AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277117978
Éditeur : J'ai Lu (30/11/-1)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Premier roman de l'actrice et véritable coup de maître puisque l'ouvrage est remarqué par la très select Académie française. Il faudra cependant attendre dix longues années suite à la parution de cet ouvrage avant d'avoir le plaisir de retrouver Anny Duperey en tant qu'auteure.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
maudpas10
  15 février 2015
Anne est une jeune femme qui, depuis toujours, a choisi de croquer la vie à pleines dents, sans jamais se poser de questions.
Telle une ogresse, elle s'est nourrie du regard des autres, a compris très vite qu'il suffisait de sourire et d'être gaie pour attirer l'attention et ça a marché.
En conquérante, elle a vite quitté sa ville natale, ses parents et sa cadette et a trouvé un métier passionnant à Paris.
Ses parents n'ont pas le téléphone et leur écrire lui pèse, du coup, elle ne donne de ses nouvelles que rarement et a quasiment oublié sa soeur, de 9 ans plus jeune qu'elle.
Belle, grande, sure d'elle, elle a des amants, puis un amant qui devient presque son compagnon sauf qu'entre eux, il n'est jamais question de sentiments, il est là, ça lui va bien, elle ne se pose pas de question et n'envisage guère qu'il s'en pose davantage, pas question qu'il laisse trainer des affaires chez elle.
Lui, sous son emprise, n'ose pas se poser de questions non plus, l'aime-t' il, vraiment? Il ne sait pas trop non plus....
Un couple d'amis masculins et homosexuels, joyeux compagnons de fêtes, les accompagnent dans leurs soirées, bref, une vie légère, joyeuse, loin des contraintes et des soucis.
Anne n'est pas une femme méchante, c'est pire, elle est indifférente!
Les autres ne l'intéressent pas, elle ne pose pas de questions, pas par discrétion mais par désintérêt.
On connaît tous ce genre de personnes qui, lorsqu'il se passe quelque chose, vous disent "Ah? bon, je n'étais pas au courant, tu as un mari (un enfant? Une mère malade? ) etc.." je ne savais pas....évidemment, elle ne font jamais que parler d'elles!
Ce ne sont pas des personnes discrètes, qu'on ne s'y trompe pas, ce sont des égoïstes qui prennent les autres pour des sacs poubelles dans lesquels elles peuvent vider toute leur hargne sur les autres, car en général, elles aiment aussi se plaindre, souvent....
Enfin, je m'égare!
C'est un jour comme les autres que tout à coup, sa soeur débarque chez elle, sans un sou, sans avoir prévenu qui que ce soit.

Claude est tout l'opposé d'Anne
C'est une jeune fille terne, effacée, mutique, presque autiste, on la pose dans un coin (sur son fameux pouf), elle n'en bouge pas.
Au départ, Anne n'y prête pas garde et puis, commence à vouloir se débarasser de ce fardeau un peu pesant, de cette ombre qui ne fait rien sinon l'attendre et rester dans son coin, sans objectif, sans volonté.
Elle essaie de lui trouver du travail, en vain, Claude est une phobique sociale, tout lui fait peur.
Au départ, je m'agaçais, j'avais envie de la bousculer, je comprenais Anne, je me disais que j'aurais du mal à assumer un tel fardeau.
Mais tout n'est pas si simple, évidemment.
Et au fil des pages, on se rend compte que Anne, la belle, la brillante, se sert de sa soeur comme d'un repoussoir, se plait à devenir encore plus brillante, encore plus désirable, afin de rendre sa cadette encore un peu plus terne, elle l'écrase, la dévore , se nourrie de son admiration.
Pierre, son amant, se rend compte de ce qui se passe et perd peu à peu le sentiment d'admiration qu'il avait pour sa séduisante maitresse.
S'il n'aime pas Claude, dont la présence le met mal à l'aise, il se rend compte que Anne, est en fait une sorte de monstre, enfermée dans son égocentrisme, et qu'elle a besoin de d'écraser sa soeur pour mieux exister.
Je ne vais pas dire que j'ai aimé tous ces personnages, mais je comprenais très bien quel processus était employé par l'ainée pour mieux vampiriser sa cadette, qu'elle considérait au fond comme un personnage secondaire, juste là pour lui permettre de briller encore et encore.
Et puis, au milieu de tout cela, il y aura la chute, la fin tragique, qu'on pressentait mais sans vraiment l'imaginer, tout ces masques qui vont tomber, les amitiés qui se briseront, sa fausse relation amoureuse avec Pierre....
Au final, tout laisse à supposer que cette femme, Anne, deviendra enfin humaine:
"Elle ne pensa pas une seconde à mourir non plus. Elle vivrait. Les autres trouveront peut-être qu'elle est toujours la même, pour elle tout sera différent, comme si elle avait changé de pays. Et sans doute leur envierait-elle cette chose aveugle et légère : la gaieté.
On plonge parfois dans des eaux dont on ne pourra jamais se laver. Il vous ne reste pour toujours une petite flaque au fond des yeux".
Ce roman, je l'ai lu au 3/4 dans la salle d'attente j'ai achevé sa lecture le soir même.
J'ai parfois trouvé que certains passages étaient un peu superflus, un peu démodés, j'aurais aimé également que l'auteur s'arrête un peu sur l'enfance de ces deux soeurs, nous explique comment l'ainée avait ôté toute substance à sa petite soeur, aidée peut -être en cela par des parents fiers de la réussite de la première.
J'aurais aimé également en savoir un peu plus sur cette gamine fragile, à quel moment l'image de sa soeur ainée l'avait empêchée d'avancer.....
Néanmoins, Anny Duperey connait bien l'âme humaine et ses abîmes, une fois de plus, elle ne m'a pas déçue!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ael
  10 mars 2011
Bouleversant ! Anny Duperey nous emmène dans la spirale dérangeante de la relation à l'autre. L'autre : notre public ? notre béquille ? notre miroir ? notre admiroir ... L'écriture est posée, presque lente comme l'est notre intérieur profond, changeant imperceptiblement face aux actes de l'autre. "L'admiroir" est écrit dans la même veine que "le nez de Mazarin", avec ses métaphores très justement décrites pour mieux nous installer un décor quasiment psychologique.
Lien : http://les-mots-sillons.fr
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
gerard-lepapygerard-lepapy   26 mai 2019
Dans la rue, Anne reprit sa démarche souple et déliée.
Elle savait très bien que, en une heure, elle venait de gâcher toutes ses chances de modifier la situation, mais elle se sentait si légère, délivrée de son malaise, qu'elle ne regrettait rien.
Sur le chemin vers l'atelier, elle se fit de nouveau une douce philosophie et, quand elle arriva au travail, elle était en pleine forme.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Anny Duperey (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anny Duperey
Rencontre avec Anny Duperey à la librairie la Galerne du Havre, pour la parution de "Les photos d'Anny".
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2142 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre