AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756017037
221 pages
Éditeur : Delcourt (19/05/2010)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 219 notes)
Résumé :
"on est où là ? Il est quelle heure ? On est où là ? Il est quelle heure ? Là où je suis...
Je ne vois rien. Je ne sens rien. Je ne peux plus parler... Je ne peux plus entendre..."

La parenthèse est un témoignage, une bataille contre l'adversité. Le récit d'une mémoire abîmée par le temps et la maladie...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
Musardise
  18 novembre 2014
Échaudée par mon expérience avec Pénélope Bagieu, me voilà plus que méfiante à l'égard du premier album d'Élodie Durand, recueillant lui aussi éloges et dithyrambes. D'autant que l'introduction (j'avais survolé les premières pages en librairie), un peu trop dramatique à mon goût, n'avait fait que me conforter dans mes a priori. En plus, pas de chance, une faute de grammaire dès la troisième phrase (le genre de truc qui m'agace vraiment) ! Bref, j'étais partie pour me taper une histoire larmoyante, un brin impudique, que les critiques portaient aux nues parce qu'il serait politiquement incorrect d'éreinter une auteure qui a subi une grave maladie.
Du coup, j'ai un peu honte de moi, maintenant... Je ne m'attendais pas, en fait, à ce que ce passage de la vie d'Élodie Durand soit aussi empreint de souffrance. Et aussi intéressant, au final. C'est l'histoire, assez simple, en fait, d'une jeune fille qui s'est découverte épileptique et qui, malheureusement pour elle, a connu des complications (plutôt rarissimes, d'après ce que j'ai compris) qui l'ont amenée à s'enfoncer inexorablement dans la maladie. Rien de bien original, me direz-vous. Et, en effet, le récit souffre d'une narration (et là, je parle de l'aspect littéraire de la chose) un peu faible. Élodie Durand a choisi de raconter son histoire en voix off, ce qui met en avant les lacunes de son écriture, très plate, et il faut bien le dire, un peu ennuyeuse. Reste que ce qui lui est arrivé n'est pas banal et qu'elle a très bien su exprimer, avec relativement de pudeur, la perte d'identité dont elle a souffert. En effet, c'est là le sujet principal de l'album : atteinte d'une maladie apparemment incurable, elle a vu sa mémoire s'effilocher inexorablement et a atteint un stade où elle n'était plus qu'un zombie (elle dormait presque tout le temps). le passage chez la neuropsychiatre, où, à force de tests, elle s'aperçoit qu'elle ne connaît plus l'alphabet et qu'elle ne sait plus compter, est particulièrement saisissant.De ce que j'ai écrit jusque là, on pourrait déduire qu'il s'agit d'une histoire particulièrement triste et fataliste. Mais non ! La grande force de ce récit, c'est d'avoir été construit en palindrome : à la descente aux Enfers succède, en symétrie, le retour à la vie. Et ça fait du bien, car la première moitié du récit est tout de même assez éprouvant. Je ne suis pas très enthousiasmée par le dessin général, mais certaines planches, plus ou moins indépendantes de la narration, sont sublimes d'expressivité (je vous en montre quelques une ici), et c'est grâce à elles, finalement, que cet album a remporté mon adhésion. Et puis, Élodie Durand a commis un vrai travail de mise en page, ce qui n'est pas si courant. Je ne la considère donc pas forcément (pour l'instant) comme une très bonne narratrice, mais je pense qu'elle a un potentiel énorme en tant que dessinatrice et un bel avenir dans la BD.
Lien : http://musardises-en-depit-d..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
marina53
  02 juin 2012
Elodie Durand livre, à travers cette bande dessinée, quelques années de sa vie où elle a dû affronter une maladie: l'épilepsie.
Arrivée sans prévenir, subitement, effrontément, cette maladie prendra, dans la vie de Judith, toute la place.
Elle nous raconte sa vie d'alors, essentiellement grâce aux témoignages de ses proches, de manière sobre et didactique
Des dessins en noir et blanc, singuliers mais expressifs, de toute taille font de cette bande dessinée une belle réussite.
Si cela lui a permis de mieux affronter la maladie et de l'exprimer à travers cet album, grand bien lui fasse. Une belle leçon de courage.
Commenter  J’apprécie          200
brigittelascombe
  30 novembre 2011
"J'avais perdu le lien entre hier et aujourd'hui".
Déconnectée de la réalité lorsque ses crises la terrassent, Elodie Durand a voulu témoigner de son vécu par rapport à l'épilepsie puis à la tumeur maligne du cerveau diagnostiquée.
"Une maladie à vie!" "Quel con!"
"Vlan!"
Et va que je nie et te claque la porte au nez.
Comportement imprévisible, colères,vide,pertes de mémoire, convulsions. Voilà, cette étudiante aux Beaux Arts, en pleine fresque murale à l'hôpital d'Argenteuil, obligée d'accepter les soins et l'hospitalisation.
Entre honte, souffrance et dépression, c'est son long parcours de combattante aidée par sa famille et ses dessins (tracés compulsivement dans un carnet pour transcrire l'indicible) qui nous est donné à voir.
Cette bande dessinée, La paranthèse au nom justifié par la guérison finale est un livre d'espoir, une ode à la vie malgré tout.
En noir et blanc, sans cadre ou hors cadre, parfois hachurée de sombre, parfois écrite en blanc sur noir (faible lumière éclairante au fond du gouffre),petite forme perdue sur une toile d'araignée en gros plan,chute en triptyque pour évoquer la plongée dans l'horreur ou la souffrance,minuscules neurologues perdus sur ses circonvolutions indéchiffrables, éclatement du corps qui marque la brisure intérieure, dessins incohérents, chaque page parle au lecteur pris à témoin: de peur des examens,d'angoisse de mort,de pertes de repères, de temps qui stoppe sa course sur un point d'interrogaton, puis repart plus fluide et plus gai vers un mieux être.
Emouvant!
Dessinatrice de talent Elodie Durand a commis bien d'autres ouvrages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
EloiseBrad
  19 mai 2016
J'ai voulu me mettre à lire des BD / Romans graphiques depuis un petit moment maintenant et en feuilletant celui-là je l'ai trouvé intriguant : On parlait d'une maladie qui affectait physiquement et moralement la vie d'une jeune femme; et les images semblaient sombrement jolies, alors je l'ai pris ! Et c'était vraiment un pur bonheur !
Les dessins sont splendides. La partie de la maladie représentée par ses grosses têtes, ses ombres noires attachée à elle, magnifique.
L'histoire, qui est en fait un témoignage biographique, est très fluide à lire. Pour quelqu'un qui n'avait pas lu autre chose que des romans écrits avant ce roman graphique, j'ai adoré sa lecture !
J'ai été très touchée, et oui j'en ai pleuré. J'ai particulièrement aimé la façon qu'a l'auteur de comprendre la réaction à ses parents. Ses parents ne la soutiennent pas dans la meilleure des façons, bien qu'ils pensent le faire, et pour ça elle les adore.
C'est un témoignage qui semble sincère, rempli d'émotions, de courage et d'espoir.
Je le recommande vivement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Belzaran
  03 novembre 2016
Avec l'avènement de l'autobiographie, de nombreuses bandes dessinées traitent de la maladie et du handicap. Souvent elles montrent la difficulté de la rémission, de l'acceptation, du dialogue avec le milieu hospitalier… En 2010, Élodie Durand publie « La parenthèse ». Cette parenthèse, c'est plusieurs années qu'elle passe à dormir et à oublier. Elle a alors à peine plus de 20 ans. le tout est publié chez Delcourt et a obtenu le Prix Révélation du Festival d'Angoulême.
Élodie Durand souffre d'épilepsie. Ses crises, courtes, ne lui laissent aucun souvenir. Si bien que la jeune fille est dans le déni complet. Sa famille a beau lui en parler, elle considère que ce n'est pas un problème. Mais l'aggravation des symptômes va l'obliger à affronter cette maladie qu'elle minimisera jusqu'au bout.
Ce qui est intéressant avec le bouquin, c'est que l'auteure a souffert de forts problèmes de mémoire. du coup, elle reconstitue ses souvenirs avec sa famille. Ainsi, on observe une double narration entre ce que nous dit la jeune femme et ses parents. C'est un vrai travail de reconstitution qu'a effectué Élodie Durand.
Si le témoignage est glaçant (hypocondriaques, s'abstenir !), on ressent finalement peu d'émotion pour le personnage, en déni perpétuel. La notion de souffrance est finalement assez absente. C'est vraiment au début de l'ouvrage (et à la fin), où le personnage se rend compte que des années de sa vie sont passées comme si elles n'avaient jamais existé.
Il est difficile de lâcher « La parenthèse ». Même si la présence du livre montre que l'auteure a guéri (du moins suffisamment), le suspense perdure dans ce qu'elle va endurer. On découvre les techniques de l'époque (on est au milieu des années 90). Élodie Durand nous propose aussi ses extraits de carnet de l'époque. C'est noir et cela enrichit l'état d'esprit dans lequel elle pouvait être.
Au niveau du dessin, malgré quelques tentatives intéressantes, cela reste assez limité. le dessin est agréable à l'oeil mais manque d'originalité ou de personnalité. Quand on voit comme, sur le même sujet, d'autres auteurs ont sublimé graphiquement les sensations (David B. dans « L'ascension du haut-mal » sur l'épilepsie aussi, ou « Quand vous pensiez que j'étais mort » de Matthieu Blanchin sur le coma), on reste un peu sur sa faim. Mais quelques bonnes idées viennent relever l'ensemble.
Élodie Durand produit un livre entièrement centré sur elle. C'est assez étonnant. « La parenthèse » est donc un témoignage sur l'épilepsie. N'espérez pas y trouver de généralités. Glaçant, avec une distance créée par les pertes de mémoire de l'auteure, il ne laissera personne indifférent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
christelhchristelh   08 juillet 2010
D'un seul coup, j'ai réalisé brutalement : je se savais plus rien !

Je ne connaissais plus mon alphabet, plus aucun nom et encore moins celui du Président !

J'a beaucoup pleuré ce jour-là, je n'arrivais plus à m'arrêter.

J'avais honte... Tellement honte.

Alors c'était comme ça ? Je ne savais plus compter ?

Je connaissais encore moins de choses...

J'avais régressé. Comment cela était-il possible ?

Il y avait des choses simples que je croyais acquises pour toujours et qui ne l'était pas.

J'ai pensé que les résultats auraient été les mêmes avant la maladie.

La neuropsychiatre a interrompu prématurément les test. J'allais devoir y retourner... Recommencer...

A la maison, nous avons continué à nous torturer gentiment. Je voulais tout réapprendre.

Je t'ai demandé de m'aider. Je voulais être prête pour mon prochain rendez-vous.

Je ne retenais rien. J'avais réussi à apprendre le nom du Président.

Mais quelques mois plus tard, le Président a changé... Ce n'était pas de chance...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
alouettalouett   16 février 2011
Dans ma tête, ça allait dans tous les sens. J’étais un monstre. Un monstre s’était emparé de moi tout entière. Je n’avais plus de tête. Ma tête était une prison. Je ne pensais pas que je mettrais tant d’années à me réconcilier avec elle
Commenter  J’apprécie          110
alouettalouett   16 février 2011
Je m’inquiétais de vos gros yeux, de vos regards angoissés, de vos questions. Non, je ne savais pas si j’avais fait une crise, ni si j’allais mieux. Non, je ne savais pas ce qui s’était passé… Moi, ce que je voulais, c’était ne plus jamais avoir peur
Commenter  J’apprécie          90
isabiblioisabiblio   08 février 2011
Finalement il me fallait du temps en dehors de la maladie, du temps à vivre pour m'inventer un futur, pour me construire d'autres souvenirs...
Commenter  J’apprécie          90
del_medel_me   11 novembre 2012
Ce livre est un petit bijou. La manière de raconter son histoire, le dessin, la mise en scène des planches, les dessins que l'auteur a fait pendant des années de peur dans son petit carnet. Ce livre est un témoignage bouleversant de ses années malades, mais il est aussi bien plus que ça.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Élodie Durand (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Élodie Durand
Les grandes années ? Collection premiers romans ? Gaël Aymon & Elodie Durand ? Editions Nathan ? dès 7 ans
Retrouvez toutes les infos sur Les Grandes Années sur la page Facebook AimerlireavecNathan !
autres livres classés : epilepsieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Élodie Durand (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..