AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253162087
696 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (02/11/2012)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 143 notes)
Résumé :


Un soir glacé de l'Épiphanie 1916, dans le village de Val-Jalbert, au Lac-Saint-Jean, une des religieuses du couvent-école découvre un bébé d'un an, niché dans un ballot de fourrures. Les sœurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil viennent alors tout juste de prendre leur fonction d'enseignante, et celles-ci sont bien désemparées devant la fillette abandonnée, peut-être atteinte de la redoutable picote.

Val-Jalbert, bourgade ouvrière édifiée ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
HermantM
  01 octobre 2013
Vous prenez un long voyage en voiture, vous choisissez une histoire enregistrée un peu au hasard et vous voilà embarquée dans un mélo du plus beau style, avec l'histoire d'une "pure et honnête orpheline", dans le cadre sauvage du Québec façon Maria Chapdelaine. L'impression de suivre un de ces feuilletons télévisés "en costumes" qui ont l'irrésistible attrait de nous faire voyager dans le temps sans qu'on leur demande d'être très profonds. Bref, je ne pensais pas que l'on pouvait utiliser avec entrain autant de clichés sentimentaux mais ce fut un sympathique divertissement (même pas honte !), que j'ai repris avec la suite "Le Rossignol de Val-Jalbert" au voyage suivant.
Commenter  J’apprécie          192
Sblly
  23 août 2018
Le paysage est planté, nous sommes en plein hiver dans les grands espaces encore vierges du Quebec, un paysage aussi bien féerique que redoutable, car le froid pétrifie tout, à côté du lac St Jean, à Val-Jalbert.
Dans les années 1910, ( le début des " années folles"), nous est compté, la vie rude des ouvriers, dans une petite cité ouvrière construite par les dirigeants de la compagnie d'une usine de fabrique de papier, édifier près d'une gigantesque et bruyante cascade "Là où l'eau tourbillonne" la rivière Ouiatchouan ( de son nom Amérindien).
En fond de trame, une certaine mentalité très pieuse, "rustique" et parfois intolérante (notamment envers les Amérindiens Montagnais, y compris les métisses), ce qui malheureusement amenait son lot de drames en tout genres, mais aussi, de très beaux moments d'entraides et d'amour.
Nous suivons également, les progrès sociaux, économiques et technologiques, les mentalités commencent doucement à changer aussi....
Pour loger au mieux les ouvriers de la pulperie, en contrepartie du travail très éprouvant, la compagnie offrait des grandes conditions de confort dans chaque maison, pour l'époque, ( électricité, eau courante, chauffage, sanitaire, jardin potager etc....)
,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fuyating
  31 décembre 2020
Agréable lecture en période d'hiver emmitouflée dans un plaid et en buvant un chocolat chaud. J'ai beaucoup aimé les détails historiques glissés par l'auteure sur le village réel de Val Jalbert. Nous y suivons la vie des habitants au gré des saisons, rythmée par les sirènes de l'usine ainsi que le declin par la suite du lieu.
Nous accompagnons plus particulièrement la jeune et candide Marie-Hermine, orpheline que nous découvrons à un an et que nous suivons sur de nombreuses années. Elle nous dévoile ses pensées, ses espoirs et ses tristesses, ainsi que son premier amour. C'est une personne attachante, toujours prête à aider son prochain, à la voix pure et cristalline. J'ai aimé son coeur en or et son âme charitable.
Certaines coïncidences étaient quand même grosses, mais comme dit Toshan il y a "un chemin invisible qui reliait les êtres destinés à se rencontrer", alors soit, croyons-y.
Ce fut une lecture agréable et je dois avouer être tentée de continuer à lire la suite des aventures de notre belle héroïne.
Petit bémol néanmoins : il se passe beaucoup de chose dans ce tome, mais j'ai parfois eu l'impression que les "soucis" étaient finalement très vite réglés et assez facilement. Il n'y a pas vraiment de grosses difficultés insurmontables, les personnages changent vite d'avis pour arranger Marie-Hermine par exemple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
kristobalone
  29 janvier 2015
J'ai lu une citation sur le site qui disait que ce livre était d'une mièvrerie digne des ouvrages de la collection Arlequin.
Je ne connais pas cette collection mais pour ce qui est de la mièvrerie je pense que c'est un euphémisme...
Et pourtant je lui colle quatre étoiles.
Parce que, oui, j'ai aimé cette littérature politiquement correcte où rien ne dépasse, où le moindre problème est réglé dans les deux pages qui suivent pour que le lecteur ne souffre pas trop longtemps.
J'ai aimé cette impression de me promener dans la version romancée d'un album de Martine (Martine à la campagne, Martine à la ferme, Martine et les Indiens).
C'était simplement reposant et ça fait du bien.
Je lirais les cinq volumes suivants.
Commenter  J’apprécie          112
Kalliope
  01 mars 2012
1er volume de la saga.
Mon dieu quelle mièvrerie ! Presque du Harlequin ! On se noie dans l'eau de rose ! Les personnages sont cependant attachants et donnent envie de les retrouver dans les volumes suivants. Très déçue également de ne pas retrouver ces expressions québécoises que j'aime tant.
Commenter  J’apprécie          142

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
FuyatingFuyating   03 janvier 2021
La coïncidence lui paraissait impossible, mais Toshan avait parlé lui aussi d'un chemin invisible qui reliait les êtres destinés à se rencontrer.
Commenter  J’apprécie          20
FuyatingFuyating   03 janvier 2021
Ma mère dirait que ce n'est pas par hasard. Elle pense que nous suivons un chemin invisible tracé sur la terre qui nous mène là où nous devons être heureux.
Commenter  J’apprécie          00
FuyatingFuyating   03 janvier 2021
Le destin tire les ficelles, le hasard n'existe pas.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   13 novembre 2015
Il vous manque de la technique, mais à votre âge, vous possédez déjà un vrai talent d’interprétation. Le plus important, c’est d’émouvoir le public.
Commenter  J’apprécie          51
rkhettaouirkhettaoui   13 novembre 2015
Des gens de la haute société, qui éblouissent par leur parure, comme l’oiseau qu’on appelle justement la huppe. Il n’y en a pas sur ce continent, mais c’est un joli oiseau bariolé.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Marie-Bernadette Dupuy (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Bernadette Dupuy
Message des autrices et auteurs Calmann-Lévy pour la réouverture des librairies. Avec Plantu, Roxane Dambre, Guillaume Musso, Laurent Gounelle, Niko Tackian, Marlène Charine, Serge Hefez, Emmanuelle de Boysson, Julien Sandrel, Patrick Breuzé, Laurence Peyrin, Cécile Pivot, Olivier Weber, Agathe Portail, Eddy Moine, Jean-Marie Périer, Jean-Francois Chabas, Sylvie Baron, Francois Grandcollot, Helene Legrais, Georges-Patrick Gleize, Iman Bassalah, Elisabeth Segard, Jacques Expert, Philippe Dana, Corinne Javelaud, René Manzor, Marie-Bernadette Dupuy, Jérome Loubry, Yann Queffélec.
autres livres classés : canadaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Angélina (saga du terroir)

Angélina présente des points communs avec d'autres héroïnes de roman. Quel point commun ne partage-t-elle pas avec Sœur Fidelma ?

De beaux cheveux roux
La couleur de ses yeux
Le sens de la justice
L'indépendance et elle ne craint pas de se déplacer à cheval

15 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Marie-Bernadette DupuyCréer un quiz sur ce livre

.. ..