AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702143933
672 pages
Calmann-Lévy (01/02/2013)
4.27/5   183 notes
Résumé :
Novembre 1878, Pyrénées ariégeoises. Un soir d'automne, une jeune fille de dix-neuf ans se rend en grand secret dans une caverne à flanc de montagne. Là, elle met au monde un fils. C'est l'enfant de l'amour, mais aussi du déshonneur, le père ayant quitté le pays et ne donnant plus de nouvelles.
Le cœur brisé, Angélina confie son bébé à une nourrice afin de pouvoir entreprendre des études de sage-femme. Sur les traces de sa mère décédée tragiquement, elle veut... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
4,27

sur 183 notes
5
17 avis
4
9 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

jeunejane
  01 mars 2021

le roman débute en 1878, en Ariège, à Saint-Lizier.
Angélina Loubet accouche seule dans une grotte avec beaucoup de dignité et de savoir-faire.
Et pour cause, elle a assisté plusieurs fois sa mère Adrienne, décédée accidentellement. Elle était sage-femme et très appréciée dans la région.
Elle dépose son nouveau-né chez une nourrice que sa maman connaissait et revient au village comme si de rien n'était. Elle avait réussi à dissimuler sa grossesse sous de larges robes.
Elle nous décrit l'amour qu'elle a connu avec Guilhem Lesage, un fils de riches qui ne la voudront pas comme belle-fille car elle vient d'un milieu aimant mais modeste.
Angélina est protégée par Gersande, une dame du village pour qui elle coud de jolies robes. Néanmoins, la jeune fille veut obtenir son diplôme de sage-femme et doit effectuer des études qui durent un an.
Elle est admise à Toulouse, à l'Hôtel Dieu Saint-Jacques où la discipline se révèle implacable.
le docteur Coste, obstétricien de 40 ans, célibataire, fortuné, remarque sa beauté et ses yeux couleur lavande.
Il tombe amoureux et la demande en mariage. Angélina veut poursuivre son but de devenir sage-femme.
le roman, long de 800 pages est riche en rebondissements, en faits de toutes sortes qui nous font vraiment vivre l'époque avec des personnages authentiques.
Angélina est une jeune femme honnête, aimante avec son enfant et sensuelle. C'est une héroïne très attachante.
Je découvre Marie-Bernadette Dupuy dans ce genre de roman et sa plume est formidable. J'apprécie beaucoup ces récits où l'écriture est tellement belle, les faits tellement intéressants qu'on ne fait jamais de lecture rapide.
J'ai donc pris le temps pour le lire et je commence le deuxième tome.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
latina
  30 juillet 2019
J'ai toujours été intéressée par la naissance, par ce monde où souffrances, angoisses et bonheur intense se mêlent.
J'ai toujours été scandalisée par le mépris que pouvaient témoigner certaines personnes vis-à-vis de cette faculté des femmes à donner la vie.
J'ai toujours été reconnaissante aux sages-femmes qui vouent leur vie à alléger les douleurs et à soutenir les mères.
C'est donc avec grand intérêt que j'ai eu connaissance de ce roman qui relate l'histoire d'une jeune fille, Angélina Loubet, fille de sage-femme à la fin du 19e siècle et voulant faire comme sa maman, décédée peu avant le début de l'histoire. C'est avec une volonté de fer qu'elle suivra sa route, aidée par l'aristocrate Gersande de Besnac et sa domestique Octavie. C'est sans compter sur les hommes qui traverseront cette route…A commencer par celui dont elle est folle amoureuse, le beau Guilhem et dont elle tombera enceinte. Il faut dire que c'est une beauté, cette Angélina, et l'auteure ne se prive pas de le rappeler à chaque page.
Histoire d'amours au pluriel, de meurtres précédés de viols, de naissances aussi, avec force récits d'accouchements, « Angélina, les mains de la vie » est le premier tome d'une histoire de femmes, essentiellement. Les hommes n'y ont pas la part belle, loin s'en faut.
J'ai pris plaisir à suivre les aventures d'Angélina au caractère fort, tout en m'irritant des nombreuses descriptions répétitives de sa beauté, de certaines incohérences de son caractère et du style passe-partout.
Une petite précision : la 4e de couverture n'est pas du tout fiable, au point que je me pose la question si la personne ayant rédigé le résumé a lu le livre !
Roman à lire si vous désirez vous documenter sur la façon de vivre de cette époque, principalement sur la façon de commencer cette vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4612
sarahdu91
  05 novembre 2016
Je viens de faire une belle découverte avec le tome1 d ' Angelina.
Un roman du terroir, une saga qui se déroule dans les Pyrénées, en Ariège à la fin du XIXE siècle.
Angelina notre héroïne, met au monde son propre enfant dans l'intimité d'une grotte et essaye par la suite de s'assurer son avenir en reprenant le flambeau du métier de sa mère défunte, devenir une sage femme, une costosida dans sa région natale.
Elle aura beaucoup de courage et de détermination à cette époque pour affronter les moeurs de la vie régionale, et M.B Dupuy nous décrit très bien les habitudes et principes de vie dans les montagnes Ariègeoises dans les années 1880.
Un vrai moment de plaisir...j'ai hâte de me plonger dans le prochain tome de cette trilogie et de suivre les aventures de cette jeune femme rousse, aux yeux couleur améthyste et au destin plus que prometteur.
Commenter  J’apprécie          195
etohyuta
  12 octobre 2015
Ayant lu les trois tomes a la suite, cette critique vaut donc pour les trois opus, mais pas d'inquiétudes, je ne vous dévoilerais rien.
Que dire d'autre que cette trilogie m'a littéralement transporté. Marie Bernadette DUPUIS nous raconte l'histoire d'Angelina, aspirante sage femme ariégeoise du 19ème siècle. Cette histoire se lis vraiment très vite, malgré le nombre de page de chaque tome (on a bien affaire ici à trois pavés). Elle nous parle de la vie ariégeoise du dix neuvième siècle, du statut de la femme à cette époque dans un contexte ou la morale chrétienne était plus importante que tout, des progrès de la médecine à cette période. Elle nous conte aussi l'histoire d'une famille, d'amitiés, d'amours.
On vois Angélina évoluer, grandir, passer de son statut de jeune fille à celui de femme, prendre confiance en elle tant dans sa vie personnelle que professionnelle. Un vrai symbole du de défense du droit des femmes.
Autant vous dire, j'ai vraiment adoré. Il faut dire aussi que habitant à moins de 10 km de saint Lizier, le village dans lequel se passe l'histoire, je voyais littéralement l'action, ce qui ne gâche rien au plaisir.
lu dans le cadre du challenge variété 2015 : une trilogie
je valide également 3 pavés dans le challenge du même nom
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Galounette
  20 novembre 2015
Que tous ceux qui ont regardé Princesse Sarah ou Heidi avec une larme à l'oeil, lèvent le doigt !
Ceci étant fait, vous voilà prêts à faire la connaissance d'Angelina, une beeeelle jeune femme aux supeeerbes yeux violets (gné ?), pleine de courage et de détermination, gentille, généreuse, douce mais un brin rebelle, charmante jusque dans le péché. Il faut dire que je ne suis habituellement pas fan des romans d'amour. Ou plutôt je les aime mais je trouve rarement une histoire qui ne m'évoque pas un nounours guimauve enrobé de chocolat (une confiserie que, curieusement, je n'affectionne pas).
Ce roman ne déroge pas à ma règle et fleure bon la guimauve à la violette (rapport aux yeux). Angelina tombe amoureuse, se trompe sur les hommes, laisse échapper l'âme soeur pour obéir à la raison, etc etc, mais comme je n'aurais pas survécu à 600 pages de cela, Marie-Bernadette Dupuy avait d'autres tours dans son sac (cousu par Angelina qui a décidément tous les talents).
Le côté thriller tout d'abord, certes un peu convenu, mais qui apporte tout de même un peu de piquant dont l'histoire a bien besoin.
Mais surtout, deux éclairages qui m'ont plu. le premier, la passion d'Angelina, qui se destine à être sage-femme. L'accompagnement de la naissance est un sujet qui me tient particulièrement à coeur, et j'avoue que j'aurais aimé une Angelina à mes côtés pour mes accouchements. En plus d'éléments historiques tout à fait exacts, l'auteure fait passer certains messages appréciables, notamment sur la liberté à disposer de son corps pendant l'accouchement.
Par ailleurs, Angelina, les mains de la vie n'est pas seulement un roman d'amour, mais également un roman historique qui fourmille d'informations et d'anecdotes sur la France du XIXème siècle, et plus particulièrement les Pyrénées ariégeoises. Paysages, relations sociales, condition de la femme, Marie-Bernadette Dupuy nous plonge dans cette vie avec force et intérêt.
Quel dommage que ce tableau soit mêlé d'eau-de-rose, et d'une écriture un peu trop simpliste et redondante, car il ne manque pas d'intérêt.
Mais l'actualité étant ce qu'elle est, un peu de guimauve ne fait pas de mal finalement...
Lien : http://oxybeurresale.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   11 août 2014
- Vous pouvez disposer, Angélina.
Encore une chose, j'ai la fâcheuse tendance à être plus sévère avec celles chez qui je sens d'excellentes capacités.
- J'ai compris, madame Bertin !
- Il y a fort à parier que vous suivrez les traces de votre mère.
Ces paroles ravirent Angélina. Elle se promit de ne pas décevoir la sage-femme en chef, en hommage à Adrienne Loubet, sa chère maman disparue.
Commenter  J’apprécie          170
jeunejanejeunejane   01 mars 2021
Dès que je croise Philippe, je ne cesse d'y penser. Admettons que je devienne sa femme, il va forcément découvrir que ne suis plus vierge...Il ne me pardonnera pas de l'avoir dupé sur mon innocence, et, si je lui dis la vérité avant nos noces, il me rejettera. Un docteur en obstétrique, vous me comprenez, je ne peux pas lui faire avaler des couleuvres...
Commenter  J’apprécie          110
jeunejanejeunejane   01 mars 2021
Gersande de Besnac s'empara à nouveau des mains d'Angélina et les étreignit.
- Dès que j'ai fait ta connaissance, j'ai senti que tu souffrais beaucoup d'avoir perdu tes grands-parents du côté maternel et paternel. Je suis flattée et touchée de pouvoir veiller sur toi. L'épidémie de choléra a endeuillé tout votre pays.
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleilpetitsoleil   11 août 2014
- Rejoignez-moi dans mon bureau à quinze heures.
En fait, une de mes patientes est dans les douleurs depuis hier soir.
Je crains un siège à complications. Et je me refuse à pratiquer des césariennes, car le taux de mortalité demeure effrayant*.
Un de mes confrères a réussi l'opération l'été dernier, mais après combien d'échecs !
Quand vous assistiez votre mère, a-t-elle souvent dû faire face à des naissances par le siège ? Comment procède-t-elle ?
Le docteur Coste semblait sincèrement intéressé. Il guettait sa réponse d'un air impatient.

- Je n'avais pas signalé dans mon dossier le décès prématuré de ma mère, Adrienne Loubet ! avoua la jeune fille. Un terrible accident de calèche, il y a plus de deux ans.
Mais oui, je l'ai vue délivrer des patientes d'un enfant qui se présentait en position de siège complet. Cela ne lui posait pas de problème particulier.
Bien souvent, aussi, elle parvenait, par des manipulations, à faire basculer le bébé avant l'accouchement.
C'était une sage-femme réputée, très habile, douce et rassurante.
Je voudrais être digne d'elle, un jour.

Le médecin ajouta :
- Si votre mère avait des mains comme les vôtres, presque celles d'une enfant de douze ans, je ne m'étonne pas de son adresse ni de ses prouesses. Ce détail a son importance !

*Note de bas de page : De 1787 à 1876, il n'y a eu aucune survivante à une césarienne à Paris, et le roman se déroule trois ans après cette époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
petitsoleilpetitsoleil   11 août 2014
(Extrait présent dans le rabat de l'édition France Loisirs - En début d'ouvrage, en novembre 1878, Angélina, jeune femme qui se destine au métier de sage-femme, a dû cacher sa grossesse et devra cacher son accouchement, qu'elle devra mener seule. Car elle n'est pas mariée, n'a que 19 ans et n'a pas encore prêté serment, elle n'est donc pas censée avoir fréquenté un homme. Ayant perdu sa mère, elle vit seule avec son père cordonnier, dans leur petite maison ariégeoise.)

Au prix de terribles efforts, Angélina avait dissimulé sa grossesse à tous.
Habile couturière, elle s'était confectionné deux tabliers en tissu fleuri, sans ceinture et ne marquant pas la taille. Dès la fin de l'été, la maison étant fraîche, elle avait ajouté à son accoutrement une capeline en lainage qui cachait son ventre peu proéminent.
Mais, les deux derniers mois, elle s'était imposé un vrai supplice en portant un corset et des bandes de tissu qui comprimaient son ventre. Ce fut une réelle délivrance pour elle de se débarrasser de ce carcan pour enfiler une longue chemise blanche à col plissé.
Afin d'être vraiment à son aise, elle natta en une seule tresse sa somptueuse chevelure aux boucles souples d'un roux sombre, chaud et mordoré. C'était sa parure, sa fierté, et elle portait souvent à regret le bonnet de calicot dont se coiffaient les honnêtes femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Marie-Bernadette Dupuy (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Bernadette Dupuy
Extrait du livre audio "Le mystère Soline, T3 : un chalet sous la neige" de Marie-Bernadette Dupuy lu par Florine Orphelin. Parution CD et numérique le 19 janvier 2022.
https://www.audiolib.fr/livre/un-chalet-sous-la-neige-le-mystere-soline-tome-3-9791035406882/
autres livres classés : sages-femmesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Angélina (saga du terroir)

Angélina présente des points communs avec d'autres héroïnes de roman. Quel point commun ne partage-t-elle pas avec Sœur Fidelma ?

De beaux cheveux roux
La couleur de ses yeux
Le sens de la justice
L'indépendance et elle ne craint pas de se déplacer à cheval

15 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Marie-Bernadette DupuyCréer un quiz sur ce livre