AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070403127
227 pages
Gallimard (05/09/1997)
3.77/5   86 notes
Résumé :
Les vrais enfants sont ceux qui ont passé leur enfance dans les arbres à dénicher des nids, et perdu leur vie. Les mères, en effet, préfèrent aux autres ces éternels enfants là. Et l'amour qu'elles leur portent, non seulement survit, mais s'enfle de leur vieillesse, de la déchéance de leur raison, de la magnificence toujours plus grande de leur immoralité. Tel est le sujet des journées entières dans les arbres...
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 86 notes
5
4 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Myriam3
  29 août 2017
Une mère revient vers son fils après 5 ans sans le voir. elle a vieilli, elle est riche, très riche, enfin, après des années de misère à élever seule ses six enfants. C'est le moins doué, celui qui ne peut pas, ne veut pas travailler, celui qui est resté pauvre, seul, et un peu misérable qu'elle vient retrouver. les autres... ceux qui ont réussi, trop lisses, ils ne l'intéressent plus.
Le fils héberge plus ou moins Marcelle, une jeune orpheline fascinée par cette mère. Etrange trio plutôt triste qui passera 24 heures ensemble, chacun enfermé dans sa solitude, à s'expliquer, à ne pas s'excuser d'être ce qu'ils sont.
Cette nouvelle était forcément destinée au théâtre, c'est évident.
Trois autres nouvelles accompagnent celle-ci, dont deux très éloignées du style si reconnaissable de Marguerite Duras, et que j'ai trouvées du coup beaucoup moins captivantes (je ne m'attendais pas à leur présence).
Commenter  J’apprécie          210
5Arabella
  05 février 2020
La pièce aurait été écrite à la demande expresse de Jean-Louis Barrault, qui aurait demandé à l'auteur d'adapter sa nouvelle portant le même titre. le même récit sera adapté par l'auteur elle-même en film sorti en 1977 : cela montre à quel point cette situation et ces personnages étaient signifiants pour Marguerite Duras. La pièce est créée en 1965 au Théâtre de l'Odéon avec Madeleine Renaud dans le rôle de la mère.
La mère (jamais nommée autrement) une femme âgée, vivant dans une ancienne colonie jamais précisée, vient en métropole pour rendre visite à son fils, Jacques. le fils le plus aimé parmi tous ces enfants. Celui qui ne voulait pas aller à l'école, et préférait passer des journées entières dans les arbres. Qui vivote en parasite, et qui flambe tout l'argent qu'il peut avoir sur les tables de jeux. Il a déjà ruiné une fois sa mère, elle est quand même prête à lui donner de l'argent. Un étrange duo d'amour, cannibale et destructeur s'engage, sous les yeux de Marcelle la maîtresse de Jacques, qu'il chasse régulièrement et qu'il méprise.
Cette figure de mère, possessive, aimante à sa façon étrange, et cette figure du fils, faible et auto-destructeur, charmeur et nocif, sont régulièrement présentes dans les oeuvres de Duras. L'amour mère-fils est encore une fois l'archétype de l'amour, le seul vrai, les autres n'en étant qu'une pâle copie sans grand importance au fond. En dehors de cette relation, tout le reste n'est qu'une manière de passer le temps.
Une vraie force dramatique se dégage du texte, les personnages sont puissamment caractérisés, à mon sens une grande réussite de Duras. Il faut des sacrés acteurs pour porter cette pièce sans en être écrasé, elle ne permet pas la fadeur et la tiédeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Marti94
  01 novembre 2017
Tous les textes de Marguerite Duras sont importants pour moi mais je dois dire qu'il est parfois difficile de s'y retrouver, entre les différentes versions et adaptations pour le théâtre et le cinéma.
Ce recueil intitulé "Des Journées entières dans les arbres" contient 4 nouvelles dont la première, homonyme, est connue sous sa forme de pièce de théâtre notamment parce qu'elle a été mise en scène par Duras elle-même et jouée par Madeleine Renaud.
Mais ici, il s'agit de la nouvelle ou plutôt du texte (comme aimait le dire Duras) d'origine.
J'ai déjà eu l'occasion de commenter cette histoire, celle d'une mère qui retrouve son fils après plusieurs années de séparation.
Ce qui m'a attiré dans ce recueil, c'est le texte intitulé « Madame Dodin » qui est beaucoup moins connu, même si j'ai aussi aimé « le boa » et « Les chantiers ».
Mais cette Madame Dodin, j'y suis attachée car j'ai vu une adaptation loufoque et drôle de la jeune compagnie Lophophore aux 22ème rencontres de Marguerite Duras à Trouville où je suis allée spécialement ce mois-ci.
Madame Dodin, c'est la concierge de Duras avec qui elle discutait souvent car elle adorait les gens simples, les « petites gens » comme on dit.
Chaque matin, Madame Dodin sort les poubelles du 5 de la rue Sainte-Eulalie à Paris. Elle déteste ça car c'est lourd et ça sent mauvais (surtout à l'époque où il n'y avait pas de conteneurs fermés). Et elle le rend bien aux habitants de l'immeuble. En bonne sexagénaire autoritaire, elle tyrannise ses locataires à grands coups de beuglements qui hantent les échos de la cour d'immeuble. Mais heureusement, il y a Gaston le balayeur du quartier dont elle est un peu amoureuse.
Ce qui semble être l'éloge de l'ordinaire, des problèmes de poubelles et de balayage, dérive sur des rêveries illusoires, une romance impossible et le déterminisme social. Car c'est l'étude sociologique qui fait la force de ce texte à l'humour cinglant, sorte de résumé drôle de la lutte des classes, réduite à une opposition permanente entre la concierge et les habitants de l'immeuble bourgeois où elle est employée. Excellent !
Lu en octobre 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
lakiosquiere
  01 décembre 2022
Nouvelle datant de 1954, adaptée au théâtre par l'autrice elle-même en 1965, à l'époque jouée par Madeleine Renaud, puis divinement interprétée par Fanny Ardant en 2014.
Elle quitte les colonies pour Paris où elle vient étaler sa richesse et s'assurer que son fils de quarante ans n'a pas mûri depuis le temps où il passait des journées entières dans les arbres.
Ce fils, elle l'aime d'un amour exclusif, aveugle, dévorant. Elle repartira toujours aussi nostalgique de ses années de jeune mère, mais apaisée, au fond d'elle-même, puisque son grand dadais, danseur mondain, flambeur et amant infantile d'une entraîneuse sans cervelle, est resté sa chose comme autrefois.
L'héroïne de Marguerite Duras appartient à cette lignée de vieilles femmes qui luttent contre le temps en empêchant leurs enfants de devenir adultes.
Commenter  J’apprécie          00
Moob
  18 mai 2014
Des journées entières dans les arbres
Mère dans sa chair, mère à vie ! Cette mère qui ne renie rien ! Un fils différent parmi ses enfants, lui donne même une raison d'être.
Aveuglée, exaltée par cet amour filial, elle s'engouffre dans cette démesure dévorante qui l'affranchit. "Le rêve"/ l'arbre où se réfugiait son fils", semble la porter vers une autre dimension, plus forte que la réalité. Un chemin de vie sans jugement, un échappatoire plus acceptable, quant à l'aliénation de son propre fils, en errance, dénué de tout sentiment amoureux et pris dans cet enfermement maternel à vie.
Par ce sujet, Marguerite Duras fait-elle référence à sa propre mère, possessive, envahissante... ?
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
gombrogombro   27 novembre 2022
Ils ont fait des études, eu des situations, fait des mariages tout comme on avale des confitures. Des natures faciles qui n'ont jamais eu à lutter contre la violence d'inclinations contradictoires. C'est curieux, et, que voulez-vous, ça ne m'intéresse pas.
(la mère dans les journées)
Commenter  J’apprécie          00
AustralAustral   17 août 2014
Parfois le locataire s'enhardit jusqu'à avancer :
- Je me demande ce qu'on peut bien faire d'un lange d'enfant quand on n'a pas d'enfant...
- Je me le demande aussi, dit Mme Dodin, mais si on essayait de tout comprendre, on n'aurait pas assez de sa vie.
Commenter  J’apprécie          70
palamedepalamede   01 novembre 2018
Il reste toujours quelque chose de l'enfance, toujours...
Commenter  J’apprécie          330
pikkupaapikkupaa   12 août 2012
Ils avaient ceci de commun tous les trois, qu'ils étaient doué d'un grand appétit. Le fils et Marcelle parce qu'ils vivaient dans une demie famine constante. La mère parce que, jeune, elle avait eu des appétits de pouvoir et de puissance jamais satisfaits et qu'il lui restait cette démesure là, ce grand appétit vengeur de toute nourriture.
Commenter  J’apprécie          20
fannyardfannyard   17 février 2021
C'était un spectacle qui me rendait songeuse, qui aurait pu me faire remonter, si j'avais été douée d'un esprit plus vif et plus nourri, d'une âme plus scrupuleuse, d'un cœur plus avenant et plus grand, jusqu'à la redécouverte d'un Dieu créateur et d'un partage absolu du monde entre les forces mauvaises et les bonnes puissances, toutes deux éternelles, et au conflit desquelles toute chose devait son origine; ou, à l'inverse, jusqu'à la révolte contre le discrédit dans lequel on tient le crime et contre le crédit que l'on confère à l'innocence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Marguerite Duras (234) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Duras
Dominique Blanc rend hommage à Patrice Chéreau en rejouant, près de dix ans après sa mort, "La Douleur" de Marguerite Duras. L'illustre tragédienne retrouve la même scène dépouillée, et son corps épouse à nouveau les souffrances indicibles de cette femme attendant son mari déporté. Elle est l'invitée d'Olivia Gesbert.
#theatre #litterature #comediefrancaise
_____________ Écoutez d'autres personnalités qui font l'actualité de la culture dans Bienvenue au club https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqYh8kUxa2lt9m1vxzCac7X ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-club
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : nouveau romanVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus






Quiz Voir plus

Marguerite DURAS

Quel est le bon titre de sa bibliographie ?

L'Homme assis dans le corridor
L'Homme assis dans le couloir
L'Homme assis dans le boudoir
L'Homme assis dans le fumoir

20 questions
174 lecteurs ont répondu
Thème : Marguerite DurasCréer un quiz sur ce livre