AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Thomas C. Durand (Autre)
EAN : 9782376863045
Éditeur : Editions ActuSF (28/08/2020)
3.63/5   32 notes
Résumé :
« Bonjour, c'est pour apprendre la magie. »

Anyelle a un don. Un sacré don même !
Elle peut renforcer la magie de ceux qu'elle touche. Mais pour le maîtriser, elle doit apprendre et quitter la forêt qui l'a vue naître... La voilà en route, joyeuse, insouciante et un peu maladroite pour une école prestigieuse de magie... qui n'aime ni les filles ni les pauvres...

Avec ce premier roman d'une série hilarante, Thomas C. Durand, cofon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,63

sur 32 notes
5
4 avis
4
8 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
0 avis

boudicca
  22 octobre 2020
Comme chaque année, les trois maisons d'édition qui composent le collectif des Indés de l'Imaginaire ont fait le pari de sortir conjointement pour la rentrée de septembre trois ouvrages écrits par de jeunes auteurs et autrices prometteurs. Si du côté de Mnémos et des Moutons Électriques, on a misé sur des têtes connues (à savoir Adrien Tomas et Alex Nikolavitch), ActuSF a en revanche décidé de mettre en avant un auteur jusqu'ici absent de son catalogue : Thomas C. Durand. Déjà publié en 2011 par les éditions Asgard, le diptyque des « Énigmes de l'aube » est une oeuvre appartenant au registre de la « light fantasy », comprenez de la fantasy humoristique où quiproquos, loufoqueries et bizarreries sont au programme. On pense ici évidemment beaucoup à Terry Pratchett, pour le côté décalé et la légèreté du ton employé, mais aussi, dans une certaine mesure, à J. K. Rowling et son célèbre « Harry Potter ». le premier tome met en effet en scène une certaine Anyelle, adolescente élevée au fin fond de la forêt par son père, et qui se découvre un pouvoir magique puissant, celui de Renfort (soit la capacité de démultiplier la puissance du pouvoir des autres). Ce don étant à la fois fort rare (et par conséquent très convoité) et fort dangereux, décision est prise d'emmener la jeune fille dans l'école de magie la plus proche afin qu'elle puisse apprendre les bases et éviter de provoquer trop de catastrophes avec son pouvoir. Seulement, Anyelle ne correspond pas vraiment au profil type des élèves de l'École des Magies Utiles et Laborieuses. D'abord parce que la jeune fille possède un caractère bien trempé et n'apprécie que modérément de devoir quitter sa forêt pour suivre un cursus pour lequel elle n'a aucune appétence. Ensuite parce que sa position sociale est très inférieure à celle de ses camarades qui sont tous des citadins plus ou moins fortunés. Enfin, et surtout, parce qu'elle est une fille, et que l'apprentissage de la magie est d'ordinaire réservé aux garçons…
Le lien avec « Harry Potter » saute immédiatement aux yeux et pourra, au choix, rebuter complètement le lecteur, lassé de la sempiternelle rengaine du néophyte qui découvre les joies de la magie, ou au contraire lui procurer un agréable sentiment de familiarité. Car si l'école d'Anyelle n'est certes pas Poudlard, on trouve malgré tout de nombreuses similitudes dans la manière d'aborder le quotidien des élèves ou d'évoquer les spécificités de l'école. Sport en apparence loufoque mais très codifié et suscitant une adhésion sans borne des élèves, professeurs tour à tour étranges, odieux ou protecteurs, chicaneries et inimités entre élèves… : si le monde imaginé par l'auteur n'a rien à voir avec celui de J. K. Rowling, force est de constater que le précédent créé par cette dernière rend presque impossible l'absence de comparaison (difficile en effet de ne pas faire le lien entre métaball et Quidditch, ni d'imaginer le professeur Ferigas autrement qu'en un mélange de Rogue/Lupin oscillant entre froideur et bienveillance). Certains pourraient trouver à y redire, pour ma part j'ai trouvé le décor agréable et les trouvailles de l'auteur plutôt amusantes. le principal intérêt de la scolarité d'Anyelle réside d'ailleurs moins dans les péripéties qu'elle suscite que dans les thématiques sociétales qu'elle permet à l'auteur d'aborder. C'est le cas notamment du sexisme qui occupe une place centrale dans le roman et qui transparaît dans le comportement de la plupart des personnages, à commencer par les élèves et enseignants de l'école, unanimement scandalisés par la présence dans leur rang d'une représentante de la gente féminine. Les inégalités de classe figurent également au coeur du récit puisque l'auteur insiste bien sur la différence de traitement et de perspective entre les élèves lambda et ceux issus de familles puissantes et fortunées. le rapport entre homme et nature est aussi évoqué, notamment via la « fonction » du père d'Anyelle (antibûcheron !) qui permet à la forêt de se régénérer rapidement mais pose malgré tout la question de l'exploitation immodérée des ressources naturelles.
On passe donc un agréable moment au côté de cette jeune fille perdue dans un univers dont elle ne connaît pas les codes, même si le roman n'est pas exempt de tout défauts, certains plus dérangeants que d'autres. Parmi eux, et sans doute le plus handicapant pour le récit : la quasi-absence d'intrigue. Certes, il s'agit d'un premier tome, mais, à l'exception de la scolarité d'Anyelle, on ne trouve pas beaucoup d'éléments auxquels se raccrocher pour imaginer une histoire plus complexe et ambitieuse (même si la conclusion laisse malgré tout espérer un second volet avec plus de matière…). Les quelques aspects de l'univers évoqués par l'auteur sont intrigants, mais on reste sur notre faim, dans la mesure où ces précisions ne servent, pour le moment, qu'à donner de l'épaisseur au décor et non à l'intrigue. Les personnages sont quant à eux tour à tour extrêmement sympathiques ou extrêmement agaçants, mais étant donné qu'il s'agit d'un parti pris visiblement assumé par l'auteur, cette polarisation fait davantage rire qu'elle ne dérange. Je suis en revanche un peu plus nuancée sur le personnage d'Anyelle qui séduit par son humour et sa force de caractère, mais lasse aussi souvent par son comportement puéril et son attitude faussement détachée qui frôle l'insolence (je côtoie assez d'ados mal lunés dans la journée pour ne pas avoir envie d'en retrouver dans les romans que je lis !). Dernier bémol, plus anecdotique cette fois : la multiplication des notes de bas-de-page qui apportent parfois un complément amusant mais dont la fréquence finit par casser le rythme de lecture, et par conséquent l'immersion.
Thomas Durand signe avec « Premier souffle » un premier volet prometteur qui séduit non seulement par son humour, mais aussi par les problématiques sous-jacentes qu'il aborde. le mariage entre un décor à la Rowling et un ton décalé à la Pratchett est quant à lui très réussi, même si l'héroïne agace parfois et que l'intrigue reste pour le moment un peu trop simpliste. Ces « Énigmes de l'aube » n'en demeurent pas moins agréables et mettent en scène un univers intriguant dans lequel je ne serais pas contre refaire une incursion à l'occasion de la sortie du deuxième volume des aventures d'Anyelle.
Lien : https://lebibliocosme.fr/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
DreamBookeuse
  21 octobre 2020
Un premier volume d'une série qui s'annonce hilarante dans la veine des romans de Terry Pratchett. Ombre Bones le rapproche aussi d'oeuvres plus récentes comme celles d'Ariel Holzl Dolorine à l'école ou d'Audrey Alwett. A noter qu'il s'agit d'une réédition, dont ActuSF se fait un peu spécialiste ces temps-ci pour redécouvrir des petites pépites et nous les faire partager. Et j'ai adoré ce premier volume !
Résumé éditeur
« Bonjour, c'est ici pour apprendre la magie ? ». Anyelle a un don. Un sacré don même ! Elle peut renforcer la magie de ceux qu'elle touche. Mais pour maîtriser cette aptitude et apprendre, elle doit quitter la forêt qui l'a vue naître… La voilà en route, joyeux, insouciante, et un peu maladroite pour une école prestigieuse de magie…qui n'aime malheureusement pour elle, ni les filles ni les pauvres…
Mon avis
Avant toute chose je pense qu'il est utile de rappeler qui est Thomas C. Durand. Auteur, zététicien (la zététique est l'art du doute, de la doxa), mais aussi vulgarisateur pour la chaîne La Tronche en Biais sur Youtube, il a publié deux romans dont voici le premier volume, des nouvelles mais aussi quelques pièces de théâtre. Ces aspects de la mise en scène, de la théâtralité, de la remise en question incessante de ce qui l'entoure et nous entoure, imprègnent littéralement son héroïne de 9 ans, Anyelle.
Avec un humour caustique et sarcastique, nous allons suivre cette petite fille dont le don se découvre un jour par le plus grand des hasards. Son père, Elliord, anti-bûcherons (qui fait repousser les arbres), entre encore une fois dans une énième colère après que son visage se soit recouvert de boutons, et pour cause ! Les bûcherons sont retour, ils ont encore coupé les arbres de sa forêt. Bien décidé à les faire repousser, et suivi de sa fille, celui-ci y met toute sa volonté. Et Anyelle aussi. Résultat ? Même les arbres qui avaient été abattus il y a fort longtemps ont repoussé, traversant murs et pièces, depuis les petites chaumières au palais, nouvelle emprise du vivant sur le monde. Ni une ni deux ils s'en vont demandé conseil et le verdict est unanime : Anyelle doit rejoindre une école de magie pour maîtriser son don. Mais la petite fille, du haut de ses 9 ans, est plutôt têtue : pas question de quitter sa forêt, son écureuil, sa maison-arbre, et encore moins son père qu'elle admire et vénère. Toute façon l'école n'accepte ni les filles ni les pauvres. Manque de bol c'est ce qui va la décider à se rendre là bas pour montrer à tous qu'une petite fille pauvre peut aussi très bien réussir. Non mais !
Vous le sentez venir n'est ce pas ? le féminisme, la critique du corps professoral, la dérision, et un brin d'écologie ? Et bien c'est exactement ça, le tout avec énormément d'humour pour un roman de fantasy satirique drôle et enthousiasmant. Bien sûr qu'on pense à Harry Potter avec cette école de magie, mais là où JK. s'en sert de cadre pour faire évoluer son personnage, Thomas C. Durand va plus loin. A travers le regard innocent d'Anyelle c'est toute l'administration et le système scolaire français qui s'en trouvent chamboulés. Avec ses questions, ses pourquoi et ses comment, ce sont les professeurs de magie qui n'ont qu'à bien se tenir ! Et pourquoi dois-je regarder mon ombre quand l'aube se lève ? Et pourquoi c'est interdit aux filles ? Et pourquoi est-il interdit d'éternuer ? Et pourquoi… Des questions qui trouvent des réponses aussi ridicules que ceux qui la profèrent : le cerveau des filles n'est pas pareil, c'est comme ça et puis c'est tout, sans parler de ceux qui cherchent la réponse, ne la trouvent pas, et décident d'en inventer une au hasard. Cela me rappelle évidemment le sexisme mais aussi…les cours de français. En bref, Anyelle remet tout en doute et tout le monde, sans parler de l'autorité (répondant avec des bof à tout ou presque), et du système de classe qui semblait s'être instauré dans l'école. Les riches n'ont qu'à bien se tenir !
Énormément de choses m'ont fait rire : le professeur Arcageot Lubinant et son haleine fétide qui entraîne un balais de courants d'air, on a tous eu un professeur à l'haleine tellement immonde qu'on se retenait de respirer ; les accoutrements illogiques de certains d'entre eux ; Elliort qui ne comprend pas les usages de la cour et / ou s'en fiche royalement ; l'impertinence d'Anyelle ; les dons ridicules (transformer des choses en boudins verts quand on est en colère, en voilà un don extraordinaire !) ; les notes de bas de page qui précisent avec dérision une notion du texte souvent pour la moquer, etc. Cependant l'humour, même divinement intelligent et formidablement amené pour offrir une critique génialissime de la société ne fait pas tout. Beaucoup ont souligné le manque d'intrigue, d'enquête, en bref de quête dans l'histoire comme l‘Ours Inculte, Ombre Bones, etc. Mais pour moi ce ne fut absolument pas gênant. C'était comme si l'auteur avait réussi l'exploit de nous faire avaler 405 pages, en bon page turner aux chapitres courts et endiablés, sans jamais nous soumettre au schéma typique de l'intrigue, de l'enquête et de sa résolution. Et puis après tout, à l'âge de neuf ans, tout est une aventure ! Depuis le chemin parcouru entre la maison et l'école, aux bagarres dans la cour de récré, sans parler de la magie.
En résumé
Premier souffle est un premier tome réussi et puissant par sa critique sociale. Trempant sa plume dans l'humour caustique pour tracer le destin d'Anyelle, depuis sa forêt natale à une école de magie qui n'accepte ni les filles, ni les pauvres, Thomas C. Durand nous plonge dans un univers drôle et poussif où tout -ou presque- est sujet à rire depuis les dons ridicules (changer la viande en boudin vert) aux professeurs truculents. Maniant habilement ses piques et autres satyres, l'auteur nous enjoint à questionner notre propre monde et ses rouages afin d'en dégager les discriminations de genre ou de classe, les fissures du système éducatif et politique, ou encore quelques fausses notes écologiques.
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alicelibrarian
  24 mars 2021
L'histoire : On suit ici l'histoire d'Anyelle, de son point de vue, avec en plus une touche 'Chronique historique' écrite bien longtemps après. Dans cet univers magique, où l'on retrouve une société féodalisée, une partie des personnes a de la magie donique, un don, qui peut être très utile, faire pousser les arbres, même coupés, ou pas du tout utile, pouvoir manger des kilos et des kilos de prunes sans être malade. J'ai eu l'impression de retrouver l'univers de Troy (Lanfeust ou les Trolls) que j'apprécie. Les dons que j'apprécie le plus ici sont évidemment ceux en rapport avec la magie elle-même, comme le Renfort, qu'à Anyelle notre héroïne, ou des dons qui associent les autres magies.
Pour ne pas être utilisée contre son gré pour renforcer des magies maléfiques, Anyelle se retrouve donc envoyé à l'école de magie, plus précisement, l'École des Magies Utiles et Laborieuses. Qui n'accepte pas les filles (ce qu'est Anyelle). Autant dire que son aventure démarre bien. Mais ils acceptent malgré tout les princesses, car elles valent cher, et qu'il faut bien refaire le toit du hall…
Les personnages : Anyelle a un caractère assez prononcé, issu de son enfance assez isolée, malgré 2 jours par semaine à l'école du village. Elle vivant dans une maison en bois, au coeur du bosquet qu'entretient la magie de son père, qui est anti-bucheron, à savoir que sa magie fait pousser les arbres, même coupés (si si). Toutefois, son habituelle réponse entre le 'moui' le 'bof' et le 'je sais pas' m'a souvent agacée, même si je comprends son désintérêt vu certaines conversations qu'elle doit subir.
Les professeurs de l'école… comment dire qu'ils sont atroces ? Surtout en tant qu'enseignant ! Passé le sexisme qui régit l'école (la tradition, tout ça tout ça), ils ont des dons certes souvent impressionnant, mais le pouvoir n'est pas la faculté d'enseigner.
Les élèves ne sont pas mieux. Entre les snobs, les pédants, les pouf, compliqué pour Anyelle de trouver quelqu'un avec qui discuter et passer du temps. Une chance qu'elle finisse par insister auprès de Naxu, qui, redoublant, ne cesse de se persuader lui-même qu'il n'en vaut pas la peine.
La plume de l'auteur : L'humour est tissé dans les mots mêmes choisis par l'auteur. Sur les non-sens de cette société, les facilités que l'on se permet, les abus… Et les stupidités ! Mais surtout, les notes de bas de page… On ressent presque les chamailleries des magiciens qui sont en désaccord sur les propriétés de tel ou tel ouvrage. Et ces non-sens : « Pourquoi ? On ne demande pas pourquoi, on le fait, c'est tout. Tout le monde le fait et tout le monde a toujours fait comme ça. Alors ne pose pas de question et fais-le. » On parle ici pour tous les magiciens, de venir regarder le lever de soleil, mais surtout, de bien regarder leur ombre pour ne pas qu'elle vibre trop quand le soleil se lève. (Et on réagit exactement comme Anyelle à ce moment là, mais qu'est-ce qu'ils font ? Personne ne doute ?!! ) Ce livre je l'ai dévoré, il défile vite, malgré quelques lenteurs parfois que j'attribue au caractère un peu tranché d'Anyelle.
Mon avis général : Encore une fois, j'ai dévoré l'ouvrage. J'ai ri, pouffé, et même parfois soupiré devant la bêtise de certains personnages, mais c'était un plaisir de lecture. J'ai hâte de pouvoir mettre la main sur le second tome, quand il sortira. (Et surtout il faut lire les notes en bas de page, je vous assure !). J'espère juste qu'Anyelle aura un peu plus de vocabulaire, et un peu moins de 'Bof'. Et la magie… surtout toute cette magie perdue qu'on retrouve dans les ouvrages de cours… J'adore découvrir des magies variées !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
oursinculte
  07 octobre 2020
C'est la rentrée ! Comme tous les ans les touristes vont enfin laisser ma montagne tranquille, les petits enfants reprennent le chemin de l'école, et les indés de l'imaginaire nous balancent leur « rentrée de la fantasy ». Dans ce cadre, ActuSF nous propose le premier tome des Énigmes de l'aube par Thomas C. Durand, réédition d'un titre paru en 2011.
C'est aussi la rentrée pour Anyelle. Cette petite fille de neuf ans vit dans la forêt avec son père et sa belle-mère, dans un monde où beaucoup de gens ont un petit don magique. le papa, par exemple, est un anti-bûcheron, il fait repousser les arbres. Mais le jour où ils découvrent qu'Anyelle a un don de renfort (elle peut décupler les dons des autres) on l'envoie à l'école de magie pour arriver à maitriser son pouvoir parce que ça peut vraiment partir en vrille très très vite. Mais l'école en question est un peu rigide sur les bords, accepter une pauvre fait déjà grincer quelques dents, mais alors une fille, là, faut pas pousser.
Ce qui distingue le premier souffle, c'est avant tout le ton du récit, qui est une fantasy satirique sur laquelle plane l'influence assumée de Terry Pratchett. Chaque chapitre sera l'occasion de dépeindre un ou plusieurs travers de notre société à travers le parcours de cette petite fille dans une école extrêmement injuste. On va taper sur le système éducatif évidemment, sur les profs, sur le patriarcat, les classes sociales, etc… grâce à un humour caustique omniprésent et un univers où chaque détail sera prétexte à une vanne et à son sous-texte (et avec les notes de bas de page qui vont bien). Cet aspect est très marrant, et très bien mis en place. le monde comique où chacun a un petit don magique, parfois un peu débile, m'a fait penser à Lanfeust de Troy et l'univers ici s'appelle même « les Troyaumes ». Édité dans un label co-créé à la base par Christophe Arleston, il est un peu à la maison.
Du coup oui, Les énigmes de l'aube fait absolument « Harry Potter écrit par Terry Pratchett ». Mais le défaut principal que j'ai trouvé dans l'exécution de cette formule, c'est qu'à part l'année scolaire d'Anyelle, il n'y a pas vraiment d'histoire. Même le premier Harry Potter avait une énigmes et une aventure en dehors des cours et de la découverte de son école. Mais là, l'auteur fait le strict minimum en ne proposant que les mésaventures de sa jeune protagoniste dans une école de magie. On a les cours, les camarades de classe, les professeurs, les vacances, le sport chelou qui va bien, et voilà. Y'a bien un ou deux mystères esquissés mais on les évoque à peine, leur solution se réservant pour les prochains tomes. Certainement. J'espère.
Même si j'ai apprécié l'humour, les critiques sociales bien envoyées, tout ça reste léger et ne marquera pas franchement ma mémoire. Anyelle elle-même est un personnage qui s'efface souvent devant les descriptions élaborées et les situations cocasses. Elle apparait comme une petite fille grognon qui répond « mouais bof » à tout. Beaucoup d'éléments de l'histoire apparaitront aussi très stéréotypés, des camarades de classe aux professeurs, des évènements qui vont rythmer l'année, c'est certes une utilisation des poncifs pour mieux les détourner, mais ça manque pas mal de surprises et de folie tout ça.
Si vous êtes partant pour une virée cocasse et légère, vous pouvez tenter Les énigmes de l'aube sans problème, mais il ne faudra pas en attendre plus qu'une fantasy humoristique qui pastiche les écoles de magie. J'aurai préféré qu'il aille un peu plus loin dans ses mystères, dans ses aventures extra-scolaires, mais ne boudons pas notre plaisir : j'ai passé un moment agréable quand même.
Livre reçu en Service presse de la part de l'éditeur ActuSF, merci à eux.
Lien : https://ours-inculte.fr/les-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Aelynah
  09 novembre 2020
Alors j'ai découvert avec ce roman le terme « light fantasy » ou fantaisie humoristique. Alors même si j'en ai déjà lu auparavant, je n'avais pas forcément relevé qu'il s'agissait d'un sous-genre de la fantasy. Comme quoi on en apprend tous les jours.
Un peu comme Anyelle qui va devoir quitter sa forêt, sa nature et une vie campagnarde pour aller étudier à la ville dans une école de magie qui, à la base, n'accepte ni les filles ni les pauvres.
On commence à entrevoir déjà le contexte et surtout la mise en avant de thèmes sociaux comme l'inégalité des classes, le sexisme et tant d'autres. Mais Anyelle n'est pas tout le monde, son caractère frais et franc va détonner dans ce cadre normé qu'est l'école. Ici un seul circuit tracé, pas de chemin de traverse, le système est codifié jusqu'à l'absurde. L'élève apprend mais n'a pas besoin de comprendre. Et cela dure depuis tellement longtemps que les questionnements d'Anyelle sur le pourquoi ? apporteront des réponses totalement incompréhensibles. Parce que tu es une fille ? parce qu'est comme ça ? ou alors complétement inventées car même les professeurs n'en savent rien. de là à y voir une caricature de notre enseignement français il n'y a qu'un pas que le lecteur fera ou non selon ses appétences.
Au travers de personnages parfois surjoués, odieux, loufoques, à côté de leurs basques ou étranges nous allons suivre la vie d'Anyelle dans cette école toute sauf ordinaire. Autant j'ai pu avoir quelques rigolades face à des scènes humoristiques de par l'image qu'elles véhiculaient autant sur la longueur je n'ai pas su trop quoi en retirer. Les notes de bas de pages qui auraient pu permettre elles-aussi des touches d'humour décalées ont perdu leur entrain en cassant par trop souvent le rythme de la lecture.
J'oserais penser que la période actuelle ne m'a pas rendu suffisamment réceptive à l'humour pas toujours politiquement correct à la Terry Pratchett de ce roman. Je ressors donc de ma lecture mitigée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
Elbakin.net   28 août 2020
Les critiques des systèmes scolaires modernes (notamment celui des facultés américaines ou l’abandon récurrent des matières artistiques) par exemple sont bien vues et la plupart du temps amusantes. Et c’est bien là ce qu’on attendait de ce roman.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Elbakin.net   01 juillet 2013
Même si Thomas C. Durand n’a pas encore la plume du maître, il signe ici un volume plutôt réussi. L’humour “cour de récré” colle parfaitement à son personnage principal et la vérité sortant de la bouche des enfants, la satire de notre société n’est jamais bien loin.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ClaireDocClaireDoc   25 avril 2021
-Ma parole, j'ai jamais donné aucune réponse ! fit Ellewinthe en crachant au sol, la main levée.
-Mais alors, à quoi ça sert ? se désespéra Anoxa.
-Je ne répondrai pas à ça non plus. Hé, hé. Mais pour sûr, quand les gens repartent d'ici, c'est avec les bonnes questions en tête.
Commenter  J’apprécie          30
DreamBookeuseDreamBookeuse   21 octobre 2020
Anyelle était excédée. On l’avait amenée ici sans lui demander son avis sous prétexte que c’était dangereux pour elle de ne rien connaître à la magie. Sans lui demander son avis, on l’installant dans une petite chambre voisine des soeurs Bronthar. Sans lui demander son avis, on la mettait au fond de la classe, puis au premier rang. Ça commençait à bien faire. Elle n’allait pas en plus commençait à se plier à on ne sait quel jeu hiérarchique de gamins mal élevés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DreamBookeuseDreamBookeuse   21 octobre 2020
C’est un fait. Un barrage sur un fleuve a toujours été la réponse à toutes sortes de problèmes. Quand on noie ses problèmes sous quelques millions de litres d’eau, ils la ramènent moins, et l’on a le temps de les oublier avant qu’ils réussissent à faire surface
Commenter  J’apprécie          10
StregaStrega   04 décembre 2020
Il lui avait assez répété que le plus grand danger du savoir était l’illusion que donne un peu de savoir et que ne peut briser qu’une somme considérable de savoir : l’ignorance qui s’ignore.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Thomas C. Durand (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas C. Durand
Présentation du livre de Mendax qui sort le 9 janvier.
« Quand est-ce qu'on biaise ? » est la question qu'on doit se poser quand on prend conscience de toutes les erreurs systématiques que nous commettons si nous ne prenons pas soin de corriger notre cerveau.
Savez-vous ce qu'est la Zététique ? L'art du doute nourri par la méthode scientifique. Le refus de toute affirmation dogmatique, mais aussi une autodéfense contre les idées reçues, les fausses évidences, les illusions sensorielles, les duperies du langage, les raisonnements erronés..., tous ces pièges que nous tend notre cerveau. L'intelligence n'immunise pas contre l'erreur. Quand nos neurones sont biaisés nous n'avons aucun moyen objectif de le savoir. Alors, il faut apprendre à douter. Une méthode mise en scène avec humour dans des dialogues entre deux personnages attachants, la marionnette Mendax, incarnation de notre cerveau avide de réponses simples et définitives, et Vled Tapas, professeur d'esprit critique. Du paradoxe de l'oeuf et de la poule, à Descartes et aux théories du complot, nos raisonnements sont passés à la moulinette.
+ Lire la suite
autres livres classés : roman initiatiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1887 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre