AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757830457
Éditeur : Points (15/11/2012)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Anny Duperey possède depuis de nombreuses années une propriété en Creuse où elle cultive fleurs et légumes et où elle a installé un poulailler. Enfant, chez sa grand-mère où elle a grandi après la mort de ses parents, les animaux familiers, chats et poules, vivaient dans la maison. On sait l’amour qu’Anny a gardé pour les chats. Son intérêt pour les bêtes de basse-cour, pigeons, canards, paons et surtout poules, est devenu, à force d’observations, presque aussi gran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Cacha
  22 février 2018
Même si ce n'est pas celui que j'ai le plus appréciée de l'autrice, ce livre, plein d'humour envers elle-même et ses débuts hésitants et perfectibles dans l'apprentissage de l'élevage avicole, m'a appris beaucoup sur mes animaux préférés - avec les chats.
L'actrice-autrice, ayant acquis depuis plusieurs années une résidence secondaire dans la campagne française profonde - à savoir la Creuse qui porte bien son nom dit-elle - s'entoure donc de bêtes à plumes qui finissent par cohabiter à peu près harmonieusement avec ses bêtes à poils.
Ce livre, qui pourrait paraître rébarbatif dans sa technicité, ne l'est absolument pas.
Et Anny Duperey découvre peu à peu que ses choix ne sont pas le fruit du hasard mais qu'ils sont liés à son enfance marquée par la perte brutale de ses parents et son éducation par d'autres membres de sa famille. Ce récit léger de prime abord prend alors une dimension plus grave et profonde.
Commenter  J’apprécie          190
saphoo
  31 mai 2017
Le livre est à l'image de son auteure, beaucoup de naturel, de simplicité et d'authenticité. Une plume très agréable que j'avais déjà eu l'occasion de croiser dans d'autres ouvrages.
Présentement, elle nous livre les secrets de son élevage de volatiles, et plus particulièrement les gallinacées, les paons avec le fameux Léon.
Pour ceux qui veulent se mettre à la mode des poulaillers, vous ferez bien de lire ce livre fort instructif en la matière. Pourtant, ici d'une famille campagnarde, j'en ai appris des choses sur ces belle poulettes. Dans ce récit, beaucoup d'apriori levés, pour cette gente hélas trop méconnue voire méprisée.
Le règne animal ici est respecté, et l'auteure nous expose son point de vue quant au fameux dilemme de manger sa volaille. Son raisonnement m'a paru sensé et juste même si tout le monde n'adhère pas, mais à choisir comme elle écrit, mieux vaut manger ses bêtes qui ont été bien traitées et soignées plutôt qu'une bête dont on ne connait rien qui a souffert et bourré de médocs.
Dans tous les cas, j'ai passé un bon moment dans la creuse, en compagnie de cette joyeuse compagnie et j'ai aussi apprécié la personne De Robert qui me fait trop penser à mon oncle qui était du même acabit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
keisha
  13 février 2013
Cette fois pas d'anglo-saxon relatant ses aventures en terre lointaine (Bryson, Durrell et Cook) face à face avec des bestioles exotiques, mais une française et des poules, le tout au fin fond de la Creuse. C'est dire! Il y aura bien quelques paons, mais en seconds rôles.
Avec humour et sensibilité, Anny Duperey nous apprend tout (ou presque) sur l'élevage des poules, ou plutôt elle nous raconte son apprentissage. (Saviez-vous que La Poste peut faire acheminer des animaux vivants? Que certaines poules ne savent plus couver?)
C'est absolument un vrai bonheur de la suivre pas à pas! Surtout qu'il n'y a pas que cela, elle sait aussi faire part de remarques de bon sens et gentiment philosopher grâce à ses pensionnaires à plume. L'émotion point lorsqu'elle aborde avec pudeur la mort prématurée de ses parents et ses conséquences; son amour des poules avait des racines plongeant dans l'enfance, on le découvrira.
Sans cathulu j'aurais oublié de lire ce chouette livre, et je n'aurais pas fait connaissance avec Robert, le sage voisin d'Anny Duperey. Allez, lisez ce livre, il vous fera du bien!

Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
marlene50
  29 décembre 2015
Petit livre sans prétention mais instructif sur toute la gent "d'emplumés" de nos poulaillers et d'agrément tels les paons, pigeons et autres canards. On y apprend plein de choses le tout dit avec un certain humour parfois et la gentillesse et la simplicité qui caractérise l'écriture de cet auteur.
On se sent bien dans sa Creuse d'adoption loin de l'agitation du monde ; avec des descriptions très poétiques de la nature avec laquelle on se sent en communion. Tout est harmonie entre l'homme, les animaux et l'environnement.
Commenter  J’apprécie          90
mimipinson
  18 juillet 2012
Anny Duperey aime sincèrement les animaux ; elle l'a déjà prouvé dans les chats de hasard, livre qui à l'époque m'avait parlé, tant j'ai d'affinité avec les chats.
Ici, il sera plus question de poules canards, oies, et autres animaux à plumes dont elle s'est prise de passion il y quelques années. Loin d'être un catalogue de conseils divers et variés, ce livre, plein d'humour, et de bon sens, donne l'occasion à cette comédienne qui me semble-t-il a gardé ses deux pieds sur terre, d'aller plus loin sur l'origine de passions animalières. Sans faire de redites sur ce qui bouleversa son enfance, et qu'elle a confié dans le voile noir (qu'un jour je me déciderai à lire d'ailleurs), elle tente d'expliquer son envie bien ancrée d'élever toute sorte d'animaux à plumes.
Mine d'or pour qui n'est pas rompu avec les us et coutumes des gallinacées, ce livre est aussi un véritable plaidoyer raisonné, au-delà de toutes prises de positions excessives, pour la cause animale, quelle qu'elle soit, et un retour au bon sens paysan d'autrefois qui nous fait tant défaut de nos jours. Ainsi, vous apprendrez pourquoi les poules ne savent plus couver, que chats et volatiles ne font pas forcément mauvais ménage.
Je me suis amusée de bon nombre de situations cocasses qu'Anny Duperey raconte avec le plus grand naturel, sans snobisme.
Cette lecture ravira celles et ceux qui aiment les animaux, et qui tout en restant dans le bon goût, ont envie d'une lecture détente calée entre d'autres plus sérieuses.

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   04 décembre 2012
La poule a simplement son intelligence de poule, son sûr instinct animal – dont nous sommes souvent dépourvus, pervertis par trop de civilisation –, et sait tout ce qu’il faut savoir pour bien vivre une vie de poule : choisir ses nourritures en évitant ce qui pourrait l’empoisonner, faire un nid, des petits, les élever en les éduquant, nettoyer ses plumes et se débarrasser de ses parasites en se roulant dans la poussière, boire de préférence dans une onde courante pour éviter les microbes d’une eau croupie, etc. Il se forme au sein d’un poulailler une véritable vie sociale, où chacun a son rôle et sait maintenir une paix commune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 décembre 2012
L’expression populaire « Va te faire cuire un œuf ! » ne devrait pas exprimer rejet et mépris, mais être au contraire une marque de bienveillance – quoi de plus beau, de meilleur que de se faire cuire un œuf et de le déguster !
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   04 décembre 2012
Ils furent, pendant une dizaine d’années, la seule présence animale apportée par moi dans ce jardin. J’admirais leur aisance à passer du dedans au dehors, habitant indifféremment l’un et l’autre avec autant de grâce. Ils étaient le lien entre nous et la nature, le trait d’union entre le sauvage et le civilisé, indispensables à l’harmonie de la vie dans cette campagne.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 décembre 2012
On devrait être rempli d’admiration et de respect lorsque l’on mange un œuf. Il est source de vie, et cette expression est rigoureusement exacte en ce qui le concerne puisque de cet objet clos à la forme parfaite peut sortir, s’il est fécondé et avec la seule aide d’un peu de chaleur, un être vivant complet. Il est rempli de vie, il est la vie à lui tout seul.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 décembre 2012
Tout animal sur terre nanti de poils ou de plumes – même d’un système pileux réduit, comme le nôtre – est attaqué par divers parasites : poux, puces, gales et vers en tout genre en ce qui concerne l’appareil digestif. Laisser ces parasites proliférer sur un être vivant, c’est la porte ouverte à infections et maladies pour cause d’affaiblissement.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anny Duperey (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anny Duperey
Rencontre avec Anny Duperey à la librairie la Galerne du Havre, pour la parution de "Les photos d'Anny".
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
750 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..