AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2361570696
Éditeur : Editions Transboréal (07/01/2014)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Cap à l'est, au fin fond de la taïga sibérienne, vers un lac dont le coeur bat depuis vingt-cinq millions d'années : le Baïkal, tracé comme un croissant de lune dans les immensités sylvestres, où voisinent ermites, chasseurs et pêcheurs visités par les fées, aventuriers en quête d'absolu, phoques s'entretenant de littérature, et où font escale aussi bien des femmes fatales qu'un homme d'affaires désabusé. Tous ont en commun une certaine volonté de résistance au mond... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nuitet0ilee
  09 juillet 2014
♥ Coup de coeur ♥
Depuis ma lecture de Dans les forêts de Sibérie en 2012, je suis complètement fascinée par la Russie, la Sibérie et en particulier ce fameux Lac Baïkal. Venant d'arriver en Bretagne, je fais le tour des librairies et j'ai découvert une librairie atypique sur Morlaix (29) : A la lettre Thé, les libraires sont très sympathiques et l'un d'eux m'a conseillé celui-ci. En deux jours, il est dévoré (je voulais le savourer). J'ai retrouvé tout ce que j'aime : ces paysages, cet âme russe, et découvert Géraldine Dunbar dont j'ai adoré le style !
Les 17 nouvelles se déroulent toutes près du Lac. Des nouvelles avec la folie douce des Russes ("Le tire-bouchon", "Chasse dans la taïga"), des nouvelles empreintes de fantastique avec Baba Yaga ou un "Dialogue de phoques". La nouvelle éponyme m'a moins plu, elle était drôle mais pas aussi splendide que "Romance en fa mineur", "L'ermite et le voyageur", "Vainqueurs et vaincus", mes préférés.
Comment ne pas être subjuguée devant la beauté du paysage ? Un lac, immense, brillant sous son manteau de glace en hiver. Un endroit calme comme le dit Tesson "dans le silence des forêts". le froid ralentit les gens, ils savourent le bonheur simple : un paysage magique et des bonnes conversations. Un endroit qui semble coupé du monde.
On sent l'âme russe, des hommes rudes mais sensibles, épris de choses simples. Des gens qui ne s'inquiètent jamais, tout est relatif comme l'indique la citation suivante :
- Dima n'a pas pu venir, il est tombé de l'échelle en réparant la toiture de l'isba, dit Igor, en tirant une bouffée.
- C'est grave ?
- Niet, six côtes fracturées, les épaules, les coudes et les chevilles cassées, une sciatique paralysante, une hernie discale et un lumbago… le plus gênant c'est qu'il n'arrive plus à lever son verre de vodka. ("Chasse dans la taïga", p.113)
Avec ces nouvelles, j'ai découvert Géraldine Dunbar, son écriture m'a envoûté, pleine d'ironie. J'ai hâte de piocher dans sa bibliographie (future carnage en librairie…). Parsemée de mots russes, j'ai retrouvé les sonorités que j'aime tant.
Merci aux éditions Transboreal pour vos superbes livres qui mènent à l'évasion et à la réflexion.
Lien : http://novelenn.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lejardindestephanie
  28 mai 2014
Il y a ces gens autour de toi, qui te connaissent, ils savent te faire plaisir, ils aiment t'émouvoir, ils évitent ce que tu détestes. Ils sont vivants, ils sont.
Il y a ces gens que tu ne connais pas, ils existent mais vous ne vous êtes jamais rencontrés. Ils te connaissent bien aussi. Ils savent ta sensibilité, ils connaissent les mots qui te touchent, ils t'envoient des livres comme des surprises, ils ne se trompent jamais.
Tu as reçu des cartes postales du Baïkal. Un recueil de textes, courts, pas vraiment des nouvelles, pas vraiment des contes non plus mais empreint de tout l'esprit de la Sibérie et de la fraîcheur du Lac.
Lien : http://ausautdulivre.blogspo..
Commenter  J’apprécie          110
romain29
  27 mai 2014
Un superbe recueil de nouvelles sur la Sibérie issu de la collection "voyage en poche" qui promet d'être une belle collection de qualité !
Des nouvelles qui traduisent magnifiquement l'âme de la Sibérie. Touchantes, rafraichissantes,pittoresques, saisissantes et tellement bien écrites. La simplicité de la vie sur les rives du Baïkal dans toute sa splendeur.
Commenter  J’apprécie          60
keisha
  21 juin 2014
Transboréal, le retour, donc, avec des nouvelles de Géraldine Dunbar dont j'avais découvert Seule sur le Transsibérien (à lire bien sûr, mais je l'ai lu avant blog, quand je "préparais" mon propre voyage, et n'en ai donc pas parlé ici)(ajoutons que j'ai effectué ce voyage de Moscou à Pékin sans prendre une seule photo, tout dans la tête...)
Mais vous me croirez si je vous assure que le Baïkal est un lieu particulier : grand comme la Belgique, pour donner une idée, profond jusqu'à 1,6 km, une merveille - fragile.
Et ces nouvelles?
Une belle surprise. L'auteur connaît le coin, c'est clair, et sait faire passer l'impression fabuleuse ressentie. On croise chasseurs, ermites, amoureux, désespérés, malchanceux, dans une Russie aux prises avec l'industrialisation forcenée et sans scrupules, mais résistant vaillamment. Tour à tour touchantes, tragiques, drôles, fantaisistes, féeriques -on est souvent près des contes- et, cerise sur le gâteau, écrites d'une plume délicate et vivante.
"L'amitié, c'est quand l'un accepte que l'autre partage l'amour du silence avec lui."
"Dans un grain de sable voir un monde
Et dans chaque fleur des champs le paradis
Faire tenir l'infini dans la paume de la main
Et l'éternité dans une heure."
(William Blake)
J'ai adoré le projet d'évasion d'une maison de retraite des "dix petites vieilles"
"Si les futures ex-prisonnières se faisaient prendre ou balourder, elles encourraient l'enfermement à vie avec les petites vieilles à mobilité réduite, et les Feux de l'amour jusqu'à la fin de leurs jours."
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Impressions
  09 juin 2014
Ce livre, très émouvant, reflète l'âme russe sur toutes ses facettes. Il
fait rêver, et transporte le lecteur grâce à une écriture claire, précise et talentueuse dans l'être de chaque personnage. J'ai passé un moment exquis à le lire.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
romain29romain29   24 août 2014
_ Tu ne l’aimes vraiment pas, la Modernité !

_ Niet… fit l’instituteur, en appuyant sur la pédale forte.

_ Pourquoi ?

_Je te l’ai dit, c’est une ogresse… Elle avale les pays les uns après les autres sur les cinq continents ! Elle est en forme, elle parcourt la terre à grands pas, enjambant les mers et les montagnes, étouffant le chant des hommes, les écrasants sous sa botte et les dévorant de ses belles dents éclatantes. Chez nous, c’est un vampire. La Russie, la femme la plus somptueuse sur terre, ne lui a pas résisté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
nuitet0ileenuitet0ilee   09 juillet 2014
Il songea à sa mère qui lui disait de ne jamais craindre, d’accepter la vie dans ce qu’elle pouvait offrir de plus beau comme de plus difficile, à l’instar de Friedrich Nietzsche. Les moments de joie, les moments pénibles, encore et encore. Jouir du bonheur et du malheur, dans le refrain de la vie, à l’infini… Aimer son destin. (p.25)
Commenter  J’apprécie          100
Muriel_RichardMuriel_Richard   21 janvier 2015
Cette vie pleinement heureuse et tranquille dura de nombreuses années, combien, je ne saurais vous le dire, car quand le bonheur existe, on ne mesure pas le temps. Quand on aime et que l'on est aimé, le temps plie bagage, indigné. C'est lorsque le drame survient que les chiffres se mettent en branle dans le cerveau humain.
Commenter  J’apprécie          100
lejardindestephanielejardindestephanie   28 mai 2014
L'argent aimante la majorité des êtres: c'est la meilleure nouvelle qui soit, pour une minorité qui comprend la vraie richesse.
Commenter  J’apprécie          130
nuitet0ileenuitet0ilee   09 juillet 2014
Le Voyageur sourit et lui proposa de trinquer une nouvelle fois, à la beauté des mots, la plus admirable richesse qui soit en ce monde. (p.36)
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Géraldine Dunbar (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Géraldine Dunbar
Rencontre avec Émeric Fisset, Géraldine Dunbar & Antoine Bertrandy (Transboréal) I Escales le mois du Voyage chez Gibert Joseph.
Transboréal
Transboréal est une maison d'édition française des grands voyageurs explorateurs. Organisateur de conférences liées au voyage. Transboréal réunit dans son sillage, outre ses 126 auteurs, 160 autres voyageurs francophones qui ont eu à c?ur de découvrir une région du monde et d?en faire partager la découverte à travers des livres ou des films. Transboréal anime aussi une librairie de voyage dont les 5589 titres sont en ligne.
Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/catalogsearch/result/?token=a0e0261958c12283435555666337ae2fb2dd1f81&q=+Transbor%C3%A9al&product_type=*
Émeric Fisset
Né à Paris en 1962, Émeric Fisset s?est fait une spécialité des voyages en solitaire, sans liaison radio ni soutien logistique. Ce Meudonnais a pris goût à l?itinérance dès l?âge de 17 ans au sein d?Hôpital sans frontière, que ce soit auprès des réfugiés cambodgiens de Thaïlande, des Karamojong affamés d?Ouganda, à l?hôpital français de N?Djamena, au Tchad, ou à la suite du séisme d?El-Asnam, en Algérie. Après deux années comme officier parachutiste dans l?infanterie de marine, avec notamment une mission d?entraînement en jungle au Gabon, il participe à des convois humanitaires pour la Bosnie et la Lettonie.
Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/catalogsearch/result/?token=48f139c5ad702143ed2b1ff7f86599630a757a8d&q=%C3%89meric+Fisset&product_type=*
Géraldine Dunbar
Née à Londres en 1972, Géraldine Dunbar est de père sud-africain et de mère française. Elle a passé toute sa jeunesse en Grande-Bretagne, où elle grandit dans un univers artistique : son père est technicien de cinéma, sa mère artiste et enseignante, son beau-père, Painton Cowen, écrivain et musicien, et sa grand-mère, Pamela May, ballerine au Covent Garden Royal Ballet. Fascinée par les grands espaces, elle s?intéresse dès l?âge de 7 ans à l?Union soviétique, entreprend l?étude du russe à 12 ans et, depuis la France où elle réside à partir de 1990, effectue son premier voyage à Saint-Pétersbourg en 1992, à 19 ans : un séjour de deux mois dans une kommunalka, un appartement communautaire réunissant cinq familles.
Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/catalogsearch/result/?token=48f139c5ad702143ed2b1ff7f86599630a757a8d&q=G%C3%A9raldine+Dunbar&product_type=*
Antoine Bertrandy
Un matin d?automne, Antoine Bertrandy s?est arraché à son confort francilien pour s?élancer dans le sillage des pèlerins aspirés vers le mystère de Saint-Jacques. Courbé sous le poids de son sac et de ses attentes, il a relié Compostelle depuis Saint-Jean-Pied-de-Port en empruntant le Camino real francés. Dans le décor de cette comédie humaine itinérante ? où vibrent de concert spiritualité et téléphones portables ?, chacun peut épuiser ses fantasmes et ses certitudes jusqu?à ressentir, en son for intérieur, le frémissement de la renaissance. de cette expérience jaillit un récit riche de rencontres truculentes, de séparations déchirantes et de moments drolatiques. Un texte prodigue en réflexions sur le sens du pèlerinage et, en somme, sur la vie.
Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/vers-compostelle-droles-de-rencontres-6156934.html
+ Lire la suite
autres livres classés : baikalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
427 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre