AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782812939037
Editions De Borée (09/11/2023)
4.67/5   3 notes
Résumé :
Dans les années 1970, Adam, employé de l'usine de fruits confits Notin, souhaite monter une fabrique d'anisette, apéritif alors en plein essor. Il peut compter sur le soutien de son père biologique, Celyan, qu'il a retrouvé depuis peu. Ce dernier est revenu à Apt pour faire la lumière sur la mort de sa femme survenue trente plus tôt, alors qu'elle appartenait à un réseau de Résistance. Le projet d'Adam offrira aux deux hommes l'occasion de se découvrir enfin.
... >Voir plus
Que lire après L'Étoile du RocailVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Un roman de terroir, une saga familiale qui nous entraine au début des années 70, près d'Apt.

Ce roman fait suite à L'enfant de Lumières, ce que j'ignorais en le commençant.

J'ai eu un peu de mal au départ, il m'a fallu un petit moment pour m'accaparer les personnages. J'ai donc trouvé le début un peu « chargé », le temps que je comprenne qui est qui. Les personnages sont très liés entre eux. Donc, un conseil, commencez par lire le précédent.

Mais l'auteur les présente bien, ainsi que le contexte et on arrive à tout intégrer. Pourtant, je n'ai pas réussi à vraiment me défaire d'une certaine sensation d'intensité. C'est totalement subjectif, je le sais bien. Parce qu'en fait l'écriture est jolie, l'histoire bien menée et très agréable à lire.

Adam travaille à l'usine de fruits confits Notin. C'est un fin négociateur, il sait aller à l'essentiel et est doué pour diriger le personnel. Notin aimerait qu'il prenne sa suite, sa fille ayant choisi une autre voie. Mais Adam envisage de quitter cet emploi pour monter une fabrique d'anisette.

Là où ça se complique un peu lorsqu'on n'a pas lu le roman précédent, c'est au niveau des rapports entre les personnages.

Notin est marié à Clémence, qui a tenu la fabrique à bout de bras pendant la guerre. Clémence est la maîtresse de Celyan, le père biologique d'Adam. Elle est aussi la tante d'Adam, sa soeur Angèle serait morte en mettant le bébé au monde.

Celyan, militaire de carrière, est aussi l'ami de Notin, à qui il a sauvé la vie pendant la guerre. Il est revenu en France pour faire la lumière sur le décès d'Angèle, qui faisait partie de la Résistance.

Adam vit avec Lisa, une femme qu'il a rencontré à Tlemcen. Elle a une petite fille et est fâchée avec sa famille. Une mère française, un père algérien, pharmacien, mais qui ne trouve pas de travail à cause de ses origines. Ils ont été obligés de partir d'Algérie. Lisa lui en a beaucoup voulu.

Une fois que j'ai eu bien intégré tous ces liens, la lecture est devenue beaucoup plus fluide et vraiment agréable. J'ai pris plaisir à suivre les personnages dans cette saga familiale pleine d'émotions, de non-dits, de découvertes aussi. Elle m'a entrainée dans un monde que je ne connais que très peu, à une époque où les petits artisans commençaient à souffrir de l'industrialisation. Un contexte économique et social très bien posé.

L'auteur a travaillé ses personnages. Il a su les rendre attachants et me donner envie de les suivre sur leurs chemins. Un roman régional qui, après un début un peu compliqué pour moi, m'a fait au final passer un bon moment.
Commenter  J’apprécie          20
En 2021, j'avais lu L'enfant de Lumières de Daniel Dupuy. Même si L'Etoile du Rocail peut se lire de manière indépendante puisque l'auteur rappelle les faits importants, je vous invite fortement à les lire dans l'ordre. Sans cela, il vous manquera des morceaux de l'histoire d'Adam, le protagoniste, des informations sur les liens qui unissent les personnages et sur l'évolution de chacun. Cela ne vous empêchera pas de comprendre, mais ce sera moins aisé et incomplet.

En 1967, Adam a vingt-cinq ans. Depuis sa démobilisation de la guerre d'Algérie, il a vécu plusieurs « coups de tonnerre » (p. 17). le premier est la rencontre avec son père biologique, Celyan ; le deuxième est l'emménagement de Lisa. Il avait eu le coup de foudre pour elle, dans un bistrot de Tlemcem. Un jour, elle était sur le pas de sa porte, accompagnée de sa fille de trois ans : Joyce. Adam n'a pas hésité : l'enfant adopté a créé sa propre famille. Il est père, mari et fils. Et il chérit le souvenir du couple qui l'a élevé. Hélas, Lisa supporte très mal le racisme dont sa famille est la cible. La jeune fille rejette ses origines. Elle a honte de son nom. Une scène douloureuse m'a, particulièrement, émue. Les conséquences, également…

Celyan, lui, enquête sur la mort d'Angèle, la véritable mère de son fils. Elle appartenait à un réseau de résistance et est décédée en couches, dans des circonstances suspectes. Il est déterminé à faire la lumière sur cette tragédie, tant que les témoins de cette époque sont encore vivants. J'ai été émue par sa quête de vérité. Il veut, aussi, rattraper le temps perdu. Il est un grand soutien pour Adam. J'ai été touchée par leurs relations naissantes et pourtant évidentes.

Ce dernier a retrouvé sa place au sein de la confiserie Nottin. Comme dans le précédent tome, l'artisanat est au coeur du récit. Fernand Nottin avait refusé de rejoindre la Grande Fabrique, un regroupement d'entreprises. A-t-il eu raison de conserver son indépendance ? Il rêve d'accoler le nom d'Adam au sien, mais celui-ci a d‘autres projets. Il aimerait lancer une fabrique d'anisette, avec Bernard, son frère d'armes et concurrencer les entreprises Pernod et Ricard. En pleine ère industrielle et de fusion de sociétés, son ambition est-elle viable ? Avec passion, Daniel Dupuy décrit les différents métiers, les difficultés, les freins et les possibilités, mais aussi l'amour de la création.

Les personnages sont très attachants. La sincérité d'Adam me touche énormément, Fernand, derrière sa fausse naïveté, m'émeut, je suis admirative de sa femme, Clémence, une battante : elle est le pilier de la famille et du commerce. J'aime la personnalité exubérante de leur fille, le caractère posé de Celyan et l'innocence de la petite Joyce, etc. Les portraits sont ciselés et donnent une sensation d'appartenance à ce groupe hétéroclite.

J'ai adoré L'Etoile du Rocail.

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
Commenter  J’apprécie          30
Genre : Roman historique
Avis : ATTRAYANT
Quand un roman nous fait découvrir l'anisette…
Dans les années 70, Adam souhaite monter sa propre entreprise et bâtir son succès sur un apéritif alors en plein essor. Il a retrouvé son père biologique qui est revenu à Apt pour découvrir ce qui est réellement arrivé à Angèle, son premier amour. Pour réussir, Adam devra quitter un cadre familial et familier pour prendre des décisions qui mouvementeront sa vie et celles de ceux qu'il aime. Trouvera-t-il ce qu'il souhaite ? Qui restera auprès de lui ?
Vous le savez, ce que j'aime dans les romans régionaux, c'est découvrir des produits, des techniques, des régions et que l'auteur m'en donne tous les détails sans que ce soit indigeste. Il faut pour cela que je sente chez l'auteur l'amour de son pays. Et c'est bien le cas ici, où Daniel Dupuy en 300 pages m'invite à admirer la vallée du Calavon, l'Abbaye Saint-Michel-de-Frigolet, le couvent des Oblats et bien d'autres lieux tout en me laissant en bouche le goût de l‘anisette, Ouzo en Grèce et Cristal en France, pastis des Pieds-Noirs.
L'histoire, il a fallu que je me concentre un peu au début car les personnages ont déjà vécu dans un roman précédent. Mais après quelques pages, j'ai plongé dans un récit qui fait la part belle à une femme de caractère qui veut tout avoir : responsabilités et plaisirs. Plongée dans une description émouvante de celui qui a quitté l'étrange et envoûtante lumière de la Kabilie, j'ai goûté l'humour de certains passages comme celui autour de l'avarice. L'histoire familiale est liée à une mort suspecte, c'est la note dramatique qui donne à la partition une place pour les personnages pervers et véreux.
L'écriture est agréable, fluide, rythmée et rendue vivante par de nombreux dialogues. Elle est assez précise pour donner aux personnages principaux des personnalités que l'on suit avec intérêt. C'est une belle saga familiale bien intégrée dans un environnement artisanal et industriel en plein changement.
Je remercie les Editions de Borée et Virginie pour l'envoi, dès sa sortie, de ce roman en service presse.

Lien : https://www.facebook.com/Les..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
C’était le genre de bonhomme qui finissait toujours par croire ce qu’il avait dit et répété, même si l’original n’était pas de lui.
Commenter  J’apprécie          10
Il est des gens à qui le bonheur ne suffit pas.
Commenter  J’apprécie          00
Une idée pour tout et tout pour une idée.
Commenter  J’apprécie          00

Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (9) Voir plus



Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
306 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre

{* *}