pensées sont un peu plus claires, un peu plus précises, un peu. Je me demande combien de temps j’ai perdu conscience. Je veux poser la question, j’ouvre la bouche, mais il saisit ma mâchoire dans sa main gauche et relève ma tête. Il s’approche trop. Pendant moins d’une seconde, ça semble être le prélude à un baiser. Ce n’est pas ça. Il prend ma lèvre inférieure entre son pouce et son index et observe ma plaie. Il ne tient pas compte de mon espace personnel, il m’envahit. Son nez touche presque le mien. J’ai une vague impression de ne pas être tout à fait humaine, comme un objet.
Commenter  J’apprécie          00
Je voudrais lui dire que mon cœur a cessé de fonctionner, que mon bras vient de se casser ou que mon cerveau vient de s’arrêter, mais j’ai juste fait un cauchemar. Un cauchemar épouvantable où un monstre me coupait le ventre avec un couteau de cuisine bien affilé, ouvrait mes chairs, puis mangeait mes intestins avec une fourchette et du sel pendant que je le regardais faire, trempant chaque bouchée dans mon sang comme si c’était de la sauce, mais juste un cauchemar quand même. J’ai presque neuf ans, je ne devrais plus me laisser terroriser par des cauchemars.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (129) Voir plus



Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
430 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

{* *}