AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Roger Giroux (Autre)
EAN : 9782253028963
432 pages
Le Livre de Poche (01/12/1997)
3.94/5   98 notes
Résumé :
Premier volet d'une oeuvre en quatre volumes, Justine exerce sur le lecteur un véritable pouvoir hypnotique. Son personnage principal est assurément Alexandrie, que Lawrence Durrell connaît intimement : il nous restitue à chaque page les couleurs, les odeurs, les sonorités et les rythmes de la cité cosmopolite et, dans une lumière qui n'appartient qu'à lui, il tisse une toile entre les quatre figures qui dominent ce roman, créant un climat unique, intense, troublant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 98 notes
5
5 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

Nuageuse
  28 mai 2016
Ce qui m'a donné envie de lire ce premier tome du Quatuor d'Alexandrie est le fait que je trouve Cléa, dernier tome, dans la bibliothèque familiale dans l'ancienne édition de poche.
Pour revenir à Justine, il s'agit d'un roman sur la nostalgie d'Alexandrie et des amours de jeunesse d'un narrateur non identifié
Durrell nous parle des désirs d'un homme envers Justine, une femme insaisissable au premier abord. Même son premier mari lui a consacrée un roman ,où son prénom a seulement été changé, pour la cerner.
Le style n'est pas linéaire mais cela ne m'a nullement dérangée.
Ce premier volet est par moment poétique et cela donne plus de poids à cette nostalgie d'avant la Seconde Guerre mondiale.
Un coup de coeur assurément.
Commenter  J’apprécie          210
JCLDLGR
  05 septembre 2021
Dans un style nonchalant, très descriptif, très beau et très bien traduit, l'auteur nous promène dans son ennui, auprès de ses conquêtes amoureuses et de personnages marquants, composant son environnement Alexandrin... la ville étant elle-même un personnage ! Et quel personnage !
La vie d'expatrié correspond bien à cet état d'esprit mais, avec un fil conducteur extrêmement ténu, l'ennui m'a parfois rattrapé. Les émotions sont à rechercher dans cette nonchalance lourde, parfois dans une sensation décrite fugitivement, des odeurs, des lumières... Les portraits des personnages principaux fréquentés par le narrateur sont irrésistibles d'humour et de vérité.
Des divagations, des métaphores improbables, des citations d'autres textes, des personnages aux doubles personnalités, il y a de quoi se perdre. Il m'a fallu m'accrocher pour terminer, je m'y suis pris en plusieurs fois. Bref une sensation bizarre entre beauté pure, sentiments désuets et ennui partagé.
Commenter  J’apprécie          161
Cath36
  08 mai 2017
Un grand et profond roman qui nous fait découvrir en approche feutrée Alexandrie, à travers le portrait de deux femmes aimées par le narrateur ; roman qui va loin, très loin dans les méandres du coeur humain, du temps qui passe, à travers l'influence sous-jacente et prégnante à la fois d'une immense ville orientale dans les jeux de la destinée humaine.
Un coup de coeur assurément face à la puissance d'un texte dont le moindre mot, la moindre phrase sont d'une intelligence rare, frappant la cible avec précision et clairvoyance extrêmes. Oui, une belle découverte et l'envie de continuer ce voyage en eaux profondes avec les autres volumes.
Commenter  J’apprécie          142
taganga2000
  23 janvier 2022
En Grèce, sur une île des Cyclades, Darley (dont on ne connaîtra le nom que dans le deuxième tome) se souvient de la ville d'Alexandrie. Il raconte le quatuor amoureux qu'il composa avec Justine, Melissa et Nessim mais aussi l'histoire d'une foultitude de personnages secondaires appelés à jouer un rôle dans l'ensemble des romans.
A la fin de l'écriture de ce premier tome, @Lawrence Durrell écrit à son ami @Henry Miller et donne cette définition du roman « C'est une sorte de poème en prose adressé à l'une des plus grandes capitales du coeur, la Capitale de la mémoire… »
Quelle oeuvre singulière, d'une langueur monotone. le lecteur déambule dans le récit comme Darley le faisait dans le dédale des rues d'Alexandrie qui devient un personnage à part entière. La chaleur moite et palpitante, les senteurs de fruits pourris, de jasmin et la sueur musquée des corps accentuent cette impression d'immobilisme qui règne durant les ¾ du roman. Les souvenirs arrivent par bribes sans repères, sans aucune chronologie et il faut se laisser porter par la beauté du texte, sa musicalité, faire confiance à @Durrell pour entrevoir la « vérité » de Darley sur cette histoire où l'amour et le désir se croisent, se mêlent et se démêlent brisant toutes certitudes.
Un grand coup de coeur pour ce roman de prime abord difficile d'accès mais dont la qualité de la plume et l'intelligence du propos m'ont enchanté.

Challenge Multi-Défis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Bcerulli
  13 février 2012
Justine est le premier volet du Quatuor d'Alexandrie, le plus difficile d'accès peut-être, mais le plus somptueux dans son genre, du fait qu'il se présente comme un long poème symphonique. Aucune chronologie, le récit apparaît par bribes, selon la logique affective d'un narrateur qui scrute l'horizon de sa mémoire, de l'autre côté de la Méditerranée. Par le biais d'une narration labyrinthique, guidée toutefois par une plume sublime et déterminée, Durrell dresse le portrait de la mystérieuse Justine, à travers les ruelles chaudes et poussiéreuses d'Alexandrie. Dés lors, Il y a interconnexion, interdépendance entre Justine, frivole et impénétrable, et Alexandrie, ville aux nombreuses facettes. Justine, c'est le roman du désir, mais c'est aussi et surtout le roman d'une ville, sensuelle et trompeuse, gracieuse et fatale.
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   17 juin 2015
Les cigales palpitent dans les grands platanes ; la Méditerranée s'étend devant moi dans toute sa splendeur estivale d'un bleu magnétique. Quelque part là-bas, derrière la ligne mauve et vibrante de l'horizon il y a l'Afrique, il y a Alexandrie, maintenant son emprise ténue sur les affections au moyen de souvenirs qui se fondent déjà lentement en un immense oubli ; souvenir d'amis, souvenirs d'événements passés depuis longtemps. La lente chimère du temps commence à les saisir, estompant les contours... au point que parfois je me demande si ces pages relatent les actions d'êtres humains réels, à moins que ce ne soit l'histoire de quelques objets inanimés qui précipitèrent le drame autour d'eux : un bandeau noir, un doigtier vert, une clé de montre et une paire d'anneaux de mariage sans propriétaires?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
genougenou   15 mai 2019
[...] pour tous ceux qui sentent profondément et qui ont conscience de l'inextricable labyrinthe de la pensée humaine il n'y a qu'une seule réponse possible : une tendresse ironique, et le silence.
Commenter  J’apprécie          550
MijouetMijouet   18 janvier 2015
De Justine[…] Je dirais seulement qu'en bien des cas elle pensait comme un homme, et dans ses actes elle goûtait une certaine indépendance verticale à adopter un comportement masculin. Notre intimité était d'un ordre psychique très étrange. Très tôt, je découvris qu'elle pouvait lire dans la pensée d'une façon très sûre. Les idées nous venaient simultanément. Je me souviens d'avoir eu conscience, une fois, qu'elle pensait exactement à la même chose que moi, et dans les mêmes termes: “Cette intimité [italique] ne dois pas aller plus loin, [fin de l'italique], car nous en avons déjà épuisé toutes les possibilités en imagination; et ce que nous finirons par découvrir, au delà des sombres couleurs de la sensualité, sera une amitié si profonde que nous deviendrons esclaves l'un de l'autre pour toujours." C'était, si vous voulez, le flirt de deux esprits prématurément exténués et qui semblait encore beaucoup plus dangereux qu'un amour fondé sur une attraction purement sexuelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SachenkaSachenka   11 juin 2015
Je revois [Justine] chez sa couturière, assise devant les grands miroirs à multiples faces, et disant :
- Regarde! Cinq images différentes du même sujet. Si j'étais écrivain, c'est ainsi que j'essaierais de dépeindre un personnage, par une sorte de vision prismatique. Pourquoi les gens ne peuvent-ils pas voir plus d'un profil à la fois?
Commenter  J’apprécie          200
SachenkaSachenka   16 juin 2015
- Baudelaire dit que la copulation est le lyrisme de la populace. Rien de plus hélas! Le sexe est en train de mourir. Encore un siècle et nous mettrons notre langue dans la bouche des autres en silence, avec autant de passion que des huîtres. Oh! oui. Indubitablement.
Commenter  J’apprécie          250

Videos de Lawrence Durrell (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lawrence Durrell
1965 Intimation BBC
autres livres classés : egypteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
885 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre