AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072860133
224 pages
Éditeur : Gallimard (05/03/2020)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 106 notes)
Résumé :
Monsieur Henri est le chef dévoué du Relais fleuri, un bistrot traditionnel qui régale ses clients de plats généreux et savoureux. Sous les yeux subjugués de Julien, son fils, il élabore d'appétissantes recettes que sa femme Hélène consigne dans un cahier. Mais un jour, Hélène quitte la maison sans explication, emportant avec elle le bonheur de cuisiner. Le cahier de recettes disparaît et Henri décrète que jamais Julien ne deviendra cuisinier. Cela n'empêche pas le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  18 juin 2019
Le cahier de recettes, c'est ce qui reste de ce père cuisinier à Julien, le fils qui aura grandi non pas dans les jupes d'une mère mais dans les casseroles, les épices, la chantilly, les tables pleines d'un monde affamé. Julien se souvient de son père, si absent, si distant, si taiseux. Il se souvient de son enfance où la nourriture était prêchée avec le plus grand respect. Il se souvient de la belle Hélène, agrégée en lettres, de son savoir, de son amour pour les livres. Puis, c'est du vide dont il se souvient. La solitude comme seule amie. Hélène est partie. Faute à cette profession ingrate de cuisinier où il faut travailler de 7h à minuit, où on n'a plus le temps pour vivre ailleurs que dans une cuisine.
Un roman sympathique et léger qui relate sans extravagance l'envie d'un jeune de s'émanciper, de puiser dans l'héritage paternel pour vivre ses envies. On sent combien l'auteur est passionné par la gastronomie. Ce roman transpire de métaphores culinaires, de recettes en tout genre. le tout est néanmoins servi sans cette pincée de sel et de poivre. Je n'ai pas vraiment senti toutes les saveurs décrites dans ce roman. C'est fluide et léger mais aussi plat et creux, sans exaltation culinaire ou émotionnelle à mon humble avis.
#LeCahierDeRecettes #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          875
lyoko
  14 juin 2019
Au travers de ce roman on sent la passion, mais aussi cet amour filial et paternel. Cette transmission d'un savoir , d'un amour pour la cuisine. Mais aussi cette envie de protéger et de voir les siens avoir une vie meilleure.
J'ai adoré ce roman qui m'a mise face a certains éléments de ma vie. Au devoir de mémoire que nous avons vis à vis de nos ancêtres . Il y a quelques jours un évènement important est venu frapper à ma porte. Certains membres de ma famille et moi-même avons appris l'existence d'un carnet écrit par mon grand-père maternel. Il avait été conservé et caché par un autre membre de la famille. Nous n'avons, par le biais du net, pu en lire que quelques pages.. mais c'est très émouvant de voir l'écriture d'un ancêtre et surtout ce qu'il a vécu. Mon grand père y notait ses 5 ans de captivité dans un camps lors de la seconde guerre mondiale, ainsi que son arrestation et sa libération.
La vive émotion que nous avons pu ressentir est très certainement ce que Julien a lui aussi du vivre.
Revenons au roman, qui mérite d'être lu et connu. Il est court , sans doute mon seul regret. Une écriture agréable et fluide , prenante. D'ailleurs je l'ai lu d'une traite.
L'auteur maitrise a la perfection les description et les sentiments. En fait on est immergé complètement dans cette histoire... histoire qui se déroule chez moi d'autant plus. Ce qui fait qu'on y retrouve ses marques .. des noms de rues, auxquelles on peut y associer des odeurs, des souvenirs personnels.
Bref un roman qui se lit vite mais qui est une incroyable leçon de vie, ou chacun pourra s'y reconnaître ou tout au moins y reconnaitre quelqu'un qui lui est proche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          824
Cannetille
  12 juillet 2019
Le narrateur s'adresse à son père, désormais disparu, pour évoquer avec tendresse et émotion ses souvenirs de leur relation : restaurateur d'origine modeste qui rêvait d'un destin intellectuel pour son fils, forçat du travail qu'il accomplissait dans la passion et le respect des bonnes choses, taiseux maladroit mais désespérément fidèle en amour, ce père si marquant avait finalement fini par transmettre à son fils, à son corps défendant et contre tous ses espoirs, la passion de la cuisine. Après le décès paternel, le fils n'aura de cesse de remettre la main sur le fameux cahier de recettes rédigées au temps où ses parents étaient encore unis, obstinément soustrait à sa curiosité dans le refus du vieil homme de voir son rejeton suivre ses traces, à ses yeux honteusement ouvrières.

Une émotion toute de pudeur et de délicatesse imprègne les pages de ce récit qui se lit la gorge souvent serrée, voire un début de larme au coin de l'oeil. Tandis que le fils découvre peu à peu les secrets de son père, si dignement et désespérément tus, se dessine une relation filiale forte et unique au sein d'une galerie de beaux personnages, tous rendus avec justesse et profondément attachants. Le mode de narration, où le fils s'adresse à son père, rend l'histoire nostalgique et touchante, tout en lui conférant une crédibilité simili autobiographique.

Au-delà du récit intime de l'amour et de la transmission entre un père et son fils, ce roman est aussi une ode à la gastronomie et un hommage aux hommes passionnés qui lui asservissent leur vie, dans un environnement professionnel exigeant et impitoyable : impossible de ne pas saliver au fil des pages, emportés à notre tour par la magie et l'amour de la cuisine. Coup de coeur.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6615
Jeanfrancoislemoine
  25 mars 2020
Très beau roman sur le temps qui passe , l'amour familial , le désir d'ascension sociale d'un père pour son fils , les non- dits , les premières amours , et , aussi , la passion d'un jeune pour le métier exécuté par la figure tutélaire.....Nous sommes dans les années 70 , dans les environs de Dijon , une époque qui voit décliner l'intérêt pour les études " techniques " et monter dans les classes populaires la fierté de voir accéder les enfants au très élitiste BAC , porteur d'honneur , de fierté , un sésame vers une vie qu'on espère plus " facile " , mieux reconnue et valorisée....
Ce livre , c'est déjà ces transformations sociales qui s'infiltrent peu à peu dans un monde jusqu'alors assez cloisonné, assez figé, entraînant souvent des " conflits de génération ".Julien et son père, Henri , n'échapperont pas à cette tendance ...
Dès le début, c'est l'émotion qui nous gagne avec Julien qui assiste son père au moment du grand départ....Et tout , bien entendu , tout , va remonter . Les personnages , incroyables de charisme comme Lulu , Gary et Maria , énigmatiques comme Hélène, l'épouse enfuie....On va les suivre avec intérêt et mesurer leur rôle dans le cheminement initiatique du jeune Julien . Il y aura aussi les obstacles à franchir , les interrogations , les joies , les peines jusqu'à un dénouement...Un roman de la vie , simple , comme ont pu la connaître nombre d'entre nous , une vie insérée dans la passion , les odeurs , l'art de ces bons petits plats généreux, goûteux , qui flattent nos papilles .
Ce livre , c'est une explosion d'émotions et j'avoue m'être repu de ces mots , de ces phrases , de ces images soignés, aussi bien " cuisinés" que les plats préparés avec amour et passion par Henri ....
J'ai eu l'occasion de m'en expliquer déjà, je n'apprécie pas spécialement les romans " feel - good" qui envahissent le marché ( attention , j'ai grand respect pour leurs auteurs et leurs lecteurs , à chacun ses goûts ) . Ce livre me semble aller au - delà de ce genre littéraire par sa sincérité naturelle , son reflet de la société et des mentalités d'une époque qui m'est familière , et il y a une incroyable pudeur à dévoiler juste ce qu'il faut des personnages .Malgré un sujet somme toute délicat, on vit , on vibre , on rit , on comprend ou pas la situation , on prend parti ou non , on rit , bref , c'est un livre dans lequel je me suis senti " acteur " et qui a fait remonter en moi , nombre de souvenirs .C'est très bien écrit, on se croirait dans " la maison des autres " de B Clavel ( fabuleuse série que je vous recommande ) et dans le film " le grand chemin" avec Bohringer et la talentueuse et regrettée Anémone avec le " déshabillage " du lapin....
Un peu ( beaucoup) de douceur , un luxe aujourd'hui , il est là , sous vos yeux , laissez - vous aller....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
hcdahlem
  30 avril 2019
Après le remarqué «Marguerite» Jacky Durand nous revient avec un roman aux forts accents autobiographiques qui rend hommage à un père disparu. Un cuisinier qui lui aura laissé «Le cahier de recettes».
Ce joli roman, dans lequel on retrouve l'écriture sensible qui avait déjà fait merveille dans Marguerite, pourrait être sous-titré «ce que je dois à mes parents» ou encore «naissance d'une vocation». Car l'histoire de Julien, un jeune garçon qui rêve de suivre les traces de son père cuisinier et qui décide de suivre des études de lettres pour se rapprocher de sa mère, a tout du récit autobiographique. Rappelons que Jacky Durand est aujourd'hui chroniqueur pour Libération («Tu mitonnes») et France-Culture («Les mitonnages de Jacky»), qu'il marie à merveille son expérience en cuisine, sa connaissance des produits et des petits plats à un style qui met en éveil tous les sens, à commencer par le goût et l'odorat qui ont accompagné son enfance et son adolescence.
Au moment où il fait ses adieux à son père, emporté par une longue maladie, Julien se souvient de ses années durant lesquelles il s'immisçait dans la cuisine du restaurant, observant son père aux fourneaux puis tentant de lui apporter son aide, fasciné par son savoir-faire: «Pour moi, tu es le maître du feu; un magicien quand tu fais gonfler la brioche; un perceur de coffre-fort quand tu ouvres les huîtres; un roi mage quand tu fouettes la crème Chantilly et que tu fais fondre pour moi du chocolat noir. La cuisine embaume la brioche qui dore et l'orange pressée. C'est la saison des sanguines. Tu les pèles à vif et me laisses placer les tranches sur une assiette. Tu ajoutes quelques gouttes d'eau de fleur d'oranger. Tu dis que ça te rappelle l'Algérie.» 
L'Algérie, c'est l'autre part – mystérieuse – de cet homme qui se livre peu. On comprend entre les lignes combien cette expérience l'a changé. Il y aura beaucoup appris sur l'âme humaine, y aura découvert des villages «où personne ne savait ni lire ni écrire», mais aussi la fraternité. Lucien, l'ami inséparable, l'accompagnera du reste à son retour et le secondera dans son restaurant du Relais fleuri.
C'est là, du côté du Jura, qu'un jour s'installe Hélène. Elle sera séduite par la cuisine du patron avant de l'être par le chef venu lui expliquer que chez lui «on aime beaucoup ou pas du tout». La prof de français, «l'intello bourgeoise», et l'artisan s'apprivoisent et offrent chacun au petit Julien de partager leur passion. Cuisine et littérature, tendresse et tours de main. On suit Cinq colonnes à la Une ou Les Animaux du monde de Frédéric Rossif à la télé. La vie suit son cours paisible, aux effluves de paupiettes de veau, d'un fromage de tête à nul autre pareil, de vol-au-vent ou encore de cette brioche à la fleur d'oranger. Jusqu'au jour où Julien est envoyé quelques jours à Dijon, chez Gaby et Maria.
À son retour, Hélène a disparu. «Pour étouffer la douleur, je sors ton cahier de recettes. Je l'ai récupéré dans le tiroir de la table de nuit de maman avant que Nicole s'installe dans votre chambre. Je le feuillette souvent sous les draps. Pas tant pour lire les recettes que pour retrouver maman à travers son écriture. Je m'attarde sur chacune des lettres, imaginant le grain de beauté sur son doigt alors qu'elle tient son crayon. Elle a une façon bien à elle de former les "e". Elle les termine par un trait qui se jette dans le vide au lieu de s'arrondir. "C'est mon côté rebelle", m'avait-elle dit en riant.»
Ce cahier de recettes est en quelque sorte le condensé de toute l'histoire de Julien. Derrière les ingrédients et l'explication de la préparation des plats sont rassemblés la savoir-faire de l'un et l'écriture de l'autre, l'idée de transmission tout autant que celle du changement de statut social et les deux pôles qui vont présider à la vie du jeune homme un fois son bac en poche.
Jacky Durand nous a mitonné un roman émouvant, fleurant la nostalgie. Une déclaration d'amour et quelques recettes… de vie.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Linka16Linka16   26 mai 2020
Dans chaque page, il y a de toi. De ta première Gitanes du matin en buvant ton broc de café ; de tes humeurs sans paroles que seul Lucien savait décrypter ; de ta générosité qui fait que tu n'as jamais été riche ; de ton humilité à t'effacer derrière tes assiettes ; de ton talent à sauver un service quand tout le monde voulait manger en même temps ou qu'un plat faisait défaut ; de cette imagination invisible qui t'inspirait une recette avec trois fois rien ; de ton respect de tous les ingrédients, de la miette de pain à la morille ; de ton opiniâtreté à fricasser de 7 heures à 23 heures sans jamais te plaindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Linka16Linka16   26 mai 2020
Tu vois, mon frère a fait la guerre avec les Arabes, moi contre, va comprendre.
Commenter  J’apprécie          00
Linka16Linka16   24 mai 2020
Mais il y a toujours du rab de frites pour les étudiants fauchés. Tu n'as jamais été riche mais tu n'as jamais compté pour ceux sans le sou.
Commenter  J’apprécie          30
hcdahlemhcdahlem   30 avril 2019
INCIPIT
Je n’en finis pas de fixer tes mains sur la couverture de l’hôpital. Elles sont diaphanes comme du papier de soie. On dirait des racines échouées dans le lit d’un ruisseau. Moi qui les ai connues si vives et chaleureuses, même esquintées de la paume à la pulpe de l’index. Tu disais en riant que tu étais « le roi des brûlures ». Tu avais beau avoir toujours un torchon coincé dans ton tablier, tu l’oubliais au moment du coup de feu pour empoigner trop vite ces poêles dans lesquelles tu retournais avec les doigts les côtes de veau et les filets de perche. Et tu te brûlais sans rien dire, maintenant quand même tes mains dans l’huile bouillante ou démoulant tes gâteaux au sortir du four.
Tu disais qu’une brûlure chassait l’autre, que tu tenais ça du vieux boulanger qui t’avait appris, gamin, à faire du pain. Et tu riais quand je touchais tes cicatrices calleuses. J’aimais aussi jouer avec la dernière phalange de ton index, noueuse comme un cep de vigne, et je voulais que tu me racontes encore l’histoire de sa difformité. Tu me disais que tu n’étais alors guère plus âgé que moi. Tu étais assis à la table où ta mère venait de poser son hachoir pour préparer une terrine. Il te fascinait, cet engin en fonte dont tu avais le droit de tourner la manivelle tandis que ta mère y introduisait des morceaux de porc. Sauf qu’un jour, alors qu’elle était partie, tu avais mis ton index dans le hachoir. Il avait fallu chercher le docteur à pied sur la grand-route puis revenir avec lui dans sa carriole. Le toubib avait observé ton doigt. C’était encore l’époque où il était inconcevable de poser une question à un médecin. Il avait ordonné à ton père de tailler deux planchettes dans un morceau de peuplier. Tu avais serré les dents quand il les avait plaquées sur ton doigt. Puis il les avait maintenues avec des bandes taillées dans une ceinture en flanelle de ton père. Il avait dit qu’il reviendrait dans un mois.
Quand il avait ôté l’attelle, ton index était tout rose avec la dernière phalange pointant vers la gauche. Le docteur avait dit que ton doigt était sauvé mais que tu serais peut-être recalé au service militaire. Ton père avait froncé les sourcils en déclarant que tu ferais ton armée comme tout le monde. Et toi, tu secouais la tête en me racontant cela et en soupirant : « S’il avait su que je ferais vingt mois d’Algérie. » Tu continuais de gratter le fond des casseroles avec l’ongle de ton doigt difforme, tu disais qu’il était bien pratique pour récurer des endroits difficiles d’accès.
Je me souviens de ton index posé sur le dos d’un couteau, sur une poche de pâtissier. Tu t’appliquais comme si tu étais en train de passer ton CAP. Là, tout de suite, je le soulève, il me semble léger et minuscule comme un os de poulet de batterie. J’ai souvent eu envie de tordre ta phalange pour tenter de la remettre droite. L’idée même de ce geste m’a toujours terrifié. Non, je ne peux pas te faire cela. Et quand bien même tu serais déjà mort, je ne le ferais pas. Parce que je suis toujours hanté par cette histoire qu’on se racontait gosses à l’école primaire. Une histoire de croque-mort. Lors d’une toilette mortuaire, le père d’un copain avait tenté de redresser la jambe d’une défunte atrophiée par un cancer. Le membre avait cassé, le croque-mort avait été viré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LadybirdyLadybirdy   18 juin 2019
Un jour, un représentant est passé, il t’a fait l’article pour des frites précuites qui te feraient gagner du temps. Tu l’as regardé comme s’il tombait de la lune : « Pour moi, des frites, c’est des patates, un couteau, de l’huile, une friteuse et du sel. Point barre. »
Commenter  J’apprécie          3817
Videos de Jacky Durand (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacky Durand
LES INDISPENSABLES DE LA SEMAINE 23-03-20
autres livres classés : transmissionVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1114 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..