AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707306398
Éditeur : Editions de Minuit (01/01/1983)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Vous devriez ne pas la connaître, l’avoir trouvée partout à la fois, dans un hôtel, dans une rue, dans un train, dans un bar, dans un livre, dans un film, en vous-même, en vous, en toi, au hasard de ton sexe dressé dans la nuit qui appelle où se mettre, où se débarrasser des pleurs qui le remplissent.

Vous pourriez l’avoir payée.

Vous auriez dit : Il faudrait venir chaque nuit pendant plusieurs jours.

Elle vous aurait reg... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Herve-Lionel
  25 septembre 2014

N°806 – Septembre 2014.
LA MALADIE DE LA MORT - Marguerite DURAS - Les éditions de Minuit.
C'est une sorte de drame intime qui se déroule dans une chambre d'hôtel au bord de la mer entre une femme apparemment payée pour être là, pour se soumettre et un homme, incapable d'aimer et qui lui dicte ses volontés. Dans cette relation à la fois simple et compliquée il y a des rites. Tous les soirs, la femme arrive, se couche nue dans le lit de l'homme et elle s'endort. L'homme la regarde dormir. Ils parlent peu et cette absence de dialogue semble être aussi une règle édictée par l'homme à moins qu'il n'aime que le silence. Il lui arrive de lui faire l'amour mais apparemment c'est sans joie, un peu par hasard et quand la jouissance est au rendez-vous pour elle, il ne veut pas qu'elle le montre ni même qu'elle y fasse allusion. Ils ne savent rien l'un de l'autre et veulent continuer ainsi et l'absence de nom souligne cette notion impersonnelle. Il arrive à cet homme de ne pas la toucher, de la laisser dormir, de la regarder de loin et de pleurer. Il pleure sur lui, sur son incapacité à aimer les autres et les femmes en particulier. Apparemment cette femme n'est pas une prostituée, ou alors nous avons affaire à quelqu'un d'intellectuellement supérieur, mais cette relation est cependant tarifée ce qui ne manque pas d'ambiguïté. Je peux imaginer que cet homme invite cette femme à venir le rejoindre pour assouvir une passion autre que charnelle qui peut parfaitement être de nature fantasmatique ou purement intellectuelle. Quant à elle, l'auteur semble lui conférer un rôle « thérapeutique ». Elle aurait un diagnostique naturel : non seulement elle lui révèle qu'il est atteint de la maladie de la mort parce qu'il lui est impossible d'aimer mais aussi qu'elle a accepté de venir auprès de lui pour l'en délivrer. Cette maladie est mortelle « en ceci que celui qui en est atteint ne sait pas qu'il est porteur d'elle, de la mort. Et en ceci aussi qu'il serait mort sans vie au préalable à la quelle mourir, sans connaissance aucune de mourir à aucune vie » ».  Veut-elle nous dire que la vie est une maladie mortelle ? Nous le savions déjà !
L'homme semble en effet être dans un état psychologique catastrophique et tente sans doute de s'en sortir par cette expérience qui paraît promise à l'échec mais qui est assurément la dernière avant sa mort qu'on peut entrevoir. Il me semble d'ailleurs que les draps dans lesquels repose la femme peuvent signifier une sorte de linceul, le sommeil peut-être regardé comme l'antichambre de la mort, les pleurs répétés de l'homme, évoquer le chagrin inspiré par une perte irrémédiable, la lumière à l'intérieur de la chambre évoquer pourquoi pas la lueur d'un tombeau. J'observe que la mer est noire mais sans majuscule, ce qui peut signifier qu'on est au bord de n'importe quel océan mais surtout que la couleur choisie veut rappeler le deuil. L'élément liquide quant à lui peut évoquer le passage vers autre chose, vers un autre monde que les mythologies ont souvent repris à leur compte. Ainsi l'idée de la mort est-elle incarnée alternativement par l'homme et par la femme mais à un certain moment il désire la tuer parce qu'elle incarne la vie, une vie qu'il ne peut atteindre ou qui se refuse obstinément à lui ! Les indications scéniques de la fin du roman peuvent être ainsi interprétées.
Une partie du texte est écrit au conditionnel surtout quand il s'agit de la femme, de sa conduite face à l'homme. L'auteur y mêle également le présent et interpelle son lecteur, le mettant à la place de l'homme. J'ai eu beaucoup de mal à sentir ce rôle. Quant à la rédaction, elle est hachée, difficilement lisible et ne procure pas, à mon avis une lecture agréable.
Je concède qu'il y a parfois des moments poétiques, surtout quand l'homme regarde avec crainte la nudité de la femme [« Vous regardez cette forme, vous en découvrez en même temps la puissance infernale, l'abominable fragilité, la faiblesse, la force invincible de la faiblesse sans égale »] mais son regard se fait obsessionnel quand il pose avec insistance ses yeux son son sexe et sur ses seins, ce qui trahit une sorte de refoulement. Cela se transforme évidemment en images érotiques mais avec une notion d'impossibilité. D'ailleurs il lui avoue qu'il n'a jamais regardé, désiré ni possédé ni bien sûr aimé une femme avant elle. Elle est en quelque sorte en elle-même une prise de conscience du mal que l'homme porte en lui et quand cela est formulé par elle, la chambre s'éclaire. A partir de ce moment, il y a entre eux une sorte d'échange, d'explication autour du concept de l'amour [« Vous demandez comment le sentiment d'aimer pourrait subvenir. Elle vous répond : peut-être d'une faille soudaine dans la logique de l'univers. Elle dit : par exemple d'une erreur. Elle dit : jamais d'un vouloir »]. Cela étant dit, elle disparaît sans espoir de retour, ne laissant qu'une empreinte froide dans les draps, mais le ciel pour l'homme s'éclaircit comme si le passage de cette femme dans sa vie, y compris dans sa dimension sensuelle et érotique, avait été une révélation et même une libération, une sorte de retour à la vie.
J'avoue que je n'ai jamais beaucoup aimé Marguerite Duras. J'ai toujours refusé de lui trouver du talent au seul motif que la presse spécialisée avait été soudain laudative, surtout après son prix Goncourt. Les romans successifs que j'ai lus d'elle m'ont laissé indifférent, tout comme celui-ci. Je n'ai peut-être rien compris, je suis peut-être passé à côté d'un chef-d'oeuvre mais, même s'il peut m'arriver à moi aussi d'être dans un état un peu second, j'avoue qu'une lecture attentive de ce roman ne m'a pas procuré la moindre émotion. Était-ce une étude sur le fantasme masculin, le désir inassouvi, l'impossibilité de conquérir une femme, de la posséder autrement qu'en la payant, un rappel de la supériorité sensuelle et esthétique voire intellectuelle de la femme ? Peut-être ! Si c'était pour nous rappeler que nous sommes mortels, ce n'était pas la peine d'en faire tant. Si c'est pour nous dire qu'elle sentait sur elle l'ombre de la Camarde, là c'est parfaitement respectable, mais ce roman m'a laissé, un peu comme à chaque fois, un goût d'inachevé, de vide, de malaise. C'était sans doute son but ?

©Hervé GAUTIER – Septembre 2014 - http://hervegautier.e-monsite.com

Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
LauRouquette
  15 janvier 2013
C 'est l'été. Je suis au Cap d'Agde où je travaille comme serveur dans un bar. Ma famille est en vacances dans la petite maison que nous louons là-bas depuis longtemps, bien avant que n'existe la station balnéaire que l'on connaît aujourd'hui pour de très mauvaises raisons.
Je fais l'ouverture du bar, le matin, et j'ai donc mes après-midi libres.
Alors je vais à la plage, me reposer en prévision du coup de feu du soir.
Je ne sais pas comment ce livre est là, un jour, entre mes mains.
J'aime Duras. J'ai été littéralement soufflé par le Marin de Gibraltar. J'aime cette tristesse sourde qui baigne chacune des pages de ses grands romans, ceux du début.
La Maladie de la Mort me cueille comme un coup de poing. Cette "mer noire" est là, devant moi, tandis que je tourne les pages. La peau de cette femme est blanche et je vois l'homme comme un squelette torturé, noueux, inatteignable dans sa douleur. Je suis à la fois cet homme et cette femme, la plage n'existe plus, ni ses bruits ni ses conversations anodines. Il n'y a que moi et ce livre. Moi et mes doutes. Ce livre et sa mélancolie profonde.
C'est mon livre préféré de Duras. Un long cri totalement désespéré. Superbe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Zazette97
  26 octobre 2009
"La maladie de la mort" est le récit d'un huis clos mettant en scène un homme incapable d'aimer et une femme payée pour se soumettre à ses volontés durant plusieurs nuits passées à l'hôtel.
Tous les soirs se tient le même cérémonial, la femme arrive, s'étend nue sur le lit et s'endort.
L'homme la détaille, la touche, dort et pleure contre son corps, la regarde à nouveau mais sans jamais la voir.
Ils se parlent parfois, jamais très longtemps, il veut comprendre, elle lui révèle qu'il est atteint de la maladie de la mort.
Arrivera-t-il à guérir auprès d'elle?
Voilà un texte magnifique, très court mais qui mérite d'être lu en prenant le temps de la réflexion.
La situation de huis clos que dépeint ce récit laisse entrevoir au lecteur l'intimité de deux êtres pourtant "seuls l'un avec l'autre", dans leurs mots comme dans leurs gestes, mais sans jamais tomber dans le voyeurisme car l'homme dont il est ici question c'est le lecteur.
En faisant parler son personnage masculin à la 2ème personne du pluriel, l'auteure nous invite à envisager notre propre (in) capacité d'aimer (émotionnellement et physiquement), notre relation au corps, à l'autre voire même au monde.
Mais rien n'est jamais imposé car une partie du texte est rédigée à la forme conditionnelle, laissant le lecteur libre de s'identifier ou non au personnage.
Il ne se passe pas grand chose dans le récit et pourtant je n'ai à aucun moment ressenti de l'ennui tant l'auteure parvient avec simplicité et justesse à faire éprouver chaque sensation comme à faire parler les silences.
Les personnages ne se parlent pas beaucoup mais l'histoire continue malgré tout, chaque nuit se ressemble mais n'est pourtant jamais exactement la même.
Un texte qui m'a beaucoup touchée et que je ne suis pas prête d'oublier.
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Apoapo
  31 mars 2018
Ce livre, que j'ai lu d'emblée comme une pièce de théâtre, se compose des propos rapportés par le narrateur (très rarement en discours direct mais sans guillemets) entre « la jeune fille des nuits payées », nue sur des draps blancs, nommée Elle et détentrice du savoir, et l'homme atteint de « la maladie de la mort », désigné comme Vous.
Il est une magistrale illustration de deux principes fondamentaux de notre pensée contemporaine (psychanalytique ? philosophique ?) : que la relation sexuelle n'existe pas (Lacan) – car il ne s'agit pas de relation ; que l'incapacité d'aimer, condition pathologique, coïncide avec la mort.
Tout est dit. Magistralement.
Commenter  J’apprécie          90
liliba
  19 juin 2010
Un homme dont on ne sait rien paye une femme, qui pourtant n'est pas une prostituée, pour qu'elle accepte de se soumettre à lui pendant plusieurs jours. Elle se retrouve donc dans une chambre, au bord de la mer, nue dans le lit, se soumet à son désir, dort beaucoup, parle un peu avec lui quand il le lui autorise. Pendant ces quelques jours et nuits, il va la regarder, la toucher, lui faire l'amour, pleurer sur elle et sur lui-même, essayer peut-être de l'aimer. On ne sait rien d'eux sauf ce qu'elle lui répète : qu'il est atteint de la maladie de la mort...
Un livre qui m'a laissée totalement perplexe ! Je viens de lire un commentaire dans lequel on parle de l'homosexualité de l'homme, je n'y avais même pas pensé à la lecture, tant les deux personnages restent mystérieux, ou alors j'ai zappé une phrase... On ne sait rien d'eux, sauf que l'homme semble être dans une détresse psychologique profonde et qu'il imagine se sauver, ou accéder au bonheur ou tout du moins à un mieux être au travers de cette relation tarifée.
Suite sur Les lectures de Lili
Lien : http://liliba.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
mandarine43mandarine43   25 février 2012
Vous devriez ne pas la connaître, l'avoir trouvée partout à la fois, dans un hôtel, dans une rue, dans un train, dans un bar, dans un livre, dans un film, en vous-même, en vous, en toi, au hasard de ton sexe dressé dans la nuit qui appelle où se mettre, où se débarrasser des pleurs qui le remplissent.
Vous pourriez l'avoir payée.
Vous auriez dit : Il faudrait venir chaque nuit pendant plusieurs jours.
Elle vous aurait regardé longtemps, et puis elle vous aurait dit que dans ce cas c'était cher.
Et puis elle demande : Vous voulez quoi ?
Vous dites que vous voulez essayer, tenter la chose, tenter connaître ça, vous habituer à ça, à ce corps, à ces seins, à ce parfum, à la beauté, à ce danger de mise au monde d'enfants que représente ce corps, à cette forme imberbe sans accidents musculaires ni de force, à ce visage, à cette peau nue, à cette coïncidence entre cette peau et la vie qu'elle recouvre.
Vous lui dites que vous voulez essayer, essayer plusieurs jours peut-être.
Peut-être plusieurs semaines.
Peut-être même pendant toute votre vie.
Elle demande : Essayer quoi ?
Vous dites D'aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
mandarine43mandarine43   27 février 2012
De la bouche entrouverte une respiration sort, revient, se retire, revient encore. La machine de chair est prodigieusement exacte. Penché sur elle, immobile, vous la regardez. Vous savez que vous pourriez disposer d'elle de la façon dont vous voulez, la plus dangereuse. Vous ne le faites pas. Au contraire vous caressez le corps avec autant de douceur que s'il encourait le danger du bonheur. Votre main est sur le dessus du sexe, entre les lèvres qui se fendent, c'est là qu'elle caresse. Vous regardez la fente des lèvres et ce qui l'entoure, le corps entier. Vous ne voyez rien.
Vous voudriez tout voir d'une femme, cela autant que puisse se faire. Vous ne voyez pas que cela vous est impossible.
Vous regardez la forme close.
Vous voyez d'abord les légers frémissements s'inscrire sur la peau, comme ceux justement de la souffrance. Et puis ensuite les paupières trembler tout comme si les yeux voulaient voir. Et puis ensuite la bouche s'ouvrir comme si la bouche voulait dire. Et puis ensuite vous percevez que sous vos caresses les lèvres du sexe se gonflent et que de leur velours sort une eau gluante et chaude comme serait le sang. Alors vous faites vos caresses plus rapides. Vous percevez que les cuisses s'écartent pour laisser votre main plus à l'aise, pour que vous le fassiez mieux encore.

Et tout d'un coup, dans une plainte, vous voyez la jouissance arriver sur elle, la prendre tout entière, la faire se soulever du lit. Vous regardez très fort ce que vous venez d'accomplir sur le corps. Vous le voyez ensuite retomber, inerte, sur la blancheur du lit. Il respire vite dans des soubresauts de plus en plus espacés. Et puis les yeux se ferment encore plus, et puis ils se scellent plus encore au visage. Et puis ils s'ouvrent, et puis ils se ferment.
Ils se ferment.
Vous avez tout regardé. À votre tour enfin vous fermez les yeux. Vous restez ainsi longtemps les yeux fermés, comme elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
amartiaamartia   12 février 2011
Elle vous demande la couleur de la mer.
Vous dîtes : Noire.
Elle répond que la mer n'est jamais noire que vous devez vous trompez.
Vous lui demandez si elle croit que l'on peut vous aimer.
Elle dit qu'en aucun cas on ne le peut. Vous lui demandez : A cause de la mort ? Elle dit : Oui, à cause de cette fadeur, de cette immobilité de votre sentiment, à cause de ce mensonge de dire que la mer est noire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Zazette97Zazette97   26 octobre 2009
Elle vous demande de le lui dire clairement. Vous le lui dites : Je n'aime pas.
Elle dit : Jamais?
Vous dites : Jamais.
Elle dit : L'envie d'être au bord de tuer un amant, de le garder pour vous, pour vous seul, de le prendre, de le voler contre toutes les lois, contre tous les empires de la morale, vous ne la connaissez pas, vous ne l'avez jamais connue?
Vous dites : Jamais.
Elle vous regarde, elle répète : C'est curieux un mort. p.44
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lea25Lea25   24 décembre 2013
Ainsi vous avez pu vivre cet amour de la seule façon qui puisse se faire pour vous, en le perdant avant même qu'il soit advenu.
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Marguerite Duras (194) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Duras
George Sand, Joséphine de Beauharnais, Marguerite Duras, Simone de Beauvoir, Marie Curie, Colette, Édith Piaf, Sarah Bernhardt? Dans le dernier ouvrage de Jeanne Teisson, vingt femmes d?envergure et de talent sont réunies à travers les siècles par un point commun : les hommes qu?elles ont aimés étaient plus jeunes... Et ils les ont passionnément aimées.
Retrouvez l'ouvrage en magasin ou sur notre e-shop : https://bit.ly/2UqgZMa
#Sauramps #jeanneTeisson
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Marguerite DURAS

Quel est le bon titre de sa bibliographie ?

L'Homme assis dans le corridor
L'Homme assis dans le couloir
L'Homme assis dans le boudoir
L'Homme assis dans le fumoir

20 questions
155 lecteurs ont répondu
Thème : Marguerite DurasCréer un quiz sur ce livre
.. ..