AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757815113
Éditeur : Points (01/10/2009)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Nina Vidrovitch est peintre. Anny Duperey, comédienne et écrivain. C'est en 1993, à un tournant de leur existence, que s'établit entre elles une correspondance qui dure encore.
Elles s'y livrent telles qu'elles sont, avec une honnêteté et un naturel qui les rendent immédiatement proches du lecteur. Leurs vies et les valeurs qui les soutiennent sont présentes à chaque ligne. On partage avec elles les récits et les réflexions sur leur art, la façon dont elles ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
milamirage
  27 décembre 2011
Nina Vidrovitch est peintre, Annie Duperey est comédienne et écrivain. Elles se connaissaient peu mais s'estimaient vraiment quand elles ont commencé à entretenir une correspondance alors qu'elles se trouvaient toutes deux à un tournant de leur existence.
C'est en 1993 qu'arrive la première lettre. Nina et son mari Guillaume ont quitté Paris pour un village de Bourgogne afin, comme ils le disent, d'attaquer le plus sereinement possible la "dernière ligne droite". Annie, elle, vient de finir son livre "Le voile noir", celui qu'elle qualifie elle-même de "livre de ma vie" et elle est séparée depuis peu de Bernard Giraudeau, le père de ses enfants. A la mort de Jean-Louis Barrault, Annie apprend par notaire interposé la mise aux enchères de sa succession, dont une lettre qu'elle lui avait adressée des années auparavant. Nina et elle se demandent alors ce qui pourrait advenir de leurs échanges écrits. C'est alors que les deux femmes décident de publier ce qu'elles auront choisi de leur correspondance et c'est l'objet de ce livre. Elles n'ont rien réécrit, trafiqué, adapté même si elles ont coupé des passages trop intimes et sans intérêt pour un lecteur autre qu'elles, même si elles ont parfois réuni des extraits de plusieurs lettres pour n'en faire qu'une seule. Ce recueil est donc le témoin de cinq ans de correspondance où chacune parle de sa vie de femme, d'épouse, de mère, d'artiste, de ses joies et de ses peines, de ses doutes et de ses certitudes, de ses enthousiasmes et de ses révoltes…
Mon avis : Comme vous pouvez le deviner au vu du grand nombre de citations que j'ai relevées dans ce roman épistolaire, j'en ai beaucoup apprécié la lecture. Des lettres sensibles et intelligentes, non dépourvues d'humour, nous plongent dans l'intime et les ressentis féminins de ces deux artistes que sont Anny Duperey et Nina Vidrovitch .
Public : roman épistolaire pour adultes, où chaque femme pourra se reconnaître à un moment où à un autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
HermantM
  16 novembre 2012
Il y a tellement en ressentir dans cet échange de lettres, cette émouvante confiance d'une belle amitié ! C'est la vie qui se déroule là, dans son quotidien, dans ses engouements et dans ses doutes, ses joies et ses peines... et il n'y a qu'ainsi que la réalité de ces deux vies d'artiste peut prendre corps. L'Art est présent, avec la profondeur des réflexions qui accompagnent la création, mais il reste indissociable de ce qui le relie à l'existence. L'artiste n'est pas une icône désincarnée, un ectoplasme sacralisé ! Merci à ces femmes au grand talent de nous livrer leur cheminement, tant artistique que simplement humain, et de nous convaincre qu'elles sont de bien belles âmes.
Commenter  J’apprécie          80
BRIGITTEB
  02 mai 2012
Je ne croyais pas possible d'apprécier la lecture d'une correspondance. Mais grâce à Anny Duperey et Nina Vidrovitch, c'est un vrai plaisir et un intérêt par la franchise de leurs lettres et la découverte d'une belle amitié. Merci à elles deux. Un livre à découvrir et à offrir.
Commenter  J’apprécie          100
julienraynaud
  02 décembre 2015
Une lecture très agréable, que l'on ne peut que conseiller. Vive le style épistolaire !
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24
  01 juin 2013
Nina Vidrovitch est peintre. Annie Duperey, comédienne et écrivain. c'est en 1993, qu'elles débutent une amitié et cette correspondance...
elles se confient, se racontent... partagent leurs réflexions sur leur art réciproque, la façon dont elles le pratiquent. Dans leur quotidien, les plantes, les fleurs, les animaux tiennent une grand place. Il y a aussi les enfants, la famille, les hommes...
Une correspondance très toniques entre deux amies, amoureuses de la vie et de leurs congénères, avides , authentiques par leurs exigences, leur indépendance....leurs passions, leurs coups de gueule...
Une correspondance lumineuse et réconfortante, entre deux amies, artistes, qui s'écoutent, dialoguent et se respectent...Un vrai bonheur
Commenter  J’apprécie          33
Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
milamiragemilamirage   09 novembre 2011
Je suis de celle qui rêveront toujours de sauver les liens, de sauvegarder ce qui peut l'être, de conjuguer. Et je me sens coupable de beaucoup de choses sauf de celle-là. Je ne considère pas comme une faiblesse ce reste d'attachement, cette continuité de conversation malgré les ruptures ou l'éloignement avec les lieux ou les gens qui ont été importants dans ma vie. Parfois, oui, il y a vraiment cassure, oubli. Ça se fait tout seul, c'est naturel. Ça sort de ta vie, c'est tout. Et certains lieux, aussi, sont quittés de la même manière.
Mais l'homme avec qui j'ai vécu pendant quinze ans, qui m'a fait deux enfants, ne ferait pas définitivement partie de ma vie ? Allons donc! Rayer, ce serait comme me nier moi-même. Nier que ceci (aujourd'hui) découle de cela (hier). C'est totalement idiot. J'ai l'impression qu'il est important pour mon équilibre et mon progrès dans " aujourd'hui " de continuer à avoir un rapport, à faire le point sur " hier ". C'était moi, aussi.
Je ne sais pas comment se débrouillent ceux qui " rayent ".
(Anny Duperey)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
milamiragemilamirage   09 novembre 2011
Quand, dans une famille, il y a eu un traumatisme important, très violent, très douloureux, et NON DIT, un crime non payé en quelque sorte, ce sont toujours les générations à suivre qui en paient le prix sans le savoir. Car, pour ces affects si forts, le temps n'existe pas et nous ne sommes pas cloisonnés dans nos petites dizaines d'années de vie personnelle, mais nous "résonnons", nous vibrons encore, à ce qui a fait notre histoire (à ce qui nous a fait -nous affecte-, même si c'est apparemment lointain) et même (surtout?) si cette histoire nous est inconnue. Nous sommes ainsi "vécus" par un sentiment de culpabilité qui dépasse largement les raisons du tourment de notre vie actuelle sans savoir d'où cela vient et sans pouvoir résoudre le problème -et pour cause, il est antérieur et inconnu.
Freud avait remarqué que bien des jeunes criminels étaient coupables, non pas après leur crime mais avant. Et que ceci étant pour eux insupportable, ils avaient trouvé le moyen d'enfin "payer pour quelque chose" sans savoir de quoi ils étaient coupables, parfois avec un véritable soulagement.
Comment cela "passe"-t-il les générations? -c'est une autre histoire, me dit-il... Mais pourquoi admettrait-on que l'on puisse transmettre des caractéristiques physiques dans les gènes pendant des générations et qu'il n'en soit rien pour le mental, les sentiments, les traumatismes qui ont marqué une vie?
(Anny Duperey)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
milamiragemilamirage   05 novembre 2011
[lors du décès de Jean-Louis Barrault, sa succession est mise aux enchères]
Ce n'est que dans un deuxième temps que m'apparut cette chose insensée : on vendait aux enchères une de mes lettres , écrite de ma main, et adressée par moi à Jean-Louis. Un inconnu allait acheter cette poignée de mots, tracés en toute confiance et intimité pour un destinataire qui n'était pas lui, et en devenir propriétaire !
[.......]
Quelle étrange chose de savoir une de ses propres lettres détournée ainsi, achetée et lue par un quidam.
Toutefois, je me connaissais : je savais d'ores et déjà que je ne ferais rien pour la récupérer. Je ne me rendrais pas à la salle des ventes, je n'appellerais même pas pour me renseigner et savoir à qui elle appartiendrait. J'ai toujours été ainsi. Lorsque quelque chose me choque intimement, ou que je me sens attaquée, je n'ai aucun courage, aucune énergie pour me défendre. Une sorte de paralysie intérieure - on peut l'appeler aussi "pusillanimité", "paresse", "lâcheté" - me saisit, et je ne fais... RIEN.
[.......]
Le principe de la chose me laissa grandement troublée, et j'appelai un ami avocat pour lui demander ce qu'il en pensait. J'appris alors que toute lettre envoyée volontairement à quelqu'un, c'est-à-dire donnée de votre propre chef, appartient légitimement au destinataire, à lui et, légalement, à ses héritiers.
(Anny Duperey)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
milamiragemilamirage   14 novembre 2011
Je reconnais, je vois, que vous êtes effectivement victimes d'une sorte de sexisme ambiant à l'égard du père. Il faut prouver toujours et encore votre innocence, comme si vous étiez présumés coupables d'on ne sait quelle faute originelle ou plutôt si, on le sait : vous êtes victimes d'un contrecoup imbécile de la libération des femmes, si utile par ailleurs. Il fallait bien que les femmes acquièrent un vrai statut social, et les mères une protection, elles qui ont été si longtemps écrasées. Mais doit-on pour autant écraser maintenant le père?!
(Anny Duperey)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
milamiragemilamirage   11 novembre 2011
[A propos de la façon dont la justice intervient dans les divorces dont l'enfant est pris en otage entre ses deux parents]
De même qu'on peut dire ironiquement de la médecine qu'elle s'occupe de la maladie mais pas de la santé, j'ai l'impression qu'on peut dire souvent de la justice qu'elle s'occupe de la guerre mais pas de la paix! Avec ses lenteurs, ses tracasseries, ses atermoiements possibles, elle fait le jeu de celui qui ne veut pas que les choses s'arrangent. Le temps passe, passe... Et les enfants grandissent... véritable torture.
(Anny Duperey)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Anny Duperey (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anny Duperey
Rencontre avec Anny Duperey à la librairie la Galerne du Havre, pour la parution de "Les photos d'Anny".
autres livres classés : epistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
482 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre