AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080811983
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 39 notes)
Résumé :

Faire de la sociologie une science, tel était le souhait de Durkheim lorsqu'il publie en 1894 cet ouvrage dans la Revue philosophique. Il a foi dans le rationalisme scientifique appliqué aux phénomènes sociaux et la sociologie a pour vocation d'établir des lois de la vie sociale comme il existe des lois de la nature. Dans une introduction inédite, François Dubet explique l'argument de Durkheim, ses lignes de forces mais ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
peloignon
  11 décembre 2012
Durkheim est un empiriste qui tente d'entraîner les autres sociologues à sa suite en critiquant l'idéalisme en science et en proposant une méthode rigoureuse afin de définir et observer l'objet d'étude, le « fait social », avec clarté et rigueur.
Si les qualités heuristiques de certains éléments de son argumentation sont discutables et elles comportent parfois quelques contradictions, je crois qu'il faut y trouver les signes d'une recherche intense d'un « noyau dur » qui ne pourra être remis en cause. Et lorsque les présupposés durkheimien se montrent inefficaces, plutôt que de les remettre pas en cause, l'auteur n'hésite pas à accuser son lecteur de ne pas être apte « à…voir les choses autrement qu'elles n'apparaissent au vulgaire » (p.71).
En effet, bien qu'il ne soit pas toujours en mesure de respecter ses principes, jamais Durkheim ne met en doute la prédominance de l'empirie sur le rationnel, ni la validité des analogies entre les lois scientifiques de différentes sciences. Durkheim demeure donc un empiriste d'un bout à l'autre, mais l'héritage en problèmes circonscrits légué aux générations futures de chercheurs est plutôt lourd...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Writer
  16 août 2017
Si certains sociologues sont complexes ou ennuyants à lire, décidément, ce n'est pas le cas d'Emile Durkheim. Selon moi, c'est un réel plaisir de lecture ; c'est tout simplement beau et enrichissant.
Ici, Durkheim nous expose ses plus grandes méthodes sociologiques dont la plus célèbre est celle d'écarter toutes ses prénotions avant de se lancer dans une étude sociologique. En somme, le sociologue doit aborder son milieu d'étude comme un nouveau-né naïf mais attentif aux moindres détails. D'ailleurs, l'ouverture d'esprit, n'est-ce pas l'une des caractéristiques que se doit d'avoir un sociologue, ou un étudiant en sociologie ?
Bref, cet ouvrage n'apprend peut-être pas grand-chose à des personnes comme moi qui ont lu par exemple, Les Formes Elémentaires de la Vie Religieuse du même auteur, avant, mais les exemples que donnent ici Durkheim permettent aussi de donner une autre dimension objective à ses propres travaux.
Alors, je n'ai qu'un conseil : apprentis sociologiques, lancez-vous ! Lecture rapide et plaisante :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nrisovics
  02 septembre 2016
Livre où Durkheim va définir l'objet d'étude de la sociologie en allant vers le fait que les faits sociaux sont des choses et doivent être étudiés comme tel.
C'est à dire en prenant des distances par rapport à ses croyances personnelles ses prénotions et en analysant les faits, les individus, les éléments entrant en ligne de compte afin de les classifier et de les analyser.
Il est ainsi pour un raisonnement partant de l'objet et de son analyse afin d'en sortir certaines caractéristiques, permettant plus tard leur analyse.
Il part d'exemples de la criminologie italienne, de Comte ou autres et reste assez clair dans ses propos.
Un livre de méthode assez clair et une bonne base de travail afin de mieux cerner la sociologie et ses méthodes .
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
AchegothAchegoth   14 décembre 2016
...d’abord, la majeure partie des institutions sociales nous sont léguées toutes faites par les générations antérieures ; nous n’avons pris aucune part à leur formation et, par conséquent, ce n’est pas en nous interrogeant que nous pourrons découvrir les causes qui leur ont donné naissance. De plus, alors même que nous avons collaboré à leur genèse, c’est à peine si nous entrevoyons de la manière la plus confuse, et souvent même la plus inexacte, les véritables raisons qui nous ont déterminé à agir et la nature de notre action. Déjà, alors qu’il s’agit simplement de nos démarches privées, nous savons bien mal les mobiles relativement simples qui nous guident ; nous nous croyons désintéressés alors que nous agissons en égoïstes, nous croyons obéir à la haine alors que nous cédons à l’amour, à la raison alors que nous sommes les esclaves de préjugés irraisonnés, etc. Comment donc aurions-nous la faculté de discerner avec plus de clarté les causes, autrement complexes, dont procèdent les démarches de la collectivité ? Car, à tout le moins, chacun de nous n’y prend part que pour une infime partie ; nous avons une multitude de collaborateurs et ce qui se passe dans les autres consciences nous échappe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
peloignonpeloignon   11 novembre 2012
Ainsi, il pourrait arriver qu’on nous accusât d’avoir voulu absoudre le crime, sous prétexte que nous en faisons un phénomène de sociologie normale. L’objection pourtant serait puérile. Car s’il est normal que, dans toute société, il y ait des crimes, il n’est pas moins normal qu’ils soient punis.(72)
Commenter  J’apprécie          110
AchegothAchegoth   14 décembre 2016
Il déplaît à l’homme de renoncer au pouvoir illimité qu’il s’est si longtemps attribué sur l’ordre social, et, d’autre part, il lui semble que, s’il existe vraiment des forces collectives, il est nécessairement condamné à les subir sans pouvoir les modifier. C’est ce qui l’incline à les nier. En vain des expériences répétées lui ont appris que cette toute-puissance, dans l’illusion de laquelle il s’entretient avec complaisance, a toujours été pour lui une cause de faiblesse ; que son empire sur les choses n’a réellement commencé qu’à partir du moment où il reconnut qu’elles ont une nature propre, et où il se résigna à apprendre d’elles ce qu’elles sont.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AchegothAchegoth   13 décembre 2016
[]….alors qu’il s’agit simplement de nos démarches privées, nous savons bien mal les mobiles relativement simples qui nous guident ; nous nous croyons désintéressés alors que nous agissons en égoïstes, nous croyons obéir à la haine alors que nous cédons à l’amour, à la raison alors que nous sommes les esclaves de préjugés irraisonnés, etc. Comment donc aurions-nous la faculté de discerner avec plus de clarté les causes, autrement complexes, dont procèdent les démarches de la collectivité ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
indelebilevagabondeindelebilevagabonde   30 décembre 2016
En effet,les faits qui nous en ont fourni la base sont tous des manières de faire; ils sont d'ordre physiologique.Or il y a aussi des manières d'être collectives, c'est-à-dire des faits sociaux d'ordre anatomique ou morphologique.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Emile Durkheim (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emile Durkheim
Émile Durkheim (1/5) Illustre sociologue inconnu.
Emile Durkheim, illustre sociologue inconnu Avoir raison avec Emile Durkheim, France Culture, 21/08/2017
« Comment Emile Durkheim, cet homme qui se pensait comme Français, juif, socialiste et sociologue, a donné corps à notre modernité républicaine depuis les convulsions du monde du travail jusqu'au problème de la laïcité ? »
Intervenant : Pierre Birnbaum, professeur émérite de sociologie politique à l'Université Paris.
Dans la catégorie : SociologieVoir plus
>Sciences sociales>Sciences sociales : généralités>Sociologie (134)
autres livres classés : sociologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
241 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre