AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Mariel Sinoir (Traducteur)
EAN : 9782228888837
233 pages
Payot et Rivages (24/01/1995)
3.82/5   37 notes
Résumé :


Les voyages réussis, c'est bien connu, sont "sans histoire". Eh bien disons, pour faire bref, que celui-ci vaut son pesant d'aventures.

Un sort malin semble avoir décidé de contrecarrer les projets de notre ami, parti à la recherche d'animaux rares. Compagnies d'aviation en déroute, politiciens en mal de révolution : il en faudra plus pour décourager notre voyageur, bientôt installé dans la forêt du Chaco, au coeur du Paraguay.
... >Voir plus
Que lire après La forêt ivreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 37 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
« Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi ? de vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.
Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : « Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! de vin, de poésie ou de vertu, à votre guise ».

Décidément, Baudelaire s'invite dans mes incipits. Ou plutôt, je l'invite à ma table, en pleine forêt paraguayenne, dans le haut Chaco.

« Ce qui frappait le plus dans ce décor, c'étaient des arbres dont le tronc enflait, dès sa sortie du sol, comme une outre. Leurs branches, courtes et tordues, portaient de timides feuilles vert pâle. Ils traînaient en bandes, incapables de déplacer leurs troncs obèses gorgés d'eau ».

Il est planté le décor, et de quelle manière. Des arbres qui donnent l'impression d'être gavés au nirvana. Paraît qu'ils ont trop bu, d'où leur surnom de « palo borracho », le bâton ivre.
Ah ! le bateau ivre, celui qui avance sans maître à bord, en dehors de toute logique. Mais non, le bâton ivre, on parle d'arbres, forêt pas confondre. Quoique le rapport est évident, Rimbaudelaire, même combat, l'ivresse vous dis-je ! Et cette propension à sortir des sentiers battus, des arbres qui poussent comme ils veulent, comme ils peuvent, la forêt entière a l'air ivre, à l'air libre, d'où le titre du livre.

« Il s'agissait désormais de nous mettre au travail, au vrai et d'extraire des profondeurs de la forêt ivre, infestée de moustiques, la faune qu'elle abritait ».

Vous êtes prévenus, chers lecteurs, ça va parler d'animaux. Des descriptions à toutes les pages, avec des péripéties pleines de suspense et de rigolade, un récit naturaliste écrit par un anglais, à l'humour british, of course.
Si vous cherchez des études de personnages humains, une romance à l'eau de rose, passez votre chemin ! Ici, les caractères sont primitifs et trempés, ivres de bonheur, l'aventure périlleuse et les découvertes constantes, pas le temps de s'apitoyer sur les sentiments, de la nature à l'état brut, mais racontée par un naturaliste qui sait mettre les mots et les formules sur le papier, à une époque où la jungle semblait inaccessible et immortelle, un espace de biodiversité où tout semblait possible et permis.

Gerald Durrell est né en Inde, a passé son enfance à Corfou, là où il a découvert sa future vocation, apprendre à connaître la faune locale, à l'étudier sur le terrain, avec cette idée de « conserver », de préserver le vivant menacé par les humains autochtones, jusqu'à avoir l'idée de créer un zoo, pour regrouper les espèces en diminution, qu'il établira à Jersey, où il finit sa vie à la fin du vingtième siècle. D'une île à l'autre, une sorte d'ex-île pour se mettre à l'abri de la bêtise humaine. Dans un corps fou empli d'euphorie, avec juste un soupçon De Grèce.
Le frère de Lawrence, bien que non romancier comme son aîné, n'en a pas moins fait une carrière littéraire en racontant dans une trilogie la vie familiale à Corfou et les voyages naturalistes qu'il fit à différents endroits du globe.
Une vie bien remplie, avec tous les excès dus à la fougue de savoir et au besoin de partager, quitte à choquer les lecteurs d'aujourd'hui, peu enclins à apprécier les méthodes désormais révolues pour « sauver » la faune sauvage.

« - de qui veux-tu parler ?
- de tous les sentimentaux qui trouvent cruel de mettre les animaux sauvages en cage. J'aimerais qu'ils voient la joie qu'ils ont à nous quitter quand l'occasion leur est donnée d'aller retrouver leur brousse ».

Capture, enfermement, cage, sont maintenant synonymes d'esclavage, mais au milieu du vingtième siècle, les explorateurs tiraient le portrait des espèces inconnues à coup de fusil, et essayaient de les identifier ensuite, sans le risque de se faire amocher par d'irréductibles animaux agressifs et cruels.
Audubon, le célèbre naturaliste franco-américain, utilisait ce procédé pour croquer les détails et les immortaliser sur ses iconographies.
Durrell connaissait la photo et le film, mais ce qu'il souhaitait, c'est « mettre sous cloche » pour préserver et ensuite relâcher dans le milieu naturel afin d' augmenter les populations clairsemées. La tâche est ardue, le résultat pas toujours à la hauteur des ambitions.
Mais lorsque le milieu naturel sert de réservoir alimentaire aux populations humaines de ces contrées reculées, difficile de faire comprendre l'intérêt de protéger l'habitat.

C'est pourquoi j'en reviens à l'ivresse des poètes symbolistes.
Enivrons-nous, du vivant, du beau, du réel, des sensations éprouvées à la vue des comportements parfois étranges de ces êtres que nous côtoyons, ces animaux dénués de parole, mais pas de raison.
Le voyage de Durrell en Amérique du Sud, qu'il décrit dans ce livre, fut un échec mémorable, un fiasco gigantesque dans un continent où les mésaventures se sont enchaînées de « drôle » de façon.
Des avions complets, une révolution qui ferme les frontières, tout était fait pour contrecarrer les projets envisagés. A croire que le destin était du côté du conservatisme, pour ne pas bousculer la vie locale et brusquer les habitudes.
Le nombre d'animaux embarqués pour leur exil britannique fut dérisoire.
Mais le récit de ces aventures rocambolesques, désopilant.

Première étape, la pampa. Et première recherche, le fournier, oiseau national de l'Argentine, petit passereau d'où le nom vient de sa particularité à construire un nid en forme de four. Un vieux « péon », gardien de troupeau du secteur, raconte à l'auteur pourquoi il ne ferait jamais de mal à cet oiseau. Alors qu'il venait de délivrer l'un d'entre eux, prisonnier d'un long brin d'herbe servant à la construction de son nid, voilà que le fournier réagit ainsi :

« Je vous jure, senor, que ce que je vais vous dire est vrai, dit le péon. J'étais là, à cinquante centimètres de lui, et il n'avait pas du tout peur. Malgré sa faiblesse, il lutta pour se redresser et, levant son bec vers le ciel, il se mit à chanter. Pendant près de deux minutes, il chanta pour moi, senor, un chant merveilleux, et je l'écoutai, assis sur mon cheval. Puis il se tut et s'envola. Cet oiseau me remerciait de lui avoir sauvé la vie. Un oiseau capable d'une telle démonstration de gratitude, senor, mérite le respect d'un homme ».

Le contact direct et sans fioriture avec les gens du cru lui permit des découvertes fantastiques qu'il relata avec toute la poésie nécessaire pour contrebalancer des situations devenues inextricables.
Arrivé au Chaco, rencontre avec un autre « bicho », nom générique pour désigner un animal. La capture d'un « tatu naranja », le tatou orange à trois bandes qui se roule en boule à la moindre alerte, lui donna l'occasion d'une description des plus pittoresques.

« La boule resta inerte quelques minutes, puis elle commença à s'agiter faiblement. Une faille apparut au milieu du triangle formé par la tête et la queue et, à mesure qu'elle s'élargissait, une sorte de petit grouin se montra. le tatou entreprit alors de se dérouler; à une vitesse surprenante il s'ouvrit comme un bourgeon étrange, laissant entrevoir un ventre rose et ridé, couvert de poils d'un blanc sale, des jambes courtes et rosées et une petite face triste comme celle d'un porc miniature, avec des yeux sombres et saillants. Il se retourna, et on ne vit plus de lui, sous sa carapace, que le bout de ses pieds et quelques touffes de poils. Couverte de piquants et d'excroissances, sa queue se projetait hors de l'armure à la manière d'un gourdin. La tête, ornée d'une coiffe triangulaire, portait de chaque côté la minuscule reproduction d'une oreille de mulet. Sous cette coiffe cornée, on distinguait les joues, le nez rose et les yeux inquiets qui brillaient comme deux perles de goudron. Les pattes arrière, semblables à celles d'un bébé rhinocéros, étaient rondes avec des ongles courts. Quant aux pattes avant, elles semblaient ne pas lui appartenir tant elles étaient différentes des autres ; armées de trois griffes recourbées, dont une plus longue au milieu, elles rappelaient les serres de quelque oiseau de proie. Son arrière-train reposait sur ses pattes arrière complètement plates, tandis que l'avant de son corps, portait uniquement sur ces longues griffes médianes : sa patte soulevée ne touchant pas le sol, il avait l'air de faire des pointes ».

Alors, ça va, cher lecteur, t'as tout compris ? Moi, je trouve cette prose lumineuse, comme si je me trouvais en face de cet animal emblématique.
Une prouesse qu'il me faut partager avec les deux traductrices, Mariel Sinoir et Leïla Colombier, cette dernière en faisant une révision lors de la dernière édition.
Anaconda, lechuchita, escuerzo, cascabel, nandu, toutes sortes d'animaux qui se suivent au fil des pages comme autant de personnages de cette pièce de théâtre à ciel ouvert.
J'aurais pu vous décrire d'autres anecdotes, je vous laisse les découvrir en lisant ce récit charmeur et dépaysant.
A l'heure où les braconniers sévissent toujours au coeur de nos villes, comme ces revendeurs de chardonnerets qui pullulent sur le net, il me semble opportun de faire la part des choses entre les trafiquants en tous genres et un naturaliste voyageur qui n'avait pour seul but que d'améliorer la biodiversité en nous faisant prendre conscience, par ses découvertes et ses compte-rendus, de la beauté du monde qui nous entoure et duquel nous faisons partie.

« Il est l'heure de s'enivrer ! » 

Commenter  J’apprécie          2918
Je n'avais pas envie de quitter la famille Durrell après la « Trilogie de Corfou », heureusement j'avais dans ma bibliothèque encore deux livres de l'auteur.
Celui-ci se passe en 1954.
Gerald Durrell a trente ans, il est naturaliste, a fondé le zoo de Jersey et il parcourt le monde pour ramener des animaux en voie de disparition pour les faire se reproduire dans son zoo.
Cette fois c'est en Amérique du Sud qu'il part chercher des oiseaux, des tatous, des cobras, des singes, des crapauds cornus, etc.
Mais leur coup de coeur va à un bébé tamanoir qui se laisse apprivoiser et devient aussi câlin qu'un chaton !
Comme toujours chaque capture est une véritable aventure et on se laisse porter par la bonne humeur, le charme et la passion de Durrell pour la nature, luxuriante au Paraguay, et les animaux !
Commenter  J’apprécie          200
J'ai beaucoup aimé cette lecture, qui dans un premier temps est très agréable, fluide et drôle. Dans ce récit, nous suivons Gerald Durrell et son épouse Jacquie en voyage à Buenos Aires puis en Argentine et enfin dans le Chaco au Paraguay.
Gerald Durrell était un naturaliste-écrivain passionné par son travail de recherche et de préservation des espèces animales. Dans ce texte, en 1954, lui et son épouse sillonnent l'Amérique du Sud pour découvrir et capturer des animaux afin de les exporter en Angleterre. C'était un autre temps, et c'est avec cet état d'esprit, selon moi qu'il faut lire ce livre, car aujourd'hui son expédition serait certainement mal vue. Gerald Durrell par son amour de la nature et des animaux, montre au travers de sa plume, tout le respect et les connaissances pointus qu'il possède envers les animaux et les espèces qu'il découvre et rencontre.
Certaines captures sont pittoresques et drôle dans sa façon de les décrire.
Des événements imprévus, tel qu'un coup d'Etat au Paraguay les oblige à quitter rapidement le pays sans pouvoir emporter tous les animaux prévus, certains les suivront mais d'autres seront remis en liberté (non sans difficultés).
Un très beau récit avec des descriptions incroyables de ces magnifiques animaux, de ces paysages, des gens.
Commenter  J’apprécie          32
Animé par sa passion de la faune sauvage, Gerald Durell qui, dès son plus jeune âge, aspirait déjà à taquiner toutes les créatures du paradis terrestre, se lance ici dans la recherche d'animaux rares pour satisfaire son appétit de découverte et récupérer quelques spécimens. Pour ce faire, notre ami des bêtes, voyageur infatigable et auréolé d'une dose de malchance qui donne à ses aventures une couleur toute pittoresque et don quichottesque, file vers le Paraguay et la forêt du Chaco. Ce séjour lui fait rencontrer d'étranges bipèdes qui donnent un sacré aperçu de l'éventail de la ménagerie humaine...Comme à son habitude, ce globe-troteur infatigable parsème son récit de bribes d'humour éclatantes, tout en nous faisant découvrir des contrées étranges et des habitants non moins étranges. Un récit qui nous laisse ivre de plaisir.
Commenter  J’apprécie          50
A l'époque, vers la fin des années 50 je crois, aller chercher des animaux et les extraire de la forêt n'avait en soit rien contre nature. J'ai lu ce livre il y a longtemps, il m'a laissé un goût subtil pour découvrir la nature et son côté sauvage. J'avais à une époque envie de devenir vétérinaire ou soigneur dans un zoo. La vie et les opportunités m'ont fait prendre d'autres chemins mais j'ai accueilli divers animaux dans ma maison, gardé des chevaux sans avoir appris, approché les vautours, les sangliers, les chevreuils, les loups, la chouette et les nids, directement dans la nature, puis j'ai traversé une grande forêt à pieds avec cet émerveillement que Gérald Durell m'avait transmis.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
À cet instant précis, le crapaud qui se remettait de sa surprise referma brusquement la bouche. je crus que l'extrémité de mon pouce était resté dans des tenailles. Je parvins à étouffer un cri de douleur. Pour la première fois, Paula se tut et me fixa avec des yeux en boules de loto. Je détournais la tête pour grimacer de coin, espérant qu'elle prendrait cela pour un sourire tandis que le crapaud jouait à serrer les mâchoires toutes les secondes.
Commenter  J’apprécie          50
Perchés à l'extrémité de la jetée, une fois les appâts fixés aux hameçons, nous lancions nos lignes dans l'eau brune. C'était à peine de la pêche, car les poissons étaient si nombreux que le moindre morceau de viande suffisait à amener autour de l'hameçon toute une ronde de candidats au suicide.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Gerald Durrell (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gerald Durrell
"C'est plein d'un humour anglais décalé, c'est réjouissant... Une saga qui fait du bien !" - Gérard Collard.
À l'aube de la Seconde Guerre mondiale, les Durrell se réfugient sur l'île de Corfou, où le plus jeune des quatre enfants, Gerald, se découvre une passion pour les animaux : crapauds, tortues, chauves-souris, papillons, scorpions ou pieuvres... À travers les oliveraies verdoyantes ou sur les plages d'un blanc éclatant, Gerry donne libre cours à ses obsessions, ce qui a le don de causer la pagaille et l'hilarité au sein de sa famille, aux moeurs toujours plus libres. le souvenir qu'a gardé Gerald Durrell de ces jours enchantés a donné naissance à trois récits devenus des classiques, appréciés des enfants comme des adultes et réunis pour la première fois en un seul volume.
https://lagriffenoire.com/la-trilogie-de-corfou-integrale.html
Recevez votre actualité littéraire (façon La Griffe Noire) en vous abonnant à notre newsletter hebdomadaire : https://www.lactudulivre.fr/newsletter/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Traitement géographiqueVoir plus
>Zoologie>Zoologie générale>Traitement géographique (11)
autres livres classés : paraguayVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (82) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
19996 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}