AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782930235981
56 pages
Éditeur : Les Carnets du Dessert de Lune (01/10/2010)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Divisé en deux parties sensiblement égales, ce recueil s’ouvre sous l’égide de Saorge et de Charles Juliet. Sylvie Durbec y déploie ses poèmes des nuits de juillet, entre songe et veille dans l’exercice d’une contemplation autant extériorisée (la montagne, la nuit, l’oiseau) qu’intériorisée (une « bête ailée », la « gorge bleue du tigre », les « bracelets d’oubli pour Pénélope épuisée »). Cette sorte de vade mecum de l’été nocturne s’offre pour un art de vivre en po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
delitterys
  26 mars 2013
La nuit, la marche, la langue : trois motifs qui s'entrelacent pour tracer le parcours poétique de Sylvie Durbec.
C'est d'abord la nuit qui surgit et forme le paysage palpitant de la première partie de recueil : tour à tour force créatrice, modelant de ses ombres bleues “un nouveau pays / de la couleur invisible du temps” et se faisant “morsure d'infini sur le rouge du sommeil“, et main qui estompe les êtres, murmure “les petits morts“. Puisant dans cette “bibliothèque des rêves” qu'elle parcourt “d'étoile à d'étoile“, Sylvie Durbec fait de ses chevauchées nocturnes un lieu où les frontières entre sommeil et rêve se dispersent, où la montagne se peuple d'anges, de “bêtes ailées” dont les ailes sont de “soie froissée“, où la vie et la mort s'attachent en bouquet. “Jardinière des saisons“, elle retrace, à travers des nuits estivales, “l'alphabet des paysages” qui contemplera ses pas.
La suite par ici : http://www.delitteris.com/au-fil-des-pages/chaussures-vides-scarpe-vuote/
Lien : http://www.delitteris.com/au..
Commenter  J’apprécie          52

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
delitterysdelitterys   26 mars 2013
parler correctement une langue, est-ce savoir la chanter ou la taire
lorsque s’éloigne le monde ?
Commenter  J’apprécie          50
delitterysdelitterys   26 mars 2013
Depuis l’enfance, je regarde mes pieds,
me demande si je les reconnais
ou
s’ils me sont des étrangers.
Je n’ai pas de réponse,
alors je les glisse dans des souliers.
Commenter  J’apprécie          20
delitterysdelitterys   26 mars 2013
Combien de kilomètres par centaines a parcouru Sebald le marcheur ?
Et c’est sa voiture qui a eu raison de lui et l’a tué.
Encore une fois, chaussures vides, abandonnées, jetées
Commenter  J’apprécie          10
delitterysdelitterys   26 mars 2013
si à l’un on offre une bague d’exilé
à l’une
revenue d’on ne sait quelle histoire,
offrira-t-on les sandales d’Aladdin ?
Commenter  J’apprécie          10
delitterysdelitterys   26 mars 2013
Où sont passés les sentiments ?
Dans nos pieds.
Dans nos souliers.
Dans nos vêtements vidés de nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : chaussuresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
898 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre