AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2916616160
Éditeur : L'Iroli Editions (01/03/2012)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
NOTE DE L’ÉDITRICE

Trois voix cardinales du haïku nous offrent leurs accents, leurs parfums mêlés, la fine observation de leurs continents naturels. Le vent humide déchargeant une pluie diluvienne ici se change ailleurs en cristaux de neige ou de brouillard marin. Des pas de jeunes filles, devenues femmes, glissent sous les frondaisons, s’arrêtent pour sentir courir le noroît ou le vent dans les filaos, grimpent le Piton des Neiges ou observent la bas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
OZALID
  18 mai 2012
Comment parler d'un livre dont on est l'auteure, co-auteure en fait puisque je partage ce bonheur avec Janick Belleau et Danièle Duteil. Et comment dit-on quand on est à trois ? tiers-auteure ?
Je me demande aussi de quelle manière évoquer mes écrits, moi qui suis déjà embarrassée de devoir formuler quelques mots de biographie… surtout lorsque mes haïkus s'entremêlent à ceux d'autres auteures. Devrai-je ne pas parler de moi, par courtoisie, par modestie ? Devrai-je ne parler que de moi… et pourquoi pas !
Voilà une chronique qui débute mal… qui aurait du mal à débuter si je n'étais consciente de l'inanité de telles interrogations.
Tout d'abord, il est inutile de porter un regard critique sur mes propres écrits, pas plus que sur ceux de Danièle ou de Janick, d'ailleurs. le lecteur se fera bien vite une opinion : les haïkus de 3 feuilles sur la treille sont tous bons, excellents même puisqu'ils ont été sélectionnés par l'Éditrice de Liroli avec finesse et compétence.
Déjà, je ne me sens plus propriétaire exclusive, dépositaire des miens. Ils m'échappent, ils vont à la rencontre de ceux des deux autres. Puis, ils se complètent, fusionnent ou alors rebondissent vers un autre bout de chemin, un autre univers.
Voyez, par exemple, pages 30-31…
Vous étiez tout en haut d'un escalier d'érable japonais (momiji) et vous atterrissez sur la plage blanche d'une page, propice à la découverte haïkiste.
Vous croisez Danièle de l'île de Ré… et sa joie.
retour du soleil
dans la boîte aux lettres
un petit colis (D)
Un peu plus loin – juste un continent, un océan à traverser – vous tombez sur Monique de la Réunion qui sourit, elle aussi
boîte aux lettres vide
ce lundi – à côté
une mangue mûre (M)
Et, quelques fuseaux horaires plus loin, tout là-bas du côté du Québec, Janick vous présente ce qu'elle contemple
sur la chaussée
sa naissance à l'ombre
la fleur sauvage (J)
Trois feuilles voguant sur la même longueur d'onde
Au bout du compte, il est peut-être vain aussi de se demander « qui écrit quoi ». la signature d'une initiale en bas de page est d'une bienheureuse discrétion.
Et du coup, s'efface de mon esprit cette si peu élégante expression de « tiers-auteure ». L'association des haïkus, leur agencement est si évident, si nécessaire que chacune se retrouve auteure à part entière. Chaque page est habitée de la présence de toutes en même temps. Même figurant en solo, chacun des tercets en annonce un autre, complice, attendant de se dévoiler.
Une petite parenthèse pour vous inviter à découvrir le soli-haïku de la page 71… à couper le souffle !
Cet ouvrage a trois auteures, donc, ainsi que le confirme la note de l'Éditrice :
« Trois voix cardinales du haïku nous offrent leurs accents, leurs parfums mêlés… »
Trois… Et soudain, cette impression d'avoir décelé une inexactitude, un petit détail qui cloche, qui ripe dans la recopie de cette note. « Trois voix » ? Non ! Non ! le compte n'est pas bon.
Notre beau livre d‘art est réalisé à… quatre voix ! Comment laisser sous le boisseau celle – essentielle – d'isabel Asùnsolo, Éditrice de l'iroli, chef de choeur de ce concert polyphonique.
Quelle patience il lui a fallu pour piocher dans cet amas de feuilles tombées des haïkutiers de l'île de Ré, de Québec, de la Réunion, pour les trier et n'en retenir qu'un essaim froufroutant.
Et avec quelle minutie de brodeuse, elle a su les associer, les apparier !
Chaque composition est une micro-histoire emmenant le lecteur vers un ailleurs qui rejoint son propre imaginaire, ses propres ressentis.
« Alors que d'autres noms de fruits et d'autres oiseaux viennent à notre rencontre pour nous éveiller, un même souffle humain universel traverse ces textes. » écrit l'éditrice. Que dire de mieux ?
Une mention spéciale pour Benoît Delaite, le maquettiste, qui nous présente au fil des feuilles de papier un véritable ballet de feuilles, de tiges et de fleurs, de haïkus… l'herbier qui danse ! Avec tant de force, tant de vie, qu'en ouvrant sur une page au hasard, je me prends à me demander si les éléments qui la composent n'auront pas changé de place, s'ils ne suivent pas un perpétuel mouvement à l'abri des regards pour se figer soudain… avec infiniment de grâce.
Le mot de a fin à isabel Asùnsolo qui évoque [ce] « souffle qui nous invite à notre tour à observer et à écrire dans la langue du haïku. » Merci isabel.
(Monique MERABET, 28 Mars 2012)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombe
  05 août 2012
Trois feuilles sur une treille, trois femmes, trois mondes, trois vies mais une même sensibilité exacerbée jouant des gammes au fil des mots.
Des mots, des haïku qui se répondent en écho, toujours en relation avec la nature souveraine qui ressource.
"Lune gibbeuse", "vol de cormorans", "mangue mûre", "lourdes frondaisons"; la nostalgie plane sur de belles images puis se rattrape au vol pour voguer sur l'aile légère d'un papillon, le parfum de la citronelle ou le liseron "origami blanc".
Chaque feuille soulève son voile et transparaissent des sentiments plus forts. Ici, c'est le vide de l'absence lié à la froidure, contrebalancé plus loin par l'espoir du bourgeon sur un rameau "laissé pour mort", un vide rempli de poésie ou de tendresse. Là c'est la solitude réchauffée par l'amitié autour d'un même pique-nique ou de jolis mots d'enfant. Plus loin pointe la peur de l'âge d'un "coeur à l'envers" mais il y a le "bisou de vanille" d'un enfant haïtien, "le goût de toi", la sensualité d'une "nuit d'été/ lente descente du drap/ sur ma cuisse".
Haïkus qui tintent, carillonnent, tonnent,flambent, tentent une approche, accrochent le lecteur séduit car il s'identifie à ces instantannés de vies de femmes en attente où la vie reste plus forte que tout.
Rappelons que ce recueil de haïkus était en mars 2012 sur le stand L'iroli lors du Salon du livre de Paris et que nos trois co-auteurs sont des concouristes confirmées lauréates de plusieurs grands prix et des poètes(ses) édité(e)s.
Janick Belleau, Montréalaise, Belge d'adoption est co-organisatrice d'évènements littéraires, membre du Conseil d'administration de l'Association Française de haïkus. Haïku choisi: froidure-/ un relent de jeunesse/ Chopin valse triste.
Danièle, Duteil, Bretonne, est co-rédactrice de la revue Gong. Haïku choisi: Saint Valentin/ la cuisse du Bergerac/ sur la langue.
Monique Mérabet Réunionaise anime des ateliers de haïkus. Haïku choisi: retour de crémation/ sur mon visage en pleurs/ le feu du soleil.
Un grand bravo à toutes les trois!
Sans oublier les superbes photos d'illustration très raffinées d'Irène Dulac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   05 août 2012
sa lettre-
les flammes montent plus haut
dans la cheminée

Monique Mérabet
Commenter  J’apprécie          50
brigittelascombebrigittelascombe   05 août 2012
vers le piton des Neiges
mes pensées grimpent plus vite
que mes jambes

Monique Mérabet

Commenter  J’apprécie          00
brigittelascombebrigittelascombe   05 août 2012
lune effilée
à travers les persiennes-
ton doigt sur mon dos

Janick Belleau
Commenter  J’apprécie          00
brigittelascombebrigittelascombe   05 août 2012
soleil d'octobre
tout le jour gardant sur moi
le goût de toi

Janick Belleau
Commenter  J’apprécie          00
brigittelascombebrigittelascombe   05 août 2012
visite à ma mère
un papillon volette
de tombe en tombe

Monique Mérabet
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : haïkuVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Lolita

Qui est l'auteur de ce roman ?

Boris Pasternak
Vladimir Nabokov
Nicolas Gogol

10 questions
311 lecteurs ont répondu
Thème : Lolita de Vladimir NabokovCréer un quiz sur ce livre