AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070382249
Éditeur : Gallimard (02/03/1990)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 108 notes)
Résumé :
« C'étaient des bonnes à tout faire, les milliers de Bretonnes qui débarquaient dans les gares de Paris. C'étaient aussi les colporteurs des petits marchés de campagne, les vendeurs de fils et d'aiguilles, et tous les autres. Ceux - des millions - qui n'avaient rien qu'une identité de mort.
Le seul souci de ces gens c'était leur survie : ne pas mourir de faim, essayer chaque soir de dormir sous un toit.
C'était aussi de temps en temps, au hasard d'une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  04 mai 2017
Un dialogue s'engage dans un square entre un voyageur de commerce solitaire, qui ne se projette pas dans l'avenir, aspire au repos, et une jeune fille qui exerce le métier de bonne à tout faire, qui espère en un futur meilleur.
Deux laissés-pour-compte qui se parlent, s'écoutent, même si par moments chacun suit sa pensée et que l'incompréhension pointe. La jeune fille est effrayée par le manque d'aspiration au changement du voyageur, dont le désir se résume à manger et à avoir chaque soir un toit pour dormir.
Peut-on vivre sans l'envie que des choses changent ? Cela paraît inconcevable pour celle qui veut se marier, pour cesser un travail toujours plus harassant et avilissant, ne plus être seule. Pire, ne plus être seule et invisible : " monsieur, car si peu que vous soyez, vous êtes quand même à votre façon, donc vous ne pouvez pas savoir ce que c'est que n'être rien. "
Marguerite Duras libère la parole de gens simples, de ceux que l'on pouvait croiser en 1955, quand elle a écrit ce court et fort roman d'où affleure son engagement communiste. Dans la rencontre de ces deux-là, il y a la tendresse de ceux que leur condition rapproche. Un avenir - peut-être la victoire de l'espoir d'une jeune fille déterminée sur la résignation d'un homme mûr - s'ouvre par leurs mots échangés, des mots vrais, essentiels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
PiertyM
  19 novembre 2014
On aurait dit le cosmétique de l'ennemi d'Amélie Nothomb où on commence le livre avec deux personnages, on espère que les choses vont changer, hé bien non ! Finalement seul le dialogue de ces deux personnages va constituer le roman ! Plus on avance dans la lecture plus un voit un monde se construire entre la fille et le monsieur, le monde et ses changements est réfléchit par eux. le monsieur n'est pas pour le changement pourtant c'est un voyageur, la fille, elle croit au changement, elle y croit fermement pourtant elle reste là au square comme cloîtrée à aider les enfants qui sont aux alentours...enfin, c'est toute la société qui est mise en révision dans leurs réflexions...
Un beau dialogue où les choses évoluent peu à peu, et on s'y plait dans la position apparemment naïve de la fille et des incertitudes de l'homme, des incertitudes de celui qui a essayé de vivre par tous les moyens, puis s'est rendu compte que tout n'est qu'un vide...
Commenter  J’apprécie          280
5Arabella
  23 décembre 2018
Marguerite Duras avait commencé par publier un texte sous ce titre présenté comme un roman en 1955. Il était entièrement dialogué, et il a été rapidement adapté pour le théâtre, les premières représentations ont eu lieu en 1957. Marguerite Duras remanie le texte dans la perspective théâtrale, la version définitive de la pièce est créée et publiée en 1965.
Un homme dans la quarantaine et une jeune fille de vingt ans se croisent dans un square. Elle est une petite bonne exploitée, qui vient au square avec l'enfant de la famille. Il est un représentant de commerce qui gagne difficilement sa vie. Il n'a plus vraiment d'espoir de changer sa condition, se contente de vivoter au quotidien, en espérant quelques moments de bonheur passager. Elle attend de sortir de sa situation en se mariant, et fréquente pour cela régulièrement un bal. La conversation s'engage, chacun tente de comprendre l'autre, et se dévoile progressivement. Une sympathie naît d'emblée, une complicité s'ébauche. Deux vies sans grand éclat se croisent, et quelque part s'éclairent mutuellement, un bref instant, peut-être un peu plus longtemps, mais cela on ne le saura pas.
Un très joli texte, plein d'humanité. Deux personnages se dessinent, dialoguent, dans le respect, même si parfois d'une façon antagoniste. Deux humbles vies, chacun défend son point de vue, en quelque sorte opposé, et une forme de consensus finit par sembler possible. C'est merveilleusement écrit, sans doute pas dans un langage que le type de personnage parlerait en réalité, mais peu importe, nous sommes au théâtre.
Une très bonne pièce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
ATOS
  29 décembre 2015
ll y a toujours un lieu. Où ça arrive. Parfois. Là où tout se passe. Se passent les jours, les gardiens , les landaus, passeront aussi des gens et des bonjours.
Des gens, Pas ceux qu'on regarde comme les grands. Un petit monsieur,,une jeune dame. Un enfant. Le lieu c'est le square. D'autre fois ce sont des halls , des villas, des hôtels ou des salles, Mais là c'est un square et pour tout dire, pas un jardin, ou pas vraiment. C'est un banc.
Le square c'est la page. Le banc c'est leur portée. Et ce que vont se dire ces deux personnes là sur le banc ce sont ses notes.
Certains à les voir, comme ça, diraient qu'il ne se passe rien, rien de ce qui pourrait sortir de l'ordinaire. Rien qui mériterait qu'on s'y arrête. Non, mais c'est justement là le point de départ : l''ordinaire.
Ça regarde tout le monde et ça ne voit personne. Le quotidien si vous vous voulez. Ce quotidien qui doit répondre à ce que vous demande la vie. L'ordinaire de leur réponses. L'extraordinaire c'est d'y penser. Et puis d'écrire sur ça. Mais pour ça il faut que l'écriture arrête le temps pour qu'on puisse arrêter les gens, et que les mots n'aient plus peur de se poser. Et qu'ils se posent sur un banc et se mettent à parler. Comme ça sans manière, sans prendre la pose. Sans même y songer. Tout se passe comme si ils se laissaient aller. Aller de soi vers l'autre et de l'autre en soi.Faut peut être du courage pour ça.
Parler de quoi, Monsieur ? D'espoir, Mademoiselle. Oui, d'espoir Monsieur ? Comment faire autrement Mademoiselle ? Ça fait souffrir, Monsieur. Il faut bien manger, Mademoiselle.
Le moment où il apparaît, où il disparaît. Comment est-on avant, après l'espoir. Que devient-on ? L'espoir dans l'encre de Duras c'est un désir qui fait des ronds dans l'eau. Ils pleurent toujours un jour un peu dans les allées du square. Juste une ondée, de quoi éclaircir un peu nos idées, au détour des mots voir apparaître le profil du songe. L'espoir de se revoir.
La géométrie des corps forment la musique des mots.
Deux notes dans le square se parlaient d'amour vers le soir.
Et dire que certains pensent encore qu'il ne se passe rien au square…
ça n'existe pas des gens sans histoire, ça n'existe pas, comme ça n'existe pas une vie sans espoir.
Y a toujours un lieu pour ça, pour les gens, la vie, l'histoire, l'espoir, même en morceaux y a un lieu. Un dortoir, une casse, un squatte, un square. Un lieu comme des mots.
Y a pas de jour, mais y a toujours un square, dans une ville, sur un banc, dans un livre, quelque part.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Nuageuse
  30 décembre 2015
Comment aborder une inconnue pour le plaisir de bavarder? L'homme va profiter de la présence de l'enfant qu'elle garde pour commencer le dialogue.
Le dialogue est la trame du récit. Nous savons qu'elle est "bonne" puisqu'elle garde cet enfant et fait des taches ménagères et que, lui, il vend des objets dans sa valise sur les marchés.
Une oeuvre de jeunesse de Marguerite Duras, où l'on sent les prémisses de son talent. Un récit que j'ai dévoré avec des beaux passages sur ce qu'est le bonheur par exemple
certains passages peuvent sembler démodés mais je trouve cette recherche toujours d'actualités dans nos sociétes qui poussent en permanence à acheter.
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   04 mai 2017
Je crois que tout le monde s'étonne chaque jour d'en être encore là. Je crois qu'on s'étonne de ce qu'on peut, qu'on ne peut décider de s'étonner d'une chose plutôt que d'une autre.
Commenter  J’apprécie          290
ApoapoApoapo   01 avril 2018
« - Vous comprenez, Monsieur, vous comprenez, je n'ai jamais été choisie par personne, sauf en raison de mes capacités les plus impersonnelles, et afin d'être aussi inexistante que possible, alors il faut que je sois choisie par quelqu'un, une fois, même une seule. Sans cela j'existerai si peu, même à mes propres yeux, que je ne saurais même pas vouloir choisir à mon tour. » (pp. 69-70)
Commenter  J’apprécie          60
petchpetch   10 novembre 2012
Vous ne pouvez pas le savoir, Monsieur, car si peu que vous soyez, vous êtes quand même à votre façon, donc vous ne pouvez pas savoir ce que c’est que de n’être rien.
Commenter  J’apprécie          150
NuageuseNuageuse   26 décembre 2015
J'aurais cru pourtant que c'était comme un devoir de tous les hommes, d'être heureux, comme on recherche le soleil plutôt que l'ombre.
Commenter  J’apprécie          130
dede   15 septembre 2013
Ce n’est pas un métier que le mien. On l’appelle ainsi pour simplifier mais ce n’en est pas un. C’est une sorte d’état, d’état tout entier, vous comprenez, comme un exemple d’être un enfant ou d’être malade
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Marguerite Duras (195) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Duras
Solennel ou dépouillé, prolixe ou lapidaire, maniéré ou laconique... Il y a autant de styles que d'écrivains, et ce sont eux qui en parlent le mieux. Céline, Duras, Sagan ou encore Houellebecq nous racontent ce que c'est pour eux que le style littéraire. Et pour vous, ça veut dire quoi ?
Culture Prime, l?offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l?audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr
Abonnez-vous pour retrouver toutes les vidéos France Culture : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : dialoguesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marguerite DURAS

Quel est le bon titre de sa bibliographie ?

L'Homme assis dans le corridor
L'Homme assis dans le couloir
L'Homme assis dans le boudoir
L'Homme assis dans le fumoir

20 questions
157 lecteurs ont répondu
Thème : Marguerite DurasCréer un quiz sur ce livre