AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782359103809
288 pages
Éditeur : Ankama Editions (10/04/2015)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Florence vit une crise existentielle : elle vient de rompre, se retrouve en garde alternée avec des enfants affreux et son activité d'auteure de BD est au plus bas. À vrai dire, elle n'en peut plus d'elle-même : ennuyeuse, trop gentille, elle se fait marcher dessus par tout le monde. Soudain, en pleine messe, la voilà prise d'une illumination mystique : elle décide d'incarner son ancien personnage de jeu de rôles favori, Cigish Hexorotte, un nain nécromancien, un pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
mfgaultier
  09 août 2015
Voici une BD complètement atypique, au centre de laquelle le jeu est un des maîtres mots. de Florence Dupré la Tour, j'avais apprécié le personnage Capucin qui m'avait sacrément étonnée, aussi lorsque j'ai découvert sa dernière BD en librairie, je n'ai pas hésité à l'acheter, même si je n'y connais pas grand chose en jeu de rôle, lequel jeu est au centre de la BD. L'éditeur Ankama a mis beaucoup de soin dans la présentation de l'objet : un format propice au roman graphique (16,4 x 22,4 cm), une couverture magnifique, un papier très agréable au toucher. Et une BD idéale à lire en vacances vu le nombre de pages (304) et le contenu.
En feuilletant la BD, je découvre que le livre est en fait « une compilation des notes parues sur le blog de l'auteure » (c'est à dire ici mais en regardant de plus près, je vois que les planches ne sont pas exactement celles de l'album, il y a eu des cases retouchées, en tout cas, vous pouvez avoir accès à environ la moitié du livre). Et qui dit blog, dit commentaires : certains figurent donc à la fin des saynètes qui composent les 5 parties dont voici les titres : I : Une réunion de famille / II : Fruits puants du Web / III : Peur sur Cigish / IV: Petits et grands joueurs / V le ventre du net.
Lire des commentaires après quelques planches, c'est un peu troublant au début, puis très vite on attend ces petits textes avec impatience : certains sont tordants, d'autres insultants, sous couvert d'anonymat bien souvent (j'ai apprécié les pseudos loufoques). L'auteur ne se contente pas de citer ces commentaires, elle les intègre dans son récit ! le dispositif reflète bien les dérives du Web (ici piégés dans une BD !), qui sont d'ailleurs une des pistes de réflexion de l'auteure.
Ceci dit, Florence Dupré la Tour est une sacré manipulatrice : en jouant Cigish, le personnage de jeu de rôle qu'elle incarnait avec passion auparavant, elle joue avec nos nerfs, car le dit Cigish est plutôt du type malfaisant. Je dois dire que j'ai été plusieurs fois carrément interdite par les péripéties du livre (comme avec Capucin finalement). J'ai retrouvé la provocation, doublée d'un humour particulier, dans ce livre incroyable qui traite tout à tour et simultanément de l'Internet, de la religion (catholique), du monde de la BD en général (les auteurs, les éditeurs, les critiques, les lecteurs, les vendeurs de dédicaces), à travers la vie d'une jeune femme séparée avec deux enfants…
Les dessins sont particuliers, certains ne semblent pas toujours très bien dessinés tandis que d'autres sont carrément géniaux (encore un signe d'ambivalence de l'auteure, comme si elle hésitait toujours entre le beau et le laid, le bien et le mal) : il suffit de considérer la couverture de la BD pour comprendre qu'elle est capable du meilleur comme du pire ! Une chose étonnante que l'on constate tout au long de la BD, son personnage est presque toujours dessiné avec les grimaces de Cigish, ce nain nécromancien du Mordor, ce qui ne l'avantage pas ! Belle preuve d'auto flagellation…
Pour conclure, Cigish ou le maître du je est un drôle d'album, très original, dans lequel Florence Dupré la Tour ose tout : devenir une autre, sous couvert de jeu de rôle, rejeter une partie de son identité, se couvrir de honte, jouer avec le mal, renaître de ses cendres… Cela pourrait être lassant, puéril, fatiguant, usant. C'est tout cela à la fois et bien plus encore : passionnant, énervant, choquant, amusant, délirant !

Lien : http://blogs.lexpress.fr/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ValentinePumpkins
  19 septembre 2015
Alors là, attention, gros COUP DE COEUR ! Je ne connaissais pas du tout Florence Dupré la Tour et n'avais jamais lu son blog mais j'ai totalement flashé sur ce bouquin quand je l'ai croisé dans une petite libraire spé BD à Montpellier (l'objet en lui-même est vraiment magnifique, du beau papier épais, une couverture agréable au toucher, un titre qui brille). le sujet est un peu obscur et peut nécessiter de connaître un morceau de l'univers du jeu de rôle pour l'appréhender. Toutefois, je n'y connais pas grand chose moi-même (juste quelques savoirs de base, j'ai des relations bizarres ^^) et je crois avoir tout compris ! Il s'agit donc, en plus d'être un recueil de note de blog, d'une autobiographie, l'auteure, en pleine crise existentielle, nous livre ses pensées et son plan machiavélique : elle va devenir Cigish, son personnage de JDR, malfaisant et nain nécromancien de profession, et laisser Florence, la faible, la gentille, de côté.
Les premiers mots qui me sont venus pour décrire ce bouquin (et pour convaincre mon mec de le lire) étaient "génialement what ze fuck", mais comme je conçois que ce n'est pas très littéraire, ni très clair, je vais essayer de développer. Déjà, la forme est très particulière : une alternance entre des chapitres dessinés et des reproductions de commentaires publiés à l'origine sur le blog, on retrouve les trolls et les admirateurs qui font la richesse et la pauvreté du web 2.0. Les commentaires (et donc le lecteur) deviennent partie intégrante de l'histoire, c'est une mise en abîme quasi parfaite.
Cigish tire sur tout ce qui bouge, la religion (l'auteure semble avoir été traumatisée dans son enfance) en prend pour son grade, les défauts du monde de l'édition (Ankama compris) sont mis à nus et moqués, les lecteurs et fans se font presque insulter (mais on aime ça ^^), etc... Vous aurez compris, Florence Dupré la Tour, via son alter ego, n'hésite pas à cracher dans la soupe mais c'est tout à fait hilarant. Je peux comprendre que cette BD ne soit pas facilement accessible mais pour ceux qui s'intéressent au web, à l'édition, qui connaissent un peu les difficultés des auteurs, c'est clairement un must-have. Pour ce qui est du dessin, je l'ai trouvé magnifique par moment et bâclé à d'autre MAIS ça représente parfaitement l'ambivalence, le dédoublement de personnalité de l'auteure et tout ça rajoute à sa psyché borderline (c'est elle qui le dit). Bref, c'est une excellente lecture, qui ne laissera pas indifférent.
Lien : http://merlin-brocoli.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
temps-de-livres
  28 octobre 2015
Florence Dupré la Tour (auteure de bande dessinée) vit une crise existentielle. Sous une impulsion, elle décide de faire revivre son ancien personnage de jeux de rôles : Cigish Hexorotte. Elle va aller plus loin. Cigish vivra à travers elle et son blog…
Je n'aime pas Florence Dupré la Tour. Je n'accroche pas à sa prose, à son graphisme. Il n'y a aucune attaque personnelle, juste une histoire de goût. Quand j'ai vu l'auteure sur la liste des éditions Ankama, je me suis posé des questions. Quand j'ai lu le scénario, je suis devenu curieux. J'ai eu raison.
A travers ces 300 pages, Florence joue avec son lectorat. Toutes les notes de ce blog critiquent sur la vie, l'édition de bande dessinée, la religion, les lecteurs (qu'ils soient collectionneurs ou pas). On pense savoir ou l'auteure va, mais à chaque page nous sommes surpris. Surtout qu'elle va plus loin… Imaginer qu'une compilation des commentaires sont imprimés à la suite des notes. Vous avez bien lu. On peut lire les commentaires et personne ne prend de gants. Si l'anonymat des pseudos permet une certaine barrière, Florence joue encore avec (elle écrit des commentaires pour envenimer la situation).
L'auteure joue son personnage/avec son personnage tout en étant maître du jeu. Les aficionados de jeu de rôle apprécieront, les autres seront initiés en quelques pages. Faut-il y voir une morale ? Ce serait chacun la sienne, puisque le coup de pied donné par Cigish est large.
Pour ma part, j'y vois une critique d'une édition de bande dessinée trop consensuelle, de blogs débordant de gentillesse (oui, on adore tel auteur !) et un lectorat voulant toujours la même chose, sans chercher ailleurs. Florence Dupré est folle parait-il (selon Fabrice Colin), alors qu'elle n'a montré qu'un bout de vérité.
Lien : https://tempsdelivresdotcom...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cha_90
  11 novembre 2016
J'ai emprunté ce livre à la médiathèque, et comme d'habitude, j'ai choisi au pif. Et bien, cette fois, je me suis ennuyée. Mais je suis contente qu'il s'agisse d'un emprunt et non d'un achat... Un blog publié au format papier? Et pourquoi faire? L'autoflagellation pour se rendre intéressante? On a déjà tous assez de mal à garder de l'estime de soi, alors je ne vois pas vraiment l'intérêt de lire ce genre de chose. Mais sinon, les dessins sont sympas, rien à redire.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (4)
Bedeo   02 octobre 2015
Florence Dupré la Tour nous livre ici un OVNI dans le monde de la BD. Entre fiction et réalité, nous ne savons plus quoi en penser.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   16 juillet 2015
Pour les initiés aux jeux de rôles, pour ceux qui aiment les albums bien déjantés très épais, allez y sans vous poser de question !!!
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi   29 juin 2015
Une oeuvre ambitieuse, peut-être sa plus importante jusqu’ici. En tout cas, un des meilleurs livres du premier semestre 2015.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   24 juin 2015
Cigish ou le Maître du Je, ou comment un auteur se torture jusqu'à la folie. Une introspection délirante, puissante et jubilatoire.
Lire la critique sur le site : BDGest

Lire un extrait
autres livres classés : roman graphiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3748 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre