AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Aline1102


Aline1102
  15 août 2018
Je ne vais pas être objective du tout : j'ai adoré cette lecture !
En même temps, comme on y parle (forcément) d'avocats, de magistrats, de procès,… je ne vois pas comment j'aurais pu ne pas apprécier.
Mais bien plus qu'un roman « pour juristes », Dupond-Moretti nous offre ici une réflexion sur la justice et sur les métiers judiciaires, en particulier sur l'interaction entre deux professions essentielles au système judiciaire : les avocats et les magistrats.
Tensions, rivalités, incompréhensions. C'est un peu ce qui caractérise les relations entre avocats et magistrats, en particulier lors d'un procès médiatisé. Pourtant, ces professionnels ont fait les mêmes études et ont sans doute, à un moment de celles-ci, partagé les mêmes idéaux. Mais, d'après l'auteur, les magistrats ont trop souvent tendance à voir les avocats (et en particulier les pénalistes) comme des fauteurs de trouble qui, en réclamant certains actes d'instruction ou autres, ne font que troubler une audience et retarder un verdict. Pourtant, comme le dit Dupond-Moretti, son rôle est bien de défendre, du mieux qu'il peut (= en utilisant la totalité des manoeuvres qui lui sont offertes par le Code de procédure pénale) ses clients…
En lisant cet ouvrage, je me suis rendue compte d'une chose : même si la justice belge est « malade » (engorgement pathologique des tribunaux et retards conséquents dans le traitement des affaires, manque de personnel et de moyens financiers, palais de justice qui tombent en ruine – à Mons, un « filet » a été ajouté au-dessus de la salle des pas perdus, afin que les justiciables et avocats qui y déambulent ne se prennent pas des morceaux de la décoration du premier étage sur la tête), son mal-être n'est pas aussi grave que celui de la justice française. Les professionnels du droit, qu'ils soient magistrats, avocats, notaires ou huissiers, sont, pour l'immense majorité d'entre eux, courtois les uns avec les autres (c'est d'ailleurs une obligation déontologique entre avocats). Il n'y a pas autant de rivalité entre magistrats et avocats et, surtout, pas de connivence entre le parquet et le siège : chacun fait son boulot de façon indépendante, en respectant ses confrères/consoeurs. La situation belge n'est donc pas si désespérée !
Dupond-Moretti fustige l'ENM (Ecole nationale de la magistrature) : d'après lui, si avocats et magistrats étaient formés ensemble et si les magistrats passaient par le barreau avant de devenir juges, ils comprendraient mieux le boulot d'avocat et verraient d'un meilleur oeil ceux qui se présentent dans leur salle d'audience. J'ai tendance à lui donner raison car (même si je ne connais rien de l'ENM) en Belgique, de nombreux magistrats passent d'abord par le barreau avant de devenir magistrats (il faut d'ailleurs accumuler plusieurs années d'expérience professionnelle juridique et/ou de stage avant de pouvoir devenir magistrat) et mettent donc « la main à la pâte ».
Et même lorsqu'un magistrat ne passe pas par le barreau (on peut très bien, de nos jours, devenir magistrat après avoir été juriste d'entreprise, par exemple), il reste d'abord et avant tout juriste, comme l'avocat : les études de droit sont communes et nous n'avons pas, comme en France, d'ENM ou d'écoles d'avocats. Les deux professions requièrent la réussite de certains examens qui, eux, ne sont bien entendu pas communs, mais il n'en reste pas moins que la base est commune et que l'entente entre ces deux catégories de professions juridiques est bien plus cordiale que ce que dépeint Dupond-Moretti.
Bref, cet ouvrage me laisse très optimiste. Même si la justice belge n'est pas toujours idéale, elle fonctionne, dans l'ensemble, bien mieux que ce que le ténor du barreau français nous décrit ici. Et certains de nos magistrats, qui n'ont pas peur de se mouiller et de critiquer l'exécutif (comme Vincent Macq, Manuela Cadelli ou encore Luc Hénart) feront sûrement encore évoluer les choses…
Commenter  J’apprécie          80



Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (8)voir plus