AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de Alicelibrarian


L'histoire : On suit ici l'histoire d'Anyelle, de son point de vue, avec en plus une touche 'Chronique historique' écrite bien longtemps après. Dans cet univers magique, où l'on retrouve une société féodalisée, une partie des personnes a de la magie donique, un don, qui peut être très utile, faire pousser les arbres, même coupés, ou pas du tout utile, pouvoir manger des kilos et des kilos de prunes sans être malade. J'ai eu l'impression de retrouver l'univers de Troy (Lanfeust ou les Trolls) que j'apprécie. Les dons que j'apprécie le plus ici sont évidemment ceux en rapport avec la magie elle-même, comme le Renfort, qu'à Anyelle notre héroïne, ou des dons qui associent les autres magies.

Pour ne pas être utilisée contre son gré pour renforcer des magies maléfiques, Anyelle se retrouve donc envoyé à l'école de magie, plus précisement, l'École des Magies Utiles et Laborieuses. Qui n'accepte pas les filles (ce qu'est Anyelle). Autant dire que son aventure démarre bien. Mais ils acceptent malgré tout les princesses, car elles valent cher, et qu'il faut bien refaire le toit du hall…

Les personnages : Anyelle a un caractère assez prononcé, issu de son enfance assez isolée, malgré 2 jours par semaine à l'école du village. Elle vivant dans une maison en bois, au coeur du bosquet qu'entretient la magie de son père, qui est anti-bucheron, à savoir que sa magie fait pousser les arbres, même coupés (si si). Toutefois, son habituelle réponse entre le 'moui' le 'bof' et le 'je sais pas' m'a souvent agacée, même si je comprends son désintérêt vu certaines conversations qu'elle doit subir.

Les professeurs de l'école… comment dire qu'ils sont atroces ? Surtout en tant qu'enseignant ! Passé le sexisme qui régit l'école (la tradition, tout ça tout ça), ils ont des dons certes souvent impressionnant, mais le pouvoir n'est pas la faculté d'enseigner.

Les élèves ne sont pas mieux. Entre les snobs, les pédants, les pouf, compliqué pour Anyelle de trouver quelqu'un avec qui discuter et passer du temps. Une chance qu'elle finisse par insister auprès de Naxu, qui, redoublant, ne cesse de se persuader lui-même qu'il n'en vaut pas la peine.

La plume de l'auteur : L'humour est tissé dans les mots mêmes choisis par l'auteur. Sur les non-sens de cette société, les facilités que l'on se permet, les abus… Et les stupidités ! Mais surtout, les notes de bas de page… On ressent presque les chamailleries des magiciens qui sont en désaccord sur les propriétés de tel ou tel ouvrage. Et ces non-sens : « Pourquoi ? On ne demande pas pourquoi, on le fait, c'est tout. Tout le monde le fait et tout le monde a toujours fait comme ça. Alors ne pose pas de question et fais-le. » On parle ici pour tous les magiciens, de venir regarder le lever de soleil, mais surtout, de bien regarder leur ombre pour ne pas qu'elle vibre trop quand le soleil se lève. (Et on réagit exactement comme Anyelle à ce moment là, mais qu'est-ce qu'ils font ? Personne ne doute ?!! ) Ce livre je l'ai dévoré, il défile vite, malgré quelques lenteurs parfois que j'attribue au caractère un peu tranché d'Anyelle.

Mon avis général : Encore une fois, j'ai dévoré l'ouvrage. J'ai ri, pouffé, et même parfois soupiré devant la bêtise de certains personnages, mais c'était un plaisir de lecture. J'ai hâte de pouvoir mettre la main sur le second tome, quand il sortira. (Et surtout il faut lire les notes en bas de page, je vous assure !). J'espère juste qu'Anyelle aura un peu plus de vocabulaire, et un peu moins de 'Bof'. Et la magie… surtout toute cette magie perdue qu'on retrouve dans les ouvrages de cours… J'adore découvrir des magies variées !

Commenter  J’apprécie          10



Ont apprécié cette critique (1)voir plus