AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246400112
Éditeur : Grasset (30/11/-1)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :

Mémorialiste de lui-même, Guy Dupré signe ici un livre inclassable et éblouissant. Sont-ce les archives du siècle ? Des mémoires ? Un récit ? Une auto-fiction ? où il lève le rideau sur le spectacle de sa vie. Né à Fécamp de papa normand et de maman nippone, éprouvant encore les crispations de la faim et les frustrations de la guerre, Guy Dupré, éditeur chez Plon et journaliste &#x... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
dcmky
  09 mai 2019
'Comme un adieu dans une langue oubliée' qui a paru chez Grasset en 2001 est le septième livre de l'écrivain français Guy Dupré ( 1925-2018).
C'est un livre intrigant qui, dans un autre registre, m'a fait penser au ' Je me souviens' de Georges Pérec – les deux auteurs appartiennent d'ailleurs à ces générations d'hommes nés dans l'entre deux-guerres.
Comme l'indique son très beau titre, l'ouvrage tend à nous donner à voir un monde en train de disparaître. Un monde dont Guy Dupré ne veut rien oublier
Dans un effort émouvant, sa phrase, tortueuse, s'adapte aux sauts de la mémoire qui entraîne l'auteur dans une course effrénée de souvenirs en souvenirs. A certains moments, on le sentirait presque s'essouffler, haletant, emporté dans la ronde infernale de ses réminiscences organisées en poupées russes: la figure d'Arletty l'emmène vers celle de Romaine Brooks, qui aussitôt lui évoque Cocteau, car Romaine Brooks a fait poser Cocteau devant la tour Eiffel ( c'est vrai, j'ai vérifié)...
Un beau livre dont j'ai particulièrement apprécié le style souvent étincelant.
Lien : https://lejournaldedoctusmon..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
dcmkydcmky   10 mai 2019
Henri René Lenormand aurait pu être mon grand-père. Il tenait à ses recettes d'alcôve comme à de vrais secrets pour changer la vie. Longtemps familier du marché aux filles du Moulin-Rouge et des maisons publiques d'Alger, il y recherchait la « chair dépouillée jusqu'à l'abstraction des différences, des prestiges et des nuances de la personne ». Mais il savait différencier les horizontales des bêtes à plaisir, les partenaires des complices, les compagnonnes des partenaires. L'homme, quand il est jeune, me disait-il, est toujours trop pressé. L'acte bref, voilà le seul péché qui ne lui sera pas pardonné. Le drame de Don Juan est le drame de l'éjaculateur précoce. Faire durer, tout est là. Et pour faire durer, à votre âge impatient, penser à autre chose. Reconstituer, par exemple, vous qui aimez les guerres et frayez avec les Mangin, les phases de la bataille de Verdun; ou la nomenclature des généraux morts au feu pendant la Grande Guerre, mais là ce serait revenir à l'acte bref... Il préconisait les jeux dans la baignoire et l'empalement dans l'eau. Il évoquait le « constrictor » de certaines femmes qu'on ne trouvait selon lui qu'au Maroc, où, s'asseyant sur les cuisses de l'homme, la femme peut amener l'orgasme sans mouvoir aucune partie de son corps. Une telle artiste est appelée Kabbazah : c'est-à-dire littéralement «qui serre»; fermant et resserrant les muscles du vagin de telle sorte qu'il se moule au membre viril, se dilatant et se comprimant à volonté, pareil à la main de la laitière qui trait la vache. Ceci ne peut s'apprendre que par une longue pratique, et en faisant passer sa volonté dans l'organe même, comme les hommes qui travaillent à s'aiguiser le sens de l'ouïe ou du toucher. C'est ainsi que Weidmann, l'assassin de la forêt de Fontainebleau, employait les longues heures de sa captivité à cultiver ce sens de l'ouïe; il en était arrivé à distinguer des sons que d'autres hommes n'entendaient pas, même confusément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dcmkydcmky   10 mai 2019
Beaucoup mieux en cour avec le temps, pour Armande les années qui nous séparent constituent la litière sur quoi lui paraît devoir s'opérer, à la faveur de son corps bon conducteur des chaleurs perdues, une sorte de passation entre le grand mandarin dont elle fut l'égérie et celui dont elle faisait un mixte de Julien Sorel et d'Henri d'Ofterdingen. Reconstituer la chaîne érotique dont parle Ernst Jünger : deux hommes peuvent avoir dégusté la chair d'une même femme, l'un serait né avant la Révolution française, au XVIIIe siècle, l'autre mort au XXe siècle. Jaloux était né au XIXe siècle, comme Lenormand; le premier sept ans après Sedan; le second onze ans; moi-même venu au monde douze ans avant le second Sedan, je verrais sans doute le XXIe siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dcmkydcmky   09 mai 2019
Dans le nu couché de Foujita censé la représenter, nous tenions pour acquis que l'avait « doublée » sa contemporaine Colette Darfeuil, à qui ses metteurs en scène demandaient de bien vouloir comprimer ses seins généreux dans une bande Velpeau.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Guy Dupré (3) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : autofictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1632 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre