AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 274991616X
Éditeur : Michel Lafon (19/04/2012)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 104 notes)
Résumé :
Encensé par ses admirateurs, critiqué par beaucoup de magistrats, la «Bête noire» des prétoires s’explique pour la première fois.

Non, il n’est pas fasciné par le mal, mais il défend autant la présomption d’innocence que le droit – pour les criminels de tout bord – à une juste peine qui ne varie pas du simple au double d’une cour d’assises à l’autre. Non, il n’est pas l’ennemi des magistrats, mais il s’interroge sur l’absence de la notion d’humanité d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
claudine42
  15 janvier 2015
Eric Dupond-Moretti est un avocat pénaliste français de plus en plus connu. Il détonne un peu dans le monde des avocats, même des pénalistes, par son franc-parler.
Chaque époque a ses pénalistes célèbres. Depuis la fin de la peine de mort en France, ils font moins l'actualité mais Me Dupond-Moretti est avec Me Metzner et quelques autres une vedette du droit pénal en France,
Avec le chroniqueur judiciaire du Figaro, Stéphane Durand-Soufflant, il nous donne aujourd'hui un livre d'entretien en 13 petits chapitres, de 249 pages. le livre est imprimé en gros caractères et on le lit très facilement, d'une traite ou deux.
Dupond-Moretti ne se prend pas au sérieux. C'est une de ses forces. le livre lui-même fait preuve d'autodérision, déjà à travers son titre, Bête noire, avec en arrière-plan sur la couverture la photo en robe noire d'un avocat décidé. Bête noire de certains magistrats, il l'est assurément. L'un d'entre eux a même voulu le faire poursuivre pour une affaire d'usage de stupéfiants qui s'est révélée totalement infondée. L'avocat a beaucoup d'acquittements à son actif, au point d'avoir récolté le surnom d'"acquittador", et donc beaucoup de mécontents dans l'appareil judiciaire. le sous-titre "Condamné à plaider" est dans le même registre d'autodérision.
Avocat depuis 30 ans, Me Dupond-Moretti est partisan non pas d'une défense de rupture à la Vergès, mais d'une défense musclée à l'intérieur du système. Il ne craint pas d'affronter les magistrats si nécessaire.
Il évoque son travail, les rapports avec les clients, bien qu'il n'aime pas ce qualificatif, prévenus ou accusés, le plus souvent, victimes parfois, ainsi que quelques tactiques et stratégies procédurales.
On y apprend beaucoup sur la façon dont se prennent les décisions, sur le rôle primordial du Président de la cour d'assises, à même d'influencer le verdict dans la quasi-totalité des cas et sur quelques grands procès, dont Outreau, un des plus grands scandales judiciaires de notre pays, dont on n'a toujours pas tiré les conséquences.
Lecture intéressante sur un univers trop méconnu .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
patachinha
  24 juillet 2012
C'était une lecture passionnante à bien des égards. Eric Dupond-Moretti nous ouvre les portes de sa profession et particulièrement celle des avocats pénalistes.

Il critique de façon assez comique parfois certains abus de la justice, notamment aux assises concernant le rôle prépondérant du Président de Cour d'assises dans le déroulement du procès, celui encore plus fort du parquet, la frontière très diffuse entre la magistrature debout et assise avec toutes les connivences qu'il nous expose, exemples concrets et vécus à l'appui et enfin le poids mineur des jurés dans la sentence finale.

J'ai trouvé ses propos virulents à outrance, mais il est passionnant, n'est pas un brillant avocat qui veut… Quand à sa profession et le fait qu'il est parfois critiqué sur le fait qu'il défend plus les accusés que les victimes, il a une phrase admirable que je trouve résumer parfaitement sa philosophie : « Je peux défendre un négationniste, mais en aucun cas le négationnisme ».

Décortiquer toute la procédure pour retrouver d'éventuels vices de fond ou de forme, dénoncer les procès instruits uniquement à charge, revendiquer l'humanité de celui qui a commis l'irréparable, tenter de convaincre de l'innocence de son client lorsque celle-ci est plausible ou simplement obtenir une peine proportionnelle et juste aux faits reprochés, voilà le quotidien d'un pénaliste qui se déchausse de son jugement moral pour défendre uniquement sur le terrain du droit un client qui demande de le défendre.


L'opinion publique a facilement plus d'attachement pour la victime c'est un fait.
Le procès est parfois l'occasion pour la victime de faire son deuil, la condamnation à la peine maximale exigée par les parties civiles peut se comprendre d'un point de vue moral mais le procès ne doit pas servir comme forme de consolation pour la victime.
Le procès doit être entendu comme le moyen pour la société dans son ensemble de condamner le cas échéant à une peine juste, toujours en ayant à l'esprit le respect scrupuleux des droits de la personne mise en cause.

Je trouve cependant qu'il nous livre à travers son livre un certain nombre de préjugés qu'il a lui-même sur le procès, ou du moins qu‘il veut nous faire acquérir. Dans l'avant-propos il nous interpelle : « Observez le président quand il pose ses questions, devinez qui l'agace le plus : l'accusé, l'avocat qui le défend ou l'avocat général qui l'accuse? Prêtez attention aux arguments de ce dernier, chargé de prouver la culpabilité de l'homme du box:  Est-il convaincant? Fait-il des efforts pour l‘être ?…».
Pour moi il part du postulat que le Président ne fait pas son travail de façon neutre, que l'avocat de la défense agace forcément, et que l'avocat général n'a pas de grands efforts à fournir pour convaincre de la culpabilité…

Personnellement je trouve un peu malsain cette façon de nous exposer son point de vue, bien des sous-entendus en découlent. de mon point de vue lever des soupçons sur toute la profession de magistrat pour orienter dès le départ la vision du lecteur me paraît regrettable, c'est précisément ce qu'il critique avec tant de véhémence quant à la manipulation des jurés qu'il reproduit ici.

Pour le reste je suis parfaitement d'accord avec lui, des abus sont commis et doivent être relevés et dénoncés comme il le fait concrètement à travers divers exemples par la suite, mais à la lecture de ce paragraphe il en fait une telle généralité, surtout dans un avant-propos, cela donne bien évidemment un certain impact…

Son égocentrisme assumé m'a fait bien rire d'autant plus qu'il évoque les effets de manche qu'il ne produit pas évidemment…parce que ça n'impressionne plus les jurés… Pourtant dans la presse régionale on évoquait récemment l'affaire Clélia, les mots durs échangés entre l'avocat général Luc Frémiot et lui en 2011 et à nouveau en 2012. Pour ma part, c'est un spectacle absolument scandaleux, d'un côté comme de l'autre. Oui pour se faire entendre il faut parfois « crier » plus fort mais on n'est pas à la foire, ce ne sont pas des poissonniers à ce que je sache et la justice doit se faire dans un climat serein! La victime et même l'accusé méritent mieux tout de même.

Et puis j'ai particulièrement apprécié cette note finale d'un article de la Voix du Nord en date du 24/05/2012 relatant les paroles de Maître Dupond-Moretti à l'égard des jurés.
[Alors, sa colère retombe. Sa voix se fait solennelle. Chaude. Grave. « Si vous avez la certitude, la main à couper et la tête sur le billot que c'est lui, alors allez-y. Mais si vous avez un doute… » Il dit encore que « ce n'est pas déshonorant de dire que vous ne savez pas », se retourne vers le gamin de vingt-quatre ans qui est maintenant ratatiné dans le box et supplie… « Ne vous trompez pas. Surtout, ne vous trompez pas… »]

C'est son métier, c'est son gagne-pain après tout, un mélange habile d'intelligence, d'insolence, et de savante manipulation des mots et des acteurs du procès malgré ce qu'il peut en dire… La ruse verbale est édifiante.

«Acquittator» c'est bien une expression stupide comme il l'évoque, il n'en demeure pas moins qu'elle a le mérite de le mettre en valeur, peu peuvent se targuer d'avoir de si bons résultats, d'être autant adulés que détestés par ses confrères, par le monde judiciaire dans son ensemble, les médias et l'opinion publique. Un tel talent méritait bien un surnom hors du commun…
 
 
 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Popotte
  01 octobre 2019
J'étais assez fascinée par le franc parler et l'éloquence de Maître Dupont-Moretti, mais j'avais beaucoup de difficultés à comprendre comment un homme pouvait vouloir aussi fortement défendre des criminels reconnus. Et c'est là que l'on voit que cet avocat est doué, car après la lecture de son livre, je comprends parfaitement que c'est avant tout un devoir de justice. J'ai appris beaucoup avec ce livre, sur la justice, sur l'Homme, sur la misère, les émotions... Les auteurs ont su soulever de nombreuses incohérences dans notre système judiciaire français, mais ils ont également su vulgariser pour le tout venant la complexité de ce milieu. J'ai trouvé dans ce récit une volonté de défendre des droits fondamentaux, l'égalité pour tous et surtout le droit à la justice. Un livre que je recommande fortement.
Commenter  J’apprécie          255
cricri2025
  11 mars 2013
Domaine oblige, c'est un livre que je me devais de lire.
J'avais peur d'être déçu car tout le monde connaît cet avocat médiatisé (hyper-médiatisé ?), donc je craignais que les révélations fassent flop...
A vrai dire, je lisais ce roman seulement pour connaitre les différentes visions et définitions que ce ténor donne de la justice.
Je voulais savoir comment il la percevait, et surtout apprendre de ces arguments (pour pouvoir un jour les ressortir, qui à dit çà ?)
"La question qu'on me pose régulièrement -" Mais comment pouvez-vous donc défendre un assassin?" - n'a aucun sens. Primo : nous autres pénalistes, ne faisons pas de morale, mais du droit; reprocherait-on, par exemple, à un chirurgien d'opérer un malade du foie pour lui sauver la vie, au motif que s'il est mourant c'est parce qu'il buvait de trop? Pour l'avocat, c'est la même logique: sa robe est au service de celui qui la demande, à condition qu'il ne me demande pas de plaider une absurdité. Secundo: beaucoup d'accusés reconnaissent avoir commis le crime dont ils répondent, il ne s'agit pas d'entonner le grand air de l'acquittement en dépit du bon sens. Tertio: Si personne ne défend les assassins, il n' a plus de justice, seulement une vengeance légale."
"Les innocents se défendent souvent plus mal que les coupables. D'abord parce que les coupables ont une longueur d'avance: ils connaissent la réalité des faits et, dès lors, sont potentiellement capables de la contourner ou de la dissimuler. L'innocent, qui se sait injustement renvoyé devant les assises, sent que le moindre mot, le moindre clignement d'yeux peut être interprété à son détriment. La peur de l'innocent est plus grande que celle du coupable."
"Je peux défendre un révisionniste mais je ne défendrais jamais LE révisionnisme."
Pour lui, incontestablement le système anglo-américain est une inspiration, dans lequel le Parquet est sur le même pied que la Défense, et qui laisse le Jury populaire seul dans sa délibération... pourquoi pas en effet ?
Il faut avouer que certains argument font mouches, même si parfois on se demande où il veut en venir (l'échange de lettres avec le juge le mettant en cause aurait dû être plus bref à mon avis car fait retomber le rythme de lecture)
"Au cours d'un procès, aux assises du Tarn-et-Garonne, à Montauban, je m'accroche avec le président. Celui-ci me dit : "Je suis impartial."
Moi : "Je me trouve très beau."
Le magistrat, bien sûr, est tout interloqué. Je lui explique alors - je l'explique surtout aux jurés - que l'impartialité, c'est comme la beauté : il faut laisser aux autres le soin d'en juger."
Bref je le recommande à ceux qui s'intéressent de près ou de loin à notre système judiciaire !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Deslivresalire
  16 juin 2017
Entre autobiographie et essai, l'avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti (et Stéphane Durand-Souffland) nous relate les turpitudes d'un défenseur de toutes les causes, à travers une liste sans ordre ni chronologie, de certaines de ses affaires, qui nous éclairent sur son état d'esprit et sa vision de la Justice et du rôle de l'avocat.
"Cette interminable attente de la sentence n'est pas un temps comme les autres : c'est un moment suspendu, une parenthèse de mystère durant laquelle se joue le destin d'un être."
Au travers de son regard critique et sans concession, c'est l'organisation d'une cours d'assise qui nous sera expliquée, tout comme les dérives de cette organisation, notamment sur le choix des présidents de cours et des avocats généraux.
Celui qu'on surnommera "acquittator" nous dévoilera ainsi les dessous du corporatisme, sa vision de l'affaire Outreau, des experts psychologiques et aussi des jurés, avec un franc parlé qui a fait sa réputation de Bête Noire de la justice.
J'aime le personnage d'Eric Dupond-Moretti ; sa prestance, son assurance, sa logique et sa force de persuasion.
C'est un homme de tempérament qui est passionné par son métier, dont il ressent la difficulté comme la nécessité et l'importance.
"Les vrais avocats pénalistes ne reconnaissent ni Dieu, ni maître, ils ne rendent de comptes à personne".
Dans ce cadre, il est imprégné de justice et d'égalité, entier en toute circonstance et n'a pas peur de dire ce qu'il pense.
On pourrait néanmoins lui reprocher ce complexe de persécution qui n'est rien moins que le retour de bâton de son franc parlé. Ben oui... quand tu causes comme ça, faut pas t'attendre à c'que ça plaise à tout le monde...
On ressent son amour du métier, celui d'avocat pénaliste, qui l'amène parfois à défendre l'indéfendable, et qui s'oppose à toute forme d'injustice.
Mais au-delà du personnage, ce récit manque un peu de structure. Il s'agit sans doute plus d'une série de mémos griffonnés sur un coin de nappe que d'un texte construit au fil du temps.
On y apprend néanmoins beaucoup sur les aberrations de notre système judiciaire au travers de son regard féroce mais quelque peu narcissique tout de même.
Si on aime le personnage, ce livre se lira sans difficulté et très rapidement... sur un coin de table aussi peut-être...
D'autres avis sur d'autres lectures sur :
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
calerncalern   30 mai 2012
La question qu'on me pose régulièrement -" Mais comment pouvez-vous donc défendre un assassin?" - n'a aucun sens. Primo : nous autres pénalistes, ne faisons pas de morale, mais du droit; reprocherait-on, par exemple, à un chirurgien d'opérer un malade du foie pour lui sauver la vie, au motif que s'il est mourant c'est parce qu'il buvait de trop? Pour l'avocat, c'est la même logique: sa robe est au service de celui qui la demande, à condition qu'il ne me demande pas de plaider une absurdité. Secundo: beaucoup d'accusés reconnaissent avoir commis le crime dont ils répondent, il ne s'agit pas d'entonner le grand air de l'acquittement en dépis du bon sens. Tertio: Si personne ne défend les assassins, il n' a plus de justice, seulement une vengeance légale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
calerncalern   30 mai 2012
Les innocents se défendent souvent plus mal que les coupables. D'abord parce que les coupables ont une longueur d'avance: ils connaisent la réalité des faits et, dès lors, sont potentiellement capables de la contourner ou de la dissimuler. L'innocent, qui se sait injustement renvoyé devant les assises, sent que le moindre mot, le moindre clignement d'yeux peut être interprété à son détriment. La peur de l'innocent est plus grande que celle du coupable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
BigmammyBigmammy   01 juillet 2012
Au cours d'un procès, aux assises du Tarn-et-Garonne, à Montauban, je m'accroche avec le président. Celui-ci me dit : "Je suis impartial."
Moi : "Je me trouve très beau."
Le magistrat, bien sûr, est tout interloqué. Je lui explique alors - je l'explique surtout aux jurés - que l'impartialité, c'est comme la beauté : il faut laisser aux autres le soin d'en juger.
Commenter  J’apprécie          300
claudine42claudine42   29 septembre 2014
Le rapport de forces entre la défense et les juges est, finalement, une affaire de dosage. Il faut trouver la bonne distance, celle qui bénéficiera à l'accusé.
Cela me rappelle la fable des hérissons, racontée jadis par Schopenhauer : A l'arrivée des premiers grands froids, observe le philosophe, ces petites bêtes s'enterrent pour hiberner. Plus elles s'installent les unes près des autres plus elles risquent de se piquer ; mais plus elles s'éloignent, moins elles se réchauffent. Aux assises, c'est la même chose : tout est question de distance, de recul, de respect. Mais la défense ne doit pas hésiter à sortir ses piquants si elle se rend compte qu'on veut l'exclure du nid judiciaire, quitte à passer pour la bête noire du petit monde de la magistrature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BookaddictBookaddict   08 avril 2013
Je comprend qu'on puisse être choqué d'apprendre que tel dealer présumé a été remis en liberté parce q 'un procès-verbal a été mal rédigé ou qu'un magistrat a a oublié de renouveler le mandat de dépôt , mais seule une procédure irréprochable rend la peine sinon juste, du moins justifiée. Du droit, rien que du droit. Parce que, en matière judiciaire, la morale a souvent le visage des évidences trop faciles et les oripeaux de la présomption de culpabilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Eric Dupond-Moretti (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Dupond-Moretti
Olivier Gourmet incarne le ténor du barreau Eric Dupond-Moretti aux côtés de Marine Foïs dans "Une intime conviction". du prétoire à la scène, des planches à la barre, le comédien révélé à l?écran par les frères Dardenne surprend une fois encore dans ses métamorphoses.
Pour en savoir plus : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/olivier-gourmet-sur-ecoute
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : AvocatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
111 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre
.. ..