AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812929901
Éditeur : Editions De Borée (12/07/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
À la fin du XIXe siècle, la jeune Maria est fiancée de force à Jacques, fils de notable, tandis qu'elle est amoureuse de François, berger. Envoyée en pension en attendant le mariage, elle se concentre sur ses études et devient institutrice. Jacques, quant à lui, part sur les chemins de Compostelle et ignore si le destin les réunira.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Sami33
  14 septembre 2018
Je vous emmène faire un tour au XIXème siècle, dans la Lande.

Le père de Maria est un homme ancré dans l'ancien temps. Il a ses idées bien à lui et pour l'en déloger, il faut se lever de bonheur. Il a décidé de marier Maria à un "bon parti" du village. Même si elle n'aime pas cet homme, elle est malgré tout prête à se plier aux désirs de son père. Elle est prête à faire ce mariage de raison, à devenir la parfaite petite épouse, la parfaite petite mère de famille bien sous tout rapport, une parfaite femme des logis.

Mais ça, c'était avant ! C'était avant François qui va venir mettre le bazar dans le coeur et dans la tête de Maria. François est un garçon très gentil et sincère dans ces rapports ; malheureusement, il n'est pas né dans la bonne famille. le père de François est bossu... Si il est bossu c'est qu'il a été touché par une malédiction, pire encore, c'est que la famille a été touché par le diable ! Les idées reçus ont la vie dure et personne ne comprendrait que cette pauvre Maria soit tombée amoureuse de François... Ils sont obligés de vivre leur amour secrètement, dans la peur de se faire surprendre par une personne du village... Et c'est ce qui va se passer et le pire dans cette histoire, c'est que c'est le futur mari de Maria qui va les surprendre...

Lorsque le père de Maria va apprendre que sa fille batifole avec François, ce garçon touché par le mal et sans le sou, il va tout faire pour éloigner sa fille de cet homme. Il est hors de question qu'il laisse sa fille chérie épouser un sans le sou et maudit qui plus est !

François a décidé d'entreprendre un pèlerinage sur les chemins de Compostelle. A l'époque, ces chemins étaient dangereux. Dans le même temps, un prêtre va aider la pauvre Maria à s'émanciper en l'aidant à quitter ce village, d'aller faire ses études ailleurs et de découvrir le monde qui l'entoure, de ses propres yeux.

En commençant ma lecture, j'étais loin de me douter de ce qui allait se passer par la suite ! Alors oui, le mariage arrangé, l'amour impossible, toussa, toussa on le voit venir mais c'est le après qui est important, ce que l'auteur nous montre à travers son roman, que les sentiments sont importants et prévalent sur tout, malgré les obstacles que la vie dressent devant nous, eux.

Avec ce livre, j'avais l'impression de visionner un film de l'époque, dans un petit village où les villageois sont facilement malléables et croyaient à tous : superstitions, croyances populaires, les on-dits sans chercher plus loin. L'auteur ne tombe dans le cliché et n'abuse pas de sa plume pour accentuer la caricature car malgré tout, l'argent à son mot dire surtout pour le père de Maria...

Lorsque les amoureux vont être malheureusement séparés, l'auteur va nous faire découvrir en parallèle la vie dans les pensionnats de jeunes filles avec Maria tandis que François sera sur les chemins de Compostelle où il apprendra beaucoup sur les relations humaines.

Ces personnages qui doivent se battre pour leur amour, pour le droit à s'aimer, contre les préjugés, contre le père qui avait à l'époque, je vous le rappelle le droit sur sa fille, de lui choisir son époux... On a qu'une envie, les aider. le jeune couple est touchant, on a envie de se battre avec eux, de se battre pour eux contre tous ces préjugés, contre ce père qui n'a qu'une pierre à la place du coeur !

La plume de l'auteur est agréable, belle, fluide, émotive. Je dois vous avouer que je n'avais pas fait attention mais ce récit a été écrit par un homme et je dois dire qu'il est très doué dans ce style littéraire. Je ne connaissais pas l'auteur mais ce livre est une belle mise en bouche qui me donne envie de découvrir ses autres ouvrages.

J'ai été moins fan de suivre François sur les chemins de Compostelle, l'auteur s'y attarde le temps nécessaire, juste ce qu'il faut. J'ai préféré découvrir la vie de Maria à la pension, j'ai trouvé ça plus intéressant.

L'auteur a su nous créer des personnages "vrais", qui se posent beaucoup de questions sur la vie, sur ce qui les entoure. C'est un roman agréable, original par son thème, j'ai beaucoup aimé.

En conclusion, ce livre étonnant et orignal est à découvrir !

Lien : https://leslecturesdeladiabl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2018
La solitude n’avait pas que du bon, elle isolait de tout, parfois de soi-même. Il ne promenait que son troupeau dans l’espace de la lande, rien d’autre. Enfin, c’est ce que tous croyaient. Pour beaucoup, un berger n’était qu’un ignorant. Un sauvage sale et miséreux qui ne couchait que dans le foin ou dans la paille. Comment prendre au sérieux ces hommes, debout sur leurs échasses, se calant le dos à un grand bâton en regardant brouter leurs moutons tout en tricotant leur laine noire, cette laine que leur refusaient les marchands et qu’ils gardaient pour eux afin de se faire d’épaisses chaussettes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2018
On attendait le nouveau siècle avec impatience. François avait entendu des conversations chez la Mastroquette. On prévoyait les années 1900 heureuses, fastes, sans guerre. Certains avaient même dit, ils l’avaient lu, que la machine remplacerait l’homme. Beaucoup souriaient à ces affirmations. Mais si tout ça se réalisait, lui, François du bossu, que deviendrait-il ? Sur quel chemin irait-il pour se « retrouver » comme Jean Michaud-Jacquet ? Si son métier de berger disparaissait, qui serait-il ? Qui pourrait l’aimer s’il n’avait rien ? Il regretta presque cette rencontre. Elle lui avait tourné l’esprit. L’avait rendu malheureux.
Ah, si Maria l’aimait, comme tout serait différent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2018
Une âme, c’est comme une flamme. Ça vacille, mais ça finit toujours par repartir d’où ça vient. On ne peut rien contre ça. La loi de la nature se complète avec la loi de Dieu.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2018
Il n’aimait pas trop son gendre, mais bon, la vieillesse l’obligeait à accepter des choses qu’il ne tolérait pas autrefois. Mais le gendre aussi vieillissait, il était devenu plus souple. Et comme Camille, la fille, régentait tout, les deux hommes se laissaient guider, et tous y trouvaient leur compte.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2018
On ne peut pas changer les gens, tu sais,on peut juste leur montrer un chemin,puis leur donner l’envie de l’emprunter.
 
Laurent Gounelle
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : roman du terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
267 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre