AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782820504425
114 pages
Éditeur : Bragelonne (06/07/2012)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 77 notes)
Résumé :
Népomucène, préposé à la Morgue, mène une vie tranquille et nocturne en compagnie de Bob, vampire d'environ 150 ans d'âge. Lorsqu'il manque devenir la cinquième victime d'un immortel est certain qu'une autre créature surnaturelle a commis le massacre. Népomucène reste à ses côtés, inquiet de la tournure des événements. Pour lui, le vampire va au devant du danger ; quel genre d'ami serait-il s'il ne surveillait pas au moins ses arrières ? Au fil des découvertes, sur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  10 décembre 2014
Livre découvert depuis quelques temps déjà grâce à quelques critiques positives sur Babelio mais acheté que depuis peu. Ayant eu beaucoup de boulot ces derniers temps, j'ai eu un peu de mal à lire beaucoup. du coup, j'ai choisi ce petit roman qui me tentait beaucoup. le résumé est très attractif mais l'histoire est loin d'être aussi alléchante. Heureusement que le bouquin n'est pas gros sinon je n'aurais même pas pris la peine de le terminer. Que je vous explique maintenant pourquoi !!
Les personnages en premier lieu. Ils sont très peu travaillés. Ils sont détaillés, aussi bien physiquement (visage, stature) que la façon dont ils s'habillent mais niveau caractère, ils sont plats. À part leurs différentes caractéristiques (vampire, lycan, …), ils ne sont pas approfondis. le personnage principal, Népocumène, ne connaît que très peu son meilleur ami Bob ni son passé, et il a du mal à le décrypter. On suit leurs aventures sans réellement s'attacher à eux car ils n'ont aucune profondeur. Ils ont juste un humour plutôt décalé mais quand on connaît la raison de ce bouquin, on comprend mieux. Ce roman a été créé suite à une boutade entre l'auteur et un de ses amis.
Parlons maintenant de l'histoire. Il n'y a pas de chapitres donc pas de réelles coupures dans celle-ci. Ensuite, les paysages et les personnages sont très détaillés. La mythologie mise en place concernant les lycans et les vampires est différente de celle connue mais elle est survolée de manière superficielle. On dirait que l'auteur l'a décrit car elle y est obligée de part ses personnages mais sans l'approfondir plus. Dommage, cela aurait rendu l'histoire encore plus intéressante ainsi que des personnages un peu plus construit. L'histoire se lit mais on n'arrive pas à s'y intéresser réellement. Au vu du champ des personnages assez restreint, il est donc assez facile de se douter de l'identité du meurtrier même si ses raisons sont plutôt faiblardes. Les personnes de l'étrange sont souvent méconnues du grand public, du coup la fin est un peu tirée par les cheveux et l'intrigue est faite de très grosses ficelles. Bien dommage donc... L'écriture de l'auteur est pourtant agréable à lire mais cela ne fait pas tout malheureusement...
Comme vous l'aurez compris, ce roman n'a pas été la bonne découverte que j'espérais et sans doute parce que j'en espérais trop à cause du résumé très intriguant mais qui ne tient absolument pas ses promesses. Je ne continuerais donc pas cette série mais je pense que je découvrirais néanmoins « Entrechats » qui me tente également. L'auteur a quand même une belle plume et un humour décalé assez sympathique. À voir donc !! Je vous déconseille donc ce roman mais bon, comme on dit, « chacun ses goûts », vous l'apprécierez peut-être plus à sa juste valeur que moi.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Melisende
  26 septembre 2012
Comme je le disais il y a quelques semaines, j'en suis venue à m'intéresser à ce titre, d'une part grâce à son illustration (signée Jérémie Fleury) et d'autre part grâce aux très bons échos que j'en ai eus (notamment sur Bibliomania). Curieuse et très pressée de me faire ma propre idée sur l'occasion, je n'ai pas fait dormir ce titre très longtemps dans ma PAL ; sitôt arrivé, sitôt lu. Et quel bon moment de lecture, quelle belle découverte ! Je crois que tout a su me séduire dans ce court texte mais je retiens surtout l'étrange duo formé par les deux héros que tout oppose.
Népomucène, salarié à la morgue, solitaire et sans grande ambition, mène des expériences sur des animaux morts en compagnie de son compère et meilleur ami, Robert Joachim Charles-Henri de Bruyère surnommé plus simplement Bob, vampire centenaire de son état. le troisième luron du groupe, un dénommé Edgar, est un retraité anciennement maître-apprenti de Népomucène, ayant une fascination pour les animaux empaillés qui décorent son petit chez lui poussiéreux. Les soirées entre amis pourraient ressembler à toutes les autres : rafraichissements (bière ou sang, c'est selon le consommateur) autour des épisodes de Buffy (Népomucène veut en apprendre plus sur les vampires et n'a trouvé que ce moyen détourné pour recevoir les commentaires - acerbes et dépités - de Bob) ; mais voilà que l'empailleur a une nouvelle petite amie flamboyante et déstabilisante (Népomucène n'est pas des plus à l'aise en présence féminine). le duo de nécrophiles pourrait s'accommoder de cette nouvelle présence féminine, si celle-ci n'était pas de la police et dans les parages pour résoudre une affaire de meurtre n'ayant rien de naturel. En effet, quatre des collègues de Népomucène ont été tués et il semblerait qu'un loup-garou particulièrement dangereux soit derrière tout ça. La chasse est lancée et pour lui venir en aide, Bob fait appel à un ancien camarade…
Vous le voyez, l'intrigue générale tourne autour d'une petite enquête policière mettant en scène des créatures fantastiques dans un monde contemporain. Jusque là, rien de bien nouveau sous le soleil. C'est vrai que cet aspect du texte n'est pas particulièrement original mais à mon sens, ce n'est pas le plus important. Et puis, même si la recherche du coupable ne « paye pas de mine », ça fonctionne très bien et j'ai été la première à me faire avoir sur l'identité de celui-ci !
C'est dans la construction des personnages et dans les relations que ceux-ci entretiennent que réside, à mon goût, le point le plus pertinent de ce premier tome des Nécrophiles Anonymes. Les quelques lignes précédentes, présentant les héros de cette histoire, ont pu vous donner, je pense, une idée de leur côté décalé. Les personnalités créées par Cécile Duquenne sont riches et complexes et c'est à souligner. Nous sommes loin des coquilles vides régulièrement croisées dans la littérature « jeunesse » de ces derniers temps (j'ai qu'à lire autre chose, vous avez raison !)… alors merci !
Je n'ai pas parlé de l'ancien ami de Bob que l'on découvre un peu plus loin dans le texte. Je ne vais pas trop vous en dire, mais sachez seulement qu'il a une jambe de bois et un perroquet vampire (qui, malgré ses dizaines de décennies, n'a jamais appris à dire autre chose que « Pièces de huit ! Pièces de huit ! Pièces de huiiiiiiit ! »…). Encore une preuve que l'auteure aime les personnalités atypiques ! Les femmes sont peu présentes dans cette histoire et n'occupent que des places secondaires, mais elles font fortes impressions à notre héros plutôt maladroit.
Népomucène, parlons-en, tiens ! Antihéros par excellence, il est plutôt en retrait, physiquement pas trop gâté et n'est pas du tout celui qui va aller botter les fesses du méchant loup-garou, ça non. Et pourtant, c'est à lui que Cécile Duquenne donne la parole pour nous conter cette histoire (comprenez que l'ensemble du texte est écrit à la première personne du singulier) et j'ai vraiment aimé suivre ses pensées intimes, ses doutes, ses réflexions, ses « révélations sentimentales »… Côté révélations justement, je ne vais rien dire pour vous laisser la « surprise » (même si ça n'en est pas vraiment une), mais j'ai trouvé cet aspect très très très bien amené et traité. C'est très fin, délicatement effleuré. J'approuve !
Cette histoire s'inscrit dans une atmosphère assez particulière, plutôt sombre, un peu glauque. Je trouve même que le contexte possède un aspect un peu « désuet » qui n'a pas été sans me rappeler les ambiances créées par Edgar Allan Poe (d'où le parallèle entre le titre de Cécile Duquenne et la nouvelle du Monsieur intitulée Double assassinat dans la rue morgue).
Vous pouvez le voir, la jeune auteure ne laisse rien au hasard. Et l'on peut encore le constater dans la forme même du texte. Ici, point de dialogues inutiles ou de descriptions simplistes, non. Je ne sais pas si Cécile Duquenne possède un bagage scientifique ou si elle a fait des recherches spécialement pour la rédaction de ce texte, mais les propos tenus sont précis et parfois très scientifiques. Je pense notamment aux passages dans lesquels Népomucène s'interroge sur la nature même des vampires, Bob lui donne alors quelques informations très précises sur le sujet. le vampire s'attarde aussi sur ses interrogations liées à la transformation des loups-garous et sur la place de l'ADN et sa façon d'agir lors des métamorphoses. C'est riche, poussé. le lecteur ne se sent pas pris pour un imbécile (comme assez souvent dans des histoires fantastiques récemment publiées, où rien n'est expliqué, où tout est simplement effleuré) et obtient des informations concrètes. le texte gagne ainsi en profondeur et, malgré sa brièveté - 185 pages - ne trahit aucun manque.

Une histoire de vampires et loups-garous certes courte, mais mature, riche et maîtrisée d'un bout à l'autre. Les personnages, décalés, évoluent dans une ambiance particulière qui s'accorde particulièrement bien avec le titre de ce premier tome. Un petit ovni dans la littérature du genre… à lire absolument ! La suite est apparemment prévue pour le premier trimestre 2013... Je vous en parlerai, c'est certain !
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Tatooa
  13 mars 2017
Lecture légère et pas prise de tête, c'est avec une jolie plume que l'auteur nous narre cette aventure très courte et relativement classique d'urban-fantasy.
La seule chose un peu originale, c'est que les descriptions des "animaux fantastiques" tels que loup-garous ou vampires sortent des sentiers battus dans le domaine. Il est dommage cependant qu'ils n'aient pas de profondeur psychologique, aucune épaisseur, car vu l'intrigue, ce roman s'adresse plutôt à des adultes, mais le traitement, lui, est plutôt du style "ado". Bref c'est divertissant, mais sans plus.
L'intrigue elle-même est survolée et vraiment pas approfondie. Mais comme le bouquin est très court et a 3 "suites" à ce jour, que j'ai, je les lirai quand j'aurai envie de choses agréables et qui changent les idées. Qui sait, peut-être que les personnages récurrents deviendront un peu plus intéressants dans les suites !?
Commenter  J’apprécie          160
idevrieze
  22 mai 2013
de l'art de la subtilité dans un monde de rire
Mon dieu, la Koko est en train de vous sortir ses grands mots. Oui, et je les ai sorti la toute première fois pour un tryptique vampirique. Aussi ai-je décidé de les ressortir pour ce petit livre qui, mine de rien, au bout de ses 200 pages, m'a autant ravi qu'un de 600. Comme quoi, il n'y a pas que la taille qui compte. Mais je savais déjà que j'allais me régaler rien qu'en lisant le titre de la série et le titre du tome. En effet, nous parlons de Nécrophiles Anonymes. Et croyez moi, ces deux mots associés, vous ne pourrez pas le ressortir régulièrement dans la conversation. Mais lorsque l'on connaît l'activité principale de Népomucène et de Bob, je souris largement de toutes mes petites quenottes. Malheureusement, Cécile ne s'arrête pas là avec cette petite allusion à Poe avec le titre du tome 1.
Cécile, nous en avons déjà parlé, j'ai été fort timide avec toi car ce titre me faisait peur. Mais comment ai-je pu être aussi bête ! Une association pareille ne pouvait qu'aboutir à ce résultat là : un vrai régal qui m'a reboostée là où j'en avais besoin.
Mais revenons à mes petits moutons, car nous ne sommes pas que deux à lire cette chronique. Si vous aimez les récits fantastiques où les vampires sont des êtres bestiaux, une sorte de métaphore de l'être humain sans contrainte sociale (et on ne rit pas, grosso modo, c'est à cela que sert le mythe du vampire), vous allez être déroutés ici. En effet, ici, ce n'est pas Bill le Vampire mais Bob le vampire : saisissez la nuance. Bob n'est pas du tout l'expression de vos fantasmes, c'est un chasseur, c'est un suceur de sang, et c'est un amateur de choses actuelles. Et il a un ami au nom très bizarre mais qui résume bien ce contraste : Népomucène. Et si vous saisissez la subtilité de cette relation entre le prénom et l'époque de la naissance de tout à chacun (et si vous comprenez tout ce que je suis en train de vous écrire), et bien vous êtes prêts à lire ce livre. Plus sérieusement, j'ai adoré comment Cécile a repris en main l'image même du vampire, tout en lui gardant suffisamment de références pour que nous ne soyons pas tout à fait perdu. Il faut avoir de solides bases vampiriques pour faire cela (et un bonne dose d'humour aussi) et là je dis chapeau !

Et là je reviens à Cécile Duquenne : mais comment tu fais pour me faire bavasser pendant des heures sur un petit machin de rien du tout qui pourrait me caler une porte ? Parce que bon, je ne peux pas leur raconter toutes les anecdotes pour leur donner les références que tu donnes. A part peut être... Attends, je reviens.
Et donc, comme vous le savez, dans les livres de vampires, vous avez souvent des scènes d'action ou d'amour. Mais ici, nous avons une intrigue, un mystère : mais qui a pu donc assassiner ces quatre personnes à la rue de la morgue, qu'est ce qui a pu mener à tout ceci? Et bien c'est cette intrigue qui est sommes toutes pas si compliquée que cela mais totalement et finement menée, de quoi vous faire passer un très bon moment.

Au delà de l'histoire, des personnages que j'ai beaucoup aimé connaître.
Népomucène, de part son regard sur le monde reste mon préféré. Mais j'avoue que ce que j'ai le plus apprécié, c'est la relation qu'il a avec Bob. Ce tome est une vraie déclaration d'amour, d'amitié entre eux. Bob est le soleil de Népomucène et vice versa, les deux sont très complémentaires, et l'on pourrait aisément les voir passer leur vie ensemble comme un vieux couple. Ils ont leur petite vie tranquille, se faisant confiance depuis plus de 7 ans avant que ne leur arrive leur première grande épreuve sentimentale : l'arrivée d'une vieille connaissance ? Allez savoir. Mais c'est ce qui m'a le plus touchée dans ce moment, dans cette relation. Car enfin de compte, il n'y a pas de scandale, de choses alambiquées, Il y a juste deux hommes dont l'un s'éloigne un tout petit peu, et l'autre qui a la patience, la confiance et la gentillesse d'attendre.
Et si je n'ai pas réussi à vous embrouiller assez et à vous appâter assez pour vous obliger à lire Quadruple Assassinat rue de la Morgue... J'ai presque envie de vous dire de faire confiance à mon humour mais je ne sais malheureusement pas si c'est une référence.

Dans tous les cas, je serai là pour la sortie du tome 2, je serai même très impatiente car j'ai hâte de voir comment Népo va évoluer. Et j'ai surtout hâte de voir quelles références l'auteure va bien pouvoir nous sortir. Car je le répète, c'était un pur moment de détente et de bonheur.
Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hellza24
  05 janvier 2017
Voilà donc l'histoire atypique d'une petite bande bien sympathique. Robert Joachim Charles-Henri de Bruyère, dit "Bob", vampire bicentenaire de son état. Népomucène Lemercier, préposé à la Morgue le jour et meilleur ami de Bob la nuit; il voue un véritable culte à son célibat, allant jusqu'à entretenir un aspect négligé, après une expérience amoureuse douloureusement dangereuse avec une sorcière...
Avant Népo, c'était Edgar qui travaillait à la Morgue. Ils sont restés très liés et se retrouvent souvent tous les trois pour écluser quelques pintes (de bières ou de sang,au choix) et entendre Edgar raconter ses dernières conquêtes ou son obsession, son Graal : taxidermiste passionné, il rêve de naturaliser un loup-garou. Chacun son truc ! Celui de Bob, d'ailleurs, c'est la recherche : avec l'aide de Nepo, il expérimente chaque nuit sur des animaux divers procédés, afin de tester les effets du venin vampirique.
Bob vit dans une partie de la Morgue qui ne sert pas, et quand par hasard un humain le découvre il use de ses pouvoirs hypnotique pour lui faire tout oublier.
Une série de meurtres atroces vient troubler la relative tranquillité de nos trois amis : les médecins légistes de la Morgue sont retrouvés...en petits morceaux...Du moins, certains morceaux sont retrouvés !
Edgar présente sa nouvelle amie si sexy, Mallory, à Népo et Bob : il se trouve justement que c'est l'enquêtrice chargée de l'enquête. Elle est la seule consultante du coin à bien vouloir se charger des cas "surnaturels" : on soupçonne un loup garou qui aurait complètement cédé à ses pulsions animales. Edgar est comblé : finalement, il aura peut-être l'occasion de naturaliser une de ces redoutables créatures !
Pour les aider, ils vont demander un coup de main à Basile, un très vieil ami de Bob qui cache bien des secrets...
Ce que j'ai apprécié dans ce roman ? Beaucoup de choses !
Tout d'abord, les personnages : ils ne sont pas caricaturaux, chacun est intéressant et particulier. C'est un récit à la première personne, Népomucène en est le narrateur, mais cela ne nous oblige pas à subir perpétuellement son intériorité, ses états d'âmes : le lecteur profite de ce point de vue privilégié sans le subir.
L'intrigue : une bonne petite enquête, avec traque et bagarre à la clef, le tout mené dans un style efficace.
Le fait (anecdotique mais bien réel) que ce soit une auteure française qui place son action en France.
L'auteure retravaille les mythes, n'hésite pas à bazarder les vieux trucs éculés qu'on nous sert dans toute histoire vampirique (comme le beau vampire ténébreux, bête de sexe, vulnérable à l'ail, fuyant les miroirs etc).
Il y a beaucoup d'humour, les dialogues sont savoureux, l'écriture est agréable : quel plaisir !
Une lecture très agréable pour moi, je me suis jetée sur la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
WitchbladeWitchblade   18 décembre 2014
Son physique, pas ingrat en considération de son âge avancé, n'était pas la cause de ses multiples échecs relationnels : il s'efforçait d'apparaître gentleman, sophistiqué, à l'écoute... Aussitôt qu'il obtenait ce qu'il voulait, il cessait la mascarade, devenant plein de gouaille, parfois vulgaire, souvent égocentrique. Ses conquêtes s'enfuyaient dès qu'elles découvraient l'homme des cavernes dissimulé sous le masque de la civilisation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
WitchbladeWitchblade   21 décembre 2014
L'argent est un métal lunaire ; l'or, solaire. Dans la mythologie vampirique, l'or est un intarissable sujet de conversation, pas seulement parce qu'il fascine les êtres condamnés à l'ombre et la nuit. Ce métal a de nombreuses propriétés dans l'alchimie ancienne, dont une qui nous intéresse en particulier. L'or est un parfait conducteur thermique et électrique et, plus important encore, l'or est une route.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
WitchbladeWitchblade   20 décembre 2014
- Avoir confiance, c'est être naïf, asséna Mallory sans ménager son interlocuteur. Vous pensiez vos amis au-dessus de tout soupçon ?
- Je ne le pensais pas : j'en étais sûr. Mon assurance a engourdi ma vigilance. D'habitude, je pars du principe que tous les hommes sont coupables avant d'avoir prouvé leur innocence.
Commenter  J’apprécie          170
WitchbladeWitchblade   20 décembre 2014
Devenir un vampire, c'était évoluer vers la forme d'un esprit dont le corps ne serait que la persistance physique. Le sang, moins qu'un besoin pour l'âme, représentait plutôt un moyen de palier à la dégénérescence de la matière.
Commenter  J’apprécie          180
WitchbladeWitchblade   18 décembre 2014
Je détestais l'accent mielleux avec lequel elle prononçait mon prénom. J'avais l'impression d'être un bonbon pour la toux qu'elle aurait voulu sucer – et il ne s'agissait pas là que d'une métaphore, à mon grand regret.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Cécile Duquenne (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Duquenne
A l'occasion du salon "Les Utopiales" à Nantes, rencontre avec Cécile Duquenne et Etienne Bariller autour de leur ouvrage "Les brigades du steam" aux éditions ActuSF.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2363211/etienne-barillier-les-brigades-du-steam-le-bras-de-fer
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1779 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre

.. ..