AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714456472
Éditeur : Belfond (09/10/2014)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Un événement ! Le premier livre de Lena Dunham, la géniale créatrice de la série Girls. Une sorte de guide de survie à l'usage des filles/femmes d'aujourd'hui, désopilant, profond, engagé, porté par la voix de celle que les médias surnomment « la fille de Woody Allen et Susan Sontag ».


On peut n'avoir même pas trente ans, avoir créé une série culte, avoir déjà été qualifiée pêle-mêle de « voix d'une génération » et de « fille naturelle de Susa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
chocoladdict
  09 octobre 2014
J'ai fait la connaissance de Lena Dunham, cette presque trentenaire, sur petit écran quand j'ai découvert la série Girls, l'histoire de trois filles new-yorkaises dans leur premières années d'indépendance. La jeune femme qui a écrit et réalisé cet anti Sex in the city en tient aussi le rôle principal. Ses amies sont plus minces, plus jolies, moins névrosées (mais pas forcément plus épanouies et heureuses). Elle est souvent très agaçante (et incroyablement égocentrique, plus qu'une blogueuse c'est pour dire ! ) mais aussi drôle, championne d'auto-dérision et malgré tous ses défauts, attachante. J'avais eu l'occasion de parler de la série sur le blog appréciant plus la saison 2 que la saison 1 ( car je l'avais trouvé plus contrastée, plus aboutie et plus émouvante ). Quant à la saison 3, elle m'a semblé très inégale selon les épisodes, moins surprenante. J'espère que la série retrouvera son mordant dans la prochaine saison qui sera diffusée en France sur OCS en janvier 2015.
Qu'une fille plutôt rondelette (en tous cas à une certaine époque quand elle tournait la série) pas particulièrement bien foutue se mette aussi souvent à poil dans les scènes de sa propre série, déjà ça m'intriguait. A chaque fois qu'elle se déshabillait, on aurait du qu'elle allait sauter dans le grand bain en disant aux spectateurs « Et alors ? »(ce qui n'a pas empêché le fait qu'elle se fasse régulièrement attaquer au sujet de son poids sur Twitter ou ailleurs). Qu'elle réalise une série de courts métrages, un premier film obtenant le prix du Jury d'un festival de cinéma américain indépendant et qu'elle obtienne en 2013 le Golden Globes pour la meilleure actrice et la meilleure série tout ça avant 30 ans, ça attisait encore plus ma curiosité même si j'étais un peu circonspecte sur le fait d'écrire ses « mémoires » à un âge si peu avancé de sa vie.
Sans surprise, ce qui m'a le plus amusé dans le livre est à chaque fois qu'elle aborde le sujet de son poids : quand elle essaie de s'habiller sexy mais que sur elle, ça ne donne pas vraiment l'effet escompté.
ou quand elle raconte un épisode régime pendant lequel chaque jour elle consigne soigneusement toutes les calories engrengées (avec un palier à ne pas dépasser, un peu comme les points chez WW) jusqu'au jour où la frustration est plus forte que sa détermination et motivation et où elle explose les scores, on a comme une impression de déjà vu. Plus globalement elle a un rapport à la nourriture qui, j'en suis sûre, n'est pas étranger à beaucoup d'entre nous les filles rondes.
Lena Dunham parle également d'amour et de sexe (avec ce côté sans fard de la série au moins dans la saison 1 et même totalement démystifié….vu sous cet angle, je me demande encore quel attrait elle y trouve), d'amitié, des relations avec ses parents, de son enfance et de ses études, de son hypocondrie, de ses tocs et de ses névroses et j'ai retrouvé pas mal de la Hannah vu sur petit écran mais aussi parfois des bouts d'histoire de tel ou tel épisode. Certains passages sont assez loufoques (son concept de lit platonique, son expérience de vendeuse dans une boutique de fringues pour enfants fréquentée par les stars hollywoodiennes) mais je ne voudrais pas trop spoiler.
J'ai vu en quelque part qu'elle pourrait être la fille naturelle de Woody Allen et Susan Sontag. En tous cas quand j'ai lu alors qu'elle est en train de discuter de la mort avec son père,
Parfois j'ai trouvé un peu paresseux cette juxtaposition de souvenirs sans réel effort narratif entre eux, parfois j'ai eu envie de noter quasiment une phrase sur deux, tellement Lena Dunham a le sens de la formule …au final le livre est à l'image de son auteur, irritant parfois, ironique et hors des clous.

Lien : http://www.chocoladdict.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Etheal
  04 mai 2016
J'ai lu rapidement Not that kind of girl de Lena Dunham et, contre toutes attentes (... en tout cas mes attentes) je n'ai pas autant apprécié que ce que je pensais. Je partais avec l'idée que si j'appréciais Lena Dunham, j'allais aussi apprécier son écriture et ce qu'elle raconte dans son livre. Mais ça n'a pas été aussi simple, Lena catégorise par grands thèmes principaux, un peu de façon décousue et non chronologiquement. C'est une question de préférence mais j'ai eu l'impression de revenir sur des moments de sa vie déjà abordé au lieu d'avancer dans ma lecture.
On parcourt quasiment toute sa vie, en passant par sa petite enfance et l'arrivée de sa petite soeur jusqu'à son petit ami actuel qu'elle évoque très pudiquement en passant par ses déboires de jeunesse. J'ai presque eu l'impression de regarder sa vie comme un film, avec les commentaires en plus. Elle essaie de donner des conseils selon les cas, en particulier à propos des crises de paniques et des tocs qui rythment sa vie encore aujourd'hui. Je ne me suis pas ennuyée une seconde, sa vie est une suite de choses complètement dingues, de rencontres incongrues, le genre de personne que j'aime beaucoup. C'est une étrange autobiographie d'une femme qui vit à 100 à l'heure depuis quelques années. Elle est parfois énervante, presque égocentrique ou incompréhensible mais j'adore sa façon de mettre les pieds dans le plat, de se mettre à poil dans son livre comme dans sa série en disant : je suis foutue comme ça, je suis cette personne et vous allez apprendre à la connaître. Lena parle d'amour, de sexe, de mal-être, de famille, de travail ou encore de l'école comme si elle parlait à une amie, on se sent proche d'elle, c'est bon de lire quelqu'un qui ne prend pas de pincettes pour évoquer son premier amant ou ses expériences foireuses.
Je m'attendais peut-être à plus de profondeur, de réflexions sur les souvenirs qu'elle nous conte. J'ai eu l'impression de parfois passer à un nouveau sujet sans que le précédent soit vraiment abouti, c'est certainement ce qui m'a un peu déçu pendant ma lecture. Un goût de trop peu sur certains sujets alors que d'autres reviennent à plusieurs reprises.
J'ai eu le malheur de le lire en français, habituellement je ne fais pas trop la fine bouche sur la traduction mais, cette fois-ci elle est atroce ! On se retrouve avec des mots un peu "passe-partout" (et ridicules) pour remplacer les termes plus crus alors que j'adore ce franc parlé chez Lena Dunham et c'est ce que je voulais retrouver dans ce livre, même en français !
Si vous avez envie d'une lecture très fraîche, féministe et sans aucun détour, Not that kind of girl est fait pour vous. C'est l'occasion de découvrir un peu plus l'univers de Lena, c'est un plongeon dans tout ce qui fait mon bonheur dans la série Girls. Cependant, je n'aurai pas dû en attendre autant, même en adorant Lena, ce n'est pas le livre feelgood que j'attendais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mallysbooks
  12 novembre 2015
J'ai découvert Lena Dunham au travers de la série Girls dont je suis devenue fan dès la première scène. J'y ai vu une certaine ode à la normalité qui m'a énormément plu. le génie de sa créatrice, son franc-parler et son attitude volontairement dévergondée m'ont convaincu que notre société avait besoin de personnalité comme elle. Lorsque j'ai appris la publication de son autobiographie aux allures néo-féministes, je me suis bien évidement précipitée pour me la procurer, persuadée que son histoire valait le coup d'être racontée aux jeunes générations. Qui aujourd'hui peut se vanter d'être à la fois actrice, réalisatrice, scénariste, productrice et auteure à succès ? Dans un monde où les femmes peinent encore à se faire une place au soleil, ça m'a clouée. Et il faut dire aussi que la promesse du livre est palpitante : "Je vous raconte mes erreurs pour que vous évitiez de les faire". J'étais vraiment curieuse de voir comment cette trentenaire un peu ravagée avait pu mettre le monde artistique à ses pieds et s'imposer comme modèle auprès des filles d'aujourd'hui. Pourtant, je n'ai pas de suite dévoré son récit et après avoir passé près d'un an dans ma P.A.L, j'ai fini par ressortir le bouquin cet été.

J'avais besoin d'une lecture sans réflexion, et pour le coup j'ai été servie ! Contrairement à ce que veut bien nous vendre la couverture, je n'ai pas lu un livre Feel good mais j'ai plutôt eu l'impression de découvrir le journal intime d'une adolescente en crise. Ses fragments de vie sont posés les uns à côté des autres, sans chronologie ou liens réels entre eux, nourris à 95% d'hypocondrie, de tentative de sexualisation, de socialisation, d'échecs amoureux, et surtout de nombrilisme. Lena déballe les détails croustillants de ses années étudiantes de manière complètement décousue : son inlassable quête d'un dépuceleur, ses soirées alcoolisées, sa passade oedipienne avec sa psy puis son flirt amical avec la fille de sa psy ; sa phase " partage de lit platonique " et ses excès alimentaires en tout genre. On veut nous vendre que toutes ces expériences font écho à la vie des jeunes femmes d'aujourd'hui, mais j'ai sincèrement trouvé que la caricature était un peu trop forcée.
Bien sûr, son verbe débridé m'a souvent fait rire et globalement fait passer un bon moment. J'ai apprécié son écriture franche, crue, certain diront peut être même un peu trop. Je pense bien sûr à la scène qui a fait débat, au court de laquelle Lena, qui découvre la sexualité et entre autre le sexe féminin, entrouvre les attributs de sa soeur pour voir a quoi cela ressemble. Était-ce réellement nécessaire de raconter cet épisode ? Quelle leçon peut-on tirer de cette expérience ? Même si cette scène ne m'a pas choqué en soit, j'y ai plus vu la volonté de titiller l'opinion publique et les puristes que d'aider les lecteurs à désacraliser le sexe.

L'histoire de Lena Dunham valait-elle la peine d'être racontée ?
J'émets un doute à ce sujet. Autant le livre reste fidèle au personnage, autant je me suis fortement demandée si la publication de cette autobiographie prématurée ne mettrait pas un coup de sabre à l'image de cette artiste pourtant formidable. Je m'attendais à plus de finesse et de profondeur, à une dimension plus engagée puisque c'est la force qu'elle dégage. J'ai trouvé que ce récit manquait cruellement de recul, de maturité et altruisme pour démontrer que ces échecs lui avait finalement permis de se construire et de réussir.
Pour autant, je reste une grande admiratrice du travail de Lena Dunham et loin de refroidir mes convictions, parcourir son livre m'a permis d'avoir une nouvelle vision de son travail et m'a même donné envie de me replonger dans Girls. Lena Dunham reste pour moi un modèle générationnel : une femme qui a choisi sa vie professionnelle en fonction de ses propres envies non pour suivre les désidératas des uns ou des autres. Une femme affiche ouvertement son originalité, à l'heure où la minceur s'impose plus que jamais comme la norme sociale. La vie est faite de libertés pour elle et se le rappeler est appréciable. Clairement, ce livre n'apporte pas une grande avancée à la cause féminine, le contenu n'a rien de très utile pour aider les lectrices à avancer dans leurs vies mais permettra peut être à certaines d'oser vivre plus libérées, tout simplement.
Lien : http://mallysbooks.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Emma631
  18 février 2015
Une chose est sûre après avoir refermé ce livre, c'est que j'avais raison de ne pas en attendre trop. J'aime beaucoup la série Girls, que je suis avec intérêt depuis le début. Alors forcément, le premier livre de Lena Dunham m'a fait de l'oeil, même si cela sentait déjà le coup d'édition.
C'est exactement de quoi il s'agit d'ailleurs. L'auteur nous raconte quelques passages de sa vie de manière décousue, des choses parfois intéressantes voire touchantes, d'autres pour lesquelles j'avoue peu d'intérêt parce qu'il s'agit de remplissage.
Attention, Lena est une jeune femme intéressante, qui a des choses à dire, des points de vue intelligents, mais l'évidence est qu'à son jeune âge, elle a encore bien peu de choses à nous raconter pour produire une autobiographie structurée et sensée, avec un vrai recul sur son vécu.
Je lui mets quand même deux étoiles parce que cet ouvrage n'est pas de piètre qualité mais sa démarche est trop commerciale pour que j'y trouve un quelconque intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cleophis
  05 juin 2016
On retrouve la plume de la série Girls et pour ceux qui suivent déjà la série, le livre a un air de réchauffé. Elle se limite à ses aventures sexuelles et ses névroses alors que j'aurais aimé en savoir davantage sur son travail de réalisatrice. Dommage.
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (2)
LeMonde   27 octobre 2014
Dans ses Mémoires, qui ne prétendent, ni par le ton ni par le style, au statut de chef-d'œuvre, l'égérie tatouée et replète a donc couché sur le papier les épisodes les plus embarrassants de sa jeune vie : sa première séance de masturbation à 9 ans alors qu'elle est observée par une chauve-souris pendue à la tringle à rideau de sa chambre, son dépucelage, à la fac...
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeFigaro   13 octobre 2014
Se lancer dans une autobiographie à 32 ans est une erreur. En réalité, Lena Dunham nous inflige un simple journal d'adolescente attardée. De la maternelle à ses débuts dans la vie active, en passant par ses années fac, les confidences s'enchaînent, sans aucun intérêt réel.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
chocoladdictchocoladdict   09 octobre 2014
Et puis un soir avant Thanksgiving, j’avais rendez vous avec lui dans un bar du Queens. En collant résille et petit ensemble jupe gris classique, j’avais l’air d’une morue déguisée en agent d’assurances.
Commenter  J’apprécie          100
chocoladdictchocoladdict   09 octobre 2014
Je veux bien être illuminée mais ça me parait assez gonflant [...]. Tous les trucs que j’aime -les potins, les meubles, la bouffe et internet – sont ici sur terre.
Commenter  J’apprécie          50
MurtiebooksMurtiebooks   19 mars 2017
Family first. Work second. Revenge third.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Lena Dunham (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lena Dunham
Interview de Lena Dunham (en anglais)
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Lena Dunham (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
445 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre