AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791094680469
Éditeur : Le Serpent à plumes (04/05/2016)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Aimé a 15 ans quand il embarque un matin de 1878, du port de Saint-Malo, pêcher la morue à Terre-Neuve. A cette époque, les marins reviennent les cales chargées à ras bord de poissons salés, la pêche est bonne. Pourtant Aimé va poser son sac de l'autre côté de l'océan.
La force de la nature américaine l'a aspiré, il restera dans ces nouvelles terres. Il rencontrera Marie, une fille de La Rochelle. Ils fonderont une famille, auront des enfants qui peu à peu a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
joedi
  10 juin 2016
Un grand merci à Babelio pour l'organisation de cette Masse critique et aux éditions le serpent à plumes pour l'envoi de ce bel ouvrage.
Ce roman est surtout l'histoire de William et pour qu'elle soit complète, l'auteur raconte aussi l'histoire du grand-père, Aimé qui, à quinze ans quitte Saint-Malo pour aller pêcher la morue à Terre-Neuve, l'histoire de la grand-mère sage-femme intrépide, celles des parents et viendront, pour terminer les enfants et petits-enfants de William. À huit ans, William tire son premier orignal. Très vite il devient autant bon pêcheur que chasseur, il nourrit ses parents ; sa mère est de santé délicate, son père perd son travail et se met à boire. William est un garçon courageux et travailleur, qualités qu'il conservera toute sa vie. Sa mère décédée, son père dans un hospice, William s'embarque comme le fit son aïeul, pour Terre-Neuve. le petit caillou de la mémoire n'est pas qu'une saga familiale, c'est un roman qui raconte les autochtones, rend hommage aux courages des hommes, un rappel de la mémoire qui unit le Québec et la France. J'ai apprécié l'écriture de Monique Durand, le langage du Québec, ses descriptions poétiques ... une lecture que je recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          611
ktylauney
  08 juin 2016
Je remercie Babelio qui m'a envoyé ce livre dans le cadre du dernier Masse Critique ainsi que les Editions le serpent à plumes.
Dans ce roman nous suivons la vie des membres d'une famille sur plusieurs générations à la Pointe-au-Mélilot, un village situé de l'autre côté du golfe Saint-Laurent.
Marie, native de la Rochelle, qui à 75 ans, y exerce toujours son métier de sage-femme.
Elle a deux fils. Etienne, employé d'une compagnie de pâtes et papiers, la Sullivan, qui va fermer son usine du Sault-au-Castor, et Geoffroy, "un homme des bois" qui travaille pour la Compagnie de la Baie d'Hudson.
Enfin un petit-fils, William, le garçon d'Anne et Etienne, proche de la nature, féru de chasse et de pêche.
Le livre est divisé en cinq parties pour dépeindre les différents moments de vie passionnants des personnages avec sensibilité et poésie.
Une ode à la nature, à la beauté de la vie, à l'amour.
C'est un hommage au métier des trappeurs qui s'enfoncent toujours plus loin au nord dans les forêts profondes et à celui du rude travail des terre-neuvas qui travaillaient dix-huit heures par jour pour pêcher la morue dans le froid glacial en étant mal nourris et mal payés.
Nous découvrons ce métier à travers Aimé, l'époux de Marie, qui, en 1878, à l'âge de 15 ans, quitta ses parents et sa Bretagne natale pour s'embarquer sur un trois-mâts. La Bonne Etoile quitta la rade de Saint-Malo pour rejoindre le Grand-Banc de Terre-Neuve.
Ce grand jour Aimé ne partira pas seul et emportera avec lui un morceau de son pays natal.
"Le petit caillou de la mémoire" est un récit romanesque entre terre et mer empreint de beauté, de mélancolie, de la poésie des mots de l'auteure.
Monique Durand nous offre ici un petit bijou de roman qui fait voyager à travers la vie et le destin de personnages attachants et simples, sincères et touchants qui ont partagé des joies, de la tristesse, des drames. Ils resteront toujours fidèles aux souvenirs et à leurs racines ancrées profondément en eux pour les transmettre aux générations futures.




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
clairejeanne
  27 novembre 2017
Merci Monique Durand d'avoir si bien parlé de la littérature québecoise et surtout de la place de la littérature innue, ce soir-là (10 novembre 2017) à la Librairie Québecoise de Paris.
Du coup, est née une belle envie de découvrir cette auteure francophone au parler si enthousiasmant et à la faconde superbe ! Son récent roman, qui se situe dans plusieurs époques et plusieurs lieux est très représentatif de cette écriture venue de la Belle Province.
C'est une histoire familiale pleine de Poésie, de Nature, d'Humanité mais avec parfois aussi un peu de désespérance devant la dureté de la vie...
Le récit s'ouvre sur l'histoire de William, un jeune garçon chargé d'apporter un courrier urgent à son père, Etienne, qui travaille pour l'entreprise Sullivan au Sault-au-Castor ; à huit ans ce soir-là, il tue son premier orignal et en est terriblement bouleversé. Mais son père le sera plus encore en apprenant la mauvaise nouvelle envoyée par sa femme : la Sullivan ferme, c'est la crise qui sévit partout et entraîne trop de familles dans la misère.
William est un amoureux de la Nature :
Extrait (p 20) : "Ce que William aime par-dessus tout, c'est faire un feu au bord de la grève. Dans les soirs sans vent, quand la fumée monte droit vers les galaxies, cylindre d'abord compact puis s'évasant doucement jusqu'à se dissoudre dans l'air. Ces feux-là le consolent de tout. Des feux bien ronds et bien nourris, pas trop gros, juste faits pour lui et quelques étoiles, où le menu brasier est réparti avec un certain équilibre."
Et William a envie d'aller plus tard travailler loin, dans le Nord "Là, dans ce bout du monde, les aurores boréales embrasent le ciel tantôt en vert, tantôt en rose. Chaque fois, racontait Geoffroy, c'est comme si la moitié du ciel se déménageait dans l'autre, le début de la fin du monde ne serait pas différent. Et sous cette grande transhumance de laits pastel, il fallait s'accrocher pour que le sol ne se dérobe pas sous nos pieds."
Geoffroy, le frère aîné d'Etienne, a été très longtemps trappeur dans le Nord ; il y a des pages magnifiques sur cette vie de "trappage" et de rencontres très épisodiques avec d'autres humains, en particulier des montagnais, amérindiens du Québec, beaucoup plus fréquentes avec les animaux dont les trappeurs ne prélèvent que ce qui est nécessaire.
Aimé, le père d'Etienne et de Geoffroy, pêcheur originaire de Bretagne avait longtemps fait les campagnes de morues sur le Grand Banc de Terre-Neuve ; c'était vers la fin du XIXème siècle et un jour le jeune Aimé avait dit à sa mère que de la prochaine pêche, il ne reviendrait pas. C'est souvent ainsi que cette région s'est peuplée.
Des personnages forts, des histoires familiales entrelacées, un petit caillou qui fait le lien ; un très beau livre que l'on laisse avec regrets... Mais on va se précipiter sur les autres livres de Mme Durand !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Solarine
  28 juin 2016
Le Petit Caillou de la Mémoire est un vrai bijou de sensibilité, tantôt fait de douce poésie, tantôt de nostalgie amère ; il dépeint avec émotion et parfois violence, ces générations d'hommes et de femmes qui, refusant de se soumettre à leur destinée, ont répondu à l'appel ardent de l'océan pour devenir des Terre-Neuvas. Voilà un roman d'une justesse incroyable dans le maniement du verbe : j'aurai pu citer des dizaines de passages magnifiques mais le fait est que ce roman devrait se savourer dans son intégralité. L'émotion suscitée par ces portraits de famille prend aux tripes, telle l'histoire de Léonie ; une vague glacée en plein visage ne m'aurait pas plus remuée. Les incursions dans ces tableaux, ces tranches de vie, à la fois paisibles et torturées, sont d'une beauté touchante. Les témoignages recueillis et la plume de l'auteur confère au Petit caillou de la mémoire beaucoup d'humanité et de justesse. Je le conseille vivement.
"Le bonheur aujourd'hui s'appelait baleine à bosse"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AliceAliceAliceCharon
  19 décembre 2016
« le petit caillou de la mémoire », c'est ce qui relie Aimé à sa terre Natale, la France. Aimé est un Terre-neuvas, un pêcheur breton qui embarqua à l'âge de 15 ans pour pêcher la morue sur les grands bancs de Terre-Neuve, au large du Canada. Il s'y installera définitivement et avec Marie, ils y fonderont une famille. Ce roman, aux charmants accents québécois, retrace le destin de cette famille, sur plusieurs générations, mais surtout le parcours de William, petit-fils d'Aimé, homme courageux et proche de la nature. de beaux portraits d'hommes et de femmes, attachants et simples, aussi abruptes que la nature dans laquelle ils vivent. Un texte délicat et dépaysant.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   08 juin 2016
De ces soirs radieux où l'air semble de flamme
Où les brûlantes mains tressaillent de s'unir
De ces soirs où l'amour nous met le ciel dans l'âme
Ô morts, vous n'avez pas perdu le souvenir

Lorsque les soirs d'été chantent dans les ramilles
Vous reprenez, vivants, votre corps ranimé
Et vous venez sans bruit, à travers les charmilles
Pour revoir les lieux chers où vous avez aimé

Blanche Lamontagne, La Maison Nouvelle (1926), extraits du poème
« Soir ».

Page 35
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
joedijoedi   08 juin 2016
Les beaux matins d'été, elle s'asseyait à côté de ses fleurs d'églantier pour les voir s'ouvrir une à une sous la folle lumière.
...
Assise sur un tabouret de bois, le nez dans les boutons roses, Marie guettait le mouvement des corolles s'épanouissant et ouvrant lentement leurs maxillaires diaphanes d'où suintaient encore la rosée.
...
Elle restait là, immobile et buvant le soleil, penchée sur les fleurs qui une à une éclataient. Et elle en tirait une joie sans mesure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
joedijoedi   09 juin 2016
Depuis tout petit, William rêvait d'être une oie blanche. « Parce que c'est le plus bel oiseau de la création », disait-il. Il aimait leurs corps longilignes, flèches lancées dans l'azur. Projectiles au long cou bien planté, au long cours bien tracé, qui flamboient de leurs ailes. Il aime leur aisance. Rien ne les arrête. Leur vie est aussi droite que leur carcasse pointée vers les confins de la terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
joedijoedi   08 juin 2016
Soudain, la bête grandiose [ un orignal ] est là. Les tempes de William battent la chamade. Chaque fois, comme la première. Il est sur la terre pour ça, rien que pour ça. Pour ces instants-là. La beauté, c'est de voir, voir enfin. Et tirer. On fait comme ça depuis que le monde est monde. On a besoin de cette chair. On a besoin de manger son cœur encore chaud. On a besoin de vivre, de se sentir vivre. On a besoin de gagner sur quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
joedijoedi   07 juin 2016
Tout l'après-midi, ils avaient dialogué, chacun dans sa langue, à peu près incompréhensible pour l'autre, et s'étaient livré leurs secrets comme ils ne l'avaient fait et ne le referaient avec personne.
Commenter  J’apprécie          190
Video de Monique Durand (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Monique Durand
Rencontre avec Monique Durand.
Votre librairie « Le Forum du Livre » de Rennes a eu le plaisir de vous inviter dans son café littéraire à une rencontre avec Monique Durand. L'auteur y a dédicacé son livre « Le petit caillou de la mémoire » paru aux éditions du Serpent à Plumes.
autres livres classés : terre-neuveVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox

Autres livres de Monique Durand (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Steven Spielberg et la littérature

En 1975, Steven Spielberg adapte Jaws (Les Dents de la mer). Qui est l'auteur du roman ?

Herman Melville
Ernest Hemingway
Henrik Ibsen
Peter Benchley

15 questions
184 lecteurs ont répondu
Thèmes : steven spielberg , cinema , cinéma americain , Cinéma et littérature , littérature américaine , adapté au cinéma , adaptation , adaptation littéraireCréer un quiz sur ce livre